Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Accueil / France Culture

Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel    Page 15 sur 15

Bas de page ↓   

141
Répondre en citant  
Soft Power - le Sam 01 Juin 2013, 14:00

Cette émission s'est sérieusement améliorée depuis l'époque où on l'appelait "Crasse mythique". Le changement de titre n'y est pour rien, mais jle changement d'attitude du producteur y est pour beaucoup. Chaque fois qu'il traite d'un sujet lié au numérique, Martel n'a pas de mal à faire mieux que Xavier Delaporte . Ca arrive assez souvent, notamment dans les sujets courts de début d'émission, plutôt intéressants à mon goût.

Parmi d'autres, je signale 2 sujets récents qui m'ont intéressé :

- La parution du livre "New Digital age"
http://www.franceculture.fr/emission-soft-power-soft-power-2013-05-05-1 (commence à environ 37'4)

- Le lancement du quotidien de Nicolas Beytout, L'Opinion.
http://www.franceculture.fr/emission-soft-power-nicolas-beytout-et-la-presse-de-droite-2013-05-12 (à partir de 24'30 environ)

Voir le profil de l'utilisateur

142
Répondre en citant  
L'avenir de la radio et le numérique - le Lun 10 Juin 2013, 13:53

Avec le sentiment que cette émission a achevé sa mutation, voici un numéro largement consacré à la radio numérique. Une fois encore Frédéric Martel fait mieux que Xav'e Delaporte ne saura jamais faire, c'est ce que doit penser aussi Joel Ronez présent dans ce numéro. Le responsable du numérique a Radio-France aura donc été invité par les deux émissions et lui aussi a du voir la différence de sérieux.

Au sommaire, à partir de 20'50 :
- L'intérêt réel de doubler le son par l'image (sans faire de la sous-télé)
- Les usages du podcast
- L'avenir plutôt sombre de la radio musicale
- La BBC réussit dans la radio numérique terrestre
- Vers un player universel en Europe
- Résurrection des Buggles
- Visite du côté des web-radios
- Japon : la radio moribonde, qui n'a pas pris le train de la modernité.

Voir le profil de l'utilisateur

143
Répondre en citant  
La rentrée des crasses - le Dim 30 Nov 2014, 10:21

On ne sait pas exactement si c'est par charité que Frédéric Martel reprend le créneau de Xavier de la Porte où de toutes façons il ne pourra pas faire pire ; ou bien si Soft Power a tout simplement bouffé Place de la toile qui, tout seul, ne méritait que de couler à pic. Quoiqu'il en soit, dans sa présentation de la rentrée Freinric Martel vous informe de l'évolution de son titre et de sa formule : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/09/s36/NET_FC_8c8ebe5e-6260-4a79-a1d2-079b75579629.mp3" debut="00:50" fin="03:36"]

A part ça, rien de changé : ce magazine reste informatif, quoique inéluctablement orienté. N'en attendez jamais la moindre critique du producteur à l'encontre de la famille politique qui a fait de lui ce qu'il est devenu.  N'attendez pas non plus qu'il prononce enfin correctement le nom de sa chroniqueuse : l'extrait mis ci-dessus en pastille montre qu'il est le seul à appeler imperturbablement  "Agnès Chevaux" la pauvre Agnès Chauveau qui, dans l'intervalle, a été suspendue de son poste à Sciences-Po pour plagiat. L'accusation est démesurée mais elle ne surprendra pas ceux qui savent ce que vaut la déontologie journalistique des titulaires de France Culture. Et elle ne surprendra pas non plus ceux qui connaissent le tempérament de policier des médias dont Daniel Schneidermann fait preuve depuis des années.

Par pitié pour vos oreilles je ne vous met pas la chronique d'Agnès dans la pastille d'écoute, parce qu'on a déjà Martin Quénéhen à supporter et avoir en plus une de ses imitatrices ça serait carrément de l'agression sonore.

A part ça, Soft Power continue sa route; En tant que magazine, il reste largement plus sérieux et plus adulte que feu 'Place de la toile", aussi l'on espère que la nouvelle séquence L'alphabet numérique ne nous abreuvera pas des mêmes sornettes. On pourra s'en assurer aisément puisqu'elle est disponible en podcast séparé avec un désordre des titres et peut-être du minutage. On me dire que ça n'en fait pas une exception dans l'offre podcast de France culture, mais tout de même, venant de l'émission qui traite du secteur numérique, ça fait sourire.

Dans le sommaire depuis la rentrée, je vois quelques titres pourraient mériter l'attention :
- La république numérique (7 septembre)
- La ville numérique  (9 novembre)
- L'économie française à l'épreuve du numérique (16 novembre)

Et dans la liste des podcasts récents de cette émission que j'avais délaissée depuis une année, je vois encore disponible un sujet tout à fait fumant (le 22 juin 2014)  : il n'y a plus de culture à la télévision. Ayayaye gross malheur !! Déjà qu'il n'y en a plus des masses à France Culture, une fois encore l'hôpital Soft Power se fout du bazar de la charité France Télé, c'est ça ?

Voir le profil de l'utilisateur

144
Répondre en citant  
Agnès Chauveau perd son poste à Science-po et garde sa place à France Culture - le Jeu 22 Jan 2015, 10:49

@Nessie a écrit:[...]la pauvre Agnès Chauveau qui, dans l'intervalle, a été suspendue de son poste à Sciences-Po pour plagiat. L'accusation est démesurée mais elle ne surprendra pas ceux qui savent ce que vaut la déontologie journalistique des titulaires de France Culture. Et elle ne surprendra pas non plus ceux qui connaissent le tempérament de policier des médias dont Daniel Schneidermann fait preuve depuis des années. [...]

Fin de l'histoire : Agnès Chauveau a été définitivement congédiée de l'école de journalisme de Sciences-Po : le directeur de l'école Bruno Patino, ancien directeur de France Culture et maintenant directeur pour les programmes et le développement numérique à France TV, a mis fin à ses fonctions et l'ancienne directrice exécutive a disparu de la page web.

L'affaire n'est peut-être pas aussi grave que ce que donne à en penser l'image délayée comme à plaisir par le site de dénonciation publique Arrêt-sur-image, pour cette fois plus vif dans le flingage que n'a su l'être Mediapart. France Culture si l'on en croit cette brève du site Arrêt-sur-images, aurait annoncé dès le 25 novembre l'arrêt provisoire de la chronique, mais entre temps FC a retiré son communiqué et le lien donné par les Schneiderboys envoie maintenant ses lecteurs sur une page ordinaire de Soft-Power. Habitué aux manipes et peut-être prévenu de l'extraordinaire capacité qu'ont les pages de FC à disparaître sans laisser d'adresse, Arrêt-sur-image a tout de même su se couvrir, et fournit à la même page une saisie-écran du communiqué.

Malgré cela, on peut constater qu'Agnès Chauveau est toujours présente dans Soft Power avec les oeillères idéologiques qu'on s'attend à trouver chez une enfant de la maison, avec aussi cette vulgarité qui fait d'elle un membre à plein droit de l'équipe de Soft Power. Quant à la chronique elle n'avait pas été suspendue à la date donnée mais a continué d'occuper sa place en début d'émission jusqu'à la fin de l'année ; je ne serais pas surpris qu'on la retrouve bientôt.

Il y a dans toute cette affaire des relents de mauvais procès, surtout que Chauveau argue des contraintes de la publication en urgence, tout en faisant preuve de sa bonne volonté quand elle assure rectifier ses publications sur demande après coup, en ajoutant les guillemets et les références manquantes quand on lui en signale l'omission. On ne sait pas si c'est là une défense habile, ou dérisoire, ou suffisante en milieu indulgent. Il n'y a donc peut-être pas de quoi fouetter un chat. On pourra toutefois s'amuser de voir l'Ecole de journalisme de Science-Po réaffirmer et assumer son enseigne d'excellence, tandis qu'à France Culture où règne l'amateurisme, l'ancienne assistante de Jean-Noël Jeanneney semble n'avoir guère de mal à sauver sa tête. Et quant à son manque de rigueur, depuis qu'Agnès Chauveau n'est plus assistante à "Concordance des temps" les auditeurs ont pu remarquer que c'est plutôt l'effort de rigueur qui lui serait exceptionnel : dans la modération, dans la neutralité, dans la qualité de l'écoute, dans le maniement de la langue à l'oral.

Voir le profil de l'utilisateur

145
Répondre en citant  
Prononciation - le Lun 20 Fév 2017, 00:47

Pour certains, c'est un détail, mais Frédéric Martel n'a-t-il aucune oreille? Ne pourrait-il pas faire un effort de prononciation pour quelques mots étrangers très usités.
Exemple aujourd'hui:
soft power = pour lui, soft paouaire, plusieurs fois,ce qui est un comble puisque c'est le titre de l'émission.
i-Tunes = aille-Tiounes pour tout le monde. Pour lui: aille-Tunes, comme aille-flouze.
Erdogan + normalement Erdo'an. Pour lui Erdogant. Même après que la correspondante à Istanbul ait plusieurs fois prononcé Erdogan'
Mais le plus beau est décidément son "Kremline" pour Kremlin.

Voir le profil de l'utilisateur

146
Répondre en citant  
Et qu'en pense Agnès ''Cheveau'' ? - le Sam 15 Avr 2017, 15:32

munstead(http://www.regardfc.com/t72p140-soft-power-ex-masse-critique-frederic-martel#28132) a écrit:Pour certains, c'est un détail, mais Frédéric Martel n'a-t-il aucune oreille? Ne pourrait-il pas faire un effort de prononciation pour quelques mots étrangers très usités.
Exemple aujourd'hui:
soft power = pour lui, soft paouaire, plusieurs fois,ce qui est un comble puisque c'est le titre de l'émission.
i-Tunes = aille-Tiounes pour tout le monde. Pour lui: aille-Tunes, comme aille-flouze.
Erdogan + normalement Erdo'an. Pour lui Erdogant. Même après que la correspondante à Istanbul ait plusieurs fois prononcé Erdogan'
Mais le plus beau est décidément son "Kremline" pour Kremlin.

Une prononciation relâchée me laisse toujours un doute sur le niveau intellectuel de son titulaire. Je suppose que c'est un indice trompeur, car on n'imagine pas un Frédéric Martel indigne de ses différents emplois d'attaché parlementaire, producteur à France Culture, et j'en passe.

Je me dis parfois qu'une prononciation incorrecte doit bien être le signe d'une carence quelconque : incapacité à l'écoute ? Incapacité à lire sans erreurs ? Faiblesse de la concentration en général ? Ou de l'attention ?

On atteint des records quand pendant plusieurs mois ou plusieurs années de suite, le même producteur de France Culture se montre incapable de prononcer correctement certains noms,, toujours les mêmes. Ainsi Frédéric Lenoir n'a jamais pu dire 'Etty Hillesum" autrement que 'Itty' ce qui donne finalement quelque chose comme E.T. Hillsum. Et Frédéric Martel s'obstina pendant des années à appeler son assistante-chroniqueuse "Agnès ChEveau" pour 'Agnès Chauveau'.

Par chance on n'entend plus ces deux écorcheurs à l'antenne. Cela dit, ce qu'on entend à la place n'a guère de quoi nous rendre optimistes...


_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


147
Répondre en citant  
Re: Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel -

Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel     Page 15 sur 15

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum