Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Partenariats et publicité à France Culture    Page 5 sur 6

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Partenariats et publicité à France Culture - le Jeu 15 Oct 2015, 20:29

Rappel du premier message :

« Un fil ''Partenariats de F.C.'' se niche-t-il quelque part ? »  se demandait Jean-Luuc  le 21 septembre dernier dans une contribution qui relevait une étrange relation entre France Culture et la SNCF.

Le fil n'existait pas, les contributions sur le sujet étant dispersées dans diverses rubriques.  Par exemple, Jean-Luuc,  en analyste rigoureux, faisait, le 2 juillet dernier, la liste des 19 partenariats des émissions d'été, dans le billet Des partenariats à la pelle. Il y posait des questions qui ont mené à la création de ce fil :
@Jean-Luuc a écrit: (...) On peut cependant se demander quel impact ont ces partenariats sur le contenu des émissions. Quelle est la nature de l'échange proposé entre le "partenaire" et FC, a fortiori, les producteurs concernés ? Comment ces partenariats se sont-ils imposés ? Pourquoi sont-ils si nombreux (parfois jusqu'à deux par émission) ? Qu'y gagne l'auditeur, mis à part de la pub inappropriée (au moins sur le site, avec la présence des bandeaux) ? (...)

Des questions auxquelles des réponses ou des observations sont attendues dans ce fil.

* * *

41
Répondre en citant  
''Trois minutes chaque jour, et tout change... '' dit le livre. Ben tiens... - le Mer 18 Jan 2017, 20:16

Nessie(http://www.regardfc.com/t738p30-partenariats-et-publicite-a-france-culture#28031) a écrit: (...)
Surprise attendue mais surprise tout de même : les publicités viennent de faire leur entrée dans les podcasts. (...)

A dire le vrai, les collectionneurs acharnés et organisés ne seront peut-être pas véritablement dérangés par cette intrusion. En tous cas pas tous : ceux qui sont horripilés par le gingle lourdaud, ceux qui considèrent comme de l'espace disque perdu les intros musicales, ceux qui ne digèrent pas les présentations ou les transitions infantiles comme on en trouve parfois dans les nuits et chaque jour dans 'Les chemins de la philosophie' ont depuis longtemps pris l'habitude de nettoyer leurs mp3 avant de les archiver. Alors virer en plus les 20'' d'un spot de pub, ma foi.... Wink (...)
Il y en a beaucoup des "collectionneurs acharnés et organisés" parmi les gens qui écoutent des podcasts ? Qui sont capables et surtout qui ont le temps de traiter des fichiers avec un logiciel pour en extraire des introductions ou des pubs ? 0,1% ? 0,01% (= 1 sur 10 000) ?  Moins, beaucoup moins, je pense. Sur la publicité à France Culture, le nombre de podcasts affectés a été donné ici par le contact de Radio France auprès des auditeurs.

Autre sujet : "Christophe André :  3 minutes à méditer, le livre audio tiré de ses chroniques diffusées cet été sur France Culture, paraît le 19 janvier prochain." dont la promotion a été faite ici.

Qui a entendu l'annonce promotionnelle pour ce livre audio, hier soir à 21h57 sur l'antenne, doit avoir des bleus après s'être pincé en écoutant le murmure "Om Mani Padmé Hûm" avec lequel la promotion a été faite.

Une rediffusion ce soir ? Qui la capte et la diffuse sur ce forum ? Pour voir où va l'antenne dite culturelle.

42
Répondre en citant  
Re: Partenariats et publicité à France Culture - le Ven 20 Jan 2017, 18:48

Philaunet(http://www.regardfc.com/t738p30-partenariats-et-publicite-a-france-culture#28051) a écrit: Il y en a beaucoup des "collectionneurs acharnés et organisés" parmi les gens qui écoutent des podcasts ? Qui sont capables et surtout qui ont le temps de traiter des fichiers avec un logiciel pour en extraire des introductions ou des pubs ? 0,1% ? 0,01% (= 1 sur 10 000) ?  Moins, beaucoup moins, je pense.

Cette question du nombre de personne concernées n'a aucun intérêt sur un forum qui a été créé dans le cousinage de la liste ANPR. Si je ne m'abuse, tu es toi-même possesseur d'enregistrements par milliers ; et ta pratique de multiples supports au fil des années a beau être ultra-minoritaire, elle ne mérite pas moins d'être prise en compte.

Plus intéressante est la question de la nuisance de ces spots qu'on nous place en force, et pour cela on gagne à se pencher sur la façon dont évoluent les usages du media radio depuis l'irruption du podcast. Ce dernier a rendu à la fois plus aisées et plus naturelles la pratique de l'écoute différée et de l'écoute nomade, mais ça ne nous dit pas grand chose de ce que deviennent les émissions téléchargées. La question de l'archivage individuel n'est pas plus marginale que ne le sont dans le secteur de l'édition le livre audio et le livre électronique. Et l'usage en est probablement lui aussi en augmentation.

En quoi l'archivage est-il conditionné par le temps qu'on doit y investir ? Et par la difficulté ? A mon avis, ni par l'un ni par l'autre, sauf bien sûr pour les collectionneurs pathologiques. Le logiciel de cut est très simple d'emploi et surtout, ne prend aucun délai de codage. Le seul obstacle à son utilisation est.... qu'il faut connaître son existence. Une fois remplie cette condition, celui qui désire se constituer une bibliothèque de podcasts pour son émission préférée (puisque c'est la majorité) ne reculera pas devant le coût d'une minute consacrée à couper l'amorce. Aux temps où on gardait dans des dossiers des pages du Monde (des tas de gens faisaient ça) l'opération de découpe et de classement prenait autant de temps.

Pour ces raisons je parierais que la seule limitation se situe au niveau des usages, donc de l'habitude pratique. Même pas l'habitude au sens de l'expérience qui rend plus aisée l'utilisation d'un programme, mais l'habitude au sens propre du terme : Dites, Monsieur X, pourquoi vous conservez des pages du Monde et les critiques ciné de Télérama ? Ben je sais plus comment ni pourquoi j'ai commencé mais je continue. Ca prend pas vraiment du temps et pour ma documentation, c'est mieux que de tout conserver. Merci Monsieur X de nous avoir répondu.

Au contraire de nombre d'ANPéRistes qui accumulent du podcast et de l'archive au-delà de leur pouvoir d'absorption, la plupart des collectionneurs n'accumulent qu'un seul rendez vous, parfois deux. En tête : les anciens Nouveaux chemins de la connaissance. Celui qui ne podcaste que ça, s'il archive ses podcasts il ne fait rien d'autre que sa bibliothèque philosophique sonore. Une autre quotidienne qui a ses collectionneurs est La fabrique de l'histoire. Ensuite, on serait peut-être surpris de savoir quel est LE podcast que collectionne telle ou telle tranche du public. Je ne serais pas surpris que des amateurs de théâtre ou d'archéologie soient abonnés à un magazine hebdo, le seul qui corresponde à une passion. Avec une émission hebdomadaire, le temps et le travail investis dans le stockage seront d'un coût encore plus faible. Pour ces fraisons je pense plutôt que la rareté éventuelle de cette pratique trouve sa raison ailleurs : la condition essentielle est d'avoir un jour franchi le cap de l'archivage numérique organisé. Cette mutation était d'ailleurs beaucoup plus facile il y a 20 ans, quand l'architecture des disques durs était moins foisonnante, sauf qu'en ces temps-là, le son numérisé avait encore de gros progrès à faire, du moins en matière d'ergonomie pour le vulgum pecus. Cela dit, si les ordinateurs personnels sont en recul chez les particuliers, au profit des smartphones, alors il y  a gros à parier que les pratiques de la collection et de l'archivage verront leur progrès s'atténuer.

Enfin, pour ce qui est de la nuisance qu'apportent ces podcasts, il faudrait connaître aussi les usages de l'écoute : si en appuyant sur une touche  forward on passe en à peine une seconde au dessus de la pub et du jingle, la question ne se pose plus. Où est-ce que je veux en venir ? A ceci : aussi infecte soit cette intrusion de la publicité dans le podcast, si elle est aussi aisée à éviter, alors sa nuisance pure sera moindre que celle des pubs visuelles qui envahissent l'écran et notamment sur le site de FC. A mon sens, les promotions de partenariat sont beaucoup plus intrusives et autrement polluantes, surtout idéologiquement parlant puisque les produits bénéficiant du partenariat sont presque tous des produits idéologiquement marqués au coin du paradigme maison.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

43
Répondre en citant  
Point technique - le Ven 20 Jan 2017, 21:01

Nessie(http://www.regardfc.com/t738p40-partenariats-et-publicite-a-france-culture#28060) a écrit: (...) Le logiciel de cut est tellement simple et surtout, ne prend aucun délai de codage. Le seul obstacle à son utilisation est.... qu'il faut connaître son existence. Une fois remplie cette condition, celui qui désire se constituer une bibliothèque de podcasts pour son émission préférée (puisque c'est la majorité) ne reculera pas devant le coût d'une minute consacrée à couper l'amorce. Aux temps où on gardait dans des dossiers des pages du Monde (des tas de gens faisaient ça) le temps de la découpe prenait à peine moins. (...)

Enfin, pour ce qui est de la nuisance qu'apportent ces podcasts, il faudrait connaître aussi les usages de l'écoute : si en appuyant sur une touche  forward on passe en à peine une seconde au dessus de la pub et du jingle, la question ne se pose plus. Où est-ce que je veux en venir ? A ceci : aussi infecte soit cette intrusion de la publicité dans le podcast, si elle est aussi aisée à éviter, alors sa nuisance pure sera moindre que celle des pubs visuelles qui envahissent l'écran et notamment sur le site de FC. (...)
La modification d'un fichier issu de la bibliothèque Itunes lui ôte sa nature de podcast (podcast = Ipod+ broadcast). Le fichier une fois nettoyé de pubs, promotions ou étiquettes d'antenne, voire de ricanements ou de lourdes prises de respiration  (liste non limitative) n'est plus considéré comme un podcast par la bibliothèque Itunes et ne peut donc plus y être intégré comme tel et bénéficier des avantages de la lecture sur Ipod (trademark), tels le rangement et la conservation de la pause de lecture dans un fichier quand on en ouvre un autre. La question ne se pose pas si l'on télécharge le fichier autrement pour une écoute sur ordinateur ou sur lecteur mp3 (non Ipod).

La modification d'un fichier téléchargé via rss ou un autre moyen prend bien plus d'une minute. Le traitement réalisé avec un logiciel (par exemple "Sound Forge Audio System") exige des repérages au 10e, voire au 100e de seconde sur le sonogramme. Le travail, sa vérification, l'archivage réclament plusieurs minutes. Le jeu n'en  vaut que très rarement la chandelle (sauf quand il s'agit d'enlever toutes les interventions d'Odile Sambe de Ricaud dans le concert du samedi soir sur France Musique, lequel n'est pas offert au téléchargement, d'où la nécessité d'utiliser un logiciel de captation rapide ou en temps réel).

Enfin, la publicité est ainsi faite qu'on peut en éviter l'écoute intégrale seulement une fois qu'on a perçu que c'en était. On peut donc considérer que l'objectif du publicitaire et de la station est atteint. L'avance rapide est par ailleurs imprécise, il faut l'arrêter au jugé, continuer ou revenir en arrière. Seuls les vraiment motivés entreprendront une action, les autres pas moins énervés finiront néanmoins par s'habituer.

Enfin, s'il y a des modules permettant d'empêcher l'intrusion de publicités visuelles sur FC ou RFC, il n'y en a pas pour le son. Aussi faut-il espérer que les critiques venant d'auditeurs de Radio France auront assez d'effet pour mettre fin à cette manière de chercher de l'argent en déparant le produit radiophonique, culturel ou non, déjà payé par le contribuable via ses contributions fiscales directes ou indirectes.

44
Répondre en citant  
Re: Partenariats et publicité à France Culture - le Ven 20 Jan 2017, 23:38

Bien que ce soit un rameau de discussion tout à fait adventice et secondaire, je poursuis parce qu'un peu d'information visiblement ne fait pas de mal. Tu me remercieras un autre jour.

Si un fichier modifié perd ses propriétés de podcast sur un lecteur ipod (tm) , alors la pub n'y est pour rien. La situation est déjà scandaleuse avant, vu que des modifications de fichier on en fait pour bien d'autres raisons. Cela dit, je ne possède pas d'ipod donc je n'en sais rien. Ce que je sais, c'est que jamais je n'ai vu une modification de fichier lui retirer ses propriétés ès-podcast.

Pour ce qui est de podcasts dans une bibliothèque I-tunes, en tous cas  sur un ordinateur c'est tout simplement faux. Sur mes différents PC et avec toutes les versions I-Tunes que j'ai utilisées, j'ai abondamment procédé ainsi et tu peux tenter l'expérience de ton côté : en raccourcissant un mp3 de la dernière nuit, avec Direct Cut, puis en l'enregistrant sous le même nom au même endroit tu constateras qu'il reste tout à fait accessible à la commande par I Tunes. Sans foncer ça peut prendre (en aveugle, c'est à dire en retirant uniquement pub+gingle sans trop chercher à épurer la présentation) un peu moins de 50 secondes comme je viens de le constater sur une tâche qui n'est guère dans mes habitudes. Cela dit, mp3 direct cut a l'avantage de travailler instantanément, sans décodage-recodage comme le font les programmes lourds, par exemple Audacity ; ce faisant il conserve intacte la qualité du document initial. Maintenant, il est vrai que si j'envoie mon doc sur clé USB par la poste à mon cousin qui habite Corte et que j'attends qu'il me le retourne par pigeon-voyageur, certes ça prendra du temps. Mais j'aurai eu le plaisir de correspondre avec mon cousin, chose bien rare.

Tu peux poursuivre l'expérience en réitérant l'opération et en enregistrant ton mp3  raccourci sous un autre titre. Puis tu effaces le fichier origine et tu lances la lecture au moyen de la ligne de commande I-Tunes qui... te déclare que le document est introuvable, mais qui te propose de lui indiquer une cible pour la ligne de commande. Par une recherche disque que I-Tunes pilote lui-même, tu peux lui indiquer le mp3 sous son nouveau nom, et cela même s'il est sur un autre disque dur. Ensuite la ligne de commande redevient valide. Voila pour l'ordinateur. Si rien de tel n'est possible sur un smartphone  c'est signe (un de plus) que les possesseurs de smartphone se font rouler ; chose qui ne m'étonnerait guère, vu que les logiciels sont faits par des imbéciles incapables de se mettre à la place de l'utilisateur - un peu comme le site de FC, si on veut. A ce compte-là, mieux vaut un lecteur de poche ordinaire qui perd les avantages du téléchargement mais qui dispose de meilleures commodités de lecture que celles d'I-tunes et que celles du smartphone. C'est quand même triste d'avoir conçu un programme aussi puissant mais qui ne permet pas la navigation fine à l'intérieur d'un enregistrement. Quand j'entends vanter l'ergonomie Apple, je m'arrache les cheveux.

Donc je n'utilise jamais I-Tunes en lecture parce que la navigation est, comme tu le disais, trop imprécise et pas commode là je dois te féliciter pour cette remarque perçante. Pour l'écoute j'utilise..... mp3 Direct-Cut, le même logiciel qui me sert à la découpe. L'utilisateur débutant ne devine peut-être pas comme c'est simple de paramétrer les sauts du lecteur. Personnellement j'ai choisi : 10'' pour le taquet court (saut de puce) & 1' pour le saut long. Ainsi je dispose d'un réglage grossier et d'un réglage fin. Donc si je découvre une pub inattendue en ouverture de mon MP3, en 2 ou 3 sauts je passe par dessus. Que demande le peuple ? Peut-être qu'une usine à gaz fasse autant de travail qu'un briquet de façon moins coûteuse et plus rapide, oui ; mais quand on n'a besoin que d'un briquet....

Mais comme je l'ai dit plus haut, c'est là une discussion de pure forme, parce que le topic ici ne consiste pas à ratiociner des heures sur les potentialités de nos interfaces. Que ce soit pour l'utilisateur lambda qui les supporte ou pour le collectionneur tâtillon qui peut les retirer sans aller pour autant pointer à l'infirmerie une fois épuisé par l'effort, les pubs sont en trop ça j'en suis bien d'accord. Contrairement à ce que tu écris elles ne surprennent pas l'auditeur abonné disons celui des Nuits, parce que la pub précède le gingle sur toutes les livraisons et qu'ensuite il n'y a pas de pub insérée dans le courant du document. En fait, ces pubs aussi pénibles soient-elles, sont moins encombrantes que les rappels d'identification qui tombent à mi-chemin des émissions comme tombe un cheveu dans le potage radiophonique. Si on avait attendu les publicités pour constater la dégradation du produit radiophonique, on n'aurait pas créé ce forum il y a 7 ans.

Quant à chercher de l'argent, c'est un faux problème. La publicité est présente sur le service public de l'audiovisuel et on nous raconte qu'elle est responsable de la dégradation du programme télé. A la radio c'est l'inverse : la qualité du programme a subi une catastrophique dégringolade et la pub y a été installée après. Elle ne risque plus d'y dégrader grand chose. Quels que soient les moyens qu'on y met, quand on fait oeuvrer des tâcherons armés d'un projet mal fagoté, le résultat est mauvais et si on y met deux fois plus d'argent il ne risque que d'être deux fois plus mauvais. N'en déplaise aux corporatistes, ça fait longtemps que l'effondrement de la qualité à France (ex)Culture n'a plus grand chose à voir avec les moyens.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

45
Répondre en citant  
Sic transit ? - le Mer 15 Fév 2017, 12:36

Qu'on me corrige si je me trumpe, mais il semble bien que les publicités insérées en début du podcast ont disparu au bout de quelques jours. Je reçois via I-Tunes les Nuits de FC, L'invité des matins, Secret professionnel, Mauvais genres et La conversation scientifique. Je n'y trouve plus de pub  en ouverture de podcast.

On peut parier sur un sévère afflux de courrier à la direction de Radio France ou chez le médiateur, qui peut-être en a parlé dans ses rendez-vous du jeudi à 13h20 en direct du soviet suprême.

Par acquit de conscience, je retourne podcaster les numéros récemment incriminés : la publicité en a disparu. Merci de me corriger si je me trompe, mais si ce n'est pas le cas, alors la reculade est encore plus nette. Mais pas si surprenante : au contraire d'autres récriminations qui durent depuis 18 ans et ne font guère d'effet, la réaction des auditeurs contre l'insertion de publicité dans le programme est idéologiquement en phase avec l'esprit de la maison.

A part ça, j'avais lancé une mini-enquête sur la question et sur la liste ANPR. J'ai reçu trois réponses fort intéressantes que je m'apprête à publier dans ce fil.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

46
Répondre en citant  
Le feuilleton du podcast - le Lun 27 Fév 2017, 18:41

Après quelques semaines d'éclipse, les publicités font leur retour dans le podcast. Beethoven ayant jugé sans doute trop élitiste, est remplacé par Afflelou. Saura-t-on jamais si la cellule comptable de Radio France redresse la tête après une reculade, ou si la vente d'espaces vient simplement de percer un dernier mur de résistance et lequel ? Anattendant, ceux qui veulent ne strictement rien apprendre pourront lire sur cette page de 'La lettre pro' l'enthousiasme naïf avec lequel un communiquant de la société Targetpro affiche son triomphe.

Je dois reconnaitre que ça ne me dérange pas, étant donné que je vire presque toujours les intros des émissions que j'archive. Comme je l'avais promis récemment, je reporte dans les messages suivants les 3 réponses que j'ai reçues de la liste ANPR il y a de cela quelques semaines, après y avoir posé la question suivante :

< < [...] vous avez surement remarqué que la publicité a fait son entrée dans le podcast. Depuis le 6 janvier dans 'les chemins de la philo'. Et depuis la semaine dernière, en ouverture de chacun des mp3 des Nuits de FC.
Pour moi, étant donné qu'aucune émission ne passe ici en archivage sans un mini-nettoyage par Direct-cut, cette insertion d'un spot sonore en début d'émission, aussi détestable soit-elle, ne m'affecte pas.

Mais j'aimerais savoir ce qu'en pensent les ANPéRistes.
Ceux qui allègent leurs podcasts
Ceux qui n'y touchent pas et les archivent sans les modifier.
Ceux qui n'archivent rien et font toute leur réécoute avec le même logiciel qui sert au podcastage.

D'avance, merci de vos réponses > >

./...

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

47
Répondre en citant  
Réponse 1 - le Lun 27 Fév 2017, 18:43

Première réponse reçue, quelques heures plus tard :

< < Salut,
j’utilise juice pour les podcasts et je constate la même chose depuis une dizaine de jours. Pour les documents que j’archive, je supprime la pub.
bonne journée > >

./...

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

48
Répondre en citant  
Réponse 2 - le Lun 27 Fév 2017, 18:45

Quelque temps après, cette autre réponse :

< < Insupportable ...
Tout comme la pub "déguisée" à l'antenne ...  > >

./...

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

49
Répondre en citant  
Réponse 3 & 3bis - le Lun 27 Fév 2017, 18:47

Quelques jours encore et je reçois cette troisième réponse :

< < Effectivement, et je ne m'en étais pas aperçu, squizant le début des émissions (pas fan des génériques ni des présentations souvent plates).

En y réfléchissant, je suis étonné que la pub n'ait pas été incrustée plus tôt : diffuser des émissions par podcast est un service gratuit, proposé en sus de la production d'émissions, il n'est pas anormal que Radio France cherche à le rentabiliser a minima. Le service public n'implique pas la gratuité (tonne d'arrêts à citer), avec l'enveloppe issue de la redevance, la mission de Radio France n'a pas fondamentalement changé avec le numérique.

A partir du moment où l'écoute en direct demeure majoritaire, il n'est pas anormal que les écoutes par voie annexe (c'est pareil avec Pluzz) soient régies par des règles différentes, notamment une légère publicité en début de programme. > >

= = = = = = = = = =
Et quelques jours après du même abonné, ce complément :

< < je précise que je défends le point de vue de l'Etat, perso ça m'emmerde les pubs.

Malgré ça, il est normal qu'une minorité (les podcasteurs, combien de divisions ?) contribue à un service qui s'ajoute aux missions classiques de Radio France. Pourquoi tous ceux qui écoutent les chaînes publiques sans podcast devraient payer pour ceux-ci ?

Face au coût du Podcast, à mon avis élevé, ou bien on fait payer son accès - avec le risque de passagers clandestins - ou bien on impose une taxe (formule de la publicité), ou bien on augmente le prix de la redevance.

Il y a une vraie question derrière : d'abord la lettre de mission de Radio France impose-t-elle (dans le PLFF 2017 ?) un tournant numérique via le Podcast ? Ensuite et surtout, est-ce que la diffusion par tous les moyens - le hertzien mais aussi par internet et fichiers mp3 - s'applique à la définition du service public propre à Radio France ? Auquel cas il faudrait mettre sur le même plan Podcast et FM, donc éradiquer la pub. Mais j'en doute.

S'il y a un préjudice, il est davantage du côté des producteurs : ne voient-ils pas leur oeuvre altérée par l'ajout d'un message publicitaire au début de leur émission dans le seul cadre de l'écoute par Podcast ? Il y a peut-être quelque chose à creuser : sur Pluzz, ce message est indépendant de l'émission visionnée (et peut aisément être considéré comme une nécessité pour service rendu), avec les fichiers mp3 de RF, il y a semble-t-il une modification du format et de la durée de l'oeuvre imposée par un tiers (je doute que RF puisse faire ce qu'elle veut du travail de ses producteurs). > >

./...

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

50
Répondre en citant  
Le retour du deuxième homme, (réponse 2 bis) - le Lun 27 Fév 2017, 18:59

./...

J'en étais resté là, partageant globalement ce troisième avis et assumant mon égoïsme : ces pubs ne gènent en rien ma pratique du podcast. Etant donné que les présentations fades et le gingle pénible étant de mon point de vue une pollution de l'antenne culturelle, je les retire lors de l'archivage. Du fait du spot qui leur est immédiatement jointif, le segment à destination de la poubelle n'en est qu'un peu plus long et sans aucun travail supplémentaire, pas même un click. Je changerai d'avis quand les pubs seront insérées  à l'intérieur des émissions, comme c'est le cas par exemple dans les vidéos de Daily Motion.

Puis j'ai reçu cette autre réponse du deuxième contributeur :

< < L'autre problème c'est aussi la honte - associée à la laideur - relative à la publicité.
L'automobile, la dernière Citroën ?
Rien qu'on ne puisse plus réparer ni s'approprier.

Radio France devrait se donner les moyens de choisir des annonceurs à la hauteur de ses objectifs ..
A moins que ces contenus ne renseignent au contraire sur la nature des changements désirés.
Par exemple, le générique technoide des Nouveaux Chemins (pénible) en dit assez sur la volonté démagogique d'essayer de faire entrer la culture par la force - celle de l'abaissement et de la démagogie. Je préférais le temps où l'on broyait des poupées en espérant réveiller l'auditoire.
J'ai failli écrire sur le site de l’émission tant  à cause de la pub Citroen que des génériques branchés et autres dérives jeunistes (Effets d'annonce abusifs).

Je passe ma vie dans le milieu des musiques d'avant garde - ou de la musique tout court - et leur longue histoire depuis l'antiquité : les personnes qui font ces choix sont des imbéciles issus de la com qui ne connaissent rien à rien - et ont à coup sûr exclu toutes les propositions valables. Le rapport avec la pub dans les podcast .. c'est que dans toutes les boutiques, à la banque ou dans les restos de quartier, la pub hurle à tue tête et tout le monde adore ça. [Personnellement cela me provoque de l'effroi] Or je ne suis pas certain que ce soit le meilleur moyen de faire entrer les esprits vers les chemins de la connaissance, fussent-ils nouveaux. Je ne suis pas d'accord de séparer le côté podcast des émissions elles-mêmes. [Bien que la réponse précédente en deux temps se tienne, en vertu d'arguments réalistes] Si c'était mon émission, je me sentirais concerné, et j'irai de suite batailler avec ceux qui ont décidé ça.

On soufre déjà assez avec l'habillage démago et les rappels et triples annonces de ..  (alors qu'il est tellement agréable de ne pas savoir où l'on tombe et savoir qui parle) (vu qu'on finit par le savoir de toutes façons) (surtout si on le veut et si on ne le veut pas on a tout gagné) alors Saupiquet, non ! > >


Ce à quoi j'adhère à un détail près : personnellement je souffre moins de la laideur que de la bétise qui suinte de ces spots, mais comme une bétise à peine moins dommageable suinte aussi du style de présentation de Laure Adler, Christine Goémé, Caroline Broué, Olivia Gesbert, Manou Farine, Albane Pénaranda, Florian Delorme, Xavier de la Porte, Arnaud Laporte, Guillaume Erner, Nicolas Martin, Tewfik hakem, Emmanuel Laurentin (c'est une sélection), en fin de compte j'échangerai volontiers ce troupeau de bavards contre 4 ou 5 fois leur durée en pub, qui ne me prendrait guère plus de temps à envoyer par-dessus bord, alors que se délester de ces boulets radiophoniques que sont les producteurs de FC depuis une douzaine d'années, là c'est du boulot.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

51
Répondre en citant  
Re: Partenariats et publicité à France Culture - le Lun 27 Fév 2017, 19:42

Nessie(http://www.regardfc.com/t738p40-partenariats-et-publicite-a-france-culture#28151) a écrit:./...
t.
Le pire message publicitaire pour la station est actuellement celui pour Ping-Pong, un faux dialogue, rythmé de "J'ai" ('un enfant malheureux qui s'exprime, "J'ai"), dit par d'exécrables comédiens. En fait bien dans le ton de l'émission, non? Est-ce que l'on vous laisse ce genre de chose sur les podcasts?

Partenariats et publicité à France Culture     Page 5 sur 6

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum