Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 13 ... 21  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les Nouveaux chemins de la connaissance    Page 5 sur 21

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Mar 29 Sep 2009, 15:15

Rappel du premier message :

Pour mémoire (courte), les nouveaux chemins de la connaissance sont une série d'émissions présentées, animées, lues, chantées, sautillées, jouées et surjouées par le philosophe-rock'n'roll-professeur-cantatrice-star Raphaël Enthoven (avec François Caunac à la réalisation) depuis leur création, en septembre 2007.

Cette émission quotidienne, à ne pas confondre avec une série paronyme, les "Chemins de la connaissance", disparue concomitamment à l'apparition de celle-ci, s'intéresse par tranche hebdomadaire à divers domaines de la connaissance, des arts et du monde, exclusivement examinés depuis le télescope de l'observatoire du philosophe parisien. Celui-ci, aiguillonné par un invité spécialiste censé le mettre en valeur, compose avec plus ou moins de bonheur, au long des semaines, un tableau de lui-même découvrant le monde sous nos yeux, ou plutôt nos oreilles.

L'animal ayant tout de même du fond, du goût, et, quoique noyé par un sens protubérant de la dramaturgie et de l'ornement vocal, certaines qualités d'expression et de la langue plutôt radiogéniques, il est des semaines où ces nouveaux chemins vaudront un détour fort agréable, qu'on essaiera, au mieux, de signaler ici.

L'on n'hésitera pas non plus à récolter les perles et les moments de grand ridicule dont Raphaël, en narcisse désireux d'épater l'auditeur et de s'en faire admirer autant qu'il s'admire lui-même, nous gratifie avec une régularité dont ce fil lui saura gré !
* * *

41
Répondre en citant  
Semaine sur "l'Utilitarisme". - le Lun 27 Sep 2010, 15:38

Il y avait déjà eu une semaine sur Hume. L'introduction proposée par "Les nouveaux chemins" à la pensée politique anglo-saxonne (et d'abord britannique d'un point de vue chronologique) se poursuit avec ces cinq émissions sur l'Utilitarisme. Enthoven commençait aujourd'hui avec Bentham. Son invitée n'était pas professeur de philosophie mais angliciste, spécialiste de l'histoire politique britannique.
Bonne émission, notamment parce que la pensée politique de Bentham et des autres utilitaristes permet de mieux comprendre la pensée anglo-saxonne, notamment ce qu'on nomme un peu vite son fameux individualisme.
En outre, le fond sceptique et rationnel de Bentham m'apparaît comme une sorte d'anti-rousseauïsme et il n'est pas inintéressant de changer de perspective.

42
Répondre en citant  
éditions l' épervier avec Adèle Van Reeth : histoire littéraire passionnante. - le Ven 01 Oct 2010, 18:52

Ce 1er octobre, Adèle Van Reeth avait choisi de recevoir Michael Paraire qui semble un individu passionnant.
Il est à la tête des éditions de "L' Epervier" pour lesquelle il a fait traduire en français des textes jusqu'alors inédits de Shelley. Son but, en recueillant ces écrits moins connus des romantiques anglais, est de mettre en lumière leur engagement politique et d'apporter une approche plus contextualisée au plan historique de leur oeuvre. Bref, une histoire de la littérature et des idées qui semblent le résultat d'un travail fructueux.
Eventuellement, allez l'écouter présenter ses réalisations éditoriales, il en parle avec clarté et passion.
http://www.collectif-des-editeurs-independants.fr/editeur.php

43
Répondre en citant  
Pour ceux qui cherchent les NCC d'hier matin... - le Mer 13 Oct 2010, 19:33

Juste un mot pour ceux qui attendaient la rediffusion de Camus hier matin.
Emission du 22 juillet sur "Les Justes".
N'a pas été rediffusée hier pour cause de grève.
Mais est disponible chez les amateurs
et notamment un qui la dépose ici.

(une fois clické sur le lien ci-dessus,
il faudra de nouveau cliquer sur l'adresse
en cabalistique inscrite sous la pub ;
ensuite, suivre les commandes ... )

44
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Jeu 14 Oct 2010, 10:17

Cette semaine, ça cause de la justice aux "Nouveaux chemins". Et aujourd'hui, Enthoven invite Pierre-Olivier Sur, avocat pénaliste.
La justice, ça concerne tout le monde. Ca pourrait faire une bonne émission fadasse et passe-partout d'actualité. Or non ! "Les nouveaux chemins" demeurent l'une des émissions culturelles de FC. Pourquoi ? Parce que menant son entretien avec un professionel du droit, Enthoven fait des détours aussi bien par Pascal que par des extraits de films contemporains. Bref, il va donner un éclairage panoramique. Tout le contraire du commentaire sur l'actualité qui colle à des faits, même pas avérés parfois.

45
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Jeu 14 Oct 2010, 11:44

J'ai écouté celle de ce matin avec l'avocat, c'était pas mal. Comme l'invité était très beau parleur, Enthoven a eu raison de le bousculer gentiment de temps en temps, même s'il a été un peu pénible vers la fin quand ils ont parlé de l'origine de l'appellation maître. J'ai bien aimé le passage sur Voltaire et les rapports entre l'avocat, l'intellectuel, l'opinion publique et le tribunal.

46
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Jeu 14 Oct 2010, 11:48

et l'épineuse question de la démocratie dans son rapport à "la vérité" ! Bref, ça, ce type de réflexion, ça sert à se répérer dans "l'actualité" !

47
Répondre en citant  
Raphaël Enthoven dans Médias n°26 - le Dim 24 Oct 2010, 12:14

On trouvera cet entretien avec Raphaël Enthoven dans Medias n°26 oui celui-là même qui met en couverture un coup de gueule de Pierre Péan contre le journalisme qui se dit d'investigation. C'est un autre sujet et on pourrait en parler dans un autre fil. Mais ici c'est Raphy : il y a de quoi réagir, lui répondre, lire là-bas ou lire ici :

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =
(je vous passe le chapeau qui me semble un tout petit peu affligeant et j'envoie directement la partie lisible en gratuit)


Quelle est votre perception des médias, vous qui êtes passé d’invité à « invitant » ?

Je suis surtout passé d’anonyme à invité. J’ai sauté dans ma télé. J’ai tutoyé des images. J’ai vu la représentation elle-même, de l’intérieur. Depuis, la télévision me laisse froid. Quand on entre dans la télé, on ne la regarde plus. Une fois qu’on a pénétré les médias, le charme est rompu : on y découvre exactement tout ce qu’on « imaginait », à savoir que les médias dissimulent plus qu’ils ne montrent. C’est particulièrement vrai des médias à images dont on imagine, à bon droit, qu’ils montrent davantage que les autres, tout en soupçonnant, à juste titre, qu’ils cachent davantage qu’ils ne montrent. L’abus d’images est un filtre qui recouvre le contenu plus qu’il ne l’éclaire. C’est la raison pour laquelle je suis plus à l’aise à la radio qu’à la télévision.
« Le pouvoir, c’est souvent l’impuissance. Si la présence dans les médias se résume à un enjeu de pouvoir et de séduction, on est cuit. »

C’est aussi pour cette raison que vous avez choisi le système du plan séquence unique dans votre émission télévisée ?

L’idée du plan séquence m’est d’abord venue d’une phrase de Nietzsche, tirée du « Crépuscule des idoles », où, répondant à Flaubert qui affirme : « On n’écrit bien qu’assis », Nietzsche déclare : « Les bonnes idées sont celles qui viennent en marchant. » J’aime cette phrase qui ancre les idées dans l’humeur et l’humeur dans le paysage, qui donne à la pensée la mobilité d’un sol instable. De là est née une émission où, littéralement, nous ne tenons pas en place. Quant au plan séquence, c’est la façon qu’on a trouvée, avec Dominique Ambiel (le producteur) et Philippe Truffaut (le réalisateur), de déjouer l’ambivalence de la télévision. À défaut de proposer une « vérité » (que personne ne détient), l’émission s’attache à être sincère, c’est-à-dire à montrer exactement ce que nous vivons pendant son enregistrement. Nous n’utilisons qu’une seule caméra : on ne peut rien couper. Même si, ensuite, bien sûr, Philippe Truffaut, en orfèvre, habille l’émission, la travaille, met en évidence les phrases clefs et les noms d’auteurs...

Du coup, pas de montage, qui est pourtant l’écriture, la grammaire de l’image...

Pas de montage, non. Pas de mensonge non plus. L’anti-modèle ici, c’est Thierry Ardisson, qui trafique à l’envi les paroles de ses invités. Si on doit perdre son temps devant la télévision, autant que ce soit du temps réel.

Si la télévision ne vous plaît pas, pourquoi en faire ?


Au départ j’étais très sceptique sur la possibilité de faire de la philosophie à la télé. Comme je n’étais pas demandeur, j’ai posé des conditions qui me semblaient difficilement acceptables : 1) le plan séquence ; 2) la liberté de choisir les invités en fonction de leur compétence et de leur éloquence, plus que de leur notoriété ; 3) la possibilité de prendre l’image à son propre piège, d’appliquer la méthode barthésienne du subvertir les signes qu’envoie telle ou telle image. Quand la chaîne a miraculeusement accepté ces conditions, je n’avais plus aucune raison de ne pas me lancer dans l’aventure.

./...

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Et pour lire la suite ? Ah zutre, il faut être abonné !!

48
Répondre en citant  
Let's spread the world with Raphy! - le Dim 07 Nov 2010, 10:18

Comme précédemment annoncé par Nessie, R. Enthoven a été inteviewé dans le n°26 de "Médias".
Il est justement question de la présence de RE dans les médias : télé, radio et lui-même comme ayant été l'objet de la presse pipole, un temps.

Rappel : Enthoven est arrivé à FC en 2003. Ils sont désormais sept à travailler à la préparation et à la mise en ondes "Des nouveaux chemins". Si on en croit Enthoven, "Les nouveaux chemins" sont le travail d'une personne qui, via cette émission, continue son travail de professeur, à savoir celui de la transmission. RE définit "Les nouveaux chemins" comme une bibliothèque orale composée de grands classiques comme "La critique de la raison pure" ou "Le Banquet". Le défi est de rendre cette transmission intelligible en une heure comme de faire partager aux auditeurs le plaisir, les émotions éprouvés à la fréquentation de ces textes "somptueux" - adjectif choisi par RE.

RE le dit, il préfère FC à la télé. Il le dit aussi : "Faire de la philosophie, c'est assumer le risque (ou le privilège)d'être minoritaire".
Et en quoi être minoritaire serait un privilège ? Parce qu'il semble que c'est ce qui garantirait une possibilité de préserver sa liberté de choix comme sa liberté critique.

Selon Enthoven, l'audimat est un piège. C'est d'autant plus un piège que quiconque se soucie de l'audimat se soucie aussi de ce qui ne dépend pas de soi, à savoir l'opinion versatile et capricieuse.
A partir du moment où la présence dans les médias se double du besoin de se voir exister dans le regard d'un public, on est foutu et définitivement aliéné.

Il y a là, d'après Enthoven, un véritable écueil. Les médias draguent leur public, ils vont le chercher là où ils le pensent être, là où ils croient avoir identifié leur "désir" comme le fait un "commerçant" - autre terme choisi par RE.

Alors et notre radio chérie dans tout cela ? Justement, FC permet de prendre ce système à contre-pied, de ne pas avoir à jouer avec les exigences de l'audimat, de ne pas coller à l'immédiat, de ne pas courir après l'actuel et l'actualité.

Il faut donc paraphraser l'une des phrases liminaires de RE : "Faire une radio telle que FC, c'est assumer le risque (ou le privilège) d'être minoritaire".

49
Répondre en citant  
Semaine snobisme- Le dogme du direct a encore frappé - le Lun 15 Nov 2010, 10:33

Raphaël lance sa semaine sur le snobisme.
Lola va nous faire un commentaire in extenso, peut-être bien ?
En tous cas j'écoute tout en rédigeant ce post.

Et en attendant, dans ce fil où la chasse à l'homme se pratique nettement moins duraille que dans d'autres, je n'aurai pas de scrupule à pointer quelque chose qui, dans la présentation m'a fait tiquer : << Nous attendons notre invité Frédéric Rouvillois qui est pris dans les embouteillages, c'est la preuve que nous sommes en direct >>

Sauf que dans cette justification du problème par un autre problème, qu'on rhabille comme étant une fin en soi, en fait on n'explique ni on n'excuse ni on ne justifie rien. Ce genre de baratin à inversion sémantique est courante sur France Culture. Un autre exemple ? Eh bien les discours du type << notre site marche très mal mais nous réparons des tonnes de bugs, et nous l'avons changé parce qu'il fallait l'adapter >> Ah oui ? Eh bien les bugs que vous mettez en avant, pardon mais c'est des erreurs à vous ! Et puis il fallait l'adapter à quoi, sinon à une pulsion d'alignement sur des modes et sur la pression de l'actu ? Résultat il y a toujours autant de trous (Culture d'Islam n'est même pas annoncé à 22h10 ça fait 6 mois que ça dure) ; et l'actuel responsable du site en parle comme d'un site d'actualité et non comme un site culturel.
Bravo la dérive.

Dans les deux cas (la préférence à l'actu, la préférence au direct), c'est une idée reçue qui bloque la sincérité et/ou la lucidité. Mais Raphy devrait se poser la question : "En quoi le direct est-il une qualité, si grace au direct on a des invités en retard ??"

De mon point de vue d'auditeur, quand on voit comment la directive du direct a massacré le programme, c'est tout le contraire qui est vrai : non le dogme du direct n'est pas synonyme de qualité radio. Oui le direct se défend très bien pour les émissions à polémique car en direct, il n'y aura pas de remontage des propos, pas de falsification, mais aussi, qu'on y songe, pas de rattrapage possible. C'est une règle du débat, très bien. Le direct c'est pas du Mireille Dumas où les paroles sont coupées en pleine phrase, ce qui d'ailleurs se comprend très bien puisqu'elle fait du racolage de téléspectateurs dans ses sujets qui flirtent avec le graveleux, alors ça se comprend que les invités veuillent conserver une certaine maitrise de leur parole. On connait l'histoire de Cioran qui fait découper en pointillés l'entretien qu'il avait accordé à Georges Gravier, pour en retirer tout ce qu'il regrettait d'avoir lâché, Gravier a mouillé sa chemise pour remonter le tout. De même dans un vrai documentaire culturel (et aussi dans ce qui l'a remplacé : les reportages France-Profonde & les Docu-Fictions de Sur les docks), il y a de la phrase coupée. Ca s'entend nettement et ça n'est pas gênant. Mais il n'y a pas que la prudence, il y a aussi la qualité : c'est par le souci de qualité que Michel Cazenave justifiait le montage de ses entretiens dans "Les vivants et les dieux". Alors justement, qu'on me dise en quoi c'est un gage de qualité, que de faire "Les nouveaux chemins" en direct ? Au contraire c'est un risque et ce matin on s'en est encore rendu compte. Alors vous voulez travailler sans filet, bravo les gars, mais c'est l'auditeur qui est perdant : les bourdes qu'on regrette, les citations foirées et les références floues parce qu'on a paumé un papier, les invités absents ou en retard, tout cela c'est surement pas de la qualité. Et il faut voir ce que ça donne comme emberlificotis verbal chez le cher Jacques Munier.

Bon j'arrête là. Il est 10h23 et l'invité vient d'arriver en studio. depuis quelques minutes on discute avec Norbert Elias. C'est culturel.

Encore un mot : Raphy a laissé entendre dans sa préface qu'il pourrait y avoir un snobisme du côté de France Culture : côté produc, côté écoute ? On devine ce garçon assez lucide et capable d'humour pour ne pas omettre d'en prendre une partie à sa charge. Enfin on peut l'espérer ?

50
Répondre en citant  
Snobisme. - le Lun 15 Nov 2010, 20:48

Nessie, je ne sais pas si je ferai un compte-rendu des émissions sur le snobisme mais je peux dire qu'il sera question cette semaine (forcément !) de Proust. Or Entho connaît bien et a une familiarité certaine avec lui. Il avait déjà abordé le snobisme tel que décrit dans "La recherche" dans sa semaine sur "La querelle de l'art contemporain" et ça a été fait avec maestria. Et pas que ça, là, c'était le Entho qui s'amusait comme un fou, dont on sentait que ses "c'est passionnant" étaient aussi sincères, de l'ordre de la joie intellectuelle.
Donc, il se peut qu'on ait une réédition dans ce sens.

51
Répondre en citant  
Re: Les Nouveaux chemins de la connaissance - le Mar 16 Nov 2010, 18:36

Vendredi dernier, émission sur Heidegger et les présocratiques. Sûrement une des émissions les plus arides qu'il ait faites. En général il fait franchement de la vulgarisation, mais là j'ai été souvent à la limite (et même en deçà) de la compréhension.
Je ne suis pas très compétent dans le domaine, mais je ne pense pas que c'était de l'enfumage, et donc j'espère que cette émission peut être classée dans les émissions de stock. En tout cas je ne sais pas si elle va bien vieillir, mais une chose est sûre : elle donne envie de se frotter un peu aux textes avant de l'écouter à nouveau. Ce qui est une des grandes qualités d'Enthoven, que ce soit dans ses émissions faciles ou plus austères. Il donne quelques coups de projecteurs sur son thème et donne envie de le découvrir plus à fond.

Les Nouveaux chemins de la connaissance     Page 5 sur 21

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 13 ... 21  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum