Annonce : Un défaut a eu lieu récemment sur le système de vérification des messages, empêchant les utilisateurs non-inscrits de contribuer. Ce défaut est maintenant corrigé, il n'est plus nécessaire d'être inscrit pour participer.

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les Nouveaux chemins de la connaissance    Page 21 sur 22

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Mar 29 Sep 2009, 15:15

Rappel du premier message :

Pour mémoire (courte), les nouveaux chemins de la connaissance sont une série d'émissions présentées, animées, lues, chantées, sautillées, jouées et surjouées par le philosophe-rock'n'roll-professeur-cantatrice-star Raphaël Enthoven (avec François Caunac à la réalisation) depuis leur création, en septembre 2007.

Cette émission quotidienne, à ne pas confondre avec une série paronyme, les "Chemins de la connaissance", disparue concomitamment à l'apparition de celle-ci, s'intéresse par tranche hebdomadaire à divers domaines de la connaissance, des arts et du monde, exclusivement examinés depuis le télescope de l'observatoire du philosophe parisien. Celui-ci, aiguillonné par un invité spécialiste censé le mettre en valeur, compose avec plus ou moins de bonheur, au long des semaines, un tableau de lui-même découvrant le monde sous nos yeux, ou plutôt nos oreilles.

L'animal ayant tout de même du fond, du goût, et, quoique noyé par un sens protubérant de la dramaturgie et de l'ornement vocal, certaines qualités d'expression et de la langue plutôt radiogéniques, il est des semaines où ces nouveaux chemins vaudront un détour fort agréable, qu'on essaiera, au mieux, de signaler ici.

L'on n'hésitera pas non plus à récolter les perles et les moments de grand ridicule dont Raphaël, en narcisse désireux d'épater l'auditeur et de s'en faire admirer autant qu'il s'admire lui-même, nous gratifie avec une régularité dont ce fil lui saura gré !
* * *

201
Répondre en citant  
Où s'illustre de belle façon la mission culturelle de France Culture - le Ven 04 Nov 2016, 16:40

Il ne s'agit pas de placarder le nom de d'Adèle Van Reeth partout sur le portail de ce forum (et son portrait à la place de la tête flottante de Jack Kerouac en haut à droite ?), mais je propose de mettre en "Proposition d'écoute" la très bonne émission qu'est Glenn Gould, pianiste spirituel 1/3 Le piano de l’esprit.

Il faut dire qu'avec Jean-Yves Clément, écrivain, poète, éditeur et organisateur de festivals comme invité, rien ne pouvait dérailler et l'on était assuré d'une conversation de qualité. Il a d'ailleurs été question de l'écrivain dans ce forum tout récemment avec le billet Jean-Yves Clément, “Glenn Gould ou le piano de l'esprit” du 6 octobre dernier. Et ces deux émissions vont d'ailleurs nous donner l'occasion de tenter l'expérience de la comparaison (qui s'annonce déjà comme plus favorable à France Culture) dans le fil créé par Fred de Rouen La tribune : pour une écoute comparative.

Comme l'on reconnaît volontiers les qualités quand elle existent, sachons gré à Adèle Van Reeth d'avoir bien préparé cette émission, d'y être intervenue à de bons moments, avec une voix maîtrisée, sans s'imposer, laissant l'invité s'exprimer longuement (qui n'a pas plaisir à entendre longtemps ce dernier, d'ailleurs ?).

La séduction opère immédiatement vu qu'on nous diffuse une page musicale qui vous met à genoux sur-le-champs (le largo du concerto n°5 en fa min BWV 1056  de Bach) : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-31.10.2016-ITEMA_21120413-2.mp3" debut="00:58" fin="04:44"]

Une conversation enrichie, comme on l'entend, de lectures d'AVR, d'extraits de films et de pièces musicales : un exemple de bon savoir-faire de Radio France du point de vue de la réalisation (quand on écoute des transmission amateurs, cf. Canal Académie, on sait ce que l'on doit à la rigueur professionnelle).

Cette émission est intéressante sur le fond pour les auditeurs de ce forum, car il y est question justement de l'auditeur,  des conditions d'écoute et de la création des émissions de radio : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-31.10.2016-ITEMA_21120413-2.mp3" debut="13:51" fin="18:01"]

Notons ici la référence faite par Jean-Yves Clément de Jean-François Zygel comme créateur d'émissions de radio (bravo et merci à lui). Jean-François Zygel, autrefois sur France Musique, évacué par l'éphémère De Surville, maintenant sur France Inter, entendu au Conservatoire de Strasbourg récemment lors d'une causerie d'un intelligence époustouflante, est sans doute une personne à inviter à France Culture dans une émission de réflexion.

Les phrases conclusives de Jean-Yves Clément sont particulièrement marquées du sceau de l'intelligence et de l'indépendance d'esprit.

Page soignée du descriptif à signaler.

@ Y 114, grand amateur des Monty Python : Jean-Yves Clément fait un beau parallèle entre Shakespeare et les Monty Python (vers la minute 23)

@ masterkey : tout un passage est consacré aux deux interprétations des Variations Goldberg

Voir le message de La modération sur l'esprit et l'éthique du forum

202
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Ven 04 Nov 2016, 17:09

Merci pour le conseil d'écoute, j'avais vu cette semaine Gould au programme, ce retour positif va m'encourager à aller l'écouter.

203
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Sam 05 Nov 2016, 11:08

masterkey(http://www.regardfc.com/t80p200-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance#27447) a écrit:Merci pour le conseil d'écoute, j'avais vu cette semaine Gould au programme, ce retour positif va m'encourager à aller l'écouter.
Notez que j'ai recommandé le seul premier numéro de la série de trois. Le temps d'écoute non-extensible peut également se porter avec profit sur les cinq numéros d'À Voix nue : La musica de Fanny Ardant.

204
Répondre en citant  
De l'utilité d'un message imprudent - le Dim 06 Nov 2016, 10:59

Rowan, peut-être ne trouvez-vous pas le temps ou n'avez-vous pas envie de réagir aux propos d'Adèle Van Reeth vous imputant plusieurs mises en accusation de l'émission et de sa productrice qui non seulement ne vous reviennent pas, mais qui de surcroît n'ont jamais été faites sur ce forum. Je ne sache pas en effet que vous ayez dit "tout le mal de l'émission qu['AVR] anime, de [s]on travail,  du choix de [s]es invités, des sujets qu['elle] aborde, de [s]a voix, de [s]es bégaiements, de [s]on ignorance, de [s]on manque d'expérience, de [s]a bêtise (...)".

Cette manière de généraliser et de prêter de manière outrancière des propos à autrui montre peu de rigueur dans l'exercice de la critique fondée (pour la Raison pure, voir La Critique de la raison pure 10 au 13 10 2016 ).

C'est peu de dire que je n'ai goûté que modérément l'intervention acrimonieuse et dénuée d'humour d'Adèle Van Reeth sur ce forum. Et pourtant elle a eu de nombreux effets positifs dont doivent se réjouir toutes les parties.

Pour les NCC et France Culture, une plus grande visibilité sur ce forum et un grand nombre de connexions à l'émission. Sans votre intervention, Rowan, et les réactions qui ont suivi, je ne  serais pas allé écouter ce qui s'est avéré une belle expérience d'écoute : "Où s'illustre de belle façon la mission culturelle de France Culture". Dans les émissions 2 & 3 sur Gould, j'ai vu confirmer cependant ce qui irrite nombre d'auditeurs sensibles, à savoir ce que plusieurs d'entre nous sur ce forum, mais pas vous Rowan, ont pointé : un ton impérieux, voire autoritaire, dans les reprises de parole, une voix qui part dans les aigus et dans les sforzando quand il s'agit de combler (parfois désespérément, mais l'exercice est difficile et pas si mal réussi que ça) le sur-place d'une conversation, que ce soit parce que l'invité a tout dit ou parce qu'il n'a rien à dire. Pour les "bégaiements", oui, je les ai souvent observés et ils ne lui sont pas propres à l'antenne. Yann Sancatorze a noté ailleurs avec acuité ce que la répétition volontaire de mots signifie (la pensée qui cherche à se montrer en action par l'effort audible de reformulation, j'ajouterai la crainte du silence nécessaire à la réflexion et le dynamisme factice). Et pourtant, observons le changement pour le meilleur qui a eu lieu ces dernières années dans la voix d'AVR en comparant ses premières présentations des NCC aux plus récentes. Il y a eu une prise de conscience et un travail, et parfois un mimétisme avec son mentor, ce que certains apprécient et d'autres non.

Personne n'a critiqué, que je sache, le manque d'expérience d'AVR et comme cette dernière cherche à ce qu'on lui dise qu'elle en a, faisons-lui ce plaisir : elle en a beaucoup et c'est une "grosse bosseuse" (a-t-on entendu dire). Il faudra par ailleurs chercher au mot "bêtise" dans ce forum, mais il ne me semble pas que de manière étayée, des contributeurs l'aient pointée, pas plus qu'une prétendue ignorance.

Enfin, je voudrais dire que je trouve déplacée la mise en accusation globale de ce forum par une personne qui bénéficie de la bienveillance de tous les médias d'information culturels français (via des partenariats entre eux et France Culture, ce qui étouffe toute velléité de critique impartiale) et dont le statut acquis à France Culture lui ouvre de nombreuses possibilités d'interventions dans d'autres cercles.  

Enfin, pour ce qui est de comparer Regards sur France Culture et la presse à sensation, en faisant crédit à cette dernière d'une décence dont le forum serait dénué, au choix on peut s'en amuser ou trouver qu'une limite a été franchie.  

Pour le reste, voir les observations d'Antoine Arnoux Obiter dictum  et la mise au point de la Modération Une réponse de la modération à Adèle Van Reeth.

205
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Lun 07 Nov 2016, 23:13

Bonsoir Adèle Van Reeth,

Je ne sais si votre post exige une réponse, mais ceux de de mes confrères de regardfc le font.

Avant tout, je voudrais insister qu'en aucun cas, jamais, je n'aurais révélé des détails que j'imaginais être confidentiels. Or, j'ai appris sur Internet, je ne sais plus où, que le père de votre enfant était M. Enthoven. Ça ne me suffisait pas, j'ai fait une recherche. J'ai trouvé plusieurs confirmations, dont la page wikipaedia de M.Enthoven. (L'information en a disparu par la suite, j'ai vérifié ce soir). Sachez bien que, si j'avais appris dans Gala (que je ne lis pas, même chez mon dentiste) que le père de votre enfant était... disons Johnny Hallyday, ça ne m'aurait nullement intéressé. Mais voilà, le père de votre enfant était votre prédécesseur aux Nouveaux Chemins, et pour moi, c'était une information publique - vous dites vous-même que ce n'était pas un secret - qui pouvait intéresser ceux qui écoutent France Culture. Je me suis peut-être trompé, ce ne sera ni la première fois ni la dernière, mais tant pis.

Vous me reprochez mon anonymat (tout relatif). Ah, l'anonymat. Ce serait un excellent sujet pour votre émission. Le privé et le public sur le web. Quand je poste ici, je considère que c'est en quelque sorte privé, entre amis. Ce n'est pas que j'ai honte de ce que j'écris, mais je ne veux pas que mon patron, ou mon futur patron, ou mes voisins, ou la police, ou vous d'ailleurs sache ce que je pense, ce que je regarde, ce que j'écoute, ce que je fais. Mais, c'est visible pour tout un chacun. Donc, je n'ai pas révélé mon identité réelle. C'est si difficile à comprendre? Et puis, si j'avais pris Jean Dupont comme pseudo, vous auriez cru que c'était mon vrai nom ? D'ailleurs, êtes vous réellement Adèle Van Reeth ?

Oui, bien sûr que vous êtes réellement Adèle Van Reeth. En vous lisant, j'entends votre voix. J'entends votre voix quand on vous contrarie.

Venons-en donc à vos charges contre moi : «tout le mal que vous pensez de l’émission que j’anime, de mon travail,  du choix de mes invités, des sujets que j’aborde, de ma voix, de mes bégaiements, de mon ignorance, de mon manque d’expérience, de ma bêtise». Par curiosité, j'ai relu mes posts à votre sujet. Il n'y a absolument rien de ce que vous me reprochez. La pire des choses que je vous ai reprochée est d'avoir consacré une semaine entière à l'antisémitisme sans citer ne serait-ce qu'une seule fois l'Islam. Si je vous révèle mon identité, seriez-vous prête à expliquer publiquement les raisons de cet oubli?

Pour conclure : si le fait que Raphaël Enthoven est le père de votre enfant était supposé rester secret, je vous prie de m'excuser d'avoir par inadvertance vendu la mèche. Et sachez aussi, que, si je ne poste plus  très souvent ici, c'est parce je n'écoute que très peu France Culture à présent, mais que je vous écoute encore presque tous les jours.

Médiocrement vôtre,
Rowan.

206
Répondre en citant  
Le moucheron éditorialiste politique - le Ven 11 Nov 2016, 12:01

À la fin des NCC, le vendredi, une sorte de chronique (une de plus) a été donnée à la collaboratrice et remplaçante occasionnelle d'Adèle Van Reeth, Petit précis de philosophie à l'usage des candidats. Il en a déjà été question dans le compte-rendu d'écoute Le plus vide et le plus prétentieux n'est pas celui qu'on croit.

Aujourd'hui, sur la radio publique culturelle, le moucheron fait la leçon au président de la République à l'aide de l'incontournable Hannah Arendt (qu'on a envie d'appeler Gnagna Arendt, tant l'auteur est mentionné à toute occasion tous les jours à l'antenne) : François Hollande Vs. Hannah Arendt. La chronique est risible, brève et sans intérêt, mais elle existe, donc elle occupe du temps d'antenne et représente un coût, ressources en temps et en argent qu'on est en droit d'imaginer mises à profit pour autre chose.

Le chapeau : "Un conseil aujourd’hui pour le Président de la République, François Hollande, dont les dernières confidences ont remis en jeu sa candidature et ont fini de remettre en cause son autorité." "remis", "remettre", peut-être qu'il s'en remettra...

"[L]a question que tout le monde se pose aujourd'hui au sujet de François Hollande : qu'est-ce que l'autorité ? " Qui est ce "tout le monde" ? Généralités reprises dans des éditoriaux qui se recopient les uns les autres, les journalistes se croyant tous de fins experts en sciences politiques.

Chronique laborieuse et arrogante forme de critique politique. Il est par ailleurs assez "drôle" d'entendre une demande d'autorité de la part d'une représentante de cette classe qui sans cesse appelle à l'indignation, au soulèvement, à l'insurrection (cf. l'invité des NCC du jour). Une sorte de jeu d'adolescent (qui ne vit pas dans le jeu et dans le virtuel à France Culture ? cf. le post de Rowan Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine), jeu donc, qui permet de traiter des affaires publiques avec irresponsabilité. Quant à la demande d'autorité, de souveraineté, etc, cela me rappelle un peu (pour ce qui concerne le temps présent et non de dramatiques épisodes passés) les électeurs britanniques ayant choisi la sortie de l'UE :  quand la rigolade et le fantasme deviennent réalité, certains s'en mordent les doigts.

On appréciera aussi la langue employée :  Hannah Arendt (...) tirait le constat ; l'autorité en tant que telle n'était pas perdu ; celui encore des romains .

207
Répondre en citant  
Vos papiers ! - le Ven 11 Nov 2016, 15:56

La modération(http://www.regardfc.com/t80p200-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance#27425) a écrit:Mme Van Reeth,

En sus des réponses de Philaunet et Antoine Arnoux, la modération du forum souhaite également réagir aux points qui suivent :

Adèle Van Reeth(http://www.regardfc.com/t80p190-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance#27404) a écrit:
Cher Rowan, [...]
Combien de fois aurais-je été ravie d’initier une discussion avec vous si vous aviez eu le courage d’écrire en votre nom.  [...]
L’anonymat est ici relatif : chacun intervient sous le profil temporaire ou permanent qu’il s’est créé, c’est l’un des principes mêmes du fonctionnement des forums. Une messagerie interne permet d’envoyer depuis le forum des messages privés relayés sur la boîte mail de tous les membres inscrits, c’est le cas de Rowan. En tout état de cause, cet usage du pseudonyme, pratique en vigueur sur tous les forums qui peuplent Internet - de même que sur les systèmes de dépôt de messages des sites de Radio France -, n’empêche nullement d’y débattre loyalement, comme l'a noté Antoine Arnoux. Si toutefois vous pensez le contraire, il vous est tout à fait loisible d’engager une discussion sur ce point en ouvrant un sujet idoine dans la section « Conversatoire » du forum. (...)

Bien cordialement,
La modération du forum Regards sur France Culture
Où l'on voit que l'acrimonie et le manque de fond utilisent, malgré le temps qui passe, les mêmes arguments... "captieux". En 2011, déjà :
Jean C(http://www.regardfc.com/t418-france-culture-et-la-critique#10465) a écrit:Suite à l'émission  "Tire ta langue" du 06.11.2011 : Quelle langue pour une radio de service public ?
Avec Jérôme Bouvier, journaliste, médiateur de Radio France et président de l'association Journalisme et Citoyenneté,

j'ai écrit sur le site de l'émission le 08.11.2011 (...)

Réaction du producteur Antoine Perraud le 09.11.2011 :

Antoine
"Il suffirait, peut-être, que vous fussiez moins anonyme pour que votre propos se révélât plus crédible, ô dénonciateur masqué !..."
-------------
L'essentiel pour Antoine Perraud est de chiader la forme (loger deux imparfaits du subjonctif dans une phrase) ; et s'il n'y a pas de fond, c'est de ma faute CQFD.
et
Mitsouko(http://www.regardfc.com/t418-france-culture-et-la-critique#10478) a écrit: (...) La réponse d'Antoine Perraud repose sur un raisonnement captieux ( y'a pas que lui à connaître des mots compliqués ! ) car en quoi le fait que vous ne donniez pas votre état civil invaliderait la véracité et la crédibilité de vos propos ? C'est une pure formule rhétorique pour ne pas répondre sur le fond du sujet, tout en donnant une réponse de pure forme.

208
Répondre en citant  
Malthus - le Sam 19 Nov 2016, 11:15

Si l'on a encore le droit d'émettre une réserve sur AVW…
Avant-hier, elle interroge Olivier Rey, auteur d'un livre sur les statistiques, intéressant mais un peu brouillon dans ses références historiques , opposer comme il le fait l'utilisations des statistiques par Balzac au Romantisme n'a pas beaucoup de sens, ni le même Balzac à Baudelaire, qui, lui, aurait compris le phénomène de la foule, alors que Balzac, témoin de deux révolutions, n'aurait rien vu venir. À un certain moment, l'auteur parle de Malthus "qui voulait interdire aux pauvres d'avoir des enfants", AVW ricane tout haut, comme à l'écoute d'une bonne blague. Cette réaction de la part d'une éclaireuse de la pensée (ça, elle devrait apprécier) me semble excessive. La pasteur Malthus fut un des premiers à réfléchir sur l'adéquation de la démographie et des ressources. Il s'est trompé sur de nombreux points, mais pas sur quelques uns. Qui dira que l'adéquation du nombre d'enfants et des ressources n'est pas un problème en Afrique ou en Inde? Qui peut oublier la politique de l'enfant unique en Chine? Qui rira à l'évocation du planning familial et du contrôle des naissances par la pilule? Un des grands débats actuels, salué par FC à longueur d'émissions et de journaux, encore très récemment, n'est-il pas la crainte que nous soyons en train d'épuiser nos ressources naturelles alors que la population ne cesse d'augmenter? Malthus a été un précurseur. Utilisé par certains, caricaturé par beaucoup, il était témoin de l'effroyable misère des classes populaires entraînées dans la révolution industrielle en Angleterre et en Écosse et a tenté de proposer une solution qui, sous la forme du contrôle ds naissances, finira par s'imposer en Occident. Cela vaut-il un ricanement méprisant?

209
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Dim 20 Nov 2016, 09:58

munstead(http://www.regardfc.com/t80p200-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance#27699) a écrit:Si l'on a encore le droit d'émettre une réserve sur AVW…
Avant-hier, elle interroge Olivier Rey, auteur d'un livre sur les statistiques, intéressant mais un peu brouillon dans ses références historiques , opposer comme il le fait l'utilisations des statistiques par Balzac au Romantisme n'a pas beaucoup de sens, ni le même Balzac à Baudelaire, qui, lui, aurait compris le phénomène de la foule, alors que Balzac, témoin de deux révolutions, n'aurait rien vu venir. À un certain moment, l'auteur parle de Malthus "qui voulait interdire aux pauvres d'avoir des enfants", AVW ricane tout haut, comme à l'écoute d'une bonne blague. Cette réaction de la part d'une éclaireuse de la pensée (ça, elle devrait apprécier) me semble excessive. La pasteur Malthus fut un des premiers à réfléchir sur l'adéquation de la démographie et des ressources. Il s'est trompé sur de nombreux points, mais pas sur quelques uns. Qui dira que l'adéquation du nombre d'enfants et des ressources n'est pas un problème en Afrique ou en Inde? Qui peut oublier la politique de l'enfant unique en Chine? Qui rira à l'évocation du planning familial et du contrôle des naissances par la pilule? Un des grands débats actuels, salué par FC à longueur d'émissions et de journaux, encore très récemment, n'est-il pas la crainte que nous soyons en train d'épuiser nos ressources naturelles alors que la population ne cesse d'augmenter?  Malthus a été un précurseur. Utilisé par certains, caricaturé par beaucoup, il était témoin de l'effroyable misère des classes populaires entraînées dans la révolution industrielle en Angleterre et en Écosse et a tenté de proposer une solution qui, sous la forme du contrôle ds naissances, finira par s'imposer en Occident. Cela vaut-il un ricanement méprisant?
Je m’étais gardé de critiquer en ce domaine la vision unilatérale de l’intervenant et de l’intervieweur dans le numéro des Discussions du soir ayant pour sujet L'expérience de la cité-jardin Ungemach à Strasbourg.

Dès qu’il s’agit de politique nataliste, il n’y a apparemment qu’un seul discours recevable, tout autre est accueilli par un soupçon d’eugénisme « rappelant les heures sombres, etc.  ». Je me demande pourquoi toutes les mesures contemporaines de Protection Maternelle et Infantile ne sont pas en ce cas regardées d’un œil soupçonneux. L’organisation de la santé et de la natalité est un des domaines dans lequel l’État intervient toujours (une famille peut se voir retirer son enfant si celui-ci est considéré comme mis en danger par son milieu). Je crains que le ricanement ne concerne plutôt la question de l’encadrement de la vie des « pauvres » (comme si les autres n’étaient pas soumis à des règles). C’est, sans réflexion aucune, manifester une indignation conformiste à l’égard de ce qui est vu comme une nouvelle exploitation, une discrimination exercée par une classe sur une autre, car à  France Culture, on réagit, consciemment ou non, en termes de classes sociales.

Je profite de cette réponse pour vous remercier de votre veille qui nous garantit, entre autres, des billets toujours savoureux sur les Matins de France Culture.

210
Répondre en citant  
Cioran - le Lun 19 Déc 2016, 20:53

Une fois n'est pas coutume, les Nouveaux Chemins de la connaissance ne m'ont pas déprimé au point de me pousser à couper le son après 30 à 42 secondes de patience. Pour être tout à fait franc, j'avais déjà vécu un tel événement mercredi dernier (14 décembre) mais a contrario : ce jour-là, j'avais écouté pensivement une Nème apologie de l'anti-Œdipe saturée de name-dropping, de title-dropping, de remarques anecdotiques et d'esquisses d'idées vite laissées en plan pour rendre ses droits au plaisir du sous-entendu et du presque-dit dans le pays de l'entre-soi. Bref, le vice endémique des Nouvôs Chemins depuis quelques années. Après 10 bonnes minutes de vide sidéral, j'avais résolu d'archiver ce numéro dans mon dossier spécial "Horreur radiophonique" au titre de spécimen pour l'année 2016, car du fait de mon boycott actif, ça fait au moins 12 mois que je n'ai plus rien archivé de cette émission bavassante.

Et en tous cas ce matin, rien de tel. Avec d'entrée de jeu une voix inconnue venue d'une archive lointaine : très vite j'apprends que c'est celle d'un auteur auquel je ne me suis jamais frotté bien que depuis une quinzaine d'années il ait toujours programme ouvert sur France Culture : Cioran, on suppose que l'archive est celle de Georges Walter cette espèce de Hongrois qui nous a livré en un fort volume des souvenirs curieux d'où la radio n'est pas absente, ce livre étant comme on dit, une bonne idée de cadeau. Après le sujet qu'est donc l'homme Cioran, vient le prof je veux dire le spécialiste invité pour servir de faire-valoir à Adèle van Reeth. En général c'est là que se situe le passage délicat : la productrice a-t-elle invité un copain de promo débordant d'auto-satisfaction, ou un grand ancien respectable, ou encore un jeune prof d'université formé à l'ancienne ? Ce jour le tirage est bon : le sérieux de cet invité (Aurélien Demars) et son effacement devant le sujet seront les atouts de ces 50 minutes. Pendant une bonne partie de l'émission les deux interlocuteurs préfèrent parler de l'homme. Puis de l'œuvre. Et par chance ils n'abusent pas de philosophie universitaire, or c'est toujours un atout pour les Nouveaux Chemins, que de s'écarter un peu de ceux des salles de cours.

On se prend à rêver : et si c'était tous les jours comme ça ? Pas mal quand même, comme perspective. Et puis, cadeau inattendu : moins de pédantisme qu'à l'accoutumée : est-ce l'absence d'Adèle (bonne surprise) ou est-ce la présence d'une animatrice moins vaniteuse peut-être, pas encore usée par des années d'antenne quotidienne, moins soucieuse en tous cas d'étaler son maniement des abstractions. Au fil de l'émission, on verra que l'élève a bien assimilé les leçons (ou l'imitation) de la chef car question pédantisme ça se gâte un peu après la première demi-heure mais c'est pas grave : à ce moment là, la partie est gagnée.

A part ça les pauses musicales sont toujours aussi téléphonées et débordantes d'imagination. "Mes insomnies", pour faire écho à ce qui vient d'être dit de Cioran (ses insomnies), pfuiiiiii comme c'est inattendu, quel effort de recherche ! A part ça, c'est encore une chanson de Barbara ;  j'ai l'impression que c'était déjà le cas la dernière fois que j'ai écouté les Nouveaux Chemins, en 2015. Mais pourquoi une chanson ? On ne leur a donc jamais dit à ces débutants en radiophonie, que la musique pure renforce les propos qu'on vient de livrer, qu'elle favorise la méditation et que les deux sont au contraire contrariés par de la chanson qui vient entremêler des paroles dans les brins de la pensée rémanente. Et, pis encore pour ceux qui l'apprécient  : cette chanson là, fort belle et pleine d'âme même si en l'occurrence le choix en est discutable, cette chanson est amputée dès la fin du premier couplet, bref c'est complet -si on ose dire- pour déplaire à tout le monde. Mieux eut valu nous coller deux fois Jean-Sébastien Bach, musique propice à la méditation, stimulant l'esprit et si l'on choisit bien la pièce, propice aussi à la mélancolie. J'ai dit "deux fois" car l'émission se termine par une Suite anglaise je dis bien UNE et non "la" comme le dit la grande connaisseuse qui anime l'émission et semble s'imaginer que Bach a écrit une suite anglaise, tout comme il a écrit UN prélude (le premier, qu'elle a découvert dans une production Hollywoodienne sans jamais supposer qu'il eut pu en écrire d'autres avec son clavecin bien trempé).

Malgré tout, malgré ça et malgré les autres défauts usuels d'une voix trop jeune, d'un enthousiasme de communiante pour ne pas dire de majorette, d'une inévitable apparition de Bergson heureusement convoqué tout au plus comme faire-valoir (ouf), malgré tout ça dis-je l'auditeur pensif se laissera facilement emporter par ces 50 minutes, quand bien même il déborde de mauvais esprit et de pessimisme radiophonique. Il apprendra entre autres choses que Cioran a mal au temps -sujet à la mode, dans le nôtre- et qu'il souffre, mais que sa souffrance est quasi l'inverse de celle, vulgaire, dont Baudelaire fait une excuse de l'ivresse comme s'il avait jamais eu besoin d'excuse pour s'enivrer.

Etant donné sa qualité -au moins pour l'ignorant que j'étais jusqu'à 10h01- je déconseille d'écouter cette émission de nuit et plutôt je conseille de lancer le podcast le lendemain ou les jours suivants, à l'heure exacte de la diffusion, assis dans un fauteuil et déjà fatigué d'une journée pourtant à peine entamée, lorgnant d'un œil morne vers sa fenêtre d'où arrive le peu de lumière que laisse passer un ciel bas et lourd, à ces conditions cet auditeur-là peut passer un excellent moment.
https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/emil-cioran-14-penser-contre-soi

Avantage supplémentaire : en arrivant à sa fin, le MP3 du podcast vous rend au silence et non à la fiction qui fait ordinairement suite. Le mieux est d'en sucrer l'annonce, en amputant l'émission de ses deux dernières minutes, pour retourner au silence dès 10h50, ainsi éviter Florian Delorme tout autant que l'ineptie du jour proposée par le département Fictions. Le dilemme est alors le suivant : archiver définitivement l'émission ou bien la garder en réserve dans le dossier "En cours", pour l'écouter de nouveau le lendemain dans le cas où le deuxième numéro de la série Cioran serait péniblement verbeux et frimologique. Comme le risque est réel, presque aussi réel que l'a été pour moi le plaisir de ces 52 minutes où je ne reconnaissais presque plus mon France (in)Culture, j'ai opté pour la perspective d'une écoute renouvelée, demain même heure. Dans le cas où cette réédition ferait apparaître des qualités ou des défauts nouveaux, des impressions distinctes de celles qui furent à la première écoute, j'en viendrai rendre compte ici-même.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

211
Répondre en citant  
De nouveau Cioran (3) et de nouveau Aurélien Demars - le Mer 21 Déc 2016, 14:54

Nessie(http://www.regardfc.com/t80p200-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance#27874) a écrit:[...] une voix inconnue venue d'une archive lointaine : très vite j'apprends que c'est celle d'un auteur auquel je ne me suis jamais frotté bien que depuis une quinzaine d'années il ait toujours programme ouvert sur France Culture : Cioran, on suppose que l'archive est celle de Georges Walter cette espèce de Hongrois qui nous a livré en un fort volume des souvenirs curieux d'où la radio n'est pas absente, ce livre étant comme on dit, une bonne idée de cadeau.
[...] le lendemain dans le cas où le deuxième numéro de la série Cioran serait péniblement verbeux et frimologique. Comme le risque est réel, presque aussi réel que l'a été pour moi le plaisir de ces 52 minutes où je ne reconnaissais presque plus mon France (in)Culture, j'ai opté pour la perspective d'une écoute renouvelée, demain même heure. Dans le cas où cette réédition ferait apparaître des qualités ou des défauts nouveaux, des impressions distinctes de celles qui furent à la première écoute, j'en viendrai rendre compte ici-même.

Le risque était réel : l'invité de la deuxième journée était Michel Jarrety et le numéro d'imitation d'Adèle par ***** est cette fois parfaitement au point. Dans cette troisième série Cioran (en 4 ans), ce numéro 2 a rejoint le corpus général de l'émission la plus verbeuse et la plus prétentieuse de toute la chaine. c'est aussi une des plus sérieusement faites. Pour cette raison seule elle échappe aux seaux d'opprobre que les contributeurs de ce forum déversent sur la piètre radio installée sur la fréquence de France Culture. N'empêche, ces chemins de la connaissance tout en respectant le contrat culturel, sont aussi les chemins des gros croquenots.

Le troisième numéro, celui de ce mercredi, voit revenir Aurélien Demars déjà invité lundi dernier. Las, cette fois la productrice est définitivement lancée et rend le dialogue difficile à supporter. Il va falloir jouer de la découpe pour raccourcir ses interventions tout à fait adéliennes. Du numéro d'hier et de celui d'aujourd'hui, je tire tout de même ceci : les auditeurs d'Antoine Perraud aux temps de Jeux d'archives croyaient pouvoir tenir de ce dernier et de source sûre que la seule archive vocale de Cioran était la longue interview pour laquelle Georges Walter avait ensuite sué sang et eau pour éviter que les regrets du couple ne l'incitent à réduire la bande à force de coups de ciseau ici et là. La seule archive donc, c'est ce qu'on apprenait le et qu'on peut encore lire à la page de Jeux d'archives. Or hier nous apprenons que les extraits diffusés par proviennent d'une émission de Jean Amrouche et de l'année 1950. Il y a donc d'autres archives Cioran. Radio France ou plutôt l'INA vont probablement diffuser ces documents un jour sous forme de CD. Espérons que pour une fois ils éviteront de les charcuter jusqu'à leur ôter leur dernier souffle de vie, comme ils ont déjà su amplement le faire dans leur collection "Grandes heures" transformées par leurs soins en poignées de minutes.


***** : ces cinq étoiles signifient à la fois le tournis et la désolation sur quoi ma recherche a finalement débouché. Aneffet vous me voyez infiniment désolé de n'avoir pu trouver une productrice accréditée pour cette émission. Le site de France (in) Culture en plus d'être ergonomiquement nul et affreusement lent, pourri de publicités qui ralentissent l'affichage de pages déjà fort lourdes, se révèle au bout du compte imparfaitement renseigné : aux pages concernées, apparaît en signature le nom de la patronne alors qu'on entend bien que une autre voix aux commandes. Les auditeurs les plus fidèles la reconnaîtront peut-être, en tous cas pas moi. Au mieux pourrais-je penser que c'est l'habituelle Géraldine, qui en est tellement remerciée que les auditeurs occasionnels et de même visiteurs du site penseront avoir entendu Adèle. Un comble pour cette baraque qui du matin au soir dans ses infos sauciales donne aux employeurs et aux prestataires des leçons de respect envers les employés et les clients, en oubliant soigneusement de s'appliquer à elle-même la prise en compte de ses propres recommandations.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

Contenu sponsorisé 

212
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance -

Les Nouveaux chemins de la connaissance     Page 21 sur 22

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum