Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / Le conversatoire

Répondre au sujet

Le coin de l'écoute    Page 2 sur 2

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Le coin de l'écoute - le Ven 25 Sep 2009, 10:56

Rappel du premier message :

Quand il s'agit d'aller parler aux humeurs, la musique est le genre de passe-partout qui permet d'entrer dans certaines antichambres de l'âme, et d'y d'actionner quelques leviers secrets. En art mineur ou savant, à chacun des serrures.

Une des miennes, c'est la musique élégante et noire de Nick Drake. Douce et tranquille, avec quelques épines empoisonnées d'un venin lancinant, on succombe souvent, dans une forme de torpeur paralysée, à l'écoute du charme mortel de ses complaintes. Il donne parfois l'impression de jouer depuis l'outre-tombe, Nick Drake, avec ses jolis airs de guitare et l'intimité froide de sa voix discrète.

On peut le découvrir en commençant par quelques unes de ses ballades, sans doute les plus connues :
Things Behind The Sun, ou Pink Moon. Presque joyeuses par moment, jamais gratuitement : les passages en mode majeur rehaussent souvent la tristesse ou l'impression de nostalgie qu'elles infusent.

On pourra ensuite plonger nettement plus profond, en écoutant les plus sombres et plus travaillés Day Is Done et Way To Blue, qui distillent du noir en intraveineuse.

Beaucoup d'autres méritent l'écoute, parmi lesquelles 'Cello Song, l'étrange et auto-dérisoire Poor Boy, et surtout le très beau Fruit Tree.

Pour finir sur une note presque gaie, il existe quelques morceaux de blues, tel Cocaine blues, et même une interprétation de Summertime (courte et de qualité sonore très mauvaise, mais l'élégance est intacte) :
* * *

11
Répondre en citant  
Re: Le coin de l'écoute - le Lun 11 Nov 2013, 11:23

@footsteps a écrit:(...)Vous sortez une phrase d'un contexte,ayez la politesse de mettre un lien sur le fil correspondant...(...)
J'ai fait précéder votre citation de ceci : « DANS le fil Répliques, le 11 novembre 2013 ».

Comme cela ne semble pas (vous) suffire, voici le lien vers votre contribution

12
Répondre en citant  
Re: Le coin de l'écoute - le Lun 11 Nov 2013, 22:56

Avis à la population : dans le fil Répliques du 11 novembre 2013 à 9h52, heure d'hiver, dans cette contribution à lire et à relire pour bien s'en imprégner et la comprendre
@footsteps a écrit:(...)Le jazz est arboré de grilles harmoniques ,le 3 6 5 1,le 2 5 1,le 3 3b 2b 1,le 1 étant la tonalité qui s'écrit comme suit:1 majeur7, 2mineur 7 ,3min7,4 majeur 7,5 dominante,6 min 7,7 7,5 min.
Voyez la complexité pour un novice,obligé de bosser pour pouvoir jouer du jazz.
(...)
Et BBC Radio 3, de son côté, a diffusé le premier numéro de sa série en 5 épisodes "Composer of the week" consacrée à Bill Evans. Avec un nom comme le vôtre, cher Footsteps, vous allez sans doute filer sans hésiter une seconde vers le site de nos amis britanniques pour écouter ceci :

Bill Evans (1929-1980) Episode 1 of 5
Bill Evans Works with Miles Davis

Availability: 7 days left to listen
Duration: 1 hour
First broadcast: Monday 11 November 2013

He was called the Poet of the Piano, and the Chopin of Jazz, this week Donald Macleod delves into the life and music of Bill Evans. Although Evans started off in the world of classical music, it wasn't long before he got the Jazz bug. His classical training wasn't wasted though, for it went on to influence the way he performed for the rest of his life. His touch at the piano became legendary, and his preferred ensemble for performing his own compositions, and those by others, was the Jazz trio combining piano, bass and drums. Evans came to prominence when invited to work alongside Miles Davis and, in time, Evans would go on to perform with the likes of Tony Bennett, Julian "Cannonball" Adderley, Stan Getz and Monica Zetterlund.

Family was very important to the composer Bill Evans. His earliest musical influences came from his mother, and his most famous work, Waltz for Debbie, was inspired by his niece. Evans won a scholarship to Southeastern Louisiana University, and around the same period he composed his earliest known composition, 'Very Early'. After a brief spell in the army, and by the time he was twenty-six, Evans recorded an album called New Jazz Conceptions, which included his new work, 'No Cover, No Minimum'. Bill Evans was starting to make quite a name for himself, and then came the call from Miles Davis offering Evans the chance of performing alongside the legendary trumpeter and his ensemble.

13
Répondre en citant  
Tavener est Arvo Parti - le Mer 13 Nov 2013, 20:54

On ne sait pas ce que pense Footsteps de John Tavener (1944-2013) qui vient de mourir, mais voilà un compositeur contemporain qui ne devrait pas trop irriter les oreilles des allergiques au sérialisme ou à la musique d'aujourd'hui...

Comme France Musique ne fait pas un plat de cette disparition (on les comprend), on doit se rabattre sur la presse anglaise, here you are : John Tavener, his final interview.

Pour un article de fond, se reporter ici : Tavener, cult or culture?

14
Répondre en citant  
Re: Le coin de l'écoute - le Lun 09 Déc 2013, 19:46

A recommander en ce moment sur Radio 4 :

http://www.bbc.co.uk/programmes/b03kpnjv

The Diary of Samuel Pepys

Radio 4 est très attachée à cette oeuvre et la redramatise régulièrement, pour le plus grand plaisir des auditeurs. D'ailleurs, elle conserve un goût pour la fiction de "period" qui nous change agréablement des injonctions confuses bien dans l'air du temps que nous proposent la jeunesse franceculturienne (par opposition à la jeunesse tout court, sans doute moins superficielle et gâtée).

15
Répondre en citant  
Devinette du jour - le Lun 03 Fév 2014, 14:26

De qui ce texte bluffant, enivrant, attirant, phare, inspirant et inspiré, tsunami musicologique, affiché sur le site de France Culture ?

« Durant l’émission vous avez pu entendre des musiques du saxophoniste John Zorn. Pensée musicale avant-gardiste, qui prend racine dans le jazz, s'est aussi bien nourrie de rock'n'roll que de musique classique. Langage d'une richesse bluffante et enivrante, « parlé » par des formations aussi opposées que The Dreamers (son groupe le plus attirant qui tisse une étoffe jazz inspirée par le rock, le blues et même la musique du monde) ou Masada (son groupe phare, tantôt acoustique, tantôt électrique, grâce auquel ses racines juives rencontrent l'héritage de la musique d'Ornette Coleman), et audible en mots avec le furieux Song Project, tsunami vocal jazz'n'punk, orchestré par l'organe élastique du chanteur Mike Patton. »

16
Répondre en citant  
Re: Le coin de l'écoute - le Lun 03 Fév 2014, 15:19

Sous-entendriez vous qu'avec le remplacement de Movimento par Sur Ecoute, nous avons subi une dégradation en
- élocution
- originalité de programmation
- maîtrise du français ?
Je n'ose le croire.
On croirait lire les paroles de "Et Vice et Versa", par les Inconnus. C'est la nouvelle langue culturelle de France Culture, où la culture est remplacée par la parole culturelle.

17
Répondre en citant  
John Zorn vu par... - le Lun 03 Fév 2014, 22:56

@Yann Sancatorze a écrit:(...) C'est la nouvelle langue culturelle de France Culture, où la culture est remplacée par la parole culturelle.

Oui, une parole typique de bon nombre de présentateurs pressés de France Culture. Vous avez eu le mérite de chercher une réponse à la devinette sans tricher, bravo ! Mais non, ce n'est pas sur la page de la désastreuse émission « Sur écoute » que l'on peut lire ce texte, mais sur la page de l'émission « Les Regardeurs » que supervise sans doute le respectable président du Palais de Tokyo.

18
Répondre en citant  
Ophélie Gaillard dans Vivaldi - le Jeu 03 Avr 2014, 10:30

Il a été question de la violoncelliste Ophélie Gaillard dans ce post de la Grande Table et de ses interprétations des sonates Vivaldi pour violoncelle seul. J'ai déjà conseillé l'écoute de ce double CD (avec DVD), et comme nous avons quelques forumeurs mélomanes, je me permets de suggérer l'écoute de la sonate n°4 en si bémol majeur.

Un CD qui ne risque pas d'être mentionné par Matthieu Conquet qui mitraille ses mots autour de cinq secondes et demie de musique (où le mot "muse" souffre parfois beaucoup) : ce n'est pas une actualité dont il faut faire la promotion, l'enregistrement étant sorti en 2006 (une éternité, donc).

19
Répondre en citant  
Ophélie Gaillard joue CPE Bach - le Mer 16 Avr 2014, 08:58

@Philaunet a écrit:Il a été question de la violoncelliste Ophélie Gaillard dans ce post de la Grande Table et de ses interprétations des sonates Vivaldi pour violoncelle seul. J'ai déjà conseillé l'écoute de ce double CD (avec DVD), et comme nous avons quelques forumeurs mélomanes, je me permets de suggérer l'écoute de la sonate n°4 en si bémol majeur.

Un CD qui ne risque pas d'être mentionné par Matthieu Conquet qui mitraille ses mots autour de cinq secondes et demie de musique (où le mot "muse" souffre parfois beaucoup) : ce n'est pas une actualité dont il faut faire la promotion, l'enregistrement étant sorti en 2006 (une éternité, donc).

Finalement, voici Ophélie Gaillard mentionnée par Matthieu Conquet dans Ce qui nous arrive en musique. L'occasion en est la sortie du CD "Carl Philip Emanuel Bach - Ophélie Gaillard & Pulcinella Orchestra (Label Aparté)".

Matthieu Conquet, qui fait oeuvre fort utile, se voit confier 4'53 d'antenne dans lesquelles il introduit trois miettes de musique et l'annonce des concerts de l'artiste.  Il lit donc son texte à toute berzingue en ne prêtant guère attention aux remarques aussi borborygmiques qu'inutiles du zig qui dirige la matinale.

Comme il s'agit de France Culture, on devrait s'attendre à une présentation impeccable, non ? Il faut déchanter. Le nom, pourtant essentiel, du compositeur Carl Philip Emanuel Bach est mal orthographié à plusieurs reprises (Carl Philippe Emmanuel ) ; des formules ne passent pas : « l'opiniâtreté enfin qui tient à ré-enregistrer » , « cet enregistrement vif » (pris sur le vif ? De concert ?) ; faute de grammaire : « prise de son et réalisation signée Nicolas Bartholomée » ; oubli de mot : « une des six Symphonies de Carl Philippe Emmanuel [sic] Bach, commandées à l’époque Gottfried van Swieten. ».

Le 15 avril, Nessie a précisément répertorié les types de fautes émaillant les pages de France Culture dans Errare France Culture est et a avancé des hypothèses sur les raisons qui aboutissent à un texte bâclé comme celui de Matthieu Conquet.

Une seule chose à retenir : les noms d'Ophélie Gaillard et de Carl Philip Emanuel Bach.

20
Répondre en citant  
La musique ? Du bruit de fond. - le Dim 07 Juin 2015, 09:39

Dans le fil La fabrique de l'histoire, F. avait attiré notre attention ainsi :
F. a écrit:(...) Partir en croisade, le guide du chevalier (évidemment inscrit dans une semaine thématique très FC actuelle, il échappe miraculeusement aux travers du moment). Nous ne sommes certes pas chez Le Goff, mais voilà un honnête travail de vulgarisation plutôt bien mené, réalisé et éclairé par des interventions de qualité. Le "guide du chevalier" va jusqu'au bout de son sujet, retour en pièces détachées compris.

Si l'on exclut les questions d'une « Laurentin girl » qui feront l'objet d'un autre post, on entend de bonne choses de la part des savants interrogés. L'émission se conclut sur la pièce de Couperin (évidemment non référencée sur la page du site), La Seconde Leçon de Ténèbres de Couperin, interprétée magistralement par Alfred Deller : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/06/s23/NET_FC_57fc62b2-5d17-4c69-a8e1-f37fb8958791.mp3" debut="51:48" fin="52:16"]

Mais comme on n'est pas à la RTBF dans l'émission Ouïe-Dire pour laisser deux ou trois minutes de musique à la fin d'une émission il faut entendre la voix d'une Anaïs Kien, qui démontre tout au long de l'émission par ses questions et ses exclamations l'inculture et l'immaturité « emblématiques » (pour Nessie) de la station jeuniste voulue par le directeur :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/06/s23/NET_FC_57fc62b2-5d17-4c69-a8e1-f37fb8958791.mp3" debut="52:16" fin="52:45"]

21
Répondre en citant  
Curtis Mayfield, Superfly (1972) - le Jeu 25 Aoû 2016, 09:41

fred de rouen(http://www.regardfc.com/t9p200-france-musique#26619) a écrit: (...) Les spécialistes de la blaxploitation confirmeront l'idée  et brandiront la musique composée par Curtis Mayfield pour le film de Gordon Parks Jr Superfly. Ce film de 1972  que presque personne n'a vu, et que tout le monde a oublié, a offert à la soul music un de ses albums les plus aboutis (...)
Du seventies pur jus, les arrangeurs des morceaux de Donna Summer et de Stevie Wonder ont dû en prendre de la graine.. Merci pour cette découverte.

NB. La récapitulation des contributions du 24 août dans le fil « Tous les commentaires du jour »  est à retrouver ici

Le coin de l'écoute     Page 2 sur 2

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / Le conversatoire

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum