Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

La pilule du bonheur    Page 4 sur 5

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
La pilule du bonheur - le Mar 09 Déc 2014, 13:35

Rappel du premier message :

Il s'agit de bonheur radiophonique, distribué en pastilles.

Et alors ma tante, pour les dépôts, quelles règles à suivre ? ?
Réponse :
- En quantité, pas de limitation : chaque forumeur peut déposer chaque jour autant de pilules de bonheur qu'il saura en trouver dans le programme.
- Ancienneté : là non plus, aucun critère ! On pourra puiser dans la journée en cours, dans la semaine passée, dans le mois ou l'année qui précède, et même dans les archives de jadis (grâce au matériel fourni en écoute à la demande par les Nuits de FC). Car la qualité ne connait pas de péremption (hormis le délai de 1000 jour pour les pastilles sonores). Etant donné leur rareté, il serait maladroit de limiter dans le temps la consommation des aliments sains.

Une recommandation : la durée.  
- On évitera les pastilles pour brontosaure ou pour rorqual, entendez les cachets gros comme des palets de curling. En ce qui me concerne, je m'efforcerai de ne jamais dépasser la durée de 5 minutes.  Mais enfin chacun fera comme il veut.

J'ajouterai ici-même une note de justification pour l'existence de ce sujet. Et puis maintenant, eh bien c'est ouvert.



Etant donné que le compteur de visites de ce fil risque de tourner à fond la caisse entre 7h40 et 8h50 chaque matin vu les besoins, les forumeurs les plus inventifs et aussi les plus séduits par le paradigme idéologique de la chaîne sauront récupérer cette énergie pour faire marcher leur cafetière ou leur chauffe-eau d'eau écolo. (Pour leurs chiottes, les émules d'Alfred Jarry sont invités à se servir du fil "L'ânerie du jour')
* * *

31
Répondre en citant  
Re: La pilule du bonheur - le Lun 23 Nov 2015, 05:25

@Philaunet a écrit:
Sans doute Philippe Garbit a-t-il été touché par la missive d'un auditeur envoyée au médiateur et relevée par 4X2Z et a-t-il voulu compenser le programme de jour avec une Nuit spéciale - Proust avec Nathalie Mauriac et Stéphane Heuet. Dix émissions... Les Nuits de Philippe Garbit, toujours plus au coeur de la mission culturelle de l'antenne. (...)

Quelle chance cette nuit Proust. Dans son introduction, Philippe Garbit reçoit Nathalie Mauriac, petite-fille de François Mauriac et de Suzy Mante-Proust, cette dernière étant fille de Robert Proust (médecin), frère de Marcel.

Le "prétexte" de cette Nuit Spéciale est la mise en ligne par le site de la B.N.F. d'un "inédit" de Marcel Proust, l'agenda 1906, mis aux enchères par Christies le 29 avril 2013, acheté par un libraire (127 500 Euros hum), puis revendu à la B.N.F.

Nathalie Mauriac déroule une pensée construite et sans chichi, n'hésitant pas à qualifier Proust de pathétique ou de mauvaise foi, quand il décide de faire suivre son amant Alfred Agostinelli. De l'acquisition de l'agenda (probablement offert en 1906 après la mort de sa mère, mais utilisé trois ans plus tard) à son contenu (qui offre des échos de plus au roman), en passant par quantités de détails biographiques, la parole de l'invitée, précise, sait aussi se faire émouvante.

Quand Philippe Garbit demande à Nathalie Mauriac si Suzy Mante-Proust lui avait déjà parlé de son oncle (Marcel), la réponse esquive rapidement la question, par pudeur ou lassitude. A la place, c'est sur les mains fines de sa grand-mère, que sans explication, l'auditeur se voit dirigé. Des mains que Nathalie Mauriac imaginait aussi délicates que celles de Proust.

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/11/s47/RF_BC92F762-0C13-45D9-B87D-E9F3464D7096_GENE.MP3" debut="29:49" fin="31:34"]

PS : Attention aux trois premières archives proposées après ce premier entretien : vous ne trouverez pas les émissions "L'heure de culture française", ni "Tels que les autres" ou "Littérature cuisinée", remplacées par d'autres hors-sujet.

32
Répondre en citant  
Nathalie Mauriac-Dyer - le Lun 23 Nov 2015, 11:34

Elle apparait à plusieurs reprises dans le documentaire d'Arte, Proust, du côté des lecteurs, qui date des années 2000 je crois.



Ce lien vous emmène directement à sa première apparition : http://www.youtube.com/watch?v=v9jSJornHHE&t=7m12s

33
Répondre en citant  
Une émission (presque) trentenaire - le Sam 05 Déc 2015, 10:05

A l'initiative de M. Finkielkraut sont rediffusées d'anciennes émissions au nombre desquelles figure notamment celle-ci :
http://www.franceculture.fr/2015-11-27-le-texte-et-le-monde-ricoeur-et-genette-dans-repliques-le-4-avril-1987
http://www.franceculture.fr/2015-11-27-sept-emissions-choisies-par-alain-finkielkraut-pour-les-30-ans-de-repliques
« Torniamo all'antico e sarà un progresso ».

34
Répondre en citant  
Les disques silencieux - le Mar 08 Déc 2015, 19:35

@Antoine Arnoux a écrit:
A l'initiative de M. Finkielkraut sont rediffusées d'anciennes émissions au nombre desquelles figure notamment celle-ci :
http://www.franceculture.fr/2015-11-27-le-texte-et-le-monde-ricoeur-et-genette-dans-repliques-le-4-avril-1987
http://www.franceculture.fr/2015-11-27-sept-emissions-choisies-par-alain-finkielkraut-pour-les-30-ans-de-repliques
« Torniamo all'antico e sarà un progresso ».

Merci beaucoup Antoine Arnoux, et à sa suite Philaunet, pour nous avoir mis sur la piste de cette archive. En voici un extrait, à mettre en perspective avec le France Culture 2015 (du point de vue notamment des "lits" musicaux, ou fonds sonores ajoutés dès qu'une lecture se fait entendre) :

Gérard Genette :
[son mp3="http://www.franceculture.fr/sites/default/files/Le texte et le monde Répliques 30 ans.mp3"debut="08:32" fin="10:12"]

35
Répondre en citant  
Francesca, volupté d'un âge d'or - le Ven 01 Jan 2016, 15:26

Dans la nuit du 30 décembre, nous fut offert un numéro exceptionnel d'Une vie une oeuvre, Lucrèce, produit par la grande Francesca Isidori, en 1996.

Tout y est parfait: les interventions, les  lectures, en latin comme en traduction, l'habillage musical... Même les silences respirent l'intelligence. Francesca Isidori - quelle voix - aime et respecte l'auditeur. Cet amour et ce respect constituent le socle même de son travail et de toutes ses productions. Les interventions (sans aucun "euh...") s'enchaînent subtilement,  s'agrègent les unes aux autres pour nous offrir une lecture fine et efficace du poète latin.  L'ensemble est de très grande facture, et m'évoque un autre numéro, consacré à Virgile, en 1991, si mes souvenirs sont exacts.

Philippe Garbit est-il conscient que ses choix, par leur pertinence, invalident un peu plus chaque nuit la médiocrité culturelle  diurne de France Culture?

Bonne année à tous.

36
Répondre en citant  
Re: La pilule du bonheur - le Ven 01 Jan 2016, 15:40

@fred de rouen a écrit:L'ensemble est de très grande facture, et m'évoque un autre numéro, consacré à Virgile, en 1991, si mes souvenirs sont exacts.

Ce numéro figure en bonne place sur mon ipod.

https://www.youtube.com/watch?v=4pI4Vg6GZp0

37
Répondre en citant  
Une vie un chef-d'oeuvre - le Ven 01 Jan 2016, 15:49

Nous devons avoir le même ipod.
Grimal, Jean-Louis Schefer... Ce numéro est bouleversant d'intelligence, de subtilité et de grâce. On mesure ce que l'on nous a ravi, depuis quinze ans.

38
Répondre en citant  
Re: La pilule du bonheur - le Sam 02 Jan 2016, 00:35

@fred de rouen a écrit:Ce numéro est bouleversant d'intelligence, de subtilité et de grâce. On mesure ce que l'on nous a ravi, depuis quinze ans.

Je vous trouve bien peu reconnaissant envers tous ces producteurs, journalistes et autres chroniqueurs qui se dévouent pour décrypter l'actualité et vous expliquer le monde d'aujourd'hui.
Pour paraphraser une vieille pub de Ducros, "A quoi ça sert que France Culture y se décarcasse..." Smile

Petit exemple. Ce n'est pas une belle brochette, cela?
http://www.franceculture.fr/2016-01-01-qui-combat-on-au-nom-de-quoi

39
Répondre en citant  
« C'est quand même un métier assez avilissant » Michel Simon - le Sam 16 Jan 2016, 17:23

Le 3 novembre 2015, Les Nuits rediffusaient une conférence de presse (pour le film La maison de Gérard Brach) suivi d'un entretien avec le journaliste Gérard Descotils, de Michel Simon (première diffusion : 25 août 1970, soit cinq ans avant sa mort).

A cette époque, Michel Simon a 75 ans et revient sur son enfance, le « milieu » qui l'a recueilli et ses codes qui le régissaient, le bordel qu'il fréquentait régulièrement et l'industrie du cinéma. Il se livre au micro avec sincérité, désabusé par le métier (« J'ai été volé dans ce milieu de théâtre, de comédiens, du cinéma, d'une façon incroyable, et tellement habile que ce n'est même pas la peine de porter plainte ») et nostalgique de la période avant-guerre. Il confiera au journaliste qui lui demandait : « Et comment vous vous êtes réadapté alors en [19]19 ? - Mal. Je ne me suis jamais réadapté à vrai dire. » Quelques passages ci-dessous :

Ecoutez comment Michel Simon a découvert par hasard, invité par des étudiants à Zagreb à projeter Boudu sauvé des eaux, la caméra des frères Lumière dans le cinéma local, achetée au marché aux puces :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/03/s10/RF_461EC5C4-1ED5-4555-AF0F-10E4DD0F8095_GENE.MP3" debut="13:59" fin="15:39"]

Aujourd'hui, le nom a changé, mais les propos restent sans doute d'actualité (sur le bordel) :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/03/s10/RF_461EC5C4-1ED5-4555-AF0F-10E4DD0F8095_GENE.MP3" debut="28:48" fin="29:40"]

Les us et coutumes du bordel (sur le soutien apporté à ses « travailleuses ») :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/03/s10/RF_461EC5C4-1ED5-4555-AF0F-10E4DD0F8095_GENE.MP3" debut="39:23" fin="40:43"]

Enfin, cette anecdote incroyable (sur le trio Professeur Locard, fondateur du premier laboratoire de police scientifique, Conan Doyle, écrivain, et Jules Bonnot, truand) :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/03/s10/RF_461EC5C4-1ED5-4555-AF0F-10E4DD0F8095_GENE.MP3" debut="40:44" fin="44:22"]

40
Répondre en citant  
Re: La pilule du bonheur - le Sam 16 Jan 2016, 23:48

Suite au post 39 :

Un autre entretien d'une heure avec Michel Simon est également disponible à l'écoute depuis le 10 septembre 2015 sur le site de France Culture.

Mené par Luc Bérimont et diffusé pour la première fois le 12 août 1956 (soit 14 ans avant l'émission abordée ci-dessus), il revient sur l'arrivée de Michel Simon à Paris, son métier de danseur-acrobate, de photographe, ses débuts de figurant dans le théâtre de Georges Pitoëff, enfin son amour des bêtes et en particulier sa cohabitation avec Zaza, sa guenon : Les chemins du jour - Michel Simon.

Son éloge d'un Paris perdu, idyllique, « silenc[ieux] », habité par l'altruisme, la gentillesse et la politesse, est émouvant et semble tenir du rêve éveillé :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/09/s37/RF_13C81027-E47C-47E9-B809-16D19F7B8619_GENE.MP3" debut="23:51" fin="26:55"]

Ses considérations sur l'usage de la photographie et sa prétendue concurrence avec la peinture sont le fruit d'une imagination toute créative :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/09/s37/RF_13C81027-E47C-47E9-B809-16D19F7B8619_GENE.MP3" debut="32:23" fin="35:21"]

Et sa vie (une année) avec Zaza, « coquète », qui avait son rond de serviette et son lit dans la maison, proprement invraisembable :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/09/s37/RF_13C81027-E47C-47E9-B809-16D19F7B8619_GENE.MP3" debut="46:35" fin="51:24"]

41
Répondre en citant  
Michel Simon - le Mer 20 Jan 2016, 10:52

@Jean-Luuc a écrit:Suite au post 39 :

Un autre entretien d'une heure avec Michel Simon est également disponible à l'écoute depuis le 10 septembre 2015 sur le site de France Culture.

Mené par Luc Bérimont et diffusé pour la première fois le 12 août 1956 (soit 14 ans avant l'émission abordée ci-dessus), il revient sur l'arrivée de Michel Simon à Paris, son métier de danseur-acrobate, de photographe, ses débuts de figurant dans le théâtre de Georges Pitoëff, enfin son amour des bêtes et en particulier sa cohabitation avec Zaza, sa guenon : Les chemins du jour - Michel Simon. (...)

Il y a un grand plaisir à écouter une émission recommandée par quelques mots de résumé et illustrée d'extraits sonores que l'on réécoute durant l'émission intégrale. Alors merci de nous donner l'occasion de cette manière d'écouter la radio.

1956... Un générique copié sur les annonces de cirque, le présentateur annonce le clou du spectacle à la cantonade. Inimaginable aujourd'hui !

Ensuite, Luc Bérimont, très habile homme de radio qui sait être plaisant et rebondir quand Michel Simon va se taire. Il y a une évidente complicité entre les deux hommes. Le premier laissant l'acteur conter ses récits fabuleux. Notamment, sur sa cohabitation avec les animaux. Là on a trouvé plus givré que Brigitte Bardot, c'est le moins qu'on puisse dire, sauf si tout cela est inventé (ça l'est certainement, enfin on l'espère).

La présentation de l'archive : la jeune voix de 2015 insiste sur la fréquentation  « des bordels » par Michel Simon.  Il n'en est pas question dans cet entretien. Pourquoi se complaire à citer « les bordels », comme si c'était un passe-temps rigolo, et son goût pour la pornographie. Cette jeune voix a peut-être un avis moins superficiel sur la prostitution et la misère des maisons closes, établissements loin d'être aussi « conviviaux » que la Maison Tellier...

La pilule du bonheur     Page 4 sur 5

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum