Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » Web & médias » La direction de Radio France - Quelle ligne, quels choix ?

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Accueil / Web & médias

La direction de Radio France - Quelle ligne, quels choix ?    Page 1 sur 11

Bas de page ↓   

1
Répondre en citant  
La direction de Radio France - Quelle ligne, quels choix ? - le Lun 31 Aoû 2009, 17:45

"Evolution de l'offre Radio France en ligne"

Fil créé à l'été 2009, pour traiter des différentes offres de Radio-France par le Net, et en la comparant peut-être, à d'autres radios ? Par exemple du côté de la Suisse Romande. Le podcast sur France Culture reste critiqué pour les raisons même de son succès : il ne s'étend pas assez vite et ne dure pas assez longtemps. Mais il ne cesse, malgré tout, de s'étendre. Progrès lent, progrès frileux ? N'empêche que l'innovation a changé les usages chez l'auditeur et cela, dès la réécoute en ligne créée il y a une petite dizaine d'années, et depuis longtemps digérée par les uns, et dépassée pour les autres. Enfin n'oublions pas les oubliettes d'archives où tombent les émissions une fois passé le délai de mise à dispo. Et que dire alors de celles qui datent d'avant l'an zéro de FC-sur-le-Net ? Quand donc verrons nous ce stock rendu à la vie ?

Nessie  

PS : ce fil initialement ouvert dans un autre sous-forum de RFC, est déplacé ici à la rentrée de septembre 2010 et intègre les remarques récentes, car l'offre continue à évoluer



Dernière édition par Nessie le Lun 31 Mar 2014, 15:29, édité 6 fois

Voir le profil de l'utilisateur

2
Répondre en citant  
L'offre multimédia - le Lun 31 Aoû 2009, 17:48

Il s'agit ici de l'application Multimédia de radio-France. Le sujet mérite d'être suivi. Certains n'y verront peut-être que gadget. Pour le moment, je n'en ai rien entendu sur les ondes de RF. La nouvelle m'arrive ce matin par Médialogues, sur RSR-La 1ère, qui est un peu le France Inter en Suisse francophone. Je dis quelques mots en passant sur Médialogues, avant d'ouvrir plus tard un fil : c'est une émission d'info & critique média ; bien instructive, quoique assez inégale en originalité, et un peu à la traine du courant intello contestataire.

Ce matin à Médialogues, l'invité d'Alain Maillard c'est Stéphane Ramezi, le directeur du multimédia à Radio-France. Pour les gens pas mal branchés, je crois qu'ils n'apprendront pas grand chose. Pour ceux qui comme moi sont tout juste internautes et numériques, ça pourrait être plus instructif. Pour tous, c'est peut-être une piste à suivre car ça devrait continuer à évoluer. Voici le lien vers la page de Médialogues ce matin :
http://www.rsr.ch/la-1ere/medialogues/selectedDate/31/08/2009#lundi
On y trouvera une présentation du sujet + la possibilité d'écouter le sujet seul (durée 15' sur les 30' que dure l'émission) + le lien vers le Podcast + 2 liens utiles vers le site de Radio-France : le multimédia en général, et surtout l'application France Culture.



Dernière édition par Nessie le Lun 30 Aoû 2010, 10:15, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

3
Répondre en citant  
La direction de Radio France - Quelle ligne, quels choix ? - le Mer 23 Sep 2009, 22:09

C'est qu'on en reçoit, parfois, des nouvelles.

Des amusantes, des inquiétantes.
On en parle parfois même beaucoup un peu partout.

Et ici aussi...



Dernière édition par Nessie le Mar 04 Mar 2014, 01:10, édité 3 fois

Voir le profil de l'utilisateur

4
Répondre en citant  
Point de vue, Nouvelles du Mouv' - le Sam 26 Sep 2009, 01:22

Reçu ce jour quelques nouvelles du Mouv" :
http://www.le-media.fr/le-mouv-nest-plus-une-radio-musicale-selon-son-directeur.html

Le Mouv' n'est plus une radio musicale selon son directeur : Le Mouv’, qui n’a plus vocation à être une radio uniquement musicale, a introduit davantage d’émissions d’actualité et de débats dans sa grille de rentrée 2009/2010, a expliqué lundi à l’AFP Hervé Riesen, son directeur :
« Le Mouv’ n’est plus une radio musicale mais à dominante musicale, a-t-il dit, en précisant que la radio avait déjà progressivement réduit son programme musical à près de 70% à 75% du temps d’antenne, contre 90% il y a quelques années.
Internet a bouleversé beaucoup de choses. Une radio doit être incarnée par des gens et par des contenus. La musique ne suffit plus », a souligné M. Riesen.
Dans le cadre de la nouvelle grille 2009/2010 entrée en vigueur le 7 septembre, la matinale (06H00 à 09H00) est désormais axée sur l’actualité, avec des reportages, des chroniques et des débats. En fin de journée (19H00-20H00), une nouvelle émission d’information porte sur l’actualité culturelle et internet, avec également des débats à la clé. Du lundi au jeudi, entre 08H00 et minuit, « Francosonik » passe au crible les nouveaux courants musicaux et les nouveaux artistes. Avec ces nouveautés, Le Mouv’, radio publique destinée à l’origine aux 15-24 ans, vise les 18-30 ans, a expliqué M. Riesen. »

Commentaire : il y a une vingtaine d'années dans un cours de pathologie des entreprises, mon prof avait évoqué ce qu'il appelait le "syndrôme de Biddle". Selon lui ce syndrôme (métaphorique évidemment) consistait en un oubli de l'objectif de l'entreprise et de ses valeurs. Si France Culture réduit depuis 10 ans la part de culture dans ses programmes au profit de l'actu, et si le Mouv' réduit sa part de musique pour proposer de l'actu, est-ce parce qu'on ne sait plus ce qu'on y fait, ou bien est-ce par habileté tactique, qu'on décide que la tranche 7-9 sera dévolue au produit d'appel qu'est l'Info ??



Dernière édition par Nessie le Mar 04 Mar 2014, 01:10, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

5
Répondre en citant  
Re: La direction de Radio France - Quelle ligne, quels choix ? - le Lun 05 Oct 2009, 16:05

dans un autre fil, pb a écrit:Je remets ici un post qui a été curieusement censuré sur le blog de JL. Du moins, je mets la partie entre guillemets qui concerne les salaires et donc la question de la façon dont les moyens sont passés, à mon avis, du paiement des documentaires au paiement des stars médiatiques (et de leurs nombreux assistants).

« - 1000 € salaire pour la réalisation en 3 semaines d’un UVUO ancienne manière de 90 minutes par un universitaire que je connais (2006)
- 1500 € salaire pour la réalisation en 3 mois d’un ACR (source interview Farabet Libération 2002)
- 1500 € salaire mensuel pour certaines émissions quotidiennes placardisées (2000 & 2006).
- 4000 € salaire mensuel pour la chronique de la star de 8h15 (source Libé 2004)
- 4000 € salaire mensuel pour la chronique de la star de 7h58 (en 2004)
- ? ? ? salaire mensuel pour les émissions des VIP apparus depuis 1999.
-
30000 € salaire mensuel demandé par le nouveau directeur (source Le Figaro). A priori, c’est plus du double de ses prédécesseurs. Pour FC, je n’ai pas d’info précise, n’étant pas enquêteur, mais pour sa consoeur RFI le chiffre été rendu public : 11000€ pour l’ancien pdg ; 26000€ pour chacun des 2 dirigeants actuels. L’inflation sans justification du salaire des dirigeants est un phénomène bien connu de notre époque (phénomène de caste).

Ces chiffres sont très approximatifs (déclaration des intéressés) et ne tiennent pas compte des frais de studio, des droits SCAM éventuels et des frais d’assistants, mais c’est mieux que RIEN puisque personne actuellement ne divulgue de chiffres sur le budget de FC. »

En ce qui me concerne, je ne me sens pas vraiment informé par un post émis sur un ton neutre mais à visée clairement dénonciatoire de divulgation des salaires distribués par FC. Notons qu’un tel post démontre par sa seule existence le bien-fondé d’une émision comme « Masse critique ». Cela dit, ces chiffres existent. Que peut-on en faire ? Pour intéressants qu'ils soient et en les supposant vrais, ils souffrent à la fois d'imprécision et d'une absence de mise en forme, qui serait bien difficile car il n'y a finalement pas grand chose. Et puis ils ne sont pas très parlants tant qu'ils ne donnent pas lieu à certaines comparaisons :
- combien est payée une chronique quotidienne dans la presse papier ?
- combien est payée une chronique quotidienne sur une chaine télé ?
- combien est payée une chronique quotidienne faite par un journaliste moins célèbre
Sans réponse à ces questions, je ne vois pas comment se faire un avis valable sur ce choix de la chaine, d'avoir ou non de la chronique quotidienne, et de la chèrement payée plutôt que de rester dans le coût moyen pour la chaine. A défaut, le risque est de se laisser enfumer par des chiffres qui, finalement, ne veulent pas dire grand chose sur les programmes.

./..



Dernière édition par Nessie le Jeu 13 Mai 2010, 01:44, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

6
Répondre en citant  
Re: La direction de Radio France - Quelle ligne, quels choix ? - le Lun 05 Oct 2009, 16:20

Par ailleurs, les comptes de Radio-France ne sont-ils pas publics ? Une discussion sérieuse nécessite une enquête sérieuse, et ne saurait se suffire de quelques chiffres raclés cà et là et qui visent surtout à faire impression. Car pour qui s'intéresse non à la chasse au hauts salaires, mais à la gestion budgétaire de FC et à son impact sur les émissions, il y a bien d'autres questions à se poser. Le post de pb semble dire (même s'il ne le dit pas) qu'en un mois, un chroniqueur qui fournit entre 1h et 2h de radio (22 x 3à4') coute 4 fois plus cher qu'un documentaire de 90'. C'est oublier qu'une minute de chronique c'est une minute de direct. On peut la juger trop cher payée si on se rapporte au salaire du chroniqueur, surtout si c'est un gourmand. N'empêche que les 4000 € mensuels de certains chroniqueurs des matins ne viennent pas pomper le budget de 4 documents d’1h payés 1000 € chacun, à des intervenants moins chers.

En clair : les salaires ici mentionnés (noter que le post ne dit pas toujours clairement à qui ils sont versés ni pour quoi faire) ne peuvent servir à monter qu’un indicateur biaisé. Tant qu'on ne prend pas en compte le coût de la minute de radio de chacune des émissions en fonction des différents modes de fabrication (direct, journal, documentaire, magazine direct, entretien monté), on ne peut opérer aucune comparaison instructive sur le coût radio. La seule chose qu'on peut dire c'est que le chroniqueur de 8h15 coute plus cher que celui de 6h55. C'est maigre.

On a donc besoin de connaitre, non pas des salaires, mais des coûts de production, disons à la minute si on veut partir du salaire versé à la chronique quotidienne, et sinon il doit bien y avoir un cout horaire moyen (ma propre imprécision en la matière montre que je suis néophyte en cette réflexion, et sans les 200 informateurs de PB, aussi on excusera mes erreurs). En première approximation, ce dont nous aurions besoin c’est plutôt de ceci :
a) coût moyen d’une durée donnée pour la chronique d'un journaliste célèbre qu'on choisit d'employer et de rémunérer en fonction de son prix sur le marché de l'emploi (alors qu'on pourrait très bien s'en passer, mais c'est bien là un choix éditorial)
b) coût moyen d’une durée donnée pour le documentaire culturel
c) coût moyen d’une durée donnée pour le documentaire moderne, style "pieds sur terre" ou "sur les docks"
d) coût moyen d’une durée donnée pour le journal
e) coût moyen d’une durée donnée pour les différents magazines en direct : on devine que le coût de "A plus d'un titre" pourrait être assez différent de celui des "Nouveaux chemins de la connaissance"
Toutes questions qui supposent de savoir de quoi se compose le coût de chaque catégorie d'émissions (matériel, équipement, personnel, invités, archives, déplacements).

En clair si on veut tirer quelque enseignement des coûts de production, le minimum est d'établir les coûts réels pour les catégories pertinentes, elles-mêmes déterminées par une analyse préalable du programme. A défaut, ce genre de liste n'est que nuage de fumée. Et pour ce qui est de l’effet sur la qualité des programmes, ça sera de toutes façons une question autrement vaste et difficile, et surtout qualitative.

./...

Voir le profil de l'utilisateur

7
Répondre en citant  
Re: La direction de Radio France - Quelle ligne, quels choix ? - le Lun 05 Oct 2009, 16:35

Si on veut tirer quelque enseignement des coûts de production, le minimum est d'établir les coûts réels pour les catégories pertinentes, elles-mêmes déterminées par une analyse préalable du programme. A défaut, ce genre de liste n'est que nuage de fumée. Et pour ce qui est de l’effet sur la qualité des programmes, ça sera de toutes façons une question autrement vaste et difficile, et surtout qualitative.

De cela, notre as de la radio-couloirs est peut-être plus ou moins conscient, puisqu'il ajoute : << ces chiffres sont très approximatifs (déclaration des intéressés) et ne tiennent pas compte des frais de studio, des droits SCAM éventuels et des frais d’assistants, mais c’est mieux que RIEN puisque personne actuellement ne divulgue de chiffres sur le budget de FC. >>
Mieux que rien ??? Dans certains cas, plutôt qu'un indicateur biaisé, mieux vaudrait pas d'indicateur du tout. Je pense que c'est ici le cas, et que ces chiffres ne sont pas seulement approximatifs : ils nous induisent en erreur, aussi peu parlants pour la comparaison du coût des émissions, que le seraient les prix respectifs du riz et des haricots pour comparer les respectifs coûts de revient du cassoulet et de la paella. Par contre ils sont fort efficaces pour créer de la polémique d'un type déjà bien connu, et qui nous envoie sur des pistes qui n’ont pas grand chose de radiophonique.

Ces chiffres sont donc exactement le contraire de ce dont on a besoin pour une analyse sérieuse. Et à l'argument que « c'est mieux que rien », on peut répondre que pareillement, la désinformation et les rumeurs qui se font passer pour de l'info, c'est mieux que rien car après tout il n’y a pas de fumée sans feu n’est-ce pas, et le cynique ajoutera que ça permet à certains de susciter des émotions malsaines tandis que d’autres y trouvent de quoi combler leurs besoins en émotion (c’est un autre marché d’ailleurs, moins marqué par l’argent mais au moins aussi dégueulasse). Mais si l’objectif réel et sincère c’est d’informer afin de parler du programme radio, alors plutôt que ces chiffres-là, mieux vaudrait rien du tout...

Voila ma réponse. Je gage que celle de n’importe quel décideur, responsable de production, serait fort différente tout en aboutissant à un résultat convergent : que le débat sur les salaires n'est pas une bonne façons de poser le problème des parts respectives de l’un ou l’autre type d’émissions dans le programme. Quant au problème de la culture à FC, je cherche encore le lien entre le besoin de chasse aux sorcières (sport habituel de Patrick Broguière) et le désir de culture.



Dernière édition par Nessie le Mar 03 Aoû 2010, 10:55, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

8
Répondre en citant  
Re: La direction de Radio France - Quelle ligne, quels choix ? - le Mar 06 Oct 2009, 00:40

(suite de la même polémique) Dans un autre fil et sur son ton habituel de mépris cette fois rehaussé d'un soupçon colérique pb a écrit:A moins d’être aveuglé par l’idéologie ou la rancune, il est assez facile de comprendre que je fais état de surcoûts. Pas la peine de connaître le budget des émissions pour comprendre que 10 chroniqueurs à 4000€ EN PLUS à l’intérieur des émissions et un manager TROP CHER de 15000€, ça fait au minimum 55000€ de budget MENSUEL qui sont passés à budget constant du poste « production d’émissions documentaires soignées » au poste « VIP + prestige ». Je pensais qu'on était ici à la recherche de toutes les causes possibles de baisse de qualité

De l’effacement étonnant de ces chiffres sur le blog de Lebrun, je déduis aussi que ce sujet est gênant pour la station. Le directeur de FC s’est d’ailleurs plaint devant une journaliste de Telerama de la révélation de son salaire. Sa plainte est assez comique car en gros, pour lui, c’est la honte à l‘école privée de ses enfants que leur père gagne « seulement » 30000€ mensuels (source : Le plan B)

PS : le budget de RF est public mais les salaires individuels hors grille statutaire et de gré à gré ne sont pas révélés
Je réponds de  bas en haut puis sur la question en général  :

Je ne parle pas du budget mais des comptes du bilan, comme quoi la discussion est mal barrée.
La "déduction" de l'avant-dernier paragraphe émane d'une source tellement crédible et sérieuse qu'on vacille   ...
Le "il est facile de comprendre" rappelle le "chacun sait que" dont tu usais jadis sur en d'autres lieux, bref on y reconnait l'argument d'évidence, le masque du n'importe quoi non vérifié.

Soyons clair : le raisonnement de 21h est assez farce...
Non seulement il n'était pas si " facile de voir que tu parles de surcout", mais maintenant que tu le précises, c'est totalement fumeux. Etant donné qu’on ne sait pas quels autres efforts d’économie auraient par ailleurs pu être consentis, la notion de surcoût n'a aucun sens en comptabilité. Ca n’est pas comme ça qu’on réfléchit sur l’utilisation d’un budget. Donc outre qu’il serait temps pour toi d’apprendre à écrire clairement, si tu veux user d'arguments budgétaires, il te faudra passer par la
comptabilité analytique. Si elle n'existe pas ou si tu ne la trouve pas, tu ne produis que de l'hypothèse bidon, une fois de plus. C'est une marque de fabrique de la soupçonnite donc on n'est pas tellement surpris.

Pourtant il y a des choses à ajouter ...

./...



Dernière édition par Nessie le Mar 04 Mar 2014, 02:31, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

9
Répondre en citant  
Re: La direction de Radio France - Quelle ligne, quels choix ? - le Mar 06 Oct 2009, 00:47

./...

D’abord peut-on savoir d'où sort cette dizaine de chroniqueurs payés 4 000 euros ? Il faut assembler combien de chro hebdos pour ça ? Et le montant de tous ces salaires d'où tu le sors ? Jusque là tu n’avais pourchassé de ta haine un peu minable que 2 stars prétendument sur-payées ce qui demeure d'ailleurs un jugement personnel asséné par toi-même. Les 8 autres et leur salaire on y croira quand ça sera détaillé, sinon c'est pure extrapolation une fois encore. Et s'ils ont tous le même salaire (il est permis d’en douter) alors à quoi rime la fixette sur les deux stars de 7h55 et 8h20 ?

Enfin il n’y a pas que les coûts par catégorie d’émissions (distinction que je propose mais que tu ne comprends même pas ?) : il te reste à démontrer que quelques gros salaires déséquilibrent l'ensemble du budget production. Si tu ne donne pas le chiffre global ton argument n' aucun poids. Et si c’est peanuts sur le budget annuel, alors le problème n’en est pas un.

Avec ce procès "chasse aux riches" un rien foireux on retrouve sur RegardsFC ce à quoi on avait échappé en un mois d'existence : le militantisme neu-neu à la sauce RACCFC. C'est même le côté idéologique le plus médiocre de ce groupuscule loufoque où finalement on ne parle quasiment jamais du contenu des émissions, parce qu'on préfère activer toujours des arguments de type populiste : un coup les gens de peu, un coup les trop payés, bref la lutte des classes est toujours au calendrier de pb et du RACCFC.

Je ne doute pas que ta réponse sera encore acariatre, car dès qu'on parle pognon les aspirations des petits-bourgeois frustrés se révèlent, et ils ne se contrôlent plus. Mais que ça ne t'empèche pas d'écrire enfin clairement en forum, avant un jour de te mettre à écrire correctement sur papier stp...

Conclusion : la lutte de classes c'est bien joli, mais ça n'a que peu à voir avec la réflexion sur la radio. Je ne suis pas certain que ces deux derniers mots fassent sens pour toi mais je n'en ai pas d'autres, désolé.

N.

Voir le profil de l'utilisateur

10
Répondre en citant  
Les applications FC et RF - le Lun 19 Oct 2009, 17:50

Well, presque un mois après le précédent post, un peu alerté par quelques messages sur la fin prochaine et parait-il inéluctable du broadcasting, je suis retourné écouter ce Médialogues. Il nous intéresse en ceci qu'on y parle des usages de la radio. Oh, pas de façon très structurée : c'est plutôt une discussion entre un journaliste et deux responsables. Mais enfin, on y dit tout de même que l'écoute dite "linéaire" (c'est comme ça qu'ils appellent l'écoute classique de la radio au fil de la diffusion) sera en recul mais ne disparaitra pas ; que les usages vont se diversifier et que ça se fera sous une forme imprévisible d'ailleurs on n'aurait jamais prévu un tel succès du podcasting ah bon. On nous dit aussi que ce sont les émissions de stock qui sont les plus podcastées : en clair les auditeurs s'en foutent de rater une émission de flux, mais ils veulent soit ne pas rater, soit conserver les émissions de stock. Certes, on peut trouver dommage qu'à FC maintenant "Programme de stock" = Reportage genre Sur les docks. Mais enfin ce dernier point ça peut toujours changer il suffirait que la chaine se recentre et c'est tout le sujet de ce forum, I mean des autres fils.  



Dernière édition par Nessie le Lun 31 Mar 2014, 15:31, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


11
Répondre en citant  
Re: La direction de Radio France - Quelle ligne, quels choix ? -

La direction de Radio France - Quelle ligne, quels choix ?     Page 1 sur 11

Haut de page ↑   

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Accueil / Web & médias

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum