Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Accueil / France Musique

Répondre au sujet

Les émissions estivales de France Musique    Page 3 sur 4

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les émissions estivales de France Musique - le Dim 01 Mai 2016, 23:22

Rappel du premier message :

Moment musical 2013: derniers jours avant liquidation

En août 2013, alors que la saison vidait ses derniers tombereaux de chaleur, Anne-Charlotte Rémond nous proposait une série, Moment musical, déclinée en quatre épisodes de 2 heures. Les émissions sont de qualité et prennent naturellement place aux côtés des Voyages que proposait Axelle Thiry sur Musiq3. On signalera particulièrement le siège de Leningrad ainsi que le déménagement de la famille Bach pour Leipzig en 1723.

Il ne reste qu'une poignée de jours pour écouter et, le cas échéant, télécharger ces numéros de belle facture.
* * *

21
Répondre en citant  
Renaud Machart, l'indispensable - le Lun 14 Aoû 2017, 18:25

"Il n'y a pas mieux que ''Der Doppelgänger'' pour vous plomber une matinée... quelques lieder un peu sinistres de Schubert, mais évidemment un sinistre sublime", dit Renaud Machart en riant à huit heures moins cinq lors de sa première matinale du week-end d'août "Réveil Classique" du week-end, invitée Florence Malgoire violoniste, pédagogue et chef d'orchestre.

Voilà tout Renaud Machart depuis des années. Certains n'aiment pas, beaucoup adorent. Une grande sensibilité, un humour vachard, qui se fout (gentiment) de la gueule des auditeurs qui n'aiment pas, de France Musique (voir ses commentaires sur la virgule sonore pleine de niaiserie de l'année dernière, cette année France Musique a compris la leçon...) et du reste. Sauf de ses amis, de la musique et... de tout ce qu'on appelle "les plaisirs de la vie" (attention à la voix, RM !)

Aucune de ses émissions qu ne soient un message ou une pédagogie, voire une résistance (au sérieux ou à la bêtise). Ainsi commencer la matinale du 5 août à 7h avec le programme ci-dessous*, personne ne l'oserait, sauf lui. Honneur du service public et de la direction de la chaîne qui connaît ses talents.

Le contenu d'une émission est une chose, mais l'emballage est essentiel : une voix, un ton, un art de s'adresser aux auditeurs et à ses invités, une connaissance encyclopédique de son domaine et l'ouverture à d'autres genres, c'est le fort des meilleurs producteurs (Szymczak, Rousseau, Grant, etc). Mais voilà, la nouvelle génération choisie depuis deux ans par Marc Voinchet ne semble pas emprunter cette voie.

"Le réveil classique du week-end" en août est peut-être programmé par la chaîne comme une émission de consommation courante sans ambition, mais avec Renaud Machart, elle est un document sur l'art de la radio musicale de qualité qui fait du bien.


*  Johann Sebastian Bach
Pièce d'Orgue en Sol BWV 572 (extrait)
Olivier Vernet, orgue
(Ligia)
Claudio Monteverdi
Hor che'l ciel e la terra (Libro 8 )
Concerto Italiano
Rinaldo Alessandrini, direction
(Naïve)
Wolfgang Amadeus Mozart
Premier mouvement du Concerto Jeune Homme
Lili Kraus, piano
Vienna Festival Orchestra
Stephen Simon, direction
(Sony Classical)
Franz Schubert
Le Chant du Cygne D957:
- Der Atlas
- Ihr Bild
- Das Fischermädchen
- Die Stadt
- Am Meer
- Der Doppelgänger
Stephan Genz, baryton
Michel Dalberto, piano

22
Répondre en citant  
''La playlist classique au clair de lune'' (sans ami Pierrot) - le Mar 15 Aoû 2017, 07:46

Illustration d'un thème sur le site de francemusique.fr le 7 août dernier par Aliette de Laleu :  La playlist classique au clair de lune* mérite l'attention.

À qui s'adresse cette compilation à première vue intéressante ? Peut-être d'abord à un jeune public habitué à écouter des "songs" de 3 minutes ?  Si cela permet d'attirer du monde vers la musique, tant mieux.  La BBC se pose cette la question, c'est aussi une préoccupation des musiciens et des maisons de disques.

Le sujet est divisé en quatre parties : Les mélodies françaises ; La Lune à l’opéra ; La Lune et les Lieders [on écrit soit "les lieds", soit "les lieder") ; La Lune en musique. Les extraits sont tirés de ce qui est disponible en vidéo sur youtube. Ils sont accompagnés de brefs résumés et de citations de poèmes.

Le choix de la première séquence n'est pas des meilleurs, une vidéo de mauvaise qualité donne à voir Sandrine Piau dans Clair de Lune de Gabriel Fauré. La seconde vidéo, Ballade à la lune de Jacques Offenbach est un grand moment passé en compagnie d'Anne-Sofie von Otter et de Magali Léger (on comprend la réaction du chef après la dernière note).

Aliette de Laleu n'a pas eu ou pris le temps de donner les références des pièces sélectionnées. Le public visé ne s'y intéresse peut-être pas ou pas plus que la compilatrice. Pour les connaître, il ne faut pas rester sur le player intégré, mais cliquer sur l'icône youtube.

La sélection permet d'approfondir, selon le temps et l'intérêt, les pièces thématiques et aussi de voir combien le filmage des pianistes (et la tenue de ces derniers) a pu changer, voir les exemples de Kathia Buniatishvili  dans Clair de lune de Claude Debussy et de Claudio Arrau dans Sonate au clair de lune de Ludwig van Beethoven.

La section "La Lune et les Lieder" permet de découvrir un poète cité dans le résumé, Christoph Hölty "A la Lune de Franz Schubert - Schubert s’est inspiré des textes de Christoph Hölty pour son Lied (poème germanique chanté, souvent accompagné par un instrument) An den Mond qui veut dire « à la Lune ». C’est le Lied le plus populaire des vingt-trois que Schubert a composé [sic]  sur les poèmes de Hölty").  

Pour les intéressés qui n'ont pas le temps de faire des recherches, voici le célèbre poème de Joseph von Eichendorff mentionné dans la présentation de Nuit sous la Lune de Johannes Brahms :

Mondnacht Joseph von Eichendorff

Es war, als hätt der Himmel
Die Erde still geküßt,
Daß sie im Blütenschimmer
Von ihm nun träumen müßt.
Die Luft ging durch die Felder,
Die Ähren wogten sacht,
Es rauschten leis die Wälder,
So sternklar war die Nacht.
Und meine Seele spannte
Weit ihre Flügel aus,
Flog durch die stillen Lande,
Als flöge sie nach Haus.


Preuve d'inattention ou de l'absence d'envie de servir l'auditeur, à propos de Nuit sous la Lune de Robert Schumann, la rédactrice a intégré à la va-vite une vidéo de l'ensemble du Liederkreis... Là, il faut faire une recherche affutée, seulement accessible aux germanophones, pour trouver à 8'50'' du player la pièce en question, "Mondnacht". Ceux qui auront lancé la vidéo sans plus de connaissances écouteront ingénument la pièce initiale "In der Fremde".  

Enfin, la merveilleuse soprano Barbara Bonney chante La Lune  ("Mon cœur est comme la nuit sombre") de Felix Mendelssohn. Une recherche permet de situer la séquence :  Barbara Bonney--Soprano, Geoffrey Parsons-Piano, 1991 et le poème d'Emanuel Geibel (1815-1884) adapté au Lied (Der Mond, référence BNF).

Der Spiegel en donne le texte :
Der Mond Emanuel Geibel

Mein Herz ist wie die dunkle Nacht,
Wenn alle Wipfel rauschen;
Da steigt der Mond in voller Pracht
Aus Wolken sacht –
Und sieh, der Wald verstummt in tiefem Lauschen.
Der Mond, der helle Mond bist du:
Aus deiner Liebesfülle
Wirf einen, einen Blick mir zu
Voll Himmelsruh –
Und sieh, dies ungestüme Herz wird stille.



*La Lune offre aux compositeurs une source d’inspiration infinie. Féerique, mystérieux ou romantique, ce satellite mis en musique a donné quelques-uns des plus grands tubes de la musique classique comme la Sonate au clair de lune de Beethoven ou le Clair de lune de Debussy.
Mais ce ne sont pas les uniques œuvres d’inspiration lunaire. Schubert, Dvorák, Fauré et tant d’autres ont aussi mis en lumière la Lune, en musique ou en mélodie.

23
Répondre en citant  
Re: Les émissions estivales de France Musique - le Mar 15 Aoû 2017, 19:15

Philaunet(http://www.regardfc.com/t9p300-france-musique#28641) a écrit:La sélection permet d'approfondir, selon le temps et l'intérêt, les pièces thématiques et aussi de voir combien le filmage des pianistes (et la tenue de ces derniers) a pu changer, voir les exemples de Kathia Buniatishvili  dans Clair de lune de Claude Debussy et de Claudio Arrau dans Sonate au clair de lune de Ludwig van Beethoven.

Merci pour cet éclairage affûté ! Effectivement j'espère qu'on ne juge l'interprétation sur le double décolleté plongeant sinon Arrau n'a qu'à se rhabiller et Kathia B. peut-être qualifiée de génie du piano. Remarque, pour amener les jeunes boutonneux à Debussy ou Beethoven c'est peut-être un bon moyen. Si j'avais connu Kathia B. à l'époque je me serais plongé dans le classique plus tôt. Quant à Barbara Bonney, l'adjectif merveilleuse n'est pas assez fort !  Ceci dit, question tenues...

24
Répondre en citant  
Les émissions estivales - le Mer 16 Aoû 2017, 08:52

Il faudrait, et même il faudra, poser la question à Benjamin François de la formidable série d'été, Baroquissimo : pourquoi ne pas avoir donné au téléchargement en un seul fichier l'entretien coupé en trois parties et proposé seulement à la réécoute sur la page de l'émission ?

Il paraît mal venu d'émettre une observation quand on voit la qualité de l'émission et la richesse de la page qui la présente et complète. Néanmoins, je posais la question dans le dernier § du post ''Baroquissimo'' de Benjamin François  le 03 août dernier : si la diffusion de l'entretien avec le musicien est "externalisée" sur le site francemusique.fr et non intégrée à l'émission pour de valables ou compréhensibles raisons, pourquoi ne pas le proposer en un seul bloc téléchargeable en rss ?

Par exemple, l'entretien avec Hugo Reyne de la Simphonie du Marais  se présente sous la forme de trois morceaux (découpés à la va-vite) qui représentent 28 minutes d'écoute. Durée presque équivalente à celle d'un numéro d'À voix nue sur France Culture. 28' d'écoute sans interruption, cela ferait-il peur au public d'auditeurs visé par cette proposition ?

Ou est-on en train d'obéir au format "bribe" pour correspondre à ce qu'on croit être la durée maximale de concentration ou encore pour entrer dans le cadre technique des smartphones ?

25
Répondre en citant  
Bonney B - le Sam 26 Aoû 2017, 14:55

bishop(http://www.regardfc.com/t818p20-les-emissions-estivales-de-france-musique#28647) a écrit: (...) j'espère qu'on ne juge pas  l'interprétation sur le double décolleté plongeant sinon Arrau n'a qu'à se rhabiller et Kathia B. peut être qualifiée de génie du piano. Remarque, pour amener les jeunes boutonneux à Debussy ou Beethoven c'est peut-être un bon moyen. Si j'avais connu Kathia B. à l'époque je me serais plongé dans le classique plus tôt. Quant à Barbara Bonney, l'adjectif merveilleuse n'est pas assez fort !  Ceci dit, question tenues...

On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre... Je crains cependant qu'une partie du potentiel public n'acquière pas des CD ainsi illustrés.



(Première reproduction de pochette de CD sur la page de l'émission Baroquissimo de ce samedi 26 août, Les 20 ans du Poème Harmonique - Vincent Dumestre )

26
Répondre en citant  
Mompou (1893-1987), Suite compostelle - le Jeu 31 Aoû 2017, 12:13

Il y a quelque chose de très touchant, sans doute, parce qu'authentique, à entendre un musicien parler de sa passion au micro et en donner le goût (si on ne l'a pas déjà). Sébastien Lllinares est de ces étoiles filantes de la radio qui font le patrimoine durant l'été (quand tout le monde est à la plage, selon les annonces Maison de la Radio). Par sa réflexion, sa connaissance et sa curiosité, il me rappelle la claveciniste britannique ayant récemment présenté une émission de la BBC sur le virginal (cf. The English virginals).

Qui répétera que ce sont ces jeunes qui ont un véritable savoir et la passion de la transmettre qui font de la bonne radio  (après une formation à la parole radiophonique si possible). C'est valable dans tous les domaines, voir la BBC avec son programme, inimaginable de ce côté-ci de la Manche, The Broadcasters of the Future - New Generation Thinkers 2017.

Pour en revenir à notre aimable Sébastien Lllinares*


Festival Radio France _ 12-07-15 , © Michel Aguila

sa dernière émission recèle des trésors (marcherait-il sur les pas du grand Robert J. Vidal ?). Comme cadeau à Fred de Rouen, voici la 2e pièce de l'émission : "Suite compostelle - Canción et Munciva" de Federico Mompou (1893-1987) par Andres Segovia : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17541-30.07.2017-ITEMA_21397186-0.mp3" debut="03:30" fin="11:16"]

* Ici évoqué en juillet

27
Répondre en citant  
''Concert des différents oiseaux'' - le Lun 04 Sep 2017, 09:14

Retour à l'été 2016 pour une émission du mois d'août signalée par Fred de Rouen suite aux échanges sur le coucou en musique (post de bishop) : "Concert des différents oiseaux"* Couleurs d'été par Anne Plantier (1/5) Lundi 1 août 2016 (2h 26mn).

Anne Plantier (en réalité Anne-Laure Plantier) se distingue au micro par sa fraîcheur et son plaisir audible de lire ses notes. C'est une débutante complète en matière de radio.. Elle n'a été aucunement formée à la parole radiophonique et c'est fort dommage pour elle, car elle semble avoir du potentiel. Incidemment, on se demande pourquoi durant une grande partie de l'été dernier, puis pour tous les concerts du samedi soir de l'année et de nouveau en cette rentrée, une certaine Odile Sambe de Ricaud est autorisée à bafouiller à l'antenne, alors qu'elle n'a ni compétence, ni potentiel. Cela rappelle le cas Dani Legras sur France Culture.

Quoi qu'il en soit, le programme d'Anne-Laure Plantier (à quand son retour ?) a une belle homogénéité et donne à entendre des œuvres séduisantes portées par des interprétations parfois inattendues. Exemples :
Mikhaïl Glinka / Mily Balakirev / arrangement Isabelle Moretti, L’Alouette
Joseph Haydn, Quatuor à cordes en ut majeur op. 33 n° 3 "L'Oiseau"
Bernardo Pasquini, Toccata en la majeur « Con lo scherzo del cucco »
Etienne Moulinié, Ballet du monde renversé : Concert de différents oiseaux
Ralph Vaughan Williams, L’Envol de l’alouette


* Aujourd'hui, "Concert des différents oiseaux"... Oiseaux de tout ramage, de tout plumage, tristes ou volubiles, prophètes ou amoureux ! Une volière musicale signée Janequin, F. Couperin ou Stravinsky, sans oublier le Carnaval de Saint-Saëns ou la parade néo-baroque de Respighi...


28
Répondre en citant  
L'anadiplose et Albert Roussel (1869-1937) - le Mer 06 Sep 2017, 08:10

Les deux grands producteurs de la chaîne, François-Xavier Szymczak et Jérémie Rousseau, ont "meublé" la dernière semaine des programmes d'été de France Musique avec des tranches  de trois heures respectivement nommées Été Classique Matin et Été Classique Après-midi.

Au début de l'émission du mercredi 23 août 2017 le  producteur d'Arabesques commençait par définir la logique présidant aux choix des œuvres diffusées, l'anadiplose. Cette logique est la marque des grands producteurs de la station, comme Renaud Machart qui la cultive depuis fort longtemps avec succès, rappelons-nous "Chambre d'échos".  Elle est celle qui irrigue aussi notre rubrique Œuvres musicales : consonances et associations et en général toutes les autres.

Écoutons-donc François-Xavier Szymczak présenter Albert Roussel et sa Symphonie nº2 en Si bémol Maj op 23* qui ouvrait son programme et goûtons sa conclusion. L'ensemble devrait être agréable au roussellien Fred de Rouen : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17492-23.08.2017-ITEMA_21414256-0.mp3" debut="00:00" fin="10:20"]

Où l'on voit (par les deux premières  minutes de l’œuvre) que les minimalistes américains, Reich, Riley, etc, n'ont rien inventé en matière de musique répétitive, d'ailleurs toute la musique traditionnelle l'est, répétitive, des chants et danses des pèlerins de Montserrat aux gamelans balinais en passant par les chansons des provinces françaises.

L'émission se concluait sur une autre œuvre d'Albert Roussel, Le festin de l'araignée op 17 (n'y aurait-il pas un coucou et d'autres oiseaux qui s'y cachent ?) : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17492-23.08.2017-ITEMA_21414256-0.mp3" debut="161:05" fin="173:00"]

Pour finir, "par capillarité", sur le thème des oiseaux en musique (voir aussi le post précédent), Albert Roussel a composé deux œuvres pour flûte et voix inspirées de poèmes de Ronsard, Rossignol mon mignon et Ciel, air et vents, à écouter ici Deux poèmes du Ronsard, Op. 26 (1924)***


* Albert Roussel
Symphonie nº2 en Si bémol Maj op 23 :
II. Modere
Orchestre de Paris
Christophe Eschenbach, direction
Ondine ODE 1065-2

**Albert Roussel
Le festin de l'araignée op 17
Orchestre Royal du Concertgebouw d'Amsterdam
Bernard Haitink, direction
Q Disc 97014

***  Pierre de Ronsard   (1524-1585)
« Rossignol mon mignon...»
Amours (1552-1553)
XLIII

Rossignol mon mignon, qui dans cette saulaie
Vas seul de branche en branche à ton gré voletant,
Dégoisant à l'envi de moi, qui vais chantant
Celle qu'il faut toujours que dans la bouche j'aie,

Nous soupirons tous deux, ta douce voix s'essaie
De fléchir celle-là, qui te va tourmentant,
Et moi, je suis aussi celle-là regrettant,
Qui m'a fait dans le cœur une si aigre plaie.

Toutefois, Rossignol, nous différons d'un point.
C'est que tu es aimé, et je ne le suis point,
Bien que tous deux ayons les musiques pareilles,

Car tu fléchis t'amie au doux bruit de tes sons,
Mais la mienne, qui prend à dépit mes chansons,
Pour ne les écouter se bouche les oreilles.

******************
"Ciel, air et vents..."

Ciel, air et vents, plains et monts découverts,
Tertres vineux et forêts verdoyantes,
Rivages torts et sources ondoyantes,
Taillis rasés et vous bocages verts,

Antres moussus à demi-front ouverts,
Prés, boutons, fleurs et herbes roussoyantes,
Vallons bossus et plages blondoyantes,
Et vous rochers, les hôtes de mes vers,

Puis qu'au partir, rongé de soin et d'ire,
A ce bel oeil Adieu je n'ai su dire,
Qui près et loin me détient en émoi,

Je vous supplie, Ciel, air, vents, monts et plaines,
Taillis, forêts, rivages et fontaines,
Antres, prés, fleurs, dites-le-lui pour moi.

    Pierre de Ronsard, Premier livre des Amours

29
Répondre en citant  
« Hor ch’è tempo di dormire » - le Jeu 07 Sep 2017, 17:53

@ Fred de Rouen : vous nous aviez signalé le n°1 de cette série estivale, qui était consacré aux oiseaux. En guise de remerciement, voici un extrait du n°3 Couleurs d'été par Anne Plantier (3/5) Mercredi 3 août 2016 : bienvenue au « vert paradis des amours enfantines », au royaume des éternels enfants (...)

[son mp3="https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/musique/sons/2016/31/NET_ba9d635e-b7f3-4501-ac50-58b8f5286a2b_FM.mp3" debut="106:28" fin="115:01"]

Tarquinio Merula
Canzonetta spirituale sopra la nanna « Hor ch’è tempo di dormire »
Montserrat Figueras, chant
Andrew Lawrence-King, harpe double
Imke David, lirone
Jordi Savall, viole de gambe
Alia Vox AV 9826

30
Répondre en citant  
Harpe et frissons - le Dim 17 Sep 2017, 09:59

@ Fred de Rouen, à qui je dois la découverte des cinq émissions de Couleurs d'été (3h chacune), dont le 4e numéro, consacré aux enfants et aux contes, contenait Danse des lutins d'Henriette Renié par Naoko Yoshino, harpe : [son mp3="https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/musique/sons/2016/31/NET_5a3b1ad5-8ece-4ce7-bd47-28911b85eba3_FM.mp3" debut="16:30" fin="20:09"]

Pour les frissons, ou quand l'amour peut réveiller les cœurs les plus glacés, c'est ici chez Henry Purcell, King Arthur (extraits), Acte III, What power art thou*
Stephen Varcoe, baryton (Génie du Froid)
: [son mp3="https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/musique/sons/2016/31/NET_5a3b1ad5-8ece-4ce7-bd47-28911b85eba3_FM.mp3" debut="02:57" fin="06:30"]

* What power art thou, who from below
Hast made me rise unwillingly and slow
From beds of everlasting, everlasting snow
See'st thou not how stiff, how stiff and wondrous old
Far unfit to bear the bitter cold
I can scarcely move or draw my breath
I can scarcely move or draw my breath
Let me, let me freeze again
Let me, let me freeze again to death
Let me, let me freeze again to death

31
Répondre en citant  
Ah ! Je ris de me voir si belle en ce selfie - le Mer 20 Sep 2017, 08:46

Toujours prélevé dans le 4e numéro de Couleurs d'été de 2016 (cf. ci-dessus) :

Charles Gounod

Faust, Acte III : Ô Dieu ! que de bijoux… Ah ! je ris de me voir si belle
Miah Persson, soprano (Marguerite)
Orchestre Symphonique de la Radio Suédoise, dir. Daniel Harding

[son mp3="https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/musique/sons/2016/31/NET_5a3b1ad5-8ece-4ce7-bd47-28911b85eba3_FM.mp3" debut="69:21" fin="74:30"]

[MARGUERITE
Elle ouvre la cassette et laisse tomber le bouquet.
O Dieu ! que de bijoux ! ... est-ce un rêve charmant
Qui m'éblouit, ou si je veille ? ...
Mes yeux n'ont jamais vu de richesse pareille ! ...

Elle place la cassette sur une chaise et s'agenouille pour se parer.

Si j'osais seulement
Me parer un moment
De ces pendants d'oreille! ...
Elle tire des boucles d'oreille de la cassette
Ah! voici justement,
Au fond de la cassette,
Un miroir ! ... comment
N'être pas coquette ?]

Air des bijoux

Elle se pare des boucles d'oreilles, se lève et se regarde dans le miroir.

Ah! je ris de me voir,
Si belle en ce miroir !
Est-ce toi, Marguerite ?
Réponds-moi, réponds vite ! -
Non! non! - ce n'est plus toi !
Non! non! - ce n'est plus ton visage !
C'est la fille d'un roi,
Qu'on salue au passage ! -
Ah, s'il était ici ! ...
S'il me voyait ainsi !
Comme une demoiselle,
Il me trouverait belle.
Elle se pare du collier.
Achevons la métamorphose !
Il me tarde encor d'essayer
Le bracelet et le collier !
Elle se pare du bracelet et se lève.
Dieu! c'est comme une main qui sur mon bras se pose!
Ah! je ris de me voir
Si belle en ce miroir !
Est-ce toi, Marguerite ?
Réponds-moi, réponds vite ! -
Ah, s'il était ici ! ...
S'il me voyait ainsi !
Comme une demoiselle,
Il me trouverait belle.
Marguerite, ce n'est plus toi,
Ce n'est plus ton visage,
Non! c'est la fille d'un roi,
Qu'on salue au passage.

Operas Arias Composers

Contenu sponsorisé 

32
Répondre en citant  
Re: Les émissions estivales de France Musique -

Les émissions estivales de France Musique     Page 3 sur 4

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Accueil / France Musique

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum