Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Partenariats et publicité à France Culture    Page 6 sur 6

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Partenariats et publicité à France Culture - le Jeu 15 Oct 2015, 20:29

Rappel du premier message :

« Un fil ''Partenariats de F.C.'' se niche-t-il quelque part ? »  se demandait Jean-Luuc  le 21 septembre dernier dans une contribution qui relevait une étrange relation entre France Culture et la SNCF.

Le fil n'existait pas, les contributions sur le sujet étant dispersées dans diverses rubriques.  Par exemple, Jean-Luuc,  en analyste rigoureux, faisait, le 2 juillet dernier, la liste des 19 partenariats des émissions d'été, dans le billet Des partenariats à la pelle. Il y posait des questions qui ont mené à la création de ce fil :
@Jean-Luuc a écrit: (...) On peut cependant se demander quel impact ont ces partenariats sur le contenu des émissions. Quelle est la nature de l'échange proposé entre le "partenaire" et FC, a fortiori, les producteurs concernés ? Comment ces partenariats se sont-ils imposés ? Pourquoi sont-ils si nombreux (parfois jusqu'à deux par émission) ? Qu'y gagne l'auditeur, mis à part de la pub inappropriée (au moins sur le site, avec la présence des bandeaux) ? (...)

Des questions auxquelles des réponses ou des observations sont attendues dans ce fil.

* * *

51
Répondre en citant  
Re: Partenariats et publicité à France Culture - le Lun 27 Fév 2017, 19:42

Nessie(http://www.regardfc.com/t738p40-partenariats-et-publicite-a-france-culture#28151) a écrit:./...
t.
Le pire message publicitaire pour la station est actuellement celui pour Ping-Pong, un faux dialogue, rythmé de "J'ai" ('un enfant malheureux qui s'exprime, "J'ai"), dit par d'exécrables comédiens. En fait bien dans le ton de l'émission, non? Est-ce que l'on vous laisse ce genre de chose sur les podcasts?

52
Répondre en citant  
Légitimes critiques - le Ven 16 Juin 2017, 11:18

On peut saluer la direction de France Culture pour la publication d'une  critique qui, quoique réfutée, vaut acceptation par sa présence même en ligne.

Les remarques très pertinentes d'un auditeur et la réfutation médiocre de la critique (qui frise la malhonnêteté, cf.  "il y a sept ans, les producteurs s’invitaient entre eux à chaque parution de l’un ou de l’autre") :

Autopromotion à l’antenne

Eric Tarnoz 16/06/2017 7:26 France Culture
Bonjour,
J'entends ce matin Sonia Kronlund, invitée de la matinale et venue faire la promotion de son film à l'antenne. Pendant longtemps, on évitait à France Culture de se recevoir entre soi pour faire la promotion de ses sorties à titre individuel, même si l'ouvrage ou le film était considéré comme important. Ce souci déontologique était un accord tacite : il s'agissait d'éviter cette perception que France Culture était une station au service de ses producteurs et qu'il était tout à fait inacceptable d'utiliser une antenne culturelle publique nationale pour un intérêt privé, même si le produit était culturel. Je remarque que cela ne pose plus de problèmes : on va même jusqu'à promouvoir les sorties éditoriales de ses conjoints, comme le fait régulièrement Adèle Van Reeth à l'antenne. Je le signale simplement car on assiste vraisemblablement à un changement de "culture" interne. Cela me gêne beaucoup car cela renforce une idée persistante, celle d'une radio parisienne où on se reçoit entre soi et où on se promeut entre soi. Il y a un problème de diversité de programmation à France Culture (trop de politique, trop d'actu, trop de sociologie), et si on commence à se recevoir entre soi pour ses propres actualités éditoriales, la boucle sera bouclée. Je le regrette, surtout en terme d'image pour la station. C'est déontologiquement regrettable, et on ne semble pas se figurer l'impact de ce genre de choix sur les premiers actionnaires et usagers de la station, les véritables patrons : les auditeurs.

Voici la réponse de Sandrine Treiner, directrice de France Culture :
« Bonsoir
Pardonnez-moi de vous dire que c’est strictement l’inverse. Lorsque je suis arrivée à France Culture il y a sept ans, les producteurs s’invitaient entre eux à chaque parution de l’un ou de l’autre. Cela n’arrive presque plus jamais et c’est bien parce que le film de S. Kronlund s’accorde absolument à ce que la chaîne défend en matière de cinéma documentaire que son film est un partenariat FC et que Guillaume Erner, en toute liberté, a voulu la recevoir. Vous verrez les compte-rendus critiques dans la presse sur ce film. Il aurait été absurde qu’elle soit désavantagée pour être une productrice de notre antenne. Cela dit, je suis d’accord avec vous de manière générale  et je veille, en tant que directrice de cette antenne,  à ce que cela reste l’exception.
Bien à vous
Sandrine Treine
r »

53
Répondre en citant  
Re: Partenariats et publicité à France Culture - le Sam 17 Juin 2017, 11:06

Je ne serai pas aussi charitable que vous : je crois qu'il y a un certain plaisir un peu vindicatif à choisir un message que l'on va poster pour pouvoir y répondre de façon cinglante. C'est de la mise en scène, comme lorsqu'il valide un message sur un sujet déjà évoqué et répondu, mais pour le simple plaisir de faire entendre son agacement. Et ici, Sandrine Treiner continue de nous montrer qu'elle n'a jamais vraiment endossé ce rôle de directrice de France Culture : elle parle comme une ministre, comme une responsable politique. Elle dénigre ce qui l'a précédée, elle ne connait pas l'histoire de son institution, elle vante son bilan, elle considère les critiques comme venant d'opposants, voire d'adversaires. Après tout, c'est assez logique de la part d'une directrice qui n'a aucun projet culturel pour cette station, mais qui continue à mener un travail de fond, celui de la transformation d'une radio culturelle de service public en une espèce d'institut politique alimenté par ses chiffres d'audience. Son rêve, ce serait que cette radio puisse se passer définitivement d'auditeurs, et que l'on puisse continuer à s'inviter entre soi dans des émissions sans projet, qui finiraient par toutes se ressembler, des "cases à sociologues", ayant toutes pour vocation de commenter l'actualité avec des mots un peu savants et des hésitations calculées. Je conseille les dernières livraisons du Grain à Moudre et de la Fabrique de l'Histoire : ce sont des chefs d'oeuvre de reformulation. Vous n'apprendrez rien, mais vous entendrez des experts reformuler des évidences avec des formules techniques et cette façon de nous faire croire qu'on prononce de grandes vérités cachées.

Et on est ravis de savoir qu'entre le souci déontologique de ne pas se promouvoir entre soi, et celui de ne pas léser Mme Sonia Kronlund, c'est le choix de l'intérêt privé qui l'emporte. C'est une belle vision du service public que Sandrine Treiner nous donne à voir. Le véritable esprit d'ouverture, ce serait de laisser notre radio tranquille, d'ouvrir la porte du bureau directorial et d'aller chercher un poste dans quelque grand institut du haut commissariat de refondation de la réinvention du ré-énchantement du rapport à la démocratie ou que sais-je. Et qu'on arrête les dégâts.

54
Répondre en citant  
Qu'en pense Françoise Nyssen ? - le Dim 18 Juin 2017, 18:41

Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t738p50-partenariats-et-publicite-a-france-culture#28362) a écrit:Je ne serai pas aussi charitable que vous : je crois qu'il y a un certain plaisir un peu vindicatif à choisir un message que l'on va poster pour pouvoir y répondre de façon cinglante.
En tous les cas, les réponses "cinglantes", notamment de Denaes (Treiner s'en garde, mais pas Van Reeth), soulignent l'incompétence professionnelle de leurs auteurs.
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t738p50-partenariats-et-publicite-a-france-culture#28362) a écrit: Et ici, Sandrine Treiner continue de nous montrer qu'elle n'a jamais vraiment endossé ce rôle de directrice de France Culture : elle parle comme une ministre, comme une responsable politique. Elle dénigre ce qui l'a précédée, elle ne connait pas l'histoire de son institution, elle vante son bilan, elle considère les critiques comme venant d'opposants, voire d'adversaires.
Sandrine Treiner n'est pas à sa place comme directrice, on est d'accord, mais ce n'est pas de sa faute. Elle a su devenir le bras droit de Poivre d'Arvor et elle l'a "naturellement" (par la grâce de Mathieu Gallet) remplacé quand il a été fermement invité à prendre la porte... Sandrine Treiner fait ce qu'elle peut avec ce qu'elle a (visiblement pas grand-chose en matière de culture radiophonique, sans parler de ses faiblesses en matière d'expression orale et écrite) et ménage craintivement la chèvre et le chou sous l’œil  du PDG de Radio France (qui a eu la "bonne" idée de lancer les podcasts avec publicité d'opticien...).
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t738p50-partenariats-et-publicite-a-france-culture#28362) a écrit: (...)  des émissions sans projet, qui finiraient par toutes se ressembler, des "cases à sociologues", ayant toutes pour vocation de commenter l'actualité avec des mots un peu savants et des hésitations calculées. Je conseille les dernières livraisons du Grain à Moudre et de la Fabrique de l'Histoire  : ce sont des chefs-d’œuvre de reformulation. Vous n'apprendrez rien, mais vous entendrez des experts reformuler des évidences avec des formules techniques et cette façon de nous faire croire qu'on prononce de grandes vérités cachées.
L'enfumage façon France Culture : la paraphrase floue et les périphrases qui n'en finissent plus, tout cela pour tenter de dissimuler l'ignorance de l'orateur.

La roue tourne pour tout le monde, patience ! Et en attendant, direction les Archives, France Musique (que Voinchet - pour complaire à Gallet ? - est en train de saborder) les radios étrangères, francophones ou non, les livres audio et les podcasts de médias et d'institutions culturelles.

55
Répondre en citant  
Re: Partenariats et publicité à France Culture - le Lun 19 Juin 2017, 16:31

Merci pour votre réponse, et de nouveau, je crois que je ne serai pas aussi charitable que vous... On le voit aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public : le rôle d'un chef de projet, d'un chef de service etc, c'est de défendre sa vision et ses projets à ses supérieurs, de les convaincre du bien-fondé de l'investissement accordé. Le rôle de Sandrine Treiner n'est pas de transformer France Culture pour en faire une radio Gallet-compatible, de prouver qu'elle est un bon soldat pour protéger la station et son poste, mais bien de convaincre son président de l'importance d'une radio culturelle de fond (apolitique, débarrassée des journalistes d'actualité) au sein du groupe Radio France. Elle a une vision très court-termiste de son poste, avec un sens aigu des hiérarchies, et s'il lui fallait bâtir quelque chose, voici ce qu'on pourrait lui conseiller :

- cesser de croire que France Culture est la seule radio culturelle du monde. Certes, on peut nous envier France Culture pour certaines tranches et pour les archives nocturnes, mais pour le reste, je doute qu'une radio de journalistes généralistes et de sociologues bafouillants suscite la convoitise d'auditeurs étrangers. Il faut donc aller étudier l'offre en détail (il suffit d'une connexion internet), bref, savoir ce qui se fait, savoir ce qui marche. Une fois ce tour d'horizon accompli, on sera sans doute surpris de voir que les archives nocturnes sont infiniment plus actuelles et modernes (éclectiques, documentées, montées, exigeantes, accessibles) que le programme de jour (rapidement périmé, flou, redondant, mal structuré, militant, cloisonné, obsessionnel).

- bâtir une grille authentiquement culturelle dans le but de créer une vaste communauté d'auditeurs. Cesser d'utiliser l'actualité politique comme moyen artificiel de faire gonfler l'audience. On le voit sur la page Facebook de la station : les post culturels ne reçoivent quasiment aucun commentaire. Les posts politiques en reçoivent des centaines. Pourquoi? Parce que les auditeurs curieux de culture ont progressivement été lassés de cette radio politisée, creuse et répétitive et ne l'écoutent plus. Ne restent que les transfuges des radios généralistes qui veulent écouter des analyses politiques sans pub, et si possible compatibles avec leur croyances (du centre gauche un peu libéral à la frange extrémiste radicale déconnectée du réel). Si vous allez sur la page Facebook de Radio 4 (BBC), tous les posts sont abondamment commentés, y compris ceux qui concernent des sujets purement culturels. Il y a là une véritable communauté d'auditeurs qui n'ont pas été chassés par des campagnes successives de remplacements de producteurs jugés trop culturels. Radio 4, c'est une longue continuité. Pas de cassures provoquées par l'arrivée d'un directeur qui veut marquer sa radio au fer rouge, avant de continuer sa tournée des grands postes publics. Bref : prouver par un travail de fond que la culture, ça marche, surtout aujourd'hui. On trouve en ligne beaucoup de podcasts amateurs de qualité, sur des sujets de niche, mais ils souffrent souvent d'un manque de moyens, d'équipes techniques, de documentalistes, d'accès à des archives, de facilités avec le droit d'auteur. France Culture aurait l'occasion de mettre en valeur tous ces savoirs-faire, de les utiliser au mieux, mais on choisit à la place de supprimer les voix érudites pour les remplacer par une jeunesse assez artificielle, fade et sans vision culturelle. C'est l'attitude qui compte, car l'attitude, c'est le court-terme... Il y a un vide qui France Culture pourrait combler dans notre paysage audiovisuel, mais on choisit plutôt de copier la concurrence généraliste, pour satisfaire, encore une fois, des besoins de court-terme.

- Ayant effectué ce travail culturel de fond, France Culture se constituerait donc une véritable communauté d'auditeurs fidèles, ce qui est, à mon sens, le meilleur des arguments pour défendre son projet devant la présidence de Radio France.

C'est un peu idéaliste, certes, mais autrement plus sincère que de nous décrire une radio qui n'existe pas : une radio d'ouverture, celle de la culture et des idées. Les récentes initiatives directoriales nous prouvent que le projet de Sandrine Treiner n'est pas culturel. Il est politique, mais elle ne veut pas le dire. On parle beaucoup de "BBC à la française, de "Netflix des savoirs", alors osons un peu... Il faudrait pour cela démanteler les réseaux internes à France Culture, les titulaires spécialistes de rien que l'on rebalance de case en case, lancer une campagne de recrutements fondés sur le bagage culturel et l'aisance de la parole en public. Avec un véritable projet directorial à la française, France Culture aurait les moyens d'être l'envie du monde entier, encore faut-il avoir la patience de bâtir ce projet et de le défendre.

Partenariats et publicité à France Culture     Page 6 sur 6

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum