Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Partenariats et publicité à France Culture    Page 4 sur 4

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Partenariats et publicité à France Culture - le Jeu 15 Oct 2015, 20:29

Rappel du premier message :

« Un fil ''Partenariats de F.C.'' se niche-t-il quelque part ? »  se demandait Jean-Luuc  le 21 septembre dernier dans une contribution qui relevait une étrange relation entre France Culture et la SNCF.

Le fil n'existait pas, les contributions sur le sujet étant dispersées dans diverses rubriques.  Par exemple, Jean-Luuc,  en analyste rigoureux, faisait, le 2 juillet dernier, la liste des 19 partenariats des émissions d'été, dans le billet Des partenariats à la pelle. Il y posait des questions qui ont mené à la création de ce fil :
@Jean-Luuc a écrit: (...) On peut cependant se demander quel impact ont ces partenariats sur le contenu des émissions. Quelle est la nature de l'échange proposé entre le "partenaire" et FC, a fortiori, les producteurs concernés ? Comment ces partenariats se sont-ils imposés ? Pourquoi sont-ils si nombreux (parfois jusqu'à deux par émission) ? Qu'y gagne l'auditeur, mis à part de la pub inappropriée (au moins sur le site, avec la présence des bandeaux) ? (...)

Des questions auxquelles des réponses ou des observations sont attendues dans ce fil.

* * *

31
Répondre en citant  
La BBC y pense - le Lun 16 Mai 2016, 13:12

Alain Barcat(http://www.regardfc.com/t738p20-les-partenariats-de-france-culture-en-question#25769) a écrit:Le paiement d'un abonnement pour l'accès (illimité) aux "podcast" de France Culture ne se conçoit qu'en remplacement de l'ancienne redevance radio, depuis longtemps fusionnée avec la redevance télé, aujourd'hui en passe de s'éteindre progressivement. L'avantage serait de ne pas la faire peser sur les auditeurs qui se contentent d'écouter France Culture sur leur récepteur.
Le financement d’État à 100% est évidemment l'idéal à condition qu'il ne mène pas à la course à l'audience comme on peut en constater déjà les conséquences lamentables que nous rappelait encore hier soir Robert Misrahi à l'émission Ping-pong. (...)
À propos du Livre blanc de la BBC cadrant les prochaines années, un excellent article synthétique de la FAZ, BBC-Reform - Das ist kein Untergang [Réforme de la BBC : pas le naufrage annoncé] où l'on peut lire ceci qui renvoie au financement de l'organisme : "Allerdings stellt das Weißbuch mit Pilotprojekten für Abodienste flexiblere Zahlungsbedingungen in Aussicht, die in ferner Zukunft die Rundfunkgebühr ersetzen könnten." ["Toutefois, le Livre Blanc envisage des projets-pilotes de services d'abonnements aux conditions de paiement souples, qui à l'avenir pourraient remplacer la redevance audio-visuelle"].

Il est aussi question de refuser la course à l'audience au bénéfice de programmes de qualité et innovants :  "La qualité avant  les taux d'audience" "(...) Le Livre  Blanc plaide pour que l'organisme de diffusion financé par la redevance ne se mette pas en situation de concurrence avec les diffuseurs commerciaux (...)"  "Qualität vor Quote - Das Wort „distinction“ kann „verschieden“ und „ausgezeichnet“ heißen, ein Doppelsinn, der die Abkehr von der Quotenjagd und die Bekräftigung der oftmals beschworenen Gründungsprinzipien der BBC signalisiert. Das Weißbuch fordert, dass der weiterhin durch die Rundfunkgebühr finanzierte Sender nicht mit den Kommerziellen konkurriere. Die BBC solle ihre kreative Energie auf Qualitätsinhalte konzentrieren, sich vom restlichen Medienmarkt unterscheiden und zugleich etwas für jeden Geschmack bieten."

32
Répondre en citant  
Re: Partenariats et publicité à France Culture - le Mer 18 Mai 2016, 15:03

Une annonce spectacle de France Culture entre les Pieds sur terre et Les Nouvelles vagues de ce 18 mai :  



"Les fêlures de la classe moyenne occidentale" à Gennevilliers, en Seine-Saint-Denis, un partenariat France Culture.

Forcément.

33
Répondre en citant  
De la publicité commerciale sur France Culture - le Lun 30 Mai 2016, 22:34

Qui a entendu les deux minutes d'annonces entre 14h58 et 15h aujourd'hui aura compris que la publicité commerciale est bel et bien arrivée sur France Culture, et ce quelle que soit la force avec laquelle le Médiateur le nie. *

Il s'agissait d'une séquence fabriquée dans les règles de l'art pour vendre un magazine. Tout à la fin, presque timidement, la voix dit "Un partenariat France Culture".

Elle est belle la Novlangue 2016 !


* Dernier échange sur sa page, parmi un grand nombre sur le même sujet (qui reçoivent la même réponse automatique) :
PUB
Gilles TALLIER 30/05/2016 à 08:58:33 France Culture

"la publicité sur France Culture ...
je pensais pas devoir aborder ce sujet ... encore une fois j'arrive trop tard car le thème existe déjà dans le menu déroulant preuve que France Culture renonce à tout. je m'insurge contre les incursions publicitaires qui ont fait leur apparition récemment !!!!
doucement mais surement cette chaîne que l'on dit toujours exceptionnelle, ne l'est déjà plus et deviendra ...quoi au bout du bout ??"

Médiateur, copîé-collé depuis quelques semaines :
Il n'y a pas de publicité sur France Culture... Ce que vous avez entendu est un partenariat qui évoque une association ou une marque, mais nullement un produit. La pub n'a pas fait - et ne fera pas - son entrée son France Culture...

34
Répondre en citant  
Une auditrice qui dit non à la réclame sur France Culture - le Lun 08 Aoû 2016, 19:46

Petit écho de chez le Médiateur en mai 2016. La contribution de l'auditrice n'avait pas reçu de réponse. Est-ce que Sandrine Treiner va faire appliquer une règle un peu plus saine en matière de promotion et d'autopromotion des produits vendus directement ou indirectement par les producteurs de l'antenne ? Peut-être un point n° 9 à ajouter à la liste des "grandes orientations" ?

"Promotion à l’antenne de France Culture
Conquet Martine 02/05/2016 à 11:01:57 France Culture
Bonjour,
Je suis très étonnée de voir que le livre d'Adèle Van Reeth, productrice à France Culture, soit promu aussi "agressivement" à l'antenne de France Culture (et d'ailleurs sur cette page, dans la bibliothèque du médiateur...). Il est devenu un "livre France Culture". Même la remplaçant d'Adèle Van Reeth a fait la promotion de ce livre dans l'émission dont Adèle ... est la productrice, les Nouveaux Chemins de la Connaissance. Il y a quelques années, on disait à Radio France qu'on s'empêchait de s'inviter entre soi, de promouvoir ses propres livres, dans un souci déontologique. Aujourd'hui, on voit que ça ne gêne plus, apparemment. Malheureusement, cela renforce tout à fait l'idée que France Culture, et Radio France, sont une petite république où il n'y a de la place que pour les mêmes invités habitués que l'on réinvite sans arrêt, et que pour les producteurs, qui s'invitent entre soi et se promeuvent. Tout cela est regrettable car cela entame la réputation de notre service public. Pourriez-vous faire remonter ces remarques aux personnes concernées ? Il faut que notre service public marche pour tout le monde, et non pas pour une petite poignée d'élus! Nous avons le droit à la diversité, et non au copinage officiel.
"

35
Répondre en citant  
« Placement de produits » - le Sam 13 Aoû 2016, 09:23

Nouvel écho de chez le Médiateur, en mai de cette année. Une auditrice examine ce que Radio France et surtout France Culture appellent "Partenariats". Extrait du message, pour ne pas être dupes de la campagne de "placement de produits" (et d'amis) de France Culture :

Publicité et partenariats
Ondine Delavigne 13/05/2016 à 15:53:44 Radio France

Je voulais simplement indiquer que les stations du groupes fonctionnent depuis très longtemps avec des systèmes de partenariat très présents à l'antenne : partenariats avec la presse, avec des distributeurs, avec des salles de spectacles, avec des sites internet. Ces partenariats ne sont pas de la publicité "réelle" car nous n'entendons pas de spots, il s'agit davantage de placement de produit. En effet, des émissions entières sont consacrées à des numéros de presse partenariale, à des sorties de spectacles etc. L'agenda même des stations est guidé par ces partenariats. Il ne s'agit pas simplement "de rendre compte de la vie culturelle", comme on pourrait l'objecter, car ces émissions sont très rarement critiques (à l'exception du Masque et la Plume, ou de la Dispute sur France Culture), mais plutôt élogieuses : elles accompagnent une sortie commerciale. Ecouter les stations du groupe, c'est entendre de longues publicités et bandes annonces sous forme d'émissions, au profit de partenaires.
On peut s'interroger, par exemple, du fait que personne, dans la presse, ne parle de façon critique et argumentée des productions radiophoniques de Radio France (...) Ici, nous avons Télérama qui parle de radio, mais pour faire des portraits élogieux des personnalités de la maison. Jamais aucune critique, car Télérama est un partenaire. Et donc, dans la presse, personne ne parle de radio...

Réponse du médiateur :
Sans rentrer dans les détails de chaque partenariat, lorsqu'il s'agit de partenariats culturels, ceux-ci ont été choisis par la chaîne qui a considéré que le spectacle, le film ou le festival retenus étaient d'une qualité compatible avec elle-même. Ce type de partenariat culturel (de même qu'avec un média partenaire) offre à la chaîne une visibilité intéressante: logo sur les affiches, sur les lieux de l’événement, sur les journaux. Et cela nous est bien utile du fait d'un budget publicitaire très faible pour promouvoir nos antennes, comparativement aux importantes campagnes de publicité que peuvent s'offrir nos concurrents (...)

36
Répondre en citant  
''Où est le pouvoir ?'' (c'est un sujet de débat) - le Mar 16 Aoû 2016, 23:02

L'inénarrable marchand de presse Jean Birnbaum au Forum Le Monde Le Mans, après que le sociologue invité, Bruno Latour, se demande (il me semble sans rire) pourquoi personne ne l'a applaudi pour sa réponse :

[son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12538-16.08.2016-ITEMA_21051699-0.mp3" debut="55:44" fin="57:27"]

"Où est le pouvoir ?"

Bruno Latour a donc dit qu'il était grand-mère ? Un sacré coming-out !

"Le site du Monde, le monde.fr qui est un grand site d'information donc (...) ce qui se passe vraiment on l'écrit dans Le Monde que ce soit sur le site ou dans le journal, on ne cache pas ce qui se passe vraiment" Ah ! On ne fait pas de publicité à France Culture...

Par ailleurs, ce qui passionne M. Birnbaum, qui a son rond de serviette à France Culture, c'est "le faktchéking du faktchéking" (ce doit être "fact-checking", mais le français n'a pas bonne... presse, surtout quand "vous laïe-vtouiter" une manifestation)

Pour avoir une idée du niveau et du sujet : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12538-16.08.2016-ITEMA_21051699-0.mp3" debut="35:43" fin="37:45"]

Un sujet porteur : Onfray l'a tartiné aux auditeurs samedi dernier Le monde comme volonté et comme prédation

37
Répondre en citant  
''Une station associative identitaire''... - le Mer 12 Oct 2016, 14:20

Chez le médiateur ce commentaire d'une auditrice qui rappelle celui rapporté par Antonin Antoninus Pseudonymus ici et on ne peut plus pertinent à la lecture du programme ultra identitaire des Nouvelles vagues de cette semaine (avec en réponse une  conclusion tordante, vu l'intention de la commentatrice...) :

Les partenariats de France Culture
Elena Dufrene 30/08/2016 9:45 France Culture
Bonjour,
France Culture nous annonce un tout nouveau partenariat, avec le magazine Grazia, "le magazine féminin trendy pour les femmes accros à la mode, la beauté et au people." J'imagine que ce partenariat commercial et identitaire est choisi pour accompagner la grande traversée identitaire de cette semaine, consacrée au féminisme.
J'ai la faiblesse de penser qu'un service public culturel se doit d'être public, c'est à dire pour tous, et ne pas réfléchir par catégorie identitaire. Il se doit aussi d'être culturel avant d'être commercial. On s'attendrait donc à ce que France Culture choisisse parmi ses partenariats des publications culturelles, mais ce n'est presque jamais le cas : il s'agit avant tout de partenaires de presse d'information, ou de presse identitaire.
On nous répond que ces choix sont importants et que les chiffres d'audience de la station rend toute critique irrecevable, mais je souhaitais tout de même faire entendre ce point de vue. Je regrette de voir une station culturelle de service public devenir une station associative identitaire. Les producteurs affichent leur identité et nous n'avons qu'à nous taire. Il faut d'urgence réintroduire l'idée de culture pour tous à France Culture. Des changements en ce sens sont-ils prévus à la rentrée?

Voici la réponse de Vincent Lemerre, délégué aux programmes
« Bonjour,
Les partenariats presse n’ont qu’une fonction : assurer le maximum de visibilité pour nos programmes. En échange d’annonces à l’antenne, France Culture obtient en retour des encarts dans les publications concernées. Il ne s’agit donc absolument pas de rapprochements « identitaires », mais de l’un des seuls moyens que nous ayons de faire découvrir nos productions au-delà du cercle de nos auditeurs fidèles, les budgets de publicité « classique » étant hors de portée.
Et soyez bien sûre que nous résolument attachés au principe de culture pour tous, qui pour le coup est bien l’un des socles de notre identité. »


"nous résolument attachés (...) pour le coup". Lingua Franca Cultura par-dessus la jamba.

38
Répondre en citant  
''Notre camarade...'' - le Jeu 13 Oct 2016, 22:05

Les partenaires des Matins : "notre camarade Jean Birnbaum du Monde" (dixit le matinalier Erner) nous parle d'espérance en prenant exemple sur "Michel Foucault dans une cuisine entouré de jeunes maoïstes qui reprend avec eux la grande question des Lumières". Le rap colombien est aussi un motif d'espérance.  

Le sujet principal du publi-reportage : l'espérance des djihadistes et un livre sur la ferveur nazie assimilée à l'espérance, à lire dans le supplément Livres. Voilà, la publicité est relayée, on peut ou non l'écouter ici : Les Trois minutes des partenaires .

39
Répondre en citant  
À venir sur France Culture - le Ven 02 Déc 2016, 22:01

Pas d'adjectif pour qualifier cette initiative :

Copié/collé d'un article de Pierre Dezeraud en provenance du site OZAP : Radio France glisse de la publicité dans ses podcasts, 02 décembre 2016 :

Dans "L'Opinion", Mathieu Gallet revient notamment sur le succès de l'écoute en différé et annonce l'insertion de publicités dans les podcasts de Radio France.

Pour autant, l'arrivée de la publicité dans les podcasts de Radio France ne devrait pas miraculeusement remplir les poches du groupe. Le marché de l'audio numérique ne contribue actuellement qu'à hauteur de 1% des recettes publicitaires des stations FM. Quant aux podcasts, toutes les antennes privées n'ayant pas systématiquement recours à l'insertion de publicité, il est assez difficile de chiffrer les potentielles recettes qu'ils peuvent apporter.

Outil de fidélisation du public - "Hondelatte Raconte" sur Europe 1 en est l'un des meilleurs exemples -, le podcast est un contenu particulièrement sollicité par les auditeurs de Radio France. Selon Mathieu Gallet, ces derniers ont enregistré pas moins de 43 millions d'écoutes pour le seul mois d'octobre. Un bond en avant vertigineux si l'on compare avec les chiffres de 2010 : à l'époque, les podcasts de Radio France atteignaient une écoute mensuelle de 10 millions d'auditeurs.

Dans le détail, c'est France Inter, qui vient de signer une excellente rentrée, qui tient le haut du pavé avec quelque 24,5 millions d'écoutes mensuelles en octobre. Et c'est "L'humour d'Inter" qui se distingue le mieux avec 3,2 millions d'écoutes en différé le mois dernier. La pastille humoristique devance ainsi " Affaires sensibles", le programme qui traite notamment de faits divers et d'événements culturels, sportifs et politiques de Fabrice Drouelle. "Si tu écoutes, j'annule tout", l'émission de Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek, complète le podium.

De son côté, France Culture totalise pas moins de 15 millions d'écoutes mensuelles en différé en octobre. Un chiffre qui est notamment porté par "Les nouveaux chemins de la connaissance" d'Adèle Van Reeth. L'émission qui ambitionne de rendre la philosophie accessible à tous est le programme de France Culture le plus écouté en différé. Un chiffre qui fait écho au succès similaire rencontré, en podcast, par d'autres émissions à vocation culturelle comme "La marche de l'histoire" sur Inter et "Au coeur de l'histoire" sur Europe 1.


N.B. : L'on peut également compléter cette information par le papier de Radio Fañch : Des pod-casts... des pod-casts... oui mais des Panzani !, 28 novembre 2016.

Partenariats et publicité à France Culture     Page 4 sur 4

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum