Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Musique » « Un air d'histoire » de Karine Le Bail

« Un air d'histoire » de Karine Le Bail    Page 1 sur 1

Bas de page ↓   

1
Répondre en citant  
« Un air d'histoire » de Karine Le Bail - le Lun 29 Aoû 2016, 17:26

Le Bail ? À renouveler ?

Parmi les éditos et les grilles de rentrée plus que maussades, on peut se réjouir de la nouvelle émission produite par Karine Le Bail, Un air d'histoire.
On accordera toute notre attention aux premiers numéros afin de mieux y revenir.

Voir le profil de l'utilisateur

2
Répondre en citant  
« Un air d'histoire » de Karine Le Bail - le Lun 12 Sep 2016, 09:27

Karine Le Bail, une des valeurs sûres de France Musique, lance sa nouvelle émission Un air d'histoire en invitant un érudit de notre temps et comme on en fait encore, Pascal Brioist*. Le thème : François 1er et la musique (le dimanche 4 septembre 2016).

De la radio culturelle de haut niveau.

* Pour cette première édition d’ « Un air d’histoire », Pascal Brioist, spécialiste de La Renaissance, nous fait entrer sur les champs de bataille de François 1er. Il nous fait découvrir de quelle façon la musique règle les combats puis, à la cour du roi, fait entendre la guerre.

Pascal Brioist, professeur d'histoire à l'université François Rabelais à Tours et membre du Centre d'Etudes Supérieures de la Renaissance. Auteur notamment de Léonard de Vinci, homme de guerre (Alma éditions, 2013) et Croiser le fer. Violence et culture de l'épée dans la France moderne (Champ Vallon, 2002).

Voir le profil de l'utilisateur

3
Répondre en citant  
Karine Le Bail magistrale dans ''Un air d'histoire'' - le Lun 03 Oct 2016, 07:12

Karine Le Bail est une historienne et à ce titre avait été invitée à la Fabrique de l'histoire sur France Culture le 20 juin dernier pour Actualité des parutions : Karine Le Bail évoque son livre "La musique au pas, être musicien sous l’occupation". déjà mentionné ici.

Sa nouvelle émission est résolument tournée vers l'histoire et les invités sont des spécialistes reconnus de telle ou telle période. Ainsi Pascal Ory, quasiment un producteur délégué de la chaîne, intervient-il le 11 septembre dernier dans un numéro intitulé Les fêtes musicales du Front populaire. L'historienne et l'invité entretiennent un dialogue de connaisseurs, chacun ayant travaillé sur le même sujet. Cela donne une discussion très informée. Ensuite à chacun le droit d'aimer ou  non le discours de Pascal Ory.

Il faut relever la page conçue de manière soignée par la responsable d'émission. Une photo bien choisie, un résumé du sujet, une présentation complète de l'invité,  la programmation musicale détaillée et plusieurs vidéos. Difficile de faire mieux (si, avec l'entretien entièrement transcrit en pdf).

Une récente émission (25 09 2016) est à marquer d'une pierre blanche. Là aussi, l'historien Stéphane Audoin-Rouzeau est engagé et le justifie. Difficile de se permettre une quelconque réserve sur le traitement d'un sujet tel que Musique et violences de masse quand on entend l'historien terminer une phrase à propos du génocide du Rwanda dans un sanglot.

Quatre parties dans cette émission : une évocation de la Guerre de 14-18  (Stéphane Audoin-Rouzeau est spécialiste de la Grande Guerre et président du Centre de recherche de l'Historial de la Grande Guerre de Péronne, dans la Somme), une séquence musicale en direct*, une évocation de la torture par les sons et une discussion sur le génocide au Rwanda avec de stupéfiants extraits d'émissions de la Radio Mille-Collines.

Karine Le Bail fait très fort en laissant les rênes au duo de musiciens durant plusieurs minutes sans intervenir durant leurs explications de la sonate pour violoncelle et piano de Bridge qui a dû inspirer le choix de la photo. Du rarement, sinon jamais, entendu et qui laisse une bonne impression.



La page exhaustive inclut une "playlist" de 12 titres, dits " morceaux de musique", présumés avoir été utilisés à des fins de torture**. J'en recommande la parcours (cliquer sur les trois barres dans le coin gauche de l'écran pour choisir ou changer de piste), pour comprendre un certain type de culture américaine, le dernier clip n'étant pas le moins effrayant par sa vulgarité.  

* Le violoncelliste Thomas Duran et le pianiste Nicolas Mallarte interprètent en direct depuis le studio 109 la Sonate pour violoncelle et piano, en ré mineur de Franck Bridge, qu'ils ont enregistrée sur un album intitulé La Naissance d’un nouveau monde, chez Hortus (2014, coll. "Les Musiciens et la Grande Guerre").

**Torture blanche - Cette torture blanche consiste en l'utilisation de bruits sourds diffusés à un volume d'environ 82 décibels et qui ne sont interrompus que 7 secondes toutes les 45 minutes. Parfois, la torture se sert de morceaux de musique joués en boucle, 24h sur 24. Les morceaux sont choisis en fonction de leur structure, de leur aspect naturellement répétitif, de leur agressivité, mais aussi parfois par le message patriotique qu'ils délivrent, comme par exemple Born in the USA, de Bruce Springsteen.

Voir le profil de l'utilisateur

4
Répondre en citant  
Karine Le Bail, Michel Zink, un échange de haute culture - le Mer 12 Oct 2016, 22:16

Possédez-vous un coffre-fort ? Si oui, c'est le moment d'y mettre en sécurité L’art d’aimer au Moyen Âge par Michel Zink*, numéro du dimanche 18 septembre 2016 d'Un air d'histoire, l'émission de Karine Le Bail. Franchement, elle mérite aussi d'être envoyée aux extraterrestres dans une sonde sur le modèle du Voyager Golden Record**  pour leur montrer notre haute culture européenne...

Quand une émission commence ainsi (beau générique), on sait déjà que l'on va assister à la fine fleur des échanges sur l'histoire, la langue et la musique :   [son mp3="https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/musique/sons/2016/37/WL-ITE_00082818_RSCE-10.mp3" debut="00:05" fin="10:04"]


Michel Zink, comme Michel Pastoureau, est un vieux routier de la parole en public et de la transmission. Son érudition et son franc parler font des merveilles pour captiver l'auditeur. Karine Le Bail est, quant à elle, parfaite dans l'art de l'entretien de haut niveau, donnant une réplique toujours pertinente à son interlocuteur sans aucun jargon ni délayage (ce que Yann Sancatorze appelle avec son sens de la formule qui fait mouche "les interminables tartines questionnantes").

Cette émission soigneusement préparée par une productrice en pleine maturité et toujours alerte va devenir un phare et un refuge pour ceux qui ne trouvent pas assez de densité dans les numéros de la Fabrique sur FC. Sa réalisation montre aussi tout le savoir-faire technique de l'équipe qui entoure la productrice, car une émission, ce n'est pas seulement la personne que l'on entend,  et les grands producteurs le savent bien, qui citent chaleureusement les réalisateurs, mixeurs, documentalistes, etc. (cf. Jeanneney, Machart et ici Le Bail).

Hip, hip, hip, Le Bail !

* Michel Zink, philologue et médiéviste, professeur au Collège de France et Secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres.
Auteur notamment de :
Bienvenue au Moyen Âge, Paris, Equateurs / France Inter, 2015
Les troubadours, Une histoire poétique, Paris, Perrin, 2013.
Le Moyen Âge et ses chansons ou un passé en trompe-l'œil, Paris, Éditions de Fallois, 1996
La Pastourelle. Poésie et folklore au Moyen Âge, Paris, Bordas, 1972


**disque embarqué à bord des deux sondes spatiales Voyager, lancées en 1977. Ce disque de 12 pouces contient des sons et des images sélectionnés pour dresser un portrait de la diversité de la vie et de la culture sur Terre, et est destiné à d'éventuels êtres extraterrestres qui pourraient le trouver.



Dernière édition par Philaunet le Mar 24 Oct 2017, 21:18, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

5
Répondre en citant  
''Un air d'histoire'', par Karine Le Bail : une référence - - le Jeu 27 Oct 2016, 07:12

L’émission Un air d'histoire par Karine Le Bail le dimanche de 13h à 14h est vraiment l’un des jalons de la semaine de la radio culturelle. En témoignent les derniers numéros de haute tenue où de savantes personnalités s’expriment librement face à une productrice à l’écoute et en pleine maturité intellectuelle. Mathieu Gallet en arrivant à la tête de Radio France avait voulu couper la parole à France Musique. Heureusement, après le départ de l’éphémère directrice de l’antenne et la nomination de Marc Voinchet, quelques espaces dédiés à la culture érudite subsistent.  

Ainsi ce très beau numéro du dimanche 16 octobre 2016 La circulation des Opéras au XIXe siècle, par Christophe Charle*

« Comment les ouvrages lyriques ont-ils circulé au XVIIIe et au XIXe siècle ? Comment ont-ils, avec leurs auteurs, accédé à une reconnaissance internationale ? Entre traductions et adaptations, l’historien Christophe Charle nous éclaire le voyage des opéras ».

C’est un éclairage historique sans jargon sur la vie musicale et culturelle française durant deux siècles qui nous est présenté ici. On savoure !

Le numéro de la semaine dernière nous a remis dans l’oreille la voix de Roger Chartier**, familière aux auditeurs du XXe siècle dans les Lundis de l’histoire. Par bonheur il n’a quasiment pas « yoyoté » (corrigez si le terme ne signifie pas également « prononcer le fins de mots en les allongeant d’un /ye/ »). Il y est question de Mozart, sociologie d’un génie : l’essai de Norbert Elias

« Comment la sociologie a-t-elle appréhendé le génie musical ? L’historien Roger Chartier relit pour nous l’incroyable petit livre sur Mozart écrit par le grand sociologue allemand, auteur du "Processus de civilisation", Norbert Elias : "Mozart, sociologie d’un génie" »

Éclairage plutôt rare sur un musicien à France Musique, celui de la sociologie avec deux mentions, point trop pesantes, de l’apôtre cher à France Culture, Pierre Bourdieu. Conditions économiques, sociales et familiales ont façonné un compositeur qui a cherché sa vie durant à s’affranchir de cet « habitus ». Axe d’étude inhabituel, donc, et posant question. La grille de lecture choisie m’a semblé entraîner une interprétation anachronique du parcours de Mozart, mais je reconnais que toute objection de ma part face au grand universitaire qu’est Roger Chartier est sans nul doute déplacée.

Enfin, citons un numéro de toute beauté avec Arlette Farge*** (aussi ancien pilier des Lundis de l’histoire de France Culture) : Restituer les voix et les cris de Paris au XVIIIe siècle, le dimanche 9 octobre 2016.

« Difficile d’imaginer ce que pouvait être le paysage sonore de Paris au XVIIIe siècle... L’historienne Arlette Farge nous donne à saisir les subtilités des voix et des cris de Paris, le long de ses rues et de ses berges de Seine, où revivent en musique blanchisseuses et autres métiers de Paris »

Pour Fontaine, un des choix musicaux de l’émission Léo Ferré / Jean-Roger Cossimon [sic, s'écrit « Caussimon »] À la Seine, venant après  Steve Reich, City Life : Heartbeats / boats and buoys et avant Clément Jannequin, Le caquet des femmes : [son mp3="https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/musique/sons/2016/40/WL-ITE_00083161_RSCE-10.mp3" debut="17:09" fin="21:26"]


* Christophe Charle, professeur d'histoire contemporaine à l'Université Panthéon-Sorbonne, a publié de nombreux livres sur l’histoire des intellectuels, des universitaires, des écrivains, de la presse… Très récemment, il signe avec Laurent Jeanpierre une impressionnante synthèse sur les intellectuels en France : La Vie intellectuelle en France, en deux tomes. Christophe Charle a également beaucoup écrit sur le théâtre, avec notamment :Théâtres en capitales, naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne, 1860-1914, Paris, Albin Michel, 2008 et La dérégulation culturelle, essai d’histoire des cultures en Europe, Paris, PUF, 2015

** directeur d’études à l’EHESS et professeur au Collège de France (Chaire des Écrit et cultures dans l’Europe moderne). Ses travaux relèvent d’une sociohistoire des pratiques culturelles du XVIe au XVIIIe siècle. Historien au rayonnement international, il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont la liste est disponible ici. Il a également été durant des années co-producteur de l’émission Les lundis de l’Histoire, sur France Culture.

*** historienne du XVIII° siècle, dont l’ouvrage, Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle, paru chez Bayard en 2009, entreprend d’établir un répertoire des voix constituant l’univers sonore d’une grande ville comme Paris. Elle est également l’auteure de Vivre dans la rue au XVIIIe siècle (Gallimard, 1992). Auteure de très nombreux ouvrages ayant trait au XVIII° siècle, signalons également Quel bruit ferons-nous ?, aux éditions des Prairies Ordinaires en 2005. Elle publie cette année Les Passants, et Le silence, le souffle, aux éditions La Pionnière, ainsi que La Révolte de Mme Montjean, chez Albin Michel.



Dernière édition par Philaunet le Mar 24 Oct 2017, 21:22, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

6
Répondre en citant  
''Un air d'histoire'' par Karine Le Bail - le Mar 15 Nov 2016, 09:51

Encore une fois, Karine Le Bail monte sur la plus haute marche du podium avec son émission Un air d'histoire, grande réussite de la rentrée 2016.

Le numéro du 13 novembre (dont l'introduction a été mentionnée ici : Une samba présidentielle) est du meilleur niveau, alliant l'érudition et l'esprit, la culture savante de l'histoire politique et les chansons et sketchs. Un condensé de qualité de Concordance des temps et de La Fabrique de l'histoire de France Culture, avec la musique en prime : Les Présidentielles : en avant la musique ! par Jean Garrigues et Jean Ruhlmann (1)

Plus que jamais se confirme ce que disait Dominique Jameux :  « Au moment où l’on s’ingénie à chasser la parole de France Musique, avec au demeurant des succès divers, comme si on avait décidément abandonné l’idée de la rendre avenante et plausible, je suis persuadé qu’elle seule au contraire permet à la chaîne publique d’attirer et retenir un auditoire. Notre société isole. La demande de lien est encore plus forte que celle de flux sonore : la Parole est l’avenir de la Radio. » (La voix de Dominique Jameux (...)). Le message semble commencer à passer de nouveau à France Musique.

On n'en finirait pas de citer les moments savoureux et instructifs de cette émission avec Jean Ruhlmann qui éclaire les pièces musicales et les extraits sonores de son savoir historique. Prenons alors la séquence qui aura certainement des échos chez ceux qui ont entendu, réentendu ce sketch musical désopilant à l'époque (1974) : ♫ Oliver Lejeune & Patrick Green : « Pot pour rire Mr le président ». Explications du choix des chansons par le contexte politique après le sketch : [son mp3="https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/musique/sons/2016/44/WL-ITE_00083789_RSCE-10.mp3" debut="34:34" fin="40:34"]

L'émission se poursuit avec l'évocation de Valéry Giscard d'Estaing avec une savoureuse archive (interview du candiadt par Danièle Gilbert). Donner le goût de l'histoire de cette manière : on se régale. Karine Le Bail est définitivement une créatrice du patrimoine culturel français.  

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


7
Répondre en citant  
Re: « Un air d'histoire » de Karine Le Bail -

« Un air d'histoire » de Karine Le Bail     Page 1 sur 1

Haut de page ↑   

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum