Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel    Page 5 sur 15

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel - le Mer 23 Sep 2009, 21:14

Rappel du premier message :

On ouvre parfois toute une série de fils positifs en un seul après-midi, et puis comme en fin d'après-midi on passe de l'écoute des émissions enregistrées de la semaine, à ce que nous offre FC le dimanche entre 19h et 20h, on retombe d'un seul coup et on se dit que le travail critique serait incomplet si on différait fut-ce d'une heure une mission de salut public : dire ce que valent l'émission radio et le travail journalistique de Frédéric Martel.

De mon point de vue Frédéric Martel est de très loin ce que FC nous propose de pire.
Dans ces conditions, un tel fil ne pouvait pas être 100% positif. Il ne le sera pas.
En ses  premiers posts  au moins, il ne pouvait être élogieux. Ils ne  le seront pas.

Parce que tout est possible en ce monde, et parce que celui qui ouvre ce fil sait ne détenir aucune vérité, il est probable (en fait on l'espère) que des auditeurs de FC viendront contredire la critique qui s'ouvre ici contre Frédéric Martel. Ainsi la controverse, comme nous l'attendons et l'appelons de nos voeux, viendra enrichir ce fil et recevra les réponses argumentées qu'elle appellera à son tour, car les forumeurs de RegardsFC sont tous soucieux de dialogue loyal et sincère, n'est-ce pas ?  

./...
* * *

41
Répondre en citant  
trois d'un coup! - le Mer 21 Avr 2010, 14:25

Laughing C'était bien Raphy, et je préfère de loin le Verdurin crêmeux, auquel il faut rajouter une couche de nougatine à briser au pic à glace pour trouver la qualité.
On avance très vite!

Longues syllabes revendicatrices?

42
Répondre en citant  
Re: Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel - le Mer 21 Avr 2010, 15:44

Si c'est paaa Sandrin'Chap'rooon alors-lààà c'est Soniaaaa
Elle allonge les syllabes finales, et toujours sur la même note, peut-être ?

Dans certains cas les musiquettes ça donne un charme, mais quand c'est toujours les 3 mêmes notes et surtout quand c'est au service d'une petite comédie perso, ça use.... Par exemple je pense que Mme Canto-Sperber devrait trouver un autre truc que son refrain, en plus c'est presque le même que celui du regretté Crimon, 5 ou 6 tons plus haut certes, mais quand même on souffre, et c'est dommage car si on passe du niveau sonore au niveau de jugeotte qui transparait dans la perf' y'a pas photo entre Crimon et Canto...

Ah lala, c'est pas facile de faire de la radio hein.
Surtout quand y a des salopards qui vous écoutent juste pour se payer vot'fiole.
A se demander pourquoi on se plaint jamais d'entendre des vocalisations excessives en provenance de chez Veinstein, Fellous, Chaslin, Meyer, Couturier, Couturier bis, Luneau, Charpentier, Blandine Masson, Meddeb, Angelier, Stégassy, Pailler, JM Vacher, Rousset, Deligeorges, Garapon, Jeanneney, Baumgartner, et d'autres car on ne les cite pas tous. Eh oui y en a qui font leur radio sans faire de cinéma, enfin si on peut dire, merci Michel Ciment tiens pour un peu j'allais l'oublier dans cette liste des parleurs sobres.

43
Répondre en citant  
Re: Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel - le Mer 21 Avr 2010, 20:30

Excellent, votre jeu !
Vous avez exécuté les meilleurs numéros de la station, mais on peut sans doute en trouver quelques-uns encore

Dispositif branché ?
Bisounours télévisuel ?

44
Répondre en citant  
Re: Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel - le Mer 21 Avr 2010, 21:30

Haha! "ojorduiplato-1-avekunesertainidédelamoditudecarlavenirdemacarrièresélatélé-plato-1-variété-toudsuitelasessionakecocorobinsonkivanouzinterprétélamadelon-ensoufflandanszunebouilloirecocorobinsonsétavoulasession"

Mon tour : n'oublions pas cette grande figure : promiscuité lacrymale

45
Répondre en citant  
Re: Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel - le Mer 21 Avr 2010, 23:50

AH AH AH !!

Voila le coup de poignard qui tombe sur la petite hutte !!!

46
Répondre en citant  
Re: Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel - le Sam 24 Avr 2010, 08:10

Salut à tous, le jeu était sympa et Agathe a mis son grain de sel pertinent et … perfide Laughing Laurence Bloch qui officie à la direction de FC apprécierait votre écoute sélective elle qui aime tant le son. Même si aujourd'hui Alexandre Adler et le producteur des matins méritent d'être jetés aux gémonies (orties !!).

Bon ça y est j'ai récupéré "Mène s'trime", j'suis le prem's dans ma p'tite médiathèque. Je vais le lire entre Simenon, la bio de Simenon (d'Assouline). Normal cher Yann que la 3ème de couv' ne cite pas F.C. mais RF. Ça peut rebuter le lecteur et puis RF ça englobe le monde entier !!!! Razz

Je vais essayer de vous faire un petit feuilleton de l'affaire si je ne m'endors pas dessus.

47
Répondre en citant  
Frédéric Martel : straight to the chiottes - le Mar 25 Mai 2010, 15:40

Une énormité que certains diront anecdotique, et que pour ma part je crois plutôt révélatrice. Saisie au vol dimanche dernier, et notée pour montrer par l'exemple quelle bétise à la fois massive et critique Frédéric Martel distille dans ses commentaires. En l'occurrence il s'agissait de rendre compte de la publication attendue de On the road dans une formule qu'on nous dit être LE rouleau original. Passons sur les légendes qui tournent autour de ce rouleau, passons sur le fait que cette parution a toutes les chances de décevoir les amateurs de Kérouac et de justifier en même temps le travail de l'éditeur, même sous forme de requinade. De tout cela on a bien assez parlé.

Des 2 minutes que dure son commentaire, j'extrais cette perle : "le personnage de Neal Cassady, le gigolo bisexuel". Le problème que pose cet étiquetage ne saurait être moral, car il n'y a visiblement aucune offense dans ce collage d'étiquette. Non, le problème c'est que ça ne correspond pas au personnage romanesque et encore moins au personnage réel. Mais pour le savoir, encore fallait-il avoir pratiqué un peu sérieusement l'oeuvre et ses à-côtés, plutôt que de se contenter d'un digest ou de quelques remarques imprécises chopées au passage dans le bruit de fond des réseaux électroniques du post-modernisme chic. On n'a pas l'impression que Frédéric Martel ait été beaucoup plus loin que tout ça. En ce qui concerne l'homme réel Neal Cassady, en premier lieu sa bisexualité est purement épisodique, et impropre à définir le mec. Et puisque c'est ce qu'a choisi de faire Martel, s'il faut absolument le décrire par sa sexualité, c'est avant tout un homme à femmes, avec de gros besoins. Là dessus, les mémoires de Carolyn Cassady ne laissent guère de doute, et c'est bien ainsi que Dean/Neal apparait sous la plume de Kérouac. Quant à la qualification de "gigolo", elle résulte là encore d'une ignorance assez salée, et d'un désir de se faire plaisir : Neal c'est un fauché définitif et un grand tapeur, qui vit au crochet de ses amis sauf quand ils sont encore plus à sec que lui c'est à dire les trois quart du temps. Mais voila : de le présenter comme gigolo ça permet à Martel de frissonner dans son slibard de producteur radio occupé à jouer du persiflage vaniteux et du fantasme décadent-pépère, feutré, et finalement tout en toc.

Cassady, ou sa projection littéraire dans Dean Moriarty, c'est à l'image de Kérouac et de façon très simple, un personnage typique de la bohême littéraire dans sa version américaine, et rien que dire ça c'est déjà pas mal. Dans la réalité, telle que décrite par Carolyn, l'homme réussit à se poser un temps avec famille et foyer, et un emploi presque régulier aux chemins de fer de la South.Pacific. L'incroyable bougeotte qui caractérise Cassady aura raison de cette vie régulière, et ses gros besoins sexuels en même temps que son appétence pour les ivresses l'entraineront plus tard dans l'aventure de la contre-culture, pendant les 60's avec Ken Kesey et le Grateful Dead. C'est cela qu'il fallait savoir pour dire aussi brièvement que possible qui était ce faux voyou de Cassady, en qui Kérouac avait vu le type du cow-boy moderne. Et si Martel voulait faire un portrait en un minimum de mots histoire de cerner rapido le Cassady, il aurait mieux fait d'en choisir 2 autres, plus conformes aussi bien à On the road qu'à la vie du mec : la bougeotte + la bohème. Et si toujours soucieux de paraitre marcher hors des clous, le persifleur du dimanche voulait absolument se faire plaisir et frisonner dans son calebard, il pouvait y ajouter un 3ème B : la baise. Et ça suffisait. Mais Martel n'est pas un décadent cultivé, c'est un décadent-mode, donc superficiel.

Que vaut une émission dans laquelle on relève de telles énormités ? Elle est aux antipodes de ce quelle prétend être, à savoir une émission culturelle. Martel y pratique le raccourci erroné, pour le plaisir de la formule, protégé par sa situation d'employé de l'Etat. Il y a plusieurs façons de se montrer décadent : pour certains le décadentisme est un dandysme, une forme du maniérisme, une version de l'élégance. A qui ne l'a pas encore rencontré et se demande ce que ça peut bien vouloir dire, France Culture est là pour combler cette lacune, par exemple il suffit d'écouter Mauvais genre de temps en temps, à la volée : parmi les invités présents en studio et les commentaires sur les sujets abordés, vous en verrez passer des exemples croquignolets et d'un autre bouquet que la boisson gazeuse de Frédéric Martel qui, finalement, ne réussit jamais à dépasser le niveau du fade. La différence s'explique par le fait que François Angelier a une vraie culture et une vraie vision des choses. L'autre façon de se la jouer décadent, c'est celle de Frédéric Martel : parler de ce qu'on ne connait pas, jouer de l'écorniflage et du persiflage, dégoiser des sornettes sur un ton ironique et affirmé non pour masquer son ignorance crasse mais parce qu'on n'en est pas même conscient, et balancer de la formule sans se demander si elle entretient quelque rapport solide avec la réalité dont on parle.

A côté de quelques émissions qui ne sont agaçantes que parce qu'elles sont tout simplement idiotes et donc un peu excusables, celle de Frédéric Martel continue à être à la fois la plus prétentieuse et la plus désolante sur toute la fréquence de France Culture : la décadence radiophonique au premier degré et à l'état pur (j'ai contrôlé cette formule : en l'occurrence elle s'applique parfaitement).

48
Répondre en citant  
Le degré zéro de la culture - le Mar 25 Mai 2010, 16:21

Merci, Nessie je partage largement votre point de vue. Ma jeune compagne qui n'a aucun a-priori sur Martel n'a pas mis longtemps à comprendre les façons du faiseur : l'anecdote, l'anecdote, et l'anecdote. Il en sait plus sur la laidigaga que sur Kérouac et malgré ses interview-bidons autour du monde il ne sait même pas que l'émission de Chavez est le dimanche matin (comme la messe sur FC). Martel pourrait remplacer Morandini, mais comme il est prof Badou a du le pistonner. C'est affligeant. Même Inter fait mieux et pourtant ils sont souvent au ras des pâquerettes.

49
Répondre en citant  
Re: Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel - le Mar 25 Mai 2010, 20:21

Et le pauvre Jean-François Colosimo qui se voit transformer en Collisimo, c'est vraiment tragique de la part d'un (soit disant) journaliste, docteur en sociologie, professeur à HEC et science Po… De la part de Frédéric Marteau ce n'est pas étonnant. Il faudrait envoyer Monsieur Martel en vitesse lente au Venezuela chez Chavez.
Encore heureux que sa collègue l'ai reprit à la fin de l'émission.

50
Répondre en citant  
Re: Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel - le Mar 25 Mai 2010, 21:01

Fanch, si vous le souhaitez, vous pouvez poster vos observations directement sous le nez de l'intéressé, sur son profil Fessbook, où il présente chaque émission avec l'infantilisme et l'arrogance qui le caractérisent :

"Première fois de ma vie que je verrai Jean-Jacques Bourdin demain matin... En
direct de 8h30 à 9h00. J'ai vu que le mec bossait en tout cas, genre
Nicolas Demorand (il croit au travail), pas Elisabeth Levy (je lis pas
les livres dont je parle)..."

"Dans Masse Critique sur France Culture, spécial
Shanghaï et industries créatives en Chine. F. Martel va déglinguer
les Chinois qui se la jouent avec l'expo universelle mais censurent
tout et tous. Voilà comment on se met à dos 1,3 milliard de
Chinois... (France Culture, ce dimanche à 19h00)."

51
Répondre en citant  
Re: Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel - le Jeu 27 Mai 2010, 05:19

Portrait bienveillant de Martel cette semaine dans Télérama. Mais leur article m'a beaucoup moins agacé que les trémolos d'enthousiasme qu'ils avaient eu l'été dernier pour l'émission "sur le banc".

Soft Power (ex-Masse Critique) - Frédéric Martel     Page 5 sur 15

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum