Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Musique » « Comme si vous y étiez » de Jérémie Rousseau

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Accueil / France Musique

« Comme si vous y étiez » de Jérémie Rousseau    Page 1 sur 2

Bas de page ↓   

1
Répondre en citant  
L'émission ''Comme si vous y étiez'' de Jérémie Rousseau - le Jeu 06 Aoû 2015, 09:08

Dans le fil Des idées pour France Culture le Mar 04 Aoû 2015, 07:10, le facétieux (et un peu paresseux quoique matinal) 36pseudos sous le nom
Souffle du matin a écrit:(...)  la série de Jérémie Rousseau intitulée " Comme si vous y étiez ", qu'on peut toujours écouter sur " France Musique " en podcast car l'émission n'a vécu que l'espace d'une saison .Même si elle ne répond pas à la forme que vous suggérez, pratiquée sur des radios hors nos frontières , elle vaut le coup d'oreille ( je me souviens particulièrement d'une , à cause du titre...audacieux !...ouvrez bien vos oreilles..." Le  Diable s'habille en Padre Soler "- c'est trop amusant ! ).(...)

Et comment, elle vaut le coup ! J'ai écouté deux fois votre recommandation « Le diable s’habille en Padre Soler » et l'on note immédiatement la patte professionnelle de France Musique version haut de gamme. Il faut dire que Jérémie Rousseau, en plus d'avoir une diction et un débit adaptés à son sujet, de connaître la musique et d'être pédagogue, est entouré de la fine fleur des collaborateurs de la station. Il faut en effet le rappeler, toute émission est un travail d'équipe et les noms cités en fin d'émission (sans garantie d'orthographe), Géraldine Prutner réalisatrice, entourée d'Adrien Roque, Philippe Palarès et Véronique Kerdilès, sont indispensables à la mise en voix du sujet par Jérémy Rousseau.

On est loin du Continent Musiques d'été sur France Culture avec Amaury Chardeau narrant en direct (mais pourquoi ?) laborieusement et avec un intérêt feint, l'Odyssée baroque.

Exceptionnellement, France Musique a laissé l'accès en podcast à cette défunte émission de 2014. En règle générale, un mois après la diffusion il ne reste que l'écoute à la demande. Téléchargeurs mélomanes ne pas s'abstenir.



Dernière édition par Philaunet le Dim 21 Aoû 2016, 07:50, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

2
Répondre en citant  
Rameau, Monteverdi - le Ven 07 Aoû 2015, 09:24

Confirmation de l'impression donnée dans le post précédent : l'émission Comme si vous y étiez (sept 2013 - juin 2014) de Jérémy Rousseau vaut que l'on y prête les deux oreilles (surtout si l'on a écouté ceci et cela par hasard).

Jérémy Rousseau conte des tranches de vie de compositeurs à la manière du savant et inégalable Gilles Cantagrel dans ses mémorables Contes du jeudi.

Que 36pseudos, qui a attiré notre attention sur cette émission, soit loué ! Et, bien qu'il ne joue visiblement pas au Loto, je lui conseille d'écouter Rameau touche le gros lot ou sinon Monteverdi verse dans la magie noire. Continent Musiques de France Culture risque évidemment de perdre un auditeur (au moins).

Voir le profil de l'utilisateur

3
Répondre en citant  
« Mozart croit en l'homme » - le Dim 27 Sep 2015, 15:18

Mozart croit en l'homme titre de l'émission Comme s vous y étiez de Jérémie Rousseau. C'est un conseil d'écoute.
Dans un autre fil, notre contributeur (en cure de repos ?)
vaticineur a écrit: (...) J'ai lu votre billet sur les textes et musique d'une radio d'ailleurs.J'aime beaucoup ça moi aussi.Souvenir d'un très lointain  " Mozart et Sade " avec Sollers comme officiant.L'année dernière sur FranceMusique il y avait une réjouissante émission (Jérémie Rousseau , je crois ) - " Comme si vous y étiez ".Ça durait 30minutes et c'était très bien fait - une anecdote de la vie d'un compositeur , bien racontée sur fond de ses musiques.Ça n'a duré qu'un an , je me demande pourquoi.L'avez-vous écoutée ?

J'avais déjà répondu entre autres dans le post 99 de ce fil, et je souhaite encore remercier Va t'y bien ou pas pour son conseil d'écoute, car chaque émission de 30 minutes mérite l'écoute : l'habile narration de Jérémie Rousseau s'entrecroise très bien avec les pièces musicales. Un joli numéro en l'occurrence.

Et pour compléter, la citation d'une lettre de François Mauriac datée du 13 novembre 1969 : « (...) Je viens de tourner le bouton de France Musique. C'est Mozart, et dans un adulte génial, l'esprit d'enfance que j'aime, qui s'est révélé à l'état pur chez tant d'amis que j'ai aimés. Ô douceur cachée des êtres ! »
Mozart et autre écrits sur la Musique Michalon, 2007, p. 172

Voir le profil de l'utilisateur

4
Répondre en citant  
« On interne Donizetti ... » - le Mer 20 Juil 2016, 21:50

Je dois à un contributeur partageur "Souffle du matin" (l'un des multiples pseudos dudit  Souffle ?) la découverte en 2015 de l'émission "Comme si vous y  étiez" de Jérémie Rousseau. Plusieurs numéros de l'émission ont déjà été mentionnés. Il se trouve que la durée en ligne de cette émission ayant vécu son unique saison en 2013-2014 arrive peu à peu à son terme.

Encore un mois pour écouter par exemple cette très belle évocation de Donizetti du 10 novembre 2013 : On interne Donizetti ..... Bien que, comme elle avait été rediffusée le 29 juillet 2014, sa durée soit prolongée jusqu'en avril 2017 selon le site de France Musique. Site qu'il faut largement saluer pour la permanence des descriptifs en ligne d'une émission arrêtée (ce n'est pas le cas pour Horizons chimériques cependant...).

Alors, vraiment "Pourquoi encore écouter France Culture ?" Smile Pour ça, diffusé dans Cultures musiques d'été ce soir à 21h ? " Des artistes conceptuels comme Sir Alice ou Judah Warsky, barrés et psychédéliques comme Aqua Nebula Oscillator ou Juan Trip sont ici chez eux. Et cohabitent le plus naturellement du monde avec les « stars » de Poni Hoax, débarqués de chez Tigersushi, virés (avant même d’avoir été signés) de chez Sony, et qui ont trouvé une structure pour sortir dans l’urgence leur album « State of war » pourtant près depuis quatre ans. Et là aussi, le flair de Peschaud fera mouche, en offrant la possibilité à l’hyper productif Nicolas Ker, chanteur des Poni Hoax, d’enregistrer son premier album."...

Voir le profil de l'utilisateur

5
Répondre en citant  
Pergolèse et Purcell par Jérémie Rousseau - le Ven 19 Aoû 2016, 16:23

Ça commence avec une légende, mais on ne sait pas que c'en est une, ça se poursuit avec la vie du musicien depuis sa naissance jusqu'à sa mort à l'âge de 28 ans, en passant par l'histoire de Naples (troisième ville européenne autour de 1730 avec 280 000 habitants, après Londres et Paris), de la musique baroque, de l'opéra, des castrats et toujours conté avec maestria par Jérémie Rousseau. La narration impeccable est agrémentée de pièces illustrant le propos et le tout dure 30 minutes. Chapeau ! De la fine fleur de production radiophonique.

C'est "Pergolese meurt mystérieusement " du dimanche 16 février 2014.

L'émission "Comme si vous y étiez" qui n'a vécu qu'une année a été signalée à plusieurs reprises dans ce fil par exemple ici à propos de Padre Soler et là sur Rameau et Monteverdi.*

J'en rajouterai une couche avec un numéro de très bonne facture sur un musicien, Purcell, qui lui aussi est mort jeune (à 35 ans) : "Purcell pleure sa reine" du dimanche 19 janvier 2014 où le contexte historique anglais de la fin du XVIIe siècle** est présenté avec art.

Les deux musiciens ont un autre point commun : il sont tous les deux morts de tuberculose (et Giovanni Battista est le seul rescapé d'une fratrie de quatre, ses frères et sœurs étant morts en bas âge). Quand on pense que certains critiquent nos 20e et 21e siècles... L'asepsie, l'hygiène et les antibiotiques en sont issus.

* Voir aussi à la journée du 20 juillet 2016 sur Regards

** La peste à Londres en 1665 (Purcell a 5 ans) : près de 100 000 morts, jusqu'à mille morts par jour au plus fort de l'épidémie.

Voir le profil de l'utilisateur

6
Répondre en citant  
Jérémie Rousseau en maître du récit radiophonique - le Mar 30 Aoû 2016, 11:54

Je ne cesse de bénir le contributeur qui, l'année dernière, a signalé l'existence de la très belle émission de Jérémie Rousseau «  Comme si vous y étiez  ».  J'ai fait état de plusieurs des numéros, tout d'abord avec « Le diable s’habille en Padre Soler » ensuite avec « Mozart croit en l'homme » et dernièrement avec deux numéros de haute volée, l'un sur Pergolèse, l'autre sur Purcell.

L'écoute de deux autres passionnants numéros Keith Jarrett se lance dans l’inconnu du 6 juillet 2014 et Gershwin joue au tennis du 15 juin 2014 m'oblige à revenir sur les ingrédients qui contribuent à la réussite de cette émission qui devrait servir de modèle.

Au nombre des qualités, donc : la voix agréable de Jérémie Rousseau ; le débit de sa parole qui nourrit le suspense et permet de s'imprégner de l'histoire ; la forme de la narration biographique toute en relief et en rebondissements ; la réalisation aux petits oignons (Jérémie Rousseau remercie en fin d'émission des personnes dont les noms ont été très souvent associés à des émissions mémorables), où l'on notera le bel équilibre entre voix et musique, tant pour la quantité que pour l'harmonie des volumes sonores respectifs (jamais de passage brusque). L'écriture de chaque émission laisse deviner un travail sérieux et concentré.

Enfin, chaque numéro de 30 minutes laisse une trace dans la mémoire et incite à écouter davantage le compositeur et à s'intéresser à son époque. Comment faire mieux ?

Plusieurs des stagiaires de l'été auraient pu tirer profit de l'art qu'a Jérémie Rousseau de parler aux auditeurs devant un micro (car certains producteurs parlent aux auditeurs, parfois comme si c'était un seul auditeur complice, et d'autres récitent leur texte pour s'en débarrasser ou encore bavardent en oubliant qu'ils sont écoutés "dans le poste"). Pas seulement des stagiaires d'ailleurs, quelques producteurs chevronnés parlent de plus en plus vite avec le temps, cherchant à faire prendre la précipitation pour de la passion. La radio culturelle exige un rythme et Jérémie Rousseau l'a trouvé et parfaitement illustré au cours de l'année 2013-2014. Dommage qu'il n'ait pu poursuivre en 2014-2015, contrairement à ce qu'il annonçait lors de la dernière émission avant l'été. Mais l'on sait ce qui s'est passé à la tête des radios publiques à l'époque...

Jérémie Rousseau présente de nouveau cette année La tribune des critiques de disques. Premier numéro annoncé Concerto pour violon de Ludwig van Beethoven. Tous à l'écoute !  



Dernière édition par Philaunet le Mer 31 Aoû 2016, 10:12, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

7
Répondre en citant  
Kurt Weill, par Jérémie Rousseau - le Mer 07 Sep 2016, 09:03

Kurt Weill se fait insulter* est l'une de ces narrations dont Jérémie Rousseau (et l'équipe de réalisation) a le secret.

Voici donc une magistrale évocation en 30 minutes de la vie et l’œuvre de Kurt Weill, originellement diffusée le 23 février 2014 dans Comme si vous y étiez. Du travail artistique soigné au niveau des grands, Dominique Jameux ou Mildred Clary, par exemple.

[son mp3="https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/musique/sons/2014/31/NET_8cdfe52b-f87d-4c1e-8c4d-5239cf657efd_FM.mp3" debut="21:32" fin="25:46"]

* L'ensemble de son œuvre est interdit par les nazis. Menacé, Kurt Weil émigre à Paris en mars 1933 .... Le 26 novembre,  lors d'un concert à la Salle Pleyel, où des extraits du Der Silbersee sont joués, le compositeur Florent Schmitt, hurle  « Vive Hitler », soutenu par une partie de la salle. Des journaux parisiens s'en prennent à Kurt Weill, notamment Lucien Rebatet qui dénonce le « virus judéo-allemand »....

** KURT WEILL
MARIE GALANTE
ENSEMBLE DREIGROSCHEN / GIOGIO BERNASCONI   / LOES LUCA
ASSAI 207192  :

Quel est donc, dedans la plaine,
Ce grand bruit, qui vient jusqu'à nous ?
On dirait un bruit de chaînes
Que l'on traîne, que l'on traîne
Que l'on traîne sur les cailloux

[Refrain]
C'est le grand Lustucru qui passe
C'est le grand Lustucru qui mangera
Tous les petits gars qui ne dorment guère
Tous les petits gars qui ne dorment pas

Quel est donc sur la rivière
Ce grand bruit qui vient jusqu'ici ?
On dirait un bruit de pierres
Que l'on jette, que l'on jette
Que l'on jette dedans un puits

[Au refrain]

L'angélus sonne sur Ballanches
Un pigeon tombe du clocher
Quel est donc ce bruit de branches
Que l'on traîne, que l'on traîne
Que l'on traîne sur le plancher ?

C'est le grand Lustucru qui passe
Et ce soir c'est moi qu'il vient chercher
Moi ce soir, parce que je ne dors guère
Moi ce soir, parce que je ne dors pas !



Dernière édition par Philaunet le Mar 24 Oct 2017, 20:48, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

8
Répondre en citant  
Les deux Johann Strauss, par Jérémie Rousseau - le Jeu 13 Oct 2016, 22:52

Une émission de Jérémie Rousseau que l'on n'est pas près d'oublier : Johann Strauss tue le père, dans le cadre des récits musicaux de 2013-2014 Comme si vous y étiez.

Ce numéro ne déroge pas à la qualité de la réalisation déjà mentionnée plusieurs fois dans ce fil. La narration du producteur est celle d'un conteur, sa synthèse de la vie et de l’œuvre du musicien choisi est prodigieuse, les lettres lues, les extraits musicaux, tout est lié dans une belle harmonie qui satisfait pleinement l'auditeur. Je recommande vivement l'écoute de ce numéro qui conte les rebondissements au sein d'une famille divisée (la mère qui entreprend de faire de son fils aîné le concurrent de son père - mort à 45 ans- pour se venger de ce dernier, quel scénario !).  

Avec un tel producteur (qui anime brillamment  La Tribune des critiques), sans parler de ses collègues (voir posts précédents), la situation de la radio culturelle française est loin d'être désespérée (grâce à France Musique).

Voir le profil de l'utilisateur

9
Répondre en citant  
« Arvo Pärt passe à l'ouest » - - le Mer 26 Oct 2016, 08:14

C'est en 1980 que le compositeur est passé à l'ouest, et en 2013 que Jérémie Rousseau a conté la vie d'Arvo Pärt avec l'art de la mise en scène et du suspense qu'on lui connaît. C'est encore une fois un numéro de Comme si vous y étiez de haute tenue. Et comme il a été rediffusé le 22 juillet 2014,  six mois d'écoute en ligne sont encore à disposition. S'en priver ne serait pas raisonnable... d''autant que des extraits de  plusieurs œuvres ont servi de générique à  des émissions mémorables de France Culture, par exemple le début de son Silentium.

Arvo Pärt passe à l'ouest

"Quelques affaires personnelles, une dizaine de valises, bizarrement très peu remplies... et c'est tout. Voilà avec quoi je pars, voilà comment je m'en vais. Derrière moi, l'essentiel, peut-être, ma vie. Les quarante-cinq premières années de ma vie."



Dernière édition par Philaunet le Ven 28 Oct 2016, 11:32, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

10
Répondre en citant  
Dvorak s'installe à New-York - le Lun 14 Nov 2016, 19:11

Pour un comparatif du New York de  1978 (Premières Nuits magnétiques de l'histoire de cette émission, un numéro de grande classe) et celui de 1893, voir Dvorak s'installe à New-York dans la brillante série de Jérémie Rousseau de 2013-2014 Comme si vous y étiez du dimanche 12 janvier 2014.


Manhattan en 1893 lorsque Dvorak arrive à New-York

Dvorak est appelé en 1893 à New York alors qu'il a 50 ans pour y  diriger le Conservatoire, enseigner et "donner des concerts incluant ses propres œuvres, des œuvres anciennes et des œuvres nouvelles que l’Amérique pourrait lui inspirer". Ce qui donnera le Quatuor américain et la Symphonie du Nouveau Monde.

Un superbe numéro comme tous ceux qu'a faits Jérémie Rousseau. On peut retrouver le présentateur en magistral animateur de La Tribune des Critiques de Disques, par exemple dans ce dernier numéro sur le Concerto pour la main gauche de Maurice Ravel du 13 novembre 2016.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


11
Répondre en citant  
Re: « Comme si vous y étiez » de Jérémie Rousseau -

« Comme si vous y étiez » de Jérémie Rousseau     Page 1 sur 2

Haut de page ↑   

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Accueil / France Musique

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum