Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 12 ... 21  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les Nouveaux chemins de la connaissance    Page 4 sur 21

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Mar 29 Sep 2009, 15:15

Rappel du premier message :

Pour mémoire (courte), les nouveaux chemins de la connaissance sont une série d'émissions présentées, animées, lues, chantées, sautillées, jouées et surjouées par le philosophe-rock'n'roll-professeur-cantatrice-star Raphaël Enthoven (avec François Caunac à la réalisation) depuis leur création, en septembre 2007.

Cette émission quotidienne, à ne pas confondre avec une série paronyme, les "Chemins de la connaissance", disparue concomitamment à l'apparition de celle-ci, s'intéresse par tranche hebdomadaire à divers domaines de la connaissance, des arts et du monde, exclusivement examinés depuis le télescope de l'observatoire du philosophe parisien. Celui-ci, aiguillonné par un invité spécialiste censé le mettre en valeur, compose avec plus ou moins de bonheur, au long des semaines, un tableau de lui-même découvrant le monde sous nos yeux, ou plutôt nos oreilles.

L'animal ayant tout de même du fond, du goût, et, quoique noyé par un sens protubérant de la dramaturgie et de l'ornement vocal, certaines qualités d'expression et de la langue plutôt radiogéniques, il est des semaines où ces nouveaux chemins vaudront un détour fort agréable, qu'on essaiera, au mieux, de signaler ici.

L'on n'hésitera pas non plus à récolter les perles et les moments de grand ridicule dont Raphaël, en narcisse désireux d'épater l'auditeur et de s'en faire admirer autant qu'il s'admire lui-même, nous gratifie avec une régularité dont ce fil lui saura gré !
* * *

31
Répondre en citant  
les nouveaux chemins de la connaissance, un ersatz des chemins de la connaissance - le Dim 19 Sep 2010, 11:40

Je n'ai pas critiqué Raphaël Enthoven, pas du tout. Je l'apprécie beaucoup. Au déjeuner de l'association des auditeurs de France Culture du 11 septembre, il nous a expliqué, sans même qu'on lui ait posé la question, que c'est lui qui avait voulu que l'émission s'appelât les nouveaux chemins, et puis il s'est aperçu que lui même n'arrivait pas à le dire et que l'équipe n'en voulait pas, c'est comme ça qu'il est revenu à "les nouveaux chemins de la connaissance". C'est un peu curieux, cette manière de ne pas assumer la dénomination de chemins de la connaissance, cet héritage glorieux entre tous. Je lui ai dit que pour moi, les chemins de la connaissance c'est l'émission la plus regrettée de la belle époque de Jean-Marie Borzeix, que c'est Laure Adler qui a tout fichu en l'air et que je le considérais comme un usurpateur, ce à quoi il a plus ou moins acquiescé.

J'aurais aimé avoir une réponse de Raphaël Enthoven sur son nietzschéisme proclamé. J'ai lu le passage où Nietzsche parle de sang vicié de la plèbe par delà le bien et le mal, qu'est-ce qui est noble, paragraphe 264. Il a ressorti l'argument habituel que cette plèbe était métaphorique, j'ai essayé de lui montrer qu'il n'en était rien, que la plèbe, pour Nietzsche, c'est bien les gens qui n'ont pas beaucoup de moyens, il le dit en toutes lettres, mais les conditions ne se prêtaient pas à une discussion sur le sujet.

Je la trouve très bonne, l'émission de Raphaël Enthoven. Je l'écoute assez souvent; l'ennui, c'est que je l'horaire n'est pas commode du tout. Certes, il y a la réécoute, je l'utilise mais pour la réécoute, il y a beaucoup de concurrence entre émissions, ce qui d'ailleurs montre que France Culture n'est pas une chaîne si nulle que ça.

Pourquoi les chemins de la connaissance ont été supprimés, pourquoi ils ont été remplacés par un ersatz honorable, certes, mais un ersatz, je n'ai pas eu la réponse.



ad horas octo et triginta itinera scientae reponenda sunt

32
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Dim 19 Sep 2010, 12:01

Cher Henry, vous n'étiez nullement visé par mon message. Je voulais simplement dire que l'émission d'Enthoven est plus qu'honorable et que celui-ci n'est pas le plus prostitué des producteurs de FC.
Maintenant, pourquoi "Les nouveaux chemins de la connaissance" ont-ils été refondus ou ont-ils fondus ? Mais parce que d'aucuns en ont décidé de la sorte et qu'Enthoven aura dû s'exécuter et exécuter. Mais cela peut-il le dire ouvertement ?
Ce que je voulais dire aussi, c'est qu'il est bien curieux que le discours critique le plus valable sur la littérature soit tenu par un producteur philosophe de formation.

En outre, Enthoven me semble avoir pour "laculture" autre chose qu'un intérêt vague ou un intérêt mercantile.
Nous savons bien que"laculture" est un prétexte mercantile, un prétexte à d'autres ambitions. Je crois qu'OPA va nous en faire une démonstration grandiose !
Je crois aussi qu'Enthoven (à vérifier) ne se sert pas de sa notoriété pour aller faire des ménages comme on dit dans le jargon, à droite, à gauche.

33
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Dim 19 Sep 2010, 12:09

Posant les choses autrement : que faire de son "héritage" comme dirait l'autre ? Et prenons deux parcours quasi similaires : Baddou et Enthoven. On a la même génération, on a la même formation.
Que choisit Baddou ? La société du spectacle (je m'excuse pour la tarte à la crème mais c'est quand même de cela qu'il s'agit). Quant à Enthoven, au moins s'occupe-t-il de ce qu'il connaît et au moins fait-il des émissions valables. Même s'il participe de la même société spectaculaire, au moins y tient-il son rôle avec plus de classe.

34
Répondre en citant  
De l'ersatz ou bien une coquille vidée et squattée ? - le Dim 19 Sep 2010, 14:26

Sans vouloir contredire personne, je ne vois pas en quoi les Nouveaux chemins d'Enthoven seraient un ersatz des "Chemins de la connaissance". C'est plutôt une reprise de titre comme on prend une coquille vide, pour y mettre quelque chose qui n'a rien à voir. C'est pas un vice grave, d'ailleurs. Suez qui exploitait la concession d'un canal, est devenu une banque sans changer de nom et sans que personne y trouve à redire. De toutes façons à la direction de FC on semble ne pas savoir ce que signifie un titre pour une clientèle d'auditeurs habitués : Tire ta langue en 2010 n'est ni le "Tire ta langue" inventé par Olivier Germain-Thomas, ni (hélas, trois fois hélas) la fabrique de documentaires que pilotait si bien Antoine Perraud jusqu'en 2002 ; et en 2010 "La suite dans les idées" n'a rien à voir avec ce qui portait ce titre en 1999. Et là c'est le contraire : on dit "heureusement !". N'empêche qu'à la direction de France Culture où en 1999 on s'est mis à employer sans vergogne le double-langage, on ne s'embarrasse pas trop du sens des mots.

Une brève parenthèse sur ce qu'il y a d'un peu lourd et qu'on a largement pointé ici, peut-être trop au goût des fans : d'abord l'histrionnisme de Raphaël ; ensuite la construction vraiment lège qui fait qu'en gros, un thème hebdo c'est 5 auteurs quotidiens pour broder 5 fois une couleur un peu différente, et puis basta. On a beau saupoudrer avec du Shakespeare et du Tintin pour jouer l'air de la culture pluraliste, c'est presque toujours la même sauce. Et d'ailleurs comment faire autrement, quand l'émission est confiée toute l'année au même gus qui depuis 20 ans mange et restitue de la philo toute la sainte journée ? Par chance, Raphaël est un as du direct : chaque jour ou presque il l'annonce comme s'il revendiquait là une qualité, ou bien serait-il conscient des défauts que ça entraine ? Or : réduction + direct, on trouve là les deux étapes qui dans les Chemins, avaient précédé l'arrivée de Raphaël : Jacques Munier menotté avait du lui aussi passer par ces fourches-là pendant 3 ans, et de même il tiré l'émission à 95% vers ce qu'il connait : sciences humaines et sociales. Mais pour l'aisance dans le direct, pardon, c'était pas encore trop la cata comme maintenant dans "A plus d'un titre".

Alors venons-en au comparatif : ces deux émissions elles n'ont presque rien en commun, et ce presque rien est presque tout dans le titre, quand même ça fait pas grand chose : le mot "Chemins" toujours là et le mot "connaissance", parfois là et parfois pas. Ah n'oublions pas que c'est une quotidienne qui développe chaque fois un sujet sur la semaine. Et voila c'est tout. On a fait le tour. C'est donc pas de l'ersatz, c'est une opération d'illusionniste qui consiste à vendre du steak en mettant dessus une étiquette "croissants". Et tout ça sans changer de vitrine : émission-phare, matinale, hebdo. Mais aucun amateur de steaks ni de croissants ni de connaissance ni de radio ne peut s'y laisser prendre. S'il y a des auditeurs qui s'imaginent que les Chemins de la connaissance est une émission-pilier qui tient depuis 1975, ben ils n'ont pas les oreilles en face de leurs trous, et voila tout. Au reste, si le produit est bon alors il trouve son public, non ? Et c'est bien ce qui s'est passé. Donc c'est pas grave ? Non c'est pas grave, mais sous cette manipe d'illusionniste il y a l'essentiel : on nous a privés de quelque chose qui n'a jamais été remplacé.

Les Chemins de la connaissance que regrette Henry et aussi une bonne partie des auditeurs qui se sont frottés à la chaine avant 2003, eh bien ces Chemins-là c'était une émission multi-thématique. Une encyclopédie en chantier, et comme un résumé de ce que la station pouvait offrir en matière d'exploration des savoirs : sciences, lettres, arts, histoire, idées, musique. Par ailleurs c'était du documentaire avec la belle ambiance docu-maison. Sur un bilan compté en heures/minutes de documentaire régulièrement offertes à l'auditeur, ces Chemins de la connaissance c'étaient 30+20=50' quotidiennes à quoi on pourrait ajouter les quelques années de "Chemins de la musique" qui fonctionnait sur le même principe, comme un sous-secteur spécialisé. Total : 80 minutes quotidiennes de qualité radio qui n'ont jamais été remplacées.

Au contraire, les chemins de Raphaël c'est 95% de philo avec en invités des profs de philo, animé par le toujours même ancien étudiant de philo devenu prof de philo et ayant plein de chouettes copains qui font de la philo. Et même disposant de la vaste culture qui va avec cette carte de visite, comment voudriez vous qu'Enthoven réussisse à faire quelque chose d'aussi varié et diversifié que les Chemins qu'avait voulus Claude Mettra ? Le résultat : eh bien oui, c'est 95% de philo, pour la plus grande partie à sa sauce à lui, Entho. L'atout numéro un de l'émission, c'est bien lui, son carnet d'adresse contenant tout ce qu'il a su rencontrer dans son parcours de khâgneux puis d'agrégé : copains d'avant, profs d'avant, rivaux d'avant, collègues de maintenant. Evidemment ça fait du monde et c'est bien comme ça qu'il fait mieux que la sauver son émission, et lui donne sa couleur, sa touche, finalement c'est pas mal comme ça. Mais ça n'a plus rien à voir avec le projet encyclopédique, qui lui n'a pas été remplacé : à la place on a une émission de philo, point final. Il n'a pas osé l'appeler "Chemins de la sagesse" parce que ça aurait trop tiré vers le niouvèdge et qu'il y avait déjà pour ça le jeunot Olivier Germain-Thomas et maintenant le marmot Frédéric Lenoir. Eh bien voila comment on récupère une coquille soigneusement vidée en 2 temps, et dans le titre on s'installe comme un Bernard Lhermitte à grosse tête.

./...

35
Répondre en citant  
Un exemple plutôt réussi de l'équation qui, à d'autres heures, bousille France Culture - le Dim 19 Sep 2010, 14:31

../..

Résumons : le contenu philodendron, très bien pourquoi pas ? Qui dira que la philo n'a pas sa place sur France Culture ? Quant à la tendance pipole-je-vends-ma-salade : est-ce vraiment pire qu'à d'autres heures sur l'antenne ? C'est plus visible et plus comique, mais dans le fond c'est peut-être pas beaucoup plus intensément fait. Depuis au moins une génération, c'est une tendance générale des médias grand public, que de transférer progressivement le projo sur l'animateur au détriment du sujet. Mais dans cette évolution des Chemins, que devient la radio alors, me direz vous ? Eh bien là est le hic : ce qu'on a perdu avec ce remplacement des Chemins par leur nouvelle nouvelle nouvelle formule de nouvôs chemins, c'est l'esprit radiophonique maison qui se trouve impitoyablement pourchassé, parqué, réduit, pilonné depuis septembre 1999 au point qu'il n'en reste presque plus rien. Quels sont les deux bulldozers de cette démolition radiophonique :

1) le refus du documentaire radio au profit de la forme "direct", ou "conditions du direct" qui revient au même pour l'ambiance, et un peu mieux pour la qualité à l'oral.
&
2) on a remplacé le principe "Coordonnateur + Producteurs délégués" par le principe "Producteur titulaire unique". Comment voulez vous que ça ne réduise pas la variété de l'émission ? Pour une quotidienne, c'est l'alourdissement garanti.

Les "nouveaux" Chemins sont donc la version typique, et plutôt réussie malgré quelque lourdeur, de l'équation qui a été imposée en 10 ans à France Culture : davantage de direct et moins de gens à la fabrication. Je signale que cette remarque n'a rien de corporatiste, car je crains que les réactions corporatistes n'aient au contraire, contribué à la dégringolade comme dans d'autres secteurs où le corporatisme s'est exprimé en France (voyez les ports, voyez la presse, voyez la musique d'orchestre). Non, je me place exclusivement du point de vue de l'auditeur : avec ces deux tendances de la réforme radio, on entend le résultat : des produits vite-fait et une réduction de la diversité. Avec cette recette foireuse on a une bonne moitié du drame qui se joue à France Culture sur les 10 dernières années. Dans d'autres fils du forum, on se prive pas de tartiner sur ce que cette réforme a produit de vraiment merdique et de radio anti-culturelle. D'une certaine façon, et aussi horripilants soient les tics-télé de la starlette qui produit et anime ce truc, les Chemins d'Enthoven montreraient donc plutôt la voie vers ce que ça peut donner quand c'est plutôt réussi.

36
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Dim 19 Sep 2010, 15:20

FC a tout simplement évolué avec l'époque. On peut toutefois se demander pourquoi, compte tenu de cette évolution, ce n'est pas si souvent "plutôt réussi".

37
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Lun 20 Sep 2010, 15:02

C'était peut-être mieux avant mais comme je n' y étais pas, je n'en sais rien. En tout cas, vu le nombre de producteurs sur Fc qui donnent le sentiment d'être des feignasses incultes et démagogues, ce brave Enthoven sort du lot. je me demande aussi pourquoi il y en si peu qui sortent du lot, d'ailleurs.
C'est vrai, il a ses travers. Sans doute, il aime bien s'écouter parler mais, somme toute, il doit bien falloir un dose de narcissisme pour aller causer aux gens dans le poste et se donner en représentation, non ?
Pour ce qui est des producteurs tournants, il est juste que ça apporte de la variété mais quand on se farcit une série d'A voix nue, toute une semaine, avec des producteurs pas terribles, c'est aussi bien pénible !

38
Répondre en citant  
Qualité et variété - le Mer 22 Sep 2010, 11:59

@Hérode a écrit:Pour ce qui est des producteurs tournants, il est juste que ça apporte de la variété mais quand on se farcit une série d'A voix nue, toute une semaine, avec des producteurs pas terribles, c'est aussi bien pénible !
Entièrement d'accord ! Une semaine à entendre de l'entretien saboté par le même interviewer neu-neu ou lénifiant qui tire son invité vers le bas ou nicasse à vous rompre les membranes, c'est la purge ! Allons, pas de noms pour cette fois.

Sauf que.... si c'est toute l'émission qui est confiée au même gus toute l'année, là pour l'auditeur c'est la roulette russe une bonne fois pour toutes : Lucky/Unlucky ? Si l'interviewer est un bon, I mean pas trop lourdaud, pas trop présent, à l'écoute, bien préparé, alors l'émission est sauvée ; mais si on la refile à une brèle (ou même à un qui, excellent documentariste, mute en piètre interviewer et j'en connais un), alors là c'est le retour à la case "purge". Je préfère l'incertitude chaque lundi. Cela dit, le coordinateur d'A voix nue c'est Jean Lebrun : grand homme du micro du moins en studio et même il fut longtemps une référence. Mais enfin s'il faisait chaque semaine A Voix nue à sa sauce, et peut-être même en direct et en public, pitié !!

Non il me semble que variété et qualité sont deux aspects nettement distincts d'un même problème, et qu'il faut s'attacher au deux. Et qu'il vaut mieux une émission ratée de temps en temps dans une série inégale, plutôt que la certitude que toute l'année les questions seront cucul-la-praline il faut voir ce que ça donne avec hors-champs, tiens.



Et pour en revenir à notre Raphy national, est-ce que quelqu'un écoute sa semaine des Chemins sur l'Art contemporain ? C'est un vrai sujet, un continent à part, et en France c'est nul d'ailleurs si on en croit Yves Michaud qui ne figure pas parmi les invités. Qui peut nous dire ce que ça donne, cette série ? Qui a osé y mettre fut-ce un orteil pour nous dire si elle est bonne et si on peut y aller ?

39
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Mer 22 Sep 2010, 13:51

J'ai entendu l'émission d'hier et celle-ci uniquement. Pour être sincère, je l'ai écoutée de façon un peu distraite. Néanmoins, il m'en reste deux ou trop choses, plutôt positive. A savoir (selon l'habitude d'Enthoven) une problématisation, d'entrée de jeu. Ensuite, les invités exposaient la question du jugement esthétique et à travers celui-ci celle du jugement de goût avec comme mise-en-perspective l'esthétique de Hegel. L'art comme dévoilement de la vérité. Aussi la question de la réception : snobisme ou discours sur l'art, dans le domaine social. Double référence au snobisme via Proust. Aussi, question de l'intelligence de la réception : comprendre / ressentir, qu'est-ce tout cela peut bien dire et où est la part de sincérité, celle-ci pouvant ou pas être un critère d'évaluation.
En gros, j'ai trouvé que l'ensemble permettait de se défausser d'une adhésion toute faite aux discours sur l'art ou sur les oeuvres d'art. Bref, d'affiner son propre discours critique, de continuer à s'en méfier comme d'une éventuelle doxa.

40
Répondre en citant  
émission sur la "Querelle de l'art contemporain". - le Sam 25 Sep 2010, 14:50

Cette émission m'a beaucoup amusée ! Non pas à cause des bonnes blagues de Raphaël Enthoven mais parce qu'il a marqué sa position intellectuelle de façon très claire et ce, grâce aux interventions de son invitée Anne Martin-Fugier, tenante de l'art contemporain.

Cette dame ne cessait de se réfugier dans le discours de l'émotion, du ressenti voire du primat de l'émotion. D'où ses exclamations "Mais pourquoi vouloir à tout prix comprendre ?"
C'est vrai, ça ! Quelle drôle d'idée, ma bonne dame !
Et Enthoven de rétorquer : parce que le plaisir n'est pas forcément immédiat en matière d'art contemporain et qu'il faut une démarche pédagogique pour accéder à l'art contemporain.


Par ailleurs, Enthoven a dynamité tous les lieux communs critiques sur l'art contemporain : son humour,ses effets de surprise, son côté exhausteur de goût quand présenté dans des lieux historiques etc ...

Et en conclusion, Enthoven de définir "Les nouveaux chemins" comme "indécrottables classiques" et c'est bien de cela qu'il s'agit. Car le classique, ce n'est pas celui qui est académique, c'est celui qui essaie de comprendre grâce au logos, de fonder la réflexion en raison.

Ceci étant, je me demande su Anne Martin-Fugier se définirait comme une "indécrottable romantique".


La question de l'abandon des canons de l'art fut aussi abordée de façon très critique et fructueuse.

41
Répondre en citant  
Semaine sur "l'Utilitarisme". - le Lun 27 Sep 2010, 15:38

Il y avait déjà eu une semaine sur Hume. L'introduction proposée par "Les nouveaux chemins" à la pensée politique anglo-saxonne (et d'abord britannique d'un point de vue chronologique) se poursuit avec ces cinq émissions sur l'Utilitarisme. Enthoven commençait aujourd'hui avec Bentham. Son invitée n'était pas professeur de philosophie mais angliciste, spécialiste de l'histoire politique britannique.
Bonne émission, notamment parce que la pensée politique de Bentham et des autres utilitaristes permet de mieux comprendre la pensée anglo-saxonne, notamment ce qu'on nomme un peu vite son fameux individualisme.
En outre, le fond sceptique et rationnel de Bentham m'apparaît comme une sorte d'anti-rousseauïsme et il n'est pas inintéressant de changer de perspective.

Les Nouveaux chemins de la connaissance     Page 4 sur 21

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 12 ... 21  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum