Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les modes de vie de Mathieu Garrigou-Lagrange    Page 1 sur 1

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les modes de vie de Mathieu Garrigou-Lagrange - le Lun 09 Mar 2015, 15:20

"Modes de vie mode d'emploi" a maintenant 6 mois d'existence, et 25 numéros. On a laissé cette émission démarrer, tenter de trouver son souffle. Qu'en pensez-vous ?

2
Répondre en citant  
Le tableau des producteurs = ''Pousse-toi de là que je m'y mette'' - le Lun 09 Mar 2015, 16:21

@Nessie a écrit:Qu'en pensez-vous ?.
Pour ma part, même si ne parviens pas souvent à l'écouter en intégralité, je la trouve souvent intéressante, en constatant qu'elle a pris la place de Métropolitains. On remarque presque toujours qu'elle reprend les thèmes, les invités, les lectures qu'on entendait chez Chaslin.

Ainsi la semaine dernière : Nième émission sur les hangars de commerce posés à la périphérie des villes, avec une fois de plus David Mangin qui fut multiples fois invité de Métropolitains. Aujourd'hui : de l'espace domestique au Japon avec Augustin Berque et badaboum revoila les chiottes de Tanizaki. Déjà entendu chez Chaslin tout ça, et aujourd'hui avec la voix de Lapouge on ne peut pas dire que l'auditeur y soit gagnant. Bien sûr ni Tanizaki ni L'éloge de l'ombre ne sont la propriété de François Chaslin. Mais dans Métropolitains, le traitement était soit neutre, soit contradictoire. Alors que Garrigou-Lagrange, comme Florian Delorme et autres Raphaël Bourgois, roule à fond et en sens unique pour le paradigme maison. C'est plus clean...

Hypothèse paranoiaque : les bons producteurs, dotés d'une personnalité, sont remplacés par des amis, des copains, des complices, des gens à placer. Voyez comment Elizabeth Couturier a été éjectée pour placer Jean de Loisy. Malgré ses sympathies nettement à gauche, Chaslin a été dégommé pour laisser la place à un des enfants chéris du sérail. Et l'émission qui était faite par un spécialiste est maintenant faite par un amateur, le même qui se payait le luxe de faire "Une vie une oeuvre" sur Jean Cocteau sans prendre la peine de visionner son film. Dans cette manipe l'auditeur est marron une fois de plus.

3
Répondre en citant  
Un(e) mode de radio : le remplacement des pointures par de la sandalette bon marché - le Mar 10 Mar 2015, 08:41

@Nessie a écrit:[...] les bons producteurs, dotés d'une personnalité, sont remplacés par des amis, des copains, des complices, des gens à placer. Voyez comment Elizabeth Couturier a été éjectée pour placer Jean de Loisy. Malgré ses sympathies nettement à gauche, Chaslin a été dégommé pour laisser la place à un des enfants chéris du sérail. Et l'émission qui était faite par un spécialiste est maintenant faite par un amateur, le même qui se payait le luxe de faire "Une vie une oeuvre" sur Jean Cocteau sans prendre la peine de visionner son film. Dans cette manipe l'auditeur est marron une fois de plus.

Certes, si l'auditeur est perdant c'est moins une question de personnes qu'une question de métier, ou plutôt une question de qualité de travail. Jean de Loisy n'est pas un candide mais son émission est terriblement inégale, parce que le choix des sujets est erratique et celui des invités encore plus. Et dans Modes de vie modes d'emploi, aujourd'hui encore j'ai coupé avant la fin, accablé par le style Garrigou-Lagrange. Pas vraiment assommé mais tout de même indisposé par cette récurrente impréparation ("Les hôtels capsule ça existe vraiment ?"), par cette conversation superficielle qui ne se donne jamais la peine ni d'aller au fond des choses, ni d'être explicite. Ainsi quand le producteur pose la question : au Japon c'est impoli de rester debout ? L'invité répond que c'est incongru, c'est tout simplement impossible, vous entrez dans une pièce il y a des gens vous ne pouvez pas rester debout. L'auditeur doit deviner que les gens sont assis et qu'au Japon on vit assis. Oui il peut le deviner mais pourquoi ne pas le dire clairement ? Réponse : parce que France Culture est le royaume de la pédagogie zéro, où l'on ne se met jamais à la place de l'auditeur, et partant on ne se donne pas trop la peine d'être compris. Ca ne coutait pourtant pas plus cher.  3 minutes plus tard on remet ça "Au japon il n'y a pas d'espace" et quasi dans la même phrase "la quasi-totalité du pays est pris par la forêt vierge". Ca demanderait quand même d'être un tout petit peu approfondi, non ? Ben non.

Il faut ajouter la naïveté courante et la voix molle de Garrigou-Lagrange bien accordé au style général quelque peu mollusquant de la station. Ce ton permanent à la fois auto-satisfait et sans rigueur langagière par exemple quand il dit et re-dit "dormir dans un futon" (il n'a toujours pas compris que le futon c'est un type de matelas et qu'hormis Laure Adler qui a des problèmes psychiatriques, personne sur cette planète ne dort dans un matelas). Il fut un temps où le programme de France Culture avait quelque chose d'ambitieux, mais en écoutant Garrigou j'ai plutôt l'impression de lire Paris-Match.

Alors ci-dessus j'ai isolé tout au plus quelques exemples mais qui écoutera l'émission et même parviendra à y faire son beurre pourra remarquer que ça tombe à chaque minute et même si ça fait pas toujours du bruit puisque ce sont souvent des âneries légères, eh bien à la longue ça use. Matthieu Garrigou-Lagrange est bien gentil mais c'est un petit bonhomme léger-léger. Et c'est à lui qu'on lui donne une année les responsabilités d'un Michel Cazenave et une autre année le job de François Chaslin qu'on a en l'occurrence éjecté pour laisser la place libre. Soit cet enfant gâté bien représentatif de notre époque est archi-pistonné, soit l'explosion de son plafond de compétence est le signe que l'erreur de casting reste le défaut endémique de France Culture.

4
Répondre en citant  
Re: Les modes de vie de Mathieu Garrigou-Lagrange - le Mar 23 Juin 2015, 09:06

Hier à 16h à l'occasion du passage de relais entre Garrigou et Miss Rexona (ambiance cafète de la fac d'arts plastiques entre deux fils-fille-à-maman) on apprend que cette émission va s'arrêter.

On ne la regrettera pas, car on ne regrette pas un sous-Métropolitains qui valait parfois par ses invités, quand Garrigou ne les/nous abreuvait pas trop de questions bébètes.

Mais on se demande maintenant avec angoisse quel autre sujet sera confié à Garrigou pour un nouveau sabotage dans les règles.  Dans la discussion entre les deux enfants gâtés, on apprend que chuutttt faut pas en parler non pas encore c'est trop tôt. Merveilleux cet art du teasing entre les deux seules personnes vraiment concernées, le deux seules puisqu'on sent bien en de tels moments à quel point cette radio n'est pas faite pour ceux qui l'écoutent mais pour ceux qui la font.  

Voici l'adresse de l'émission sur le site de la chaîne, où l'on pourra retrouver les 44 sujets inégalement traités par un producteur qui est à François Chaslin ce que Claude François était à James Brown. 44 numéros utiles pour une étude comparée. 44 numéros utiles pour qui cherchera l'un ou l'autre invité, quelque analyse sur l'un ou l'autre thème. Quoique : on peut aussi écouter un vieux Métropolitains sur le même thème ou avec le même invité.

Quant à l'auditeur qui a envie de découvrir un sujet tout en se laissant aller au plaisir de la radio intelligemment faite, ben c'est pas la peine d'essayer. Là encore, mieux vaut piocher au hasard un ancien numéro de Métropolitains.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

Les modes de vie de Mathieu Garrigou-Lagrange     Page 1 sur 1

Haut de page ?   

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum