Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

La russophobie ambiante    Page 2 sur 8

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
La russophobie ambiante - le Sam 13 Fév 2016, 22:06

Rappel du premier message :

Bien que n'ayant aucun lien personnel avec des Russes ou la Russie, je constate depuis longtemps ce qui ressemble à une haine viscérale de l'état russe, de sa politique et surtout de son président dans l'ensemble des médias, et plus particulièrement à France Culture. A ce que je sache, la Russie est un pays ami de la France. Je m'étonne donc de la totale absence d'objectivité des journalistes et de leurs invités, « chercheurs », « spécialistes » ou autres « experts » quand ils abordent ce sujet.

J'ouvre donc un fil, qui n'intéressera peut-être que moi, pour relever ces faits de russophobie.

Pour commencer, et après Michel Eltchaninoff dans Les Matins, nous avons eu droit aujourd'hui aux lumières de la « spécialiste » Hélène Blanc dans le journal de 12h30. Cette dame est politologue et criminologue au CNRS, auteur, entre autres, de « KGB Connexion: Le système Poutine », « Les Prédateurs du Kremlin, 1917-2009 » et « Goodbye Poutine : Union européenne, Russie, Ukraine ».  Ça promet. [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14310-13.02.2016-ITEMA_20912691-6.mp3" debut="03:23" fin="06:18"]

Une rapide recherche sur internet permet de « placer » Mme Blanc, idéologiquement parlant :

L'Europe est dans une logique de paix quand Poutine est déjà dans une logique de guerre. On entend des voix autorisées dire qu'il faut négocier avec la Russie. N'a-t-on pas enfin compris que la Russie ne négocie pas ?

...les Russes, pas dupes, sont fatigués du numéro de duettistes Medvédev-Poutine. Ils ne croient plus en Poutine.

L’Europe n’a toujours pas compris qui est Poutine. Il est d’un cynisme dont on n’a pas idée ici. Il bluffe, il ment ; personne ne peut dire ce qu’il a dans la tête ! Après l’invasion de la Crimée tout le monde pensait qu’il allait se calmer, pas moi. Il a lancé une propagande anti occidentale violente... Il a installé dans l’opinion l’idée que la Russie doit mener une croisade contre l’Europe décadente et punir les Etats-Unis qui ont humilié la Russie.
Son supra nationalisme a fait resurgir tous les travers de la société russe : l’antisémitisme, la xénophobie, l’homophobie. La société russe devient de plus en plus violente. Il y a des régions où les gens ont plus peur de la police que des délinquants ! Poutine vit dans un univers qui n’est pas le nôtre. Il est encore à l’époque des Tsars et des conquêtes territoriales.


Vous savez, en plus d'être l'homme le plus puissant du monde, c'est aussi le dirigeant en poste le plus riche. D'après certaines sources - je mets quand même ça au conditionnel - sa fortune personelle se monterait à 130 billions ( sic ) de dollars. C'est pas mal !
* * *

11
Répondre en citant  
Culturesmonde - le Ven 19 Fév 2016, 21:00

Stakhanoviste en la matière, Florian Delorme a consacré deux émissions de « Culturesmonde » cette semaine à la « menace russe ».

Jeudi, avec Nicole Gnesotto ( comme Yves Bertoncini, de l’Institut Jacques Delors aussi, curieusement ), il nous affirme que l'objectif russe est de déstabiliser Europe. Le  Brexit serait un bon point de départ [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11701-18.02.2016-ITEMA_20916389-0.mp3" debut="18:27" fin="19:10"].

Aujourd'hui, selon Marc Semo, les Russes visent non seulement à déstabiliser l'Europe, mais, en manipulant les Kurdes, la Turquie aussi [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11701-19.02.2016-ITEMA_20917294-0.mp3" debut="37:04" fin="38:13"].
Peu surprenant, sachant que, selon Jean-François Bouthors, ce qui les caractérise est leur volonté de nuire  [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11701-19.02.2016-ITEMA_20917294-0.mp3" debut="38:23" fin="39:23"].
Avec une logique implacable, ce dernier démontre même que DAESH n'est qu'un pantin dont Poutine tire les ficelles [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11701-19.02.2016-ITEMA_20917294-0.mp3" debut="44:53" fin="45:40"].

12
Répondre en citant  
La Grande Table - le Ven 19 Fév 2016, 21:17

La russophobie se niche dans les recoins les plus surprenants. Comment prévoir que « Spéciale Séries (2/2) : De quel monde nous parlent les séries ? » en recèlerait ? ( à noter que, désormais, quand on voit le mot « série » sur le site FC, on doit rajouter mentalement « télé américaine » )

Dominique Moïsi, invité pour faire la retape pour son dernier ouvrage : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-19.02.2016-ITEMA_20917213-1.mp3" debut="21:36" fin="22:20"]

13
Répondre en citant  
L'Esprit public - le Dim 21 Fév 2016, 16:18

Russie et démocratie ne riment pas, pour François Bujon de l'Estang  ( Ambassadeur de France ) :
« ... Mais les Russes tiennent une ligne extrêmement simple - ils sont contre tout ce qui est démocratique où que cela bouge, en effet - ... » [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16119-21.02.2016-ITEMA_20918532-0.mp3" debut="50:04" fin="50:18"]

14
Répondre en citant  
Re: La russophobie ambiante - le Dim 21 Fév 2016, 16:49

Rowan(http://www.regardfc.com/t750p10-la-russophobie-ambiante#24509) a écrit:La russophobie se niche dans les recoins les plus surprenants. Comment prévoir que « Spéciale Séries (2/2) : De quel monde nous parlent les séries ? » en recèlerait ? ( à noter que, désormais, quand on voit le mot « série » sur le site FC, on doit rajouter mentalement « télé américaine » )

J'imagine que vous le regrettez, mais les séries russes ne se sont pas encore imposées sur le marché international de la télévision. On se demande pourquoi. Russophobie certainement.

15
Répondre en citant  
Re: La russophobie ambiante - le Dim 21 Fév 2016, 16:52

Rowan(http://www.regardfc.com/t750p10-la-russophobie-ambiante#24531) a écrit:Russie et démocratie ne riment pas, pour François Bujon de l'Estang  ( Ambassadeur de France ) :
« ... Mais les Russes tiennent une ligne extrêmement simple - ils sont contre tout ce qui est démocratique où que cela bouge, en effet - ... »

Soyez assez  aimable de nous éclairer en nous citant un soutien russe à un régime démocratique ou à un mouvement démocratique (Vénézuela, les Castro,  la Biélorusie, la Transnitrie, la Syrie peut-être…?)

16
Répondre en citant  
''François Bujon de l'Estang (Ambassadeur de France )'' - le Dim 21 Fév 2016, 19:28

munstead(http://www.regardfc.com/t750p10-la-russophobie-ambiante#24533) a écrit:
Rowan(http://www.regardfc.com/t750p10-la-russophobie-ambiante#24531) a écrit:Russie et démocratie ne riment pas, pour François Bujon de l'Estang  ( Ambassadeur de France ) :
« ... Mais les Russes tiennent une ligne extrêmement simple - ils sont contre tout ce qui est démocratique où que cela bouge, en effet - ... »

Soyez assez  aimable de nous éclairer en nous citant un soutien russe à un régime démocratique ou à un mouvement démocratique (Vénézuela, les Castro,  la Biélorusie, la Transnitrie, la Syrie peut-être…?)

"François Bujon de l'Estang  ( Ambassadeur de France )", un analyste que j'ai écouté plusieurs fois avec grand plaisir, si je peux me permettre d'entrer indirectement dans ce fil. Il était intervenu dans un numéro de L'Esprit public sur Simon Leys que Nessie avait très heureusement signalé, cité dans le post Simon ou Pierre ? (voir dernier §).

Et puis sur la géopolitique impliquant la Russie, l'Ukraine et l'Europe, il avait apporté un éclairage très pertinent, selon moi, dans le numéro de Répliques conseillé dans le post Géopolitique au programme. Le numéro est encore écoutable en ligne et téléchargeable via l'outil de luxe élaboré par Masterkey dont le portrait devrait remplacer celui de Jack Kérouac en page d'accueil de ce forum.

17
Répondre en citant  
Re: La russophobie ambiante - le Dim 21 Fév 2016, 21:52

munstead(http://www.regardfc.com/t750p10-la-russophobie-ambiante#24533) a écrit:
Soyez assez  aimable de nous éclairer en nous citant un soutien russe à un régime démocratique ou à un mouvement démocratique (Vénézuela, les Castro,  la Biélorusie, la Transnitrie, la Syrie peut-être…?)

Cher Munstead, après votre premier commentaire sur ce fil que d'aucuns pourraient confondre avec une attaque ad hominem je me suis résolu à ne pas vous répondre. Cependant, et parce-que je crois que vous vous trompez sur la nature de ma démarche, je vais le faire une seule fois pour toutes.

Sachez d'abord que je respecte vos opinions et votre droit de les exprimer. C'est une sorte de religion chez moi. Cependant, il ne s'agit pas ici d'opinions personnelles, mais de la façon dont France Culture traite les grands sujets d'actualité.

Vous vous figurez que je défends, au choix, la Fédération Russe, Vladimir Poutine, ou peut-être le Bolchevisme le couteau entre les dents. Or, tout ce que je défends est le droit d'être informé de façon objective. A France Culture, on n'informe pas l'auditeur, on lui dit quoi penser. Il semblerait que cela vous convient ( en tout cas tant que les opinions y assénées correspondent aux vôtres ), et c'est parfaitement votre droit. Je considère que c'est mon droit de ne pas être d'accord.

Dans ce fil, j'entends prouver la partialité de France Culture concernant la Russie par le truchement d'extraits sonores. Libre à vous de prouver le contraire, par tout moyen utile, et ici même si vous le voulez.

18
Répondre en citant  
Re: La russophobie ambiante - le Lun 22 Fév 2016, 00:10

[quote="Rowan(http://www.regardfc.com/t750p10-la-russophobie-ambiante#24538)"]
munstead(http://www.regardfc.com/t750p10-la-russophobie-ambiante#24533) a écrit:
Soyez assez  aimable de nous éclairer en nous citant un soutien russe à un régime démocratique ou à un mouvement démocratique (Vénézuela, les Castro,  la Biélorusie, la Transnitrie, la Syrie peut-être…?)

Cette belle et noble réponse évite de répondre à ma question. Cher Rowan, quand on crée un fil pour défendre une information objective sur la Russie, ou plutôt sur Vladimir Poutine, on doit essayer de montrer que les interventions des journalistes ou invités sont fausses ou biaisées. Je proteste moi-même souvent contre le traitement de la politique française par la rédaction de FC, mais essaye à chaque fois de justifier ma réaction, de montrer en quoi ces gens défendent une position idéologique. Vous vous contentez de nous dire qu'émettre des doutes sur l'autocrate russe est insupportable. Ce n'est pas suffisant. Jacques Sapir montre de temps en temps le bout de l'oreille sur FC et défend un peu les mêmes positions que vous, mais avec des justifications certes de fantaisie. En juin, il nous expliquait que l'économie russe était au mieux de sa forme, que le rouble remontait, preuve que les sanctions n'avaient aucune influence sur la prospérité éclatante du pays. On savait ce qu'il en était et on sait ce qu'il en est. On devrait pouvoir faire mieux. Vous venez, par ailleurs, de recevoir dans votre démarche l'appui public (ONPC) de Mélenchon, fervent poutinien, ce qui devrait vous encourager à aller plus loin dans votre petite campagne.Prouvez, montrez que Poutine est un ardent partisan de la démocratie sous toute ses formes et je ferai amende honorable. En attendant, je reste sur mes positions anti-Poutine, et non pas anti-Russe, ce que, moi, je ne confonds pas.

19
Répondre en citant  
Du bon côté de la Force - le Lun 22 Fév 2016, 06:46

Bonjour à toutes et tous. Fraîchement inscrit sur le site, j'interviens ici sans oublier les usages que réclament les premiers pas dans une maison. Après un timide bonjour, je me tiens debout à l'écart de la pièce, tout petit dans mes souliers, progressant à doigts feutrés sur mon clavier d'ordi. J'ai lu deux fois le fil ouvert par Rowan. Traduire sa démarche, louable à mon sens, comme une sorte d'anti-américanisme sous-jacent, serait je crois tomber dans le travers qu'il cherche justement à mettre en relief : la réduction. Les médias radio-tv, nous le savons, s'appliquent à réduire les faits et les hommes. A quoi bon s'enfermer dans un tunnel pour expliquer le jeu complexe sur l'échiquier politique aux auditeurs moyens que nous sommes ? Poutine-tyran, Poutine-dictateur, voilà des formules plus sonnantes ! Et productives ? Productives si les médias ont pour mission de présenter le pays, leur pays, sous le meilleur jour en contrastant à fond le terne des pays voisins. On serait d'ailleurs tous très curieux, j'imagine, d'entendre le portrait que l'on dresse de la France et de ses dirigeants sur les ondes Radio Mayak ou Echo Moskva.

Or, si on mélange les deux visages de Poutine, celui accentué par la presse européenne (Allemagne mise à part) et celui adouci par nos amis russes, l'homme, au lieu du dictateur aussi froid que le personnage d'Oktober incarné par Max Von Sydow dans Le Secret du Rapport Quiller (very good spy movie !), nous apparaît au contraire davantage comme un despote éclairé dans la lignée du despotisme russe traditionnel. Un chef d'Etat, en somme, qui écoute le fond du peuple, devance ses attentes, les caresse au besoin dans le sens du poil. Rappelons-nous, après la séquence catastrophe de l'ère Eltsine, que Poutine, en accédant au pouvoir, reçut une mission sacrée du peuple russe : restaurer sa grandeur, sa dignité et sa force dans le concert des nations. Et l'Occident, en postant l'OTAN à sa porte, en intervenant dans son monde orthodoxe contre les Serbes, en prétendant les cerner dans le Caucase par la Géorgie puis, dernièrement, en laissant imaginer aux Ukrainiens qu'ils allaient pouvoir intégrer l'Union Européenne, cet Occident n'a eu de cesse d'aller le provoquer, le mépriser jusque sous son nez. Résultat ? Poutine, en toute logique, contre-attaque. Ce qui se traduit chez nous par Dark Vador contre-attaque, puisque nous sommes, nos médias nous le répètent à longueur de journées, du bon côté de la Force.

20
Répondre en citant  
Re: La russophobie ambiante - le Lun 22 Fév 2016, 07:58

Bienvenue sur le site et merci pour ce message d'une clarté nécessaire. Il nous éclaire en effet sur la justification classique à la défense des menées des autocrates et des dictateurs. Point Godwin revendiqué: dans les années 30, nombre d'européens trouvaient parfaitement justifiées les revendications territoriales d'espace vital de Monsieur Hitler, ce leader, certes  un peu autoritaire, mais qui avait reconstruit en cinq ans son pays, l'Allemagne de toujours. Quand vous écrivez " reçut une mission sacrée du peuple russe : restaurer sa grandeur, sa dignité et sa force dans le concert des nations. " mon mauvais esprit se réveille et je considère avec inquiétude une telle "mission sacrée" et l'utilisation de ce terme religieux. Le Messie n'est pas loin.  Vous vous faites le défenseur d'un peule russe à part, nouveau peuple élu, méprisé par l'Occident alors qu'en fait, il est craint par celui-ci. Vous écrive:z "Et l'Occident, en postant l'OTAN à sa porte," comme si nous Européens, n'aurions pas le droit d'installer notre système de défense devant un des pays les plus armés du monde, qui nous a menacés ouvertement de 1946 à son effondrement matériel et politique 40 ans plus tard? Vous ne tenez évidemment pas le moindre compte au nom d'une "sphère d'influence" fantasmée de la Russie depuis le XVIIIe siècle, des peuples qui lui ont échappé après la chute du mur. Que la Crimée soit annexée, des républiques fantoches créées en Géorgie, en Trinitrie, en Biélorussie ne semble pas avoir d'importance, ces peuples ont l'habitude, ils ne comptent pas. Que des menaces soient périodiquement exercées sur les pays Baltes est dans la nature de l'histoire. Une fois pour toutes, la Russie s'est donnée la mission divine, sacrée, d'unir sous son joug et dans une orthodoxie religieuse parfaitement réactionnaire, un glacis protecteur  de peuples soumis et l'Occident n'aurait rien à dire? Rien à faire? Je crois sincèrement que les peuples des pays de l'Est devenus européens, malgré leurs problèmes politiques actuels sont plus heureux que du temps de la domination russe. Regardez ce qui se passe en Crimée en ce moment, où du jour au lendemain toutes les libertés démocratiques ont été réduites au minimum, à commencer par la liberté d'expression et de déplacement.
Donc non, Poutine n'est pas notre ami. Prenons un dernier exemple, on parle (FC ce matin) d'un nouveau prêt accordé par une banque russe au Front National… Que dirait Poutine si la BNP allait financer un des rares partis d'opposition russes subsistants? Il fermerait la banque comme il le fait des ONG ayant reçu des financements de l'étranger. En France, les positions russes sont défendues par le FN, certains membres de la gauche radicale et l'ineffable Mélenchon. Je ne sais pas encore ce qu'il en est de vous, mais pour moi ces soutiens doivent faire réfléchir. Et je ne m'étendrai pas sur le journalistes assassinés, emprisonnés, empêchés de s'exprimer, les sociétés volées à leurs propriétaires, la corruption massive qui règne dans la grande Russie éternelle.
Pour en revenir au débat, l'idée de ce fil créé par Rowan pour dresser la liste des commentaires non favorables à Poutine sur FC me semble peu pertinente tant elle est orientée. Tout ne se vaut pas. Le relativisme est une nuisance intellectuelle.

21
Répondre en citant  
Re: La russophobie ambiante - le Lun 22 Fév 2016, 08:44

Mon cher Munstead, merci de votre accueil. Vous voulez nous jouer la machine à remonter le temps ? Soit, je vous suis. Je n'oublie pas, non, que l'Ukraine dans ses frontières actuelles est de construction récente. Lors du Congrès de 1815, la Russie tsariste obtint l'Ukraine en absorbant la Pologne. Contrairement à l'Ukraine occidentale, l'Est et le Sud subirent la russification des tsars. Proclamée en novembre 1917, la République autonome ukrainienne eut à faire face à la République soviétique d'Ukraine soutenue par les bolcheviques. La Russie soviétique créa en 1922 la République socialiste soviétique d'Ukraine. L'Ukraine de l'Ouest et du Sud-Est furent réunies à nouveau et annexées à l'URSS.

Maintenant, si l'on revient à notre époque, il convient de rappeler que l’intérêt d'Obama pour l'Ukraine se manifesta à partir du moment où les BRICKS commencèrent à parler d'une alliance commerciale dans le projet éventuel (pourquoi pas ?) de créer une monnaie nouvelle en concurrence au dollar. Or, on le sait, la croissance est du côté BRICKS. Très peu aux USA, ne parlons même pas de l'Europe. Le maillon faible, c'était l'Ukraine dont le régime corrompu irait de toute façon vers le plus offrant. Pour Obama, l'UE n'est politiquement pas grand-chose. Il faut qu'il la contrôle pour éviter qu'elle devienne un jour assez forte au point de rivaliser avec les US ; mais il ne faut pas qu'elle soit trop faible et qu'elle demeure un allié commercial avec ses 400 millions de consommateurs. Donc, pour éviter que l'UE s'engage davantage sur le plan commercial avec la Russie, il lui fallait fracturer les liens en cours de construction. Coup double pour lui : il affaiblit l'UE et manœuvre à l'isolement de la Russie, avec une conséquence probable, celle de provoquer un rapprochement Russie-Chine.

Si vous voulez ne serait-ce qu'1 minute, Munstead, considérez le rôle de Poutine dans ce jeu d’Échecs, alors le bonhomme vous apparaitra d'une dimension bien plus supérieure que celle que vous décrivez. Quant à la Crimée, il a en effet réussi à "reprendre son bien". Et sans un seul coup de feu ! En poussant à peine l'ironie, si avec ça un prix Nobel de la Paix ne lui était pas décerné, ce serait vraiment injuste. Obama, avec tous les morts au Moyen-Orient, je vous rappelle, a reçu ce prix  ; on se demande encore pourquoi...

La russophobie ambiante     Page 2 sur 8

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum