Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Pourquoi encore écouter France Culture ?    Page 4 sur 4

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Pourquoi encore écouter France Culture ? - le Dim 15 Mar 2015, 11:18

Rappel du premier message :

Mais pourquoi écoutez- vous encore France Culture ?

Ce trait envoyé aux auditeurs mécontents, c'est la réponse que reçoivent assez régulièrement nos remarques critiques depuis septembre 99.

Pourquoi en septembre 99 ? Parce que c'est le moment où s'amorce la mutation du programme de France Culture qui a mené la chaine où elle est actuellement : inécoutable.  

A quoi bon/ pourquoi l'écouter encore ?

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.
* * *

31
Répondre en citant  
Parce que... - le Mar 21 Nov 2017, 08:36

Je réponds direct à la question : parce que je suis autodidacte, curieux et que j'aime me laisser porter par les voix qui sourdent du poste. Parce qu'Inter, que j'ai longtemps écouté en tandem avec FC, est devenue RTL. Parce que quelle que soit l'heure où on allume sa radio, il se passe quelque chose qui semble provenir d'un univers parallèle à celui où l'on patauge (en tout cas, c'est mon cas) quand on déteste la variétoche, le foot, la politique et les polytocards, la pube, les peoples, bref ! l'écume du siècle.  Parce que j'aime bien rigoler in petto en entendant pontifier les chantres de la peste libérale, Ockrent, Finkelkraut et le panel représentatif de la bobocratie parisienne qui s'excite avec 2 de tension dans L'Esprit public, comme je me bidonnais naguère en entendant les chantres de l'idéologie opposée s'empêtrer dans leurs contradictions historico-hystériques. Parce qu'il m'arrive souvent, en ayant écouté FC, de me coucher en ayant appris quelque chose.

Quelques hics, cependant. Ras-le-bol des bondieuseries dominicales, et par-dessus tout de la messe radiophonique, survivance de l'autre siècle, un non-sens. Ras-le-bol des Papous dans la tête qui sévissent depuis l'ère des postes à lampes, petit cénacle d'intellocrates et bas-bleus Rive-Gauche qui pourraient aussi bien échanger leurs bons mots qui n'amusent qu'eux dans quelque arrière-salle huppée de Saint-Germain-des-Prés.  Je me souviens, à l'époque où Panorama sévissait entre midi et deux, avec la voix maniérée de l'ineffable Gilbert Lascault, m'être dit qu'au fond, les braves gens qui occupaient cette tranche horaire auraient aussi bien pu s'installer autour d'une choucroute à la brasserie Lipp, et nous permettre, à la place, de passer un bon moment avec Averty ou André Francis. Il en va de même des Papous dans la tête, de l'Esprit public et de certaines sessions de La grande table, où l'on se complaît à s'écouter parler, cela n'apporte rien, c'est un fond sonore qui à tout prendre, reste préférable au radiophile que je suis, à ce qu'est devenue Inter.

32
Répondre en citant  
Qu'est-ce qu'un ''radiophile'' ? - le Mar 21 Nov 2017, 15:07

Alceste(http://www.regardfc.com/t701p20-pourquoi-encore-ecouter-france-culture#29476) a écrit: (...) Il en va de même des Papous dans la tête, de l'Esprit public et de certaines sessions de La grande table, où l'on se complaît à s'écouter parler, cela n'apporte rien, c'est un fond sonore qui à tout prendre, reste préférable au radiophile que je suis, à ce qu'est devenue Inter.
Tout est dit : un "radiophile" qui écoute de la radio qui "n'apporte rien" parce que c'est "un fond sonore qui à tout prendre, reste préférable (...) à ce qu'est devenue Inter"...

Un "radiophile" qui ne connaît que France Inter et France Culture tout en ayant accès à Internet, mais qui préfère un fond sonore sans intérêt... Peut-être bien le public idéal pour la direction de France Culture.

Oui, l'ouverture et la curiosité culturelle chez les prétendus "radiophiles", mais réels prêcheurs politiques, ce n'est pas encore pour aujourd'hui.

Soit dit en passant, les discussions lues ici ou là ces derniers temps sur le forum ne montrent pas un grand intérêt pour la culture. En revanche quand il s'agit d'exprimer ses détestations pour telle ou telle figure médiatique, ça carbure.

33
Répondre en citant  
Radiophilie... - le Mar 21 Nov 2017, 15:58

Chez moi la passion date des soirées où ado, j'écoutais Claude Villers, Blanc-Francard et José Artur. De Pas de Panique à Marche ou rêve, du Pop Club aux émissions de Bouteiller, avec de petites échappées nocturnes sur Europe où le regretté Gonzague Saint-Bris inaugurait avec sa Ligne ouverte un concept qui devait connaître l'avenir que l'on sait ; sur RTL Londres qui diffusait une soul music encore peu programmée en France. Sur une radio périphérique italienne que j'aimais écouter à la plage, où le ton était nettement plus vivant et fun que sur son équivalent francophone où sévissaient J.P. Foucault et ses blagues de potache. Des Ateliers de Création Radiophonique aux longs reportages de terrain de Françoise Estèbe et Jean Couturier. Des diffusions simultanées de concerts à la télé et sur France-Musique.
J'ai découvert, à l'âge où comme les gens de ma génération j'écoutais de la disco, la musique de Duke Ellington, Count Basie, Wayne Shorter, Weather Report grâce à des gens comme André Francis, Pierre Bouteiller, Jean-Christophe Averty. Si je devais énumérer toutes les découvertes littéraires, musicales, artistiques que je dois à la radio, en tant qu'autodidacte, cela me prendrait des heures et je n'ai pas envie d'être ennuyeux.
Donc, je n'ai pas attendu internet pour découvrir FC et Inter. Et je pense avoir assez de recul pour savoir "écouter la différence" entre ce qui est et ce qui fut.
Il y avait naguère une liberté de ton qui a disparu, et il suffit pour s'en convaincre de réécouter certaines sessions du Tribunal des Flagrants Délires. Une Anne Gaillard se ferait aujourd'hui coller sous les verrous après deux émissions. Un Desproges serait voué à devenir un pilier des chambres correctionnelles.
Inter depuis Philippe Val m'est inécoutable. Ce n'était déjà plus ça depuis que certains ont voulu gommer "la différence" pour conquérir les parts de marché des vieilles stations périphériques, RTL et Europe, elles-mêmes détrônées par ces vestiges de l'époque des radios libres que sont Fun, Skyrock et Nostalgie. FC ressemble à présent à ce qu'était Inter avant son "virage vers la normalisation". Mais il demeure quelque chose de ce qu'était cette station du temps de ses voix académiques. Non un charme désuet, mais un souci de transmettre, de témoigner d'une époque.

34
Répondre en citant  
''C'est complètement extraordinaire, les voix dans la nuit, la radio'' - le Mer 22 Nov 2017, 22:26

Extrait de l'émission Blaise Cendrars (3/4) Ecrire la guerre* dans le cadre de l'émission La Compagnie des auteurs     [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/15537-22.11.2017-ITEMA_21502449-1.mp3" debut="51:15" fin="51:52"]

"C'est complètement extraordinaire, les voix dans la nuit, la radio", dit Gisèle Bienne. Une bien belle déclaration d'amour à la radio nocturne que l'on ne contestera pas dans ce forum.

Merci à Anselme pour le tuyau d'écoute. La voix de Gisèle Bienne capte l'attention, une émission à écouter dans son intégralité ?  

* Depuis le jour où elle déniche un exemplaire de "La Prose du Transsibérien et la Petite Jehanne de France", Gisèle Bienne chemine avec et sur les traces de Blaise Cendrars. Ce cheminement l'a menée à la ferme de Navarin, où Cendrars perdit son bras droit; ce qu'elle raconte dans deux de ses romans.



Gisèle Bienne est romancière et essayiste, et grande lectrice de Blaise Cendrars.  Il figure souvent aux côtés des personnages de ses romans, et occupe parfois, comme dans La ferme de Navarin (Gallimard, 2008), une place de premier plan. Il apparaît aussi dans son dernier roman, Les fous dans la mansarde (Actes Sud, 2017).

Contenu sponsorisé 

35
Répondre en citant  
Re: Pourquoi encore écouter France Culture ? -

Pourquoi encore écouter France Culture ?     Page 4 sur 4

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum