Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Programmes d'été 2015    Page 3 sur 3

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Programmes d'été 2015 - le Jeu 09 Juil 2015, 15:01

Rappel du premier message :

Heureusement qu'il y a Philippe Garbit , ses "Grandes conférences" et ses "Nuits". Heureusement que France Culture a un passé. Quant au glauque potentat à particule ridicule qui règne actuellement , le rastaquouère arriviste digne frère de son frère - juste un poil de différence entre les deux : un assume sa calvitie l'autre non - vivement qu'il se casse !
* * *

21
Répondre en citant  
en bref - le Lun 03 Aoû 2015, 07:57

Les matins sont très brefs en été. Tout le monde sait que le monde s'arrête de tourner quand les équipes de FC sont en vacances. Donc service minimum, essentiellement assuré par des femmes. Pendant que les journalistes-présentateurs-animateurs sont sur les plages, les journalistes -femmes ont été confinées aux studios. On découvre des noms inhabituels, des perles  comme ce matin (Les mesures de prison, dont la peine de mort, ont été renforcées), des façons de parler toutes sorties des écoles de journalisme bas de gamme, des analyses qui n'en sont pas (Obama va faire une annonce sur le climat aujourd'hui, donc on commente, on analyse, sauf que l'on ne sait rien encore de ces mesures… pas question d'attendre quelques heures pour éviter du remplissage, bref la routine continue, la médiocrité se renforce, c'est l'été. J'oubliais, les essais de reportages "géographiques " assez ridicules qui suivent le journal. N'importe quel sujet est passé à la moulinette de la journaliste-géographe et d'illustrateurs sonores peu inspirés. On entend presque à l'antenne  le décrochage des auditeurs…

22
Répondre en citant  
Re: Programmes d'été 2015 - le Lun 03 Aoû 2015, 13:48

Et plus que jamais, nous avons toujours ce "journalisme 50%" qui est devenu la marque de fabrique de la rédaction de France Culture : annoncer une déclaration politique qui va dans le sens des opinions de la rédaction, ne pas la détailler, et faire intervenir un militant d'association qui va inévitablement servir son traditionnel "ça va dans le bon sens mais ce n'est pas encore suffisant". Nous avons toujours la moitié d'un sujet, sans scepticisme ni équilibre. C'était le cas ce matin avec cette annonce sur le climat.
Belle stratégie, Mister Pepper, vider le cahier des charges culturel, imiter les autres, médiocrement et sans moyens. Olivier Plus d'Argent, Olivier Parti Ailleurs, Olivier Prince des Amateurs...

vaticineur 

23
Répondre en citant  
...qu'elle revienne d'abord à elle ! - le Lun 03 Aoû 2015, 18:33

Il me suffit de constater l'absence de fruit de la direction de pauvre d'Arvor et son saccage des quelques qui survivaient d'un glorieux passé qu'on peut encore apercevoir dans le rétroviseur des émissions d'archives.Certes il y a encore quelques soubresauts de plus en plus espacés mais FranceCulture est bel et bien à l'agonie - ça n'a pas commencé avec O.P.D.A.et je pressens que ce sera pire avec le donneur du coup de pied de l'âne que plus d'un en ce moment doit rêver qu'il va l'être ( au fait  , a-t-on une idée  de cet enchanteur à venir...bientôt ?)."Regards sur France Culture " glougloutera son chant du cygne - circulez y-a rien à voir et sombrera dans un Lochness hors du temps ! Un ersatz prospérera... "Franche Culbute " où l'on se gaussera de la défunte ..."Rance Culture ".C'est écrit dans l'air du temps.
J'ai lu votre billet sur les textes et musique d'une radio d'ailleurs.J'aime beaucoup ça moi aussi.Souvenir d'un très lointain  " Mozart et Sade " avec Sollers comme officiant.L'année dernière sur FranceMusique il y avait une réjouissante émission (Jérémie Rousseau , je crois ) - " Comme si vous y étiez ".Ça durait 30minutes et c'était très bien fait - une anecdote de la vie d'un compositeur , bien racontée sur fond de ses musiques.Ça n'a duré qu'un an , je me demande pourquoi.L'avez-vous écoutée ?

24
Répondre en citant  
« Cave carmen ! » - le Jeu 06 Aoû 2015, 18:20

De quelle émission estivale s'agit-il ? Il s'agit d'une émission où l'on parle avec une grâce à nulle autre seconde d'un « chant mélodique » :
« (…) dans ce chant mélodique euh qu'ileuh dont... personne d'autre ne peut euh ne peut lui envier (…) » ;
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="45:45" fin="45:55"]
de paroles profondes et d'émotions inédites :
« (…) ils mettent un terme à la dominia... à la domination des parole(s) ineptes en matière de pop musique (…) en apportant des émotions inédiques (...) » ;
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="47:30" fin="47:40"]
d'un « style à part entière » :
« (…) les Smith chantent la misèl... la misère sexuelle ils prônent le célibat et le végétarisme (…) et ont [en ?] dévi... définitivement changé la face du rock anglais en... incarnant le [?] style à part entière [?] une raison de vivre pour toute une génération qui ne zure... qui ne jure désormais plus que par Manchester. »
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="48:00" fin="48:23"]
Voici la réponse à la question inaugurale :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="58:26" fin="58:39"]
Une émission de la même « famille » avait déjà été commentée (non sans pertinence) par Oféo et par Philaunet.

25
Répondre en citant  
Éclectisme - le Jeu 06 Aoû 2015, 22:45

@Antoine Arnoux a écrit:De quelle émission estivale s'agit-il ? Il s'agit d'une émission où l'on parle avec une grâce à nulle autre seconde d'un « chant mélodique » :
« (…) dans ce chant mélodique euh qu'ileuh dont... personne d'autre ne peut euh ne peut lui envier (…) » ;
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="45:45" fin="45:55"]
de paroles profondes et d'émotions inédites :
« (…) ils mettent un terme à la dominia... à la domination des parole(s) ineptes en matière de pop musique (…) en apportant des émotions inédiques (...) » ;
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="47:30" fin="47:40"]
d'un « style à part entière » :
« (…) les Smith chantent la misèl... la misère sexuelle ils prônent le célibat et le végétarisme (…) et ont [en ?] dévi... définitivement changé la face du rock anglais en... incarnant le [?] style à part entière [?] une raison de vivre pour toute une génération qui ne zure... qui ne jure désormais plus que par Manchester. »
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="48:00" fin="48:23"]
Voici la réponse à la question inaugurale :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="58:26" fin="58:39"]
Une émission de la même « famille » avait déjà été commentée (non sans pertinence) par Oféo et par Philaunet.

Ah ah ah ! Vous ne nous auriez pas donné les extraits sonores que j'aurais cru que vous inventiez ! Et pourtant lors de la rediffusion vespérale de cette émission, je vois confirmer le niveau de l'élocution (et de l'anglais, désastreux) de Florent Mazzoleni : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="35:35" fin="36:24"]

Il semble  que l'émission ait de nouveau été faite en direct, et c'est la Bérézina ! Et pourtant après avoir lu la biographie de Florent Mazzoleni, on ose à peine formuler la moindre remarque désobligeante (la force des titres contre l'expérience du réel...) : « Il est diplômé en Sciences Politiques, Histoire, Sociologie, Anglais et Ethnologie ». Diplômé en «  anglais », j'adore ! S'il a le même niveau dans les autres disciplines...

Sinon un mystère reste à éclaircir. Les fortes, rapides et parfois inaudibles paroles de qui a voyagé  « du Brésil à l’Ethiopie en passant par le Cap-Vert, le Japon ou le Sri Lanka » ( ? ) étaient suivies de ceci (près de 4'00" à 36'25") : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="36:25" fin="40:10"]

Que cela constitue l'univers sensible et esthétique de M. Mazzoleni, cela ne nous regarde pas. Que ces boîtes à rythmes soient diffusées durant une semaine deux heures par jour sur la station culturelle nationale, voilà qui peut se discuter (pour dire le moins...). Mais comment pouvez-vous, cher Antoine Arnoux, combiner science des langues anciennes,  savoir universitaire sur Vladimir Jankélévitch, l'adorateur de Fauré et Debussy et l'auteur de La Musique et l'Ineffable, combiner tout cela, donc, avec l' écoute attentive en août 2015 de la pop des années 1980 ?

Je ne vois qu'une réponse : vous êtes un pur produit de l'ancien France Culture (celui d'avant 1999) : curieux de tout, ouvert à tout, auditeur au savoir éclectique.

Ce genre d'auditeur ne peut malheureusement plus être créé ou nourri, France Culture proposant depuis des années une pitance faite de commentaires d'actualités d'après les dépêches des forts en orthographe de l'AFP ou des bavardages vains et hilares sur les postillons du discours politico-économique ambiant et des people des institutions culturelles. Navrant.

Au fait, la page de l'émission : Manchester avec Peter Savillle avec la "playlist", of course.

Jean-Luuc 

26
Répondre en citant  
+1 - le Ven 07 Aoû 2015, 03:07

Avant toute chose, merci aux deux dernières contributions d’Antoine Arnoux, (post 24 de ce fil) et 180 de cet autre :

http://www.regardfc.com/t34p170-michel-onfray-qu-as-tu-fait-de-ta-promesse#19239

C’est, entre autres, exactement ce que j’attends des lectures du forum RFC.

Pour faire suite aux remarques initiées plus haut donc, je me permets d’ajouter les éléments suivants :  

Une émission consacrée à Peter Saville réussit dès son titre à écorcher le patronyme du designer/graphiste : Saville est écrit avec 3 L.

Après les yeux, ce sont les oreilles qui souffrent, où pas une reprise (au micro) n’est exempte de sorties de route multiples (hésitations, savonnages, déglutitions, et mots incompréhensibles syndrome patate chaude). Le texte a l’air d’être littéralement découvert (on appréciera les phrases sans point).

A 5’11’’, à propos des Buzzcocks, prononcé « Buzzcoque », on apprend que les membres fondateurs sont Howard Devoto et Steve Shelley. Par curiosité, je m’en vais voir le premier référencement gougle, et, surprise, le sieur Steve Shelley n’existe pas, mais est une combinaison de Pete Shelley (guitare) et (probablement) de Steve Diggle (basse). Un détail après tout. (j’ai arrêté par la suite ce genre de curiosité mal placée au sujet des groupes qui me sont inconnus)

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="05:06" fin="05:16"]

16’07’’ : Ian Curtis chante comme si la fin du monde était proche, une voix sépulcrale aux cordes vocales sombres et torturées, exprimant mille ans de malheur intense.

- Des cordes vocales peuvent-elles être sombres et torturées ?

- exprimant mille ans de malheur intense. Pourquoi pas deux-mille ?

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="16:07" fin="16:15"]

Il est vrai que le nom provient de la division de la joie qu’était le nom des prostituées qui donnaient du plaisir aux nazis dans les camps de concentration. C’est vrai que c’est pas forcément touchant, mais ça montre aussi certaines ambiances dans cette Angleterre mancunienne (…).

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="16:15" fin="16:32"]

Ce producteur ne fait-il donc pas relire son texte ? Que doit-on entendre par : C’est vrai que c’est pas forcément touchant ? Un enfant a t-il écrit ces mots ? Pour avoir une idée exacte des motivations présidant au choix du nom du groupe, il suffit de jeter un œil au documentaire consacré aux survivants de Joy Division. 30 secondes suffisent (à partir de 10’20’’) :

https://youtu.be/d_1l-cEgMio?t=10m20s

16’45’’ : Cette pochette (album Unknown pleasures) emblématique montre la transcription du signal d’une étoile qui se transforme en nova et qui synthétise parfaitement le caractère viscéral, théâtral et émotionnel de cet album. Cette pochette peut aussi être lue comme le chant du cygne des chaînes de filature et des usines de textiles de Manchester qui commencent à dépérir en cette fin des années 70.

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="16:40" fin="17:03"]

Et pas une seule allusion à l’épilepsie de Ian Curtis (seulement évoquée à 35’13’’ voir ci-dessous), ou à la musique considérée comme des ondes électroniques (rapport aux nouvelles machines-instruments de ces années)  ?

Retrouvez les usines de textiles de Manchester par ici :

https://www.youtube.com/watch?v=V3Ioohi9aqE

35’19’’ : Sur scène, Ian Curtis mime un insecte agonisant, ce qui n’est autre que le reflet des crises d’épilepsie dont il souffre par ailleurs.

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="35:13" fin="35:20"]

Il ne faut avoir jamais vu une seule vidéo de Joy Division en concert pour prononcer pareille ineptie. Ian Curtis est littéralement dévoré par la musique, entrant à chaque chanson dans une transe incontrôlable (voir les mouvements rotatifs de ses bras).

Si, à la rigueur, il peut avoir l’air, pour ce producteur, d’un insecte agonisant (une bien belle comparaison), il n’est pas encore un cousin du mime Marceau.

Une petite perle à 36’10’’ : suite au décès de Ian Curtis suite à sa disparition, les membres restants décident de former un nouveau groupe. D'accord, on peut imaginer qu'il y a eu une virgule entre décès et disparition...

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="36:07" fin="36:13"]

Une autre à 41’57’’ : New Order se sent pousser des ailes, de même que le label Factory, et c’est ainsi que Peter Saville va sans doute réaliser l’une des pochettes les plus emblématiques de l’histoire du rock, en utilisant le fameux tableau "Panier de roses" de Georges Fantin-Latour comme pochette de l’album de New Order : "Power Corruption and Lies".

Recette : Prenez Georges de La Tour et Henri Fantin-Latour, mélangez bien fort et vous aurez : Georges Fantin-Latour.

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="41:59" fin="42:14"]

Sinon, j'ai bien aimé la playlist.

27
Répondre en citant  
Bien écouté ! - le Sam 08 Aoû 2015, 21:03

@Jean-Luuc a écrit:Avant toute chose, merci aux deux dernières contributions d’Antoine Arnoux, (post 24 de ce fil) et 180 de cet autre :

http://www.regardfc.com/t34p170-michel-onfray-qu-as-tu-fait-de-ta-promesse#19239

C’est, entre autres, exactement ce que j’attends des lectures du forum RFC.

Pour faire suite aux remarques initiées plus haut donc, je me permets d’ajouter les éléments suivants :  (...) à 41’57’’ : New Order se sent pousser des ailes, de même que le label Factory, et c’est ainsi que Peter Saville va sans doute réaliser l’une des pochettes les plus emblématiques de l’histoire du rock, en utilisant le fameux tableau "Panier de roses" de Georges Fantin-Latour comme pochette de l’album de New Order : "Power Corruption and Lies".

Recette : Prenez Georges de La Tour et Henri Fantin-Latour, mélangez bien fort et vous aurez : Georges Fantin-Latour.

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/08/s32/NET_FC_da7fb246-f207-4dc9-9f81-2d564cf8caa1.mp3" debut="41:59" fin="42:14"]
(...)

Merci pour le relevé ci-dessus et pour votre dernière observation : j'avais entendu le passage sans relever la confusion. Une réparation du genre que j'attends aussi de lire, entre autres, sur ce Forum attentif.

28
Répondre en citant  
Avis de disparition - le Sam 08 Aoû 2015, 21:07

Le 21 juillet 2015 dans la série Grands écrivains, grandes conférences, n'a été ni donné en podcast, ni proposé au téléchargement via le lien RSS  le numéro Molière et Don Juan (2/5) : Juan Tenorio.

Maître Garbit, auriez-vous la bonté de signaler le fait au technicien de service ?

29
Répondre en citant  
Gogol en 1953, puis en 2015, pour comparaison - le Lun 28 Sep 2015, 09:22

Une conférence d'une heure captivante de bout en bout : Les âmes mortes de Nicolas Gogol par Henri Troyat*

Qui a dit que les conférences n'étaient pas radiophoniques ? En réalité ce sont les conférenciers actuels qui ne passent pas l'épreuve, la plupart étant ennuyeux à mourir devant leur micro. Car si l'on repense à Henri Guillemin ou aux autres conférenciers  de l'Université des Annales  dans les années 50 et 60 que l'on a découverts dans la série Grands écrivains, grandes conférences ces dernières années, on est sûr que c'est la langue, la culture, l'humour, la passion pour le sujet et le plaisir de transmettre qui font la différence. Quand Gilles Cantagrel fait une conférence actuellement, on le suit avec intérêt.

D'Henri Troyat, nous avons eu le plaisir d'entendre une rediffusion du Bon Plaisir, puis cette conférence. La question qui se pose après l'écoute de ces programmes de 1980 et 1953 : faut-il tenter une écoute de Nicolas Gogol, le rire au bord de l’abîme (1809-1852) de ce 26 septembre 2015 ?

Ce n'est pas le nom de Perrine Kervan qui m'y incitera, bien plutôt l'équipe de réalisation, constituée de piliers de France Culture :  Productrice  « Laetitia Leguay **. Réalisation : Ghislaine David. Attachée de production : Claire Poinsignon. »

Mais six intervenants, deux archives, une lecture et la voix de la narratrice, tout cela en 55 minutes ? Cela sera-t-il plus convaincant que le monologue savant et inspiré d'Henri Troyat de même durée ?


* Grands écrivains, grandes conférences  par Philippe Garbit
XIXème siècle (7/15) : Nicolas Gogol
04.08.2015 - Première diffusion le 22 juin 1953 sur La Chaîne Nationale

** Voir son Une vie une oeuvre sur Sandor Marai et sa page personnelle.

Programmes d'été 2015     Page 3 sur 3

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum