Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » Web & médias » Les journaux suisses

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / Web & médias

Les journaux suisses    Page 2 sur 2

Bas de page ↓   

11
Répondre en citant  
De l'emploi du verbe ''sommer'' - le Mar 01 Aoû 2017, 12:15

L'article est paru dans le Temps, mais c'est l'intégralité d'un texte de l'AFP. Peut-être faudrait-il un fil AFP sur ce forum, puisque c'est à cette source que s'abreuvent la plupart des médias, dont la rédaction de France Culture.

L'orientation politique de l'AFP est de notoriété publique.  Il ne faut en effet pas croire que les agences de presse ne sont que des relais de faits comme on l'espérerait.

Quand une décision de justice est prise et que l'exécutif la met en œuvre, voilà ce que ça donne vu par l'AFP : Le gouvernement sommé par le Conseil d’Etat d’installer des points d’eau et des sanitaires à Calais (AFP Publié lundi 31 juillet 2017 à 15:41, modifié lundi 31 juillet 2017 à 17:21.).

C'est un peu ce que l'on a entendu à France Culture hier à 22h, et on suppose sur les chaînes de Radio France sous d'autres formes.

En fait, les formules choc de l'AFP sont, soit reprises telles quelles comme dans cette mise en ligne du Temps, soit interprétées de la même manière.

Jamais on n'a encore lu à propos de ce sujet que l'expression si complaisamment utilisée par l'AFP et reproduite (avec gourmandise ?) par France Culture et d'autres médias "les migrants sont soumis à des traitements ''inhumains et dégradants''» était la pure et simple reprise de termes de l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'homme qui s'applique au droit français.

Qu'a fait le Conseil d'Etat ? Il a protégé la France d'une potentielle condamnation par la CEDH en cas de requête des associations devant cette Cour (elles ont épuisé toutes les voies de recours). En bref, la plus haute juridiction administrative a rendu une décision qui informe l'exécutif de l'état du droit en l'espèce. Les autorités sont tenues de remédier à cette violation.

Le Conseil d'État  ne « somme » personne de faire quoi que ce soit.

Utiliser le vocabulaire du rapport de force cher à la rédaction de France Culture, du gagnant et du perdant, du vainqueur et du vaincu, est un outil d'interprétation du réel pour le faire rentrer dans une vision du monde. Laquelle ? À  tout le moins, une vision belliqueuse des rapports sociaux et politiques.

Voir le profil de l'utilisateur

12
Répondre en citant  
« Une insulte à la démocratie » (Le Temps) - le Jeu 31 Aoû 2017, 10:45

La conclusion de l'éditorial du Temps de ce 31 août 2017, Venezuela: l’insupportable déni de réalité de la gauche radicale, illustré d'une photo de Jean-Luc Mélenchon :
"Une insulte à la démocratie
L’incapacité de cette gauche radicale européenne à condamner le régime de Caracas au nom d’une révolution bolivarienne qui a fait long feu est atterrante. Elle est une insulte aux préceptes qui fondent les démocraties, et que le régime de Nicolas Maduro foule au pied sans état d’âme.
Mais cette attitude n’est pas nouvelle. Quand les chars soviétiques écrasaient un début de révolution à Budapest en 1956, le Parti communiste français n’avait pas jugé bon de condamner cet acte. Des émeutes s’en étaient suivies [sic] à Paris et Sartre avait enfin senti le besoin de prendre ses distances.
Soixante ans plus tard, cette même gauche continue de s’enfermer dans un déni de réalité
."

Voir le profil de l'utilisateur

13
Répondre en citant  
Un portrait de l’ingénieur forestier Ernst Zürcher - le Lun 18 Sep 2017, 08:36

Il faut remercier le journal suisse Le Temps de donner à lire, sans restriction, ce portrait de l’ingénieur forestier Ernst Zürcher  Dans la forêt bat le cœur des arbres * du 15 septembre 2017.

À lire avant toute balade en forêt cet automne. En passant, on notera que Bienne est la ville de naissance de l'écrivain suisse de langue allemande, dont Kafka enviait le style, Robert Walser.

Dommage que Sylvia Revello n'ait pas interrogé Ernst Zürcher sur les oiseaux et la forêt.


«Le bois n’est pas seulement une matière morte: même coupé, un tronc reste plein de vie. Lorsqu’un arbre meurt, tout un écosystème se met en place. Champignons, mousses, insectes puis oiseaux y élisent domicile» / Guillaume Perret

* Chercheur atypique, l’ingénieur forestier Ernst Zürcher mêle science et spiritualité pour percer les liens mystérieux qui unissent l’arbre et l’homme. Balade forestière en sa compagnie à Macolin, sur les hauteurs de Bienne

Voir le profil de l'utilisateur

14
Répondre en citant  
''Le ciel s’assombrit pour l’économie catalane'' (Le Temps) - le Jeu 05 Oct 2017, 23:11

Le ciel s’assombrit pour l’économie catalane (le 5 octobre 2017)

(...) La dette catalane détenue à 62% par l’Etat espagnol

Selon Eric Dor, directeur des études économiques à l’Ieseg School of Economics de l’Université catholique de Lille, l’avertissement n’est pas injustifié. La dette catalane s’élève à 80 milliards d’euros, soit 35% de son produit intérieur brut (PIB). «Près de 62% de cette dette sont détenus par l’Etat espagnol, explique-t-il. Lors de la crise de la dette souveraine de 2012, la Catalogne, en tant que région décentralisée, avait bénéficié des prêts d’un fonds national mis en place pour financer les régions en difficulté. Avec la garantie des instruments européens, Madrid pouvait emprunter sur les marchés à faible taux et ensuite prêter aux régions avec des facilités de remboursement.» Le professeur relève également que le gouvernement espagnol vient de menacer de fermer le robinet de crédit en guise de mesure de rétorsion.
(...)

Voir le profil de l'utilisateur

15
Répondre en citant  
Made in Switzerland - le Lun 09 Oct 2017, 19:51

L’école de Saas Fee, un drôle d’ovni parmi les universités suisses. Le Temps, le 5 octobre 2017.

On retrouve une grande partie des noms ci-dessous comme invités ou comme sujets dans des émissions de France Culture.

Extraits :

"Il est passé 21 heures, nous sommes à 1800 mètres d’altitude dans le village de Saas Fee. Pendant que les vaches dorment et que quelques randonneurs s’attardent sur une eau-de-vie du pays, Avital Ronell, féministe et rock star de la philosophie occidentale, livre un discours enflammé sur le président américain Donald Trump. Comme pour tant d’autres New-Yorkaises de son espèce, la présence de ce «misogyne, germanophobe et xénophobe» à la Maison-Blanche n’en finit pas de la choquer. «N’oublions jamais que lorsque l’autorité tourne à vide, le totalitarisme s’installe», dit-elle en s’adressant directement à son audience. Des références à Hannah Arendt, Alexandre Kojève, Theodor Adorno, Jacques Lacan viennent à tour de rôle enrober ses paroles."

(...)

Intellectuels parmi les plus influents de notre époque

C’est dans ce décor alpestre, à quelques pas du Cervin, que se réunissent depuis près de vingt ans certains des intellectuels les plus influents de notre époque. Slavoj Zizek, Judith Butler, Paul Virilio, Hélène Cixous, Giorgio Agamben, Jacques Rancière, pour n’en citer que quelques-uns, se rendent régulièrement à Saas Fee pour dispenser leur savoir. C’est aussi ici qu’en leur temps Jacques Derrida, Jean-François Lyotard et Jean Baudrillard se rencontraient, dans les locaux de l’Hôtel Allalin, pour former ce qui s’appelle aujourd’hui encore l’European Graduate School (EGS), une sorte d’université privée qui fonctionne sans bourses ni subventions.

(...)

L’année académique se condense sur une période de trois semaines de cours en été.

Mais «les élèves travaillent tout au long de l’année», assure Hubertus von Amelunxen. «Ils conversent avec leurs professeurs, en personne ou par Skype. Une fois sur place, ils travaillent du matin jusqu’au soir. A la sortie, ils sont lessivés!» Quant aux programmes des cours, les professeurs ont carte blanche: «Le seul curriculum de l’EGS, ce sont ses personnalités.»

(...)

Critiqué pour ses finances

Comme toujours lorsqu’une entité «hors système» émerge, avec de plus la présence de célébrités des arts et de la culture, les rumeurs enflent. L’EGS serait une école pour riches Américains; un des seuls endroits au monde où les philosophes pourraient enfin rentabiliser leur renommée. Certaines rumeurs affirment même que les professeurs de l’EGS seraient payés avec des valises de cash. «Non pas des valises, s’amuse Max*, ancien élève de l’EGS, mais des enveloppes bien garnies, certainement.» Officiellement, les professeurs reçoivent entre 7000 et 12 000 dollars pour trois journées de cours. Mais tout dépend du nombre d’élèves inscrits par année. A l’EGS, rien n’est jamais certain.

(...)

Ce qui est certain, c’est que là-haut, dans la vallée de Saas, et sans que personne ne s’en aperçoive vraiment, un vent d’activisme de gauche se fait sentir. Pablo Iglesias, le fondateur de Podemos, a lui aussi accompli ses études universitaires à l’EGS. Sa destinée s’inscrit dans une tradition typique de la Suisse: un lieu propice à la pensée en exil, voire révolutionnaire
. »



Voir le profil de l'utilisateur

16
Répondre en citant  
Le poème « Avenidas » - le Dim 28 Jan 2018, 21:29

Des avenues et des fleurs et des femmes et un admirateur. Le Temps, Malka Gouzer, Berlin. Publié dimanche 28 janvier 2018.

"Une poésie peut-elle être coupable de harcèlement sexuel ?

Le poème «Avenidas», du Suisse Eugen Gomringer, doit être effacé d’une école de Berlin à cause de son prétendu sexisme. Tollé en Allemagne.

C’est l’histoire de quelques mots espagnols, composés en 1951 par le poète helvético-bolivien Eugen Gomringer. Intitulé Avenidas, ce poème lapidaire décrit des avenues, des fleurs, des femmes et un admirateur, de toute évidence masculin, qui contemple le spectacle. (...) Depuis 2011, il décore aussi la façade de la Haute Ecole Alice Salomon qui se dresse aux extrémités est de la ville de Berlin. Un choix décoratif de prime abord flatteur pour un bâtiment sans grande valeur architecturale.

Mais voilà qu’en 2016 un groupe d’étudiants adresse une lettre ouverte au rectorat de l’école exigeant que le poème de Gomringer soit effacé ou du moins remplacé le plus rapidement possible. «Ce poème reproduit non seulement une tradition artistique patriarcale dans laquelle de belles femmes sont des muses utilisées exclusivement pour stimuler la création artistique des hommes, mais il nous rappelle aussi de façon fort désagréable le harcèlement sexuel auquel les femmes sont quotidiennement exposées.» (...) Assistons-nous à une atteinte contre la liberté artistique ou, au contraire, à une victoire de l’art poétique? Peut-être les deux. Ce qui est certain c’est que les mots de Gomringer, auparavant inscrits sur un mur sans grande visibilité dans les périphéries de la capitale allemande, viennent de trouver une nouvelle place dans l’histoire."


Un effet boomerang ?

Voir le profil de l'utilisateur

Admirator 


Invité

17
Répondre en citant  
Les murmures d'un mur de Berlin - le Lun 29 Jan 2018, 07:08

Guten Tag,


"Des fleurs.
Des fleurs et des femmes.
Des avenues. Des avenues et des femmes.
Des avenues et des fleurs et des femmes et un admirateur
"

Ce poème est peint depuis 2011.
Les idiot(e)s non seulement n'ont aucun sens de la poésie mais ils sont un peu lent(es) à la détente.

Le poète, qui vit à Bamberg, a déclaré à la Süddeutsche Zeitung: «Mon objectif était toujours de parvenir à un tel effet avec si peu de mots.Cette citation est-elle sortie d'un contexte plus général ? Si la réponse est non le poète ne récolterait que les fruits de son intention.

Au sujet du bâtiment sur lequel est peint le poème :
«Notre école fut créée en l’honneur de la féministe juive Alice Salomon, explique la porte-parole Susann Richert. Il nous semble en effet peu approprié de la parer d’un poème qui assimile les femmes à des objets.»
"Féministe juive" : cela complique le problème.

Au rythme où vont les choses faire l'amour à une femme (consentante) hors homosexualité sera considéré comme un acte sexiste.
La bêtise n'a pas de limite.

à l'école de la poésie on se bat !

18
Répondre en citant  
Re: Les journaux suisses - le Ven 09 Fév 2018, 20:44

Il n'est pas certain, il est même très peu probable que cet article du Temps L’engouement pour la méditation néglige ses effets secondaires fasse l'objet d'une chronique ou d'un billet d'actualité à France Culture.

Cela risquerait de compromettre le bel unanimisme autour de Christophe André*, qui a mis sous son charme la direction de la radio publique parisienne et qui a remporté un contrat (sur appel d'offres ?) avec l'Assemblée nationale.


* Parmi la trentaine de mentions en forum concernant le promoteur de la "méditation de pleine conscience", voir le billet de Jean-Luuc, Xavier de la Porte : « C'est quoi un patient dur à soigner ? » à Christophe André.

Voir le profil de l'utilisateur

19
Répondre en citant  
De l'abus du zen chez les suisses - le Sam 10 Fév 2018, 12:42

Philaunet(http://www.regardfc.com/t782p10-les-journaux-suisses#30064) a écrit:
Il n'est pas certain, il est même très peu probable que cet article du Temps L’engouement pour la méditation néglige ses effets secondaires fasse l'objet d'une chronique ou d'un billet d'actualité à France Culture.
Merci, PHT, d'avoir signalé cet article qui vaut en effet le détour.
On y trouve ceci, qu'on peut savourer comme un mondô (mondô zen, dirait l'auteur) : Question : "Quels écueils voyez-vous à cet engouement en Occident?" Réponse :  La vision bouddhiste de la pleine conscience ne s’accorde pas avec les attentes du capitalisme." Paranoïa d'un suisse qui aurait médité trop longtemps ? Mais il est interdit de rire pendant la méditation...
Le reste de l'article est à l'avenant : l'auteur ne définit rien, surtout pas le terme "méditation" (zen ? boudddhique ? MBSR ?) et ne semble pas maîtriser les notions de bouddhisme, de zen etc., mélange tout cela : il semble parler de la MBSR, mais fait constamment référence au bouddhisme, et le Dalaï Lama y est mentionné, pour faire sérieux et documenté. On y apprend tous les méfaits de ce qu'il appelle "méditation" : états d’euphorie, des visions, des douleurs physiques intenses, de la paranoïa, de la colère et de la peur. Pas moins.
"La méditation ne convient pas à tout le monde", remarque enfin l'auteur qui a dû en abuser avant d'écrire. Un éclair de lucidité, cependant :  "ce qui est considéré comme un symptôme dans notre culture peut être au contraire considéré, du point de vue la pensée bouddhiste, comme un signe encourageant". Cette remarque pourrait lui permettre de comprendre ce dont il parle... l'Eveil, quoi (l'Eveil zen, s'entend).
Il faut transmettre d'urgence cet articulet (4 mn à lire, nous dit Le Temps, mais plus long en rigolade ou en désolation) à Jean-François Colosimo pour son prochain passage dans les émissions religieuses du dimanche matin sur FC. Cela alimentera sa bouddhophobie (j'invente le terme, mais Colosimo le vaut bien). Ce théologien chrétien nous expliquait déjà dimanche dernier, sur FC après la messe, que le Dalaï-Lama est un dangereux personnage.

Voir le profil de l'utilisateur

20
Répondre en citant  
Re: Les journaux suisses - le Sam 10 Fév 2018, 14:22

L'entretien publié dans Le Temps du 9 février 2018 (cf. post 18), avec l'un des principaux chercheurs signataires de l'étude initialement parue dans Perspectives on Psychological Science le 10 octobre 2017, présente succinctement le contenu de l'article Mind the Hype: A Critical Evaluation and Prescriptive Agenda for Research on Mindfulness and Meditation.

Pour un compte-rendu plus développé, on se référera, non au site de France Culture partenaire du promoteur de la "méditation de pleine conscience" (MPC), Christophe André, car on n'y trouve forcément rien sur le sujet, mais à l'article Mindfulness and Meditation Need More Rigorous Study, Less Hype – Association for Psychological Science qui reprend l'essentiel de l'argument, à savoir la nécessité d'une évaluation scientifique rigoureuse pour apprécier les bienfaits de ce type de pratique.

L'article se termine ainsi :

“Contemplative neuroscience has often led to overly simplistic interpretations of nuanced neurocognitive and affective phenomena,” the authors wrote. “As a result of such oversimplifications, meditative benefits may be exaggerated and undue societal urgency to undertake mindfulness practices may be encouraged.”
Ultimately that’s the authors’ shared concern: Insufficient research may mislead people to think that the vague brands of “mindfulness” and “meditation” are broad-based panaceas when in fact refined interventions may only be helpful for particular people in specific circumstances. More, and much better, scientific studies are needed to clarify these matters. Otherwise people may waste time and money, or worse, suffer needless adverse effects.
“This paper is a coordinated effort among concerned mindfulness researchers and meditation scholars to rectify this gap to maximize benefit and minimize harm from MBIs,” Britton said.


En 2010, Christophe André et la méditation de pleine conscience.

Voir le profil de l'utilisateur

21
Répondre en citant  
Le premier podcast du journal « Le Temps » - le Mer 02 Mai 2018, 17:28

Le journal Le Temps qui déborde France Culture ? La compétition va devenir féroce ! Voici en effet le premier podcast du journal et ça commence fort (oreilles chastes s'abstenir) Brise-Glace* "Dans la vie de Louisa, 30 ans, asexuelle" (le journal a dû copier un titre de La Série documentaire de FC ou des Pieds sur terre)

Ce premier podcast rappelle le sujet de l'émission signalée ici, aujourd'hui même : How Porno conquered podcasts.

Un peu comme "3615 Ula" avait lancé le minitel, le podcast indépendant semble avoir besoin de ces accroches. En attendant, longue vie au tandem Mourthé/Garbit qui extrait les grands moments de 50 ans de radio culturelle (1950-2000) dans les Nuits de France Culture.


* Le Temps présente Brise Glace, son premier podcast Par Célia Héron – Mardi 1 mai 2018
Ce printemps, «Le Temps» lance «Brise Glace». Pour ce premier podcast, on a eu envie de plonger tête la première dans les sujets qu'on évite soigneusement lors des conversations polies, ces sujets liés au sexe, aux drogues, au handicap, à la mort, bref, à la vie, et qui nous mettent face à nos stéréotypes.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


22
Répondre en citant  
Re: Les journaux suisses -

Les journaux suisses     Page 2 sur 2

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / Web & médias

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum