Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Musique

Répondre au sujet

Compositeurs et musiciens    Page 1 sur 6

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Marie-Claire Alain - le Mar 05 Mar 2013, 13:24

Marie-Claire Alain, une personnalité française reconnue dans le monde entier comme la spécialiste de l'orgue. Décédée le 26 février dernier. Deux rappels impeccables de sa carrière :

http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/magazine/emission.php?e_id=65000065&d_id=515006719&arch=1

À noter pour les deux émissions, des archives immédiatement repérables. On est loin du système véritablement absurde de France Culture, irrespecteux pour le lecteur du site.

http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/horizons/emission.php?e_id=100000058&d_id=515006781&arch=1

France Musique, à bien des égards un modèle de radio culturelle, avec la plupart du temps des producteurs musiciens et musicologues savants qui connaissent parfaitement le domaine qu'ils abordent avec ou sans invités.

2
Répondre en citant  
Edgar Moreau, 18 ans. - le Jeu 21 Mar 2013, 13:23

Qui n'a pas été, en écoutant cet homme qui se dit "un adolescent comme les autres" ( ! ), tour à tour ému, enthousiasmé, estomaqué, incrédule, rendu confiant en l'avenir et infiniment reconnaissant à France Musique et Edouard Fouré Caul-Futy de l'avoir reçu et questionné, n'est pas... sensible.

http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/parti-jouer/emission.php?e_id=105000067&d_id=515005279&arch=1

Edgar Moreau, 18 ans, violoncelliste et pianiste. Une maturité é-norme et hors norme, une voix, une langue, une intelligence, une expérience. Impressionnant.

Et l'on se demande pourquoi à France Culture, on n'aurait pas une émission où un spécialiste du domaine de l'invité recevrait un jeune architecte, un jeune mathématicien, un jeune peintre, un jeune naturaliste ou encore un jeune ébéniste ou un astronome (h/f).

"Né en 1994 à Paris, le tout jeune Edgar Moreau commence le violoncelle à quatre ans avec Carlos Beyris ainsi que le piano, instrument pour lequel il obtient son prix au Conservatoire de Boulogne-Billancourt en 2010."

3
Répondre en citant  
Re: Compositeurs et musiciens - le Jeu 21 Mar 2013, 16:37

C'est vrai que France Musique nous surprend, nous auditeurs de FC, par ces portraits de jeunes musiciens doués et travailleurs. A FC, un jeune est en difficulté, en perpétuelle interrogation de son rapport par rapport au rapport du monde numérique  (quand il ne se drogue pas à la térébenthine), du monde des marques, du monde de l'addiction, de l'indignation etc.
Je crois que la réponse est simple : ces jeunes doués et travailleurs sont les représentants d'une élite qui se reproduit, d'un insupportable système de caste discriminant, d'un échec de la médiocrité pour tous. Ils ne samplent pas, ils ne graffent pas, ils interprètent des oeuvres de compositeurs disparus, ils ne revendiquent rien, ils réussissent. Voilà qui est en totale contradiction avec la fiction narrative que France Culture nous assène jour après jour. Le jour où Sonia Kronlund mettra les pieds dans un conversatoire, ce sera pour demander son chemin...

4
Répondre en citant  
Re: Compositeurs et musiciens - le Jeu 21 Mar 2013, 21:53

Yann Sancatorze a écrit:C'est vrai que France Musique nous surprend, nous auditeurs de FC, par ces portraits de jeunes musiciens doués et travailleurs. A FC, un jeune est en difficulté, en perpétuelle interrogation de son rapport par rapport au rapport du monde numérique (quand il ne se drogue pas à la térébenthine), du monde des marques, du monde de l'addiction, de l'indignation etc.
Je crois que la réponse est simple : ces jeunes doués et travailleurs sont les représentants d'une élite qui se reproduit, d'un insupportable système de caste discriminant, d'un échec de la médiocrité pour tous. Ils ne samplent pas, ils ne graffent pas, ils interprètent des oeuvres de compositeurs disparus, ils ne revendiquent rien, ils réussissent. Voilà qui est en totale contradiction avec la fiction narrative que France Culture nous assène jour après jour. Le jour où Sonia Kronlund mettra les pieds dans un conversatoire, ce sera pour demander son chemin...
On voit que vous avez lu votre Bourdieu (et que vous ne l'avez pas encore digéré, contrairement au personnel de FC qui en a fait son pain quotidien...).

Et encore n'avez-vous pas mentionné que la Kronberg Akademie, cet organisme "which offers an elite study program for young soloists" (cachez ce mot "élite" qu'on ne saurait voir), était financée par d'horribles sponsors, banques, entreprises et fondations privées ! Bref le maudit héritier qu'est ce jeune homme doué qui va avoir le privilège (ouh là, cessez vous dis-je !) de partager avec seulement 14 autres musiciens du monde entier l'enseignement de cette "Académie" est une sorte d'accapareur...

À noter qu'Édouard Fouré Caul-Futy qui mène l'entretien est devenu, très jeune, un producteur incontournable de la chaîne. Chanteur, musicien accompli, professeur, personnalité iconoclaste et dynamique, ce gros travailleur, doué pour mettre tous ses invités à l'aise, anime aussi le Matin des Musiciens le lundi à 11h.

Sur l'Académie Kronberg, plutôt l'anglais que l'allemand, je suppose : http://www.usfriendskronbergacademy.org/front_content.php?idcatart=706

5
Répondre en citant  
Jeunes jeunisme jeunesse (Dubo Dubon...) - le Mar 17 Sep 2013, 07:27

La fine fleur de la jeunesse contre le jeunisme vaniteux et les jeunes en rupture de ban.

C'est France Musique contre France Culture. Une station culturelle (la première citée) qui s'intéresse à ces jeunes doués et travailleurs contre une autre station culturelle qui présente complaisamment, par exemple, la soûlographie de quelques étudiants rennais (Les pieds sur terre - Soirées étudiantes à Rennes, par Nicolas Ruffault (date de diffusion : 14/04/2011) in http://www.franceculture.fr/emission-france-culture-50-ans-de-radio-les-echos-de-la-societe-2-2013-07-30 ).

C'est la première qui poursuit son travail de promotion de la fine fleur de la jeunesse pratiquant un instrument de musique ou le chant avec la présentation de Pauline Haas, harpiste, en conversation avec Édouard Fouré Caul-Futy (qui rit  un peu trop souvent pour ponctuer, mais ses qualités sont indéniables).

Un entretien où l'on entend une jeune femme réfléchir à son art et au sens de son activité. Une parole adulte, posée et inspirante. Après cette écoute, comme après celle d'Edgar Moreau, jeune violoncelliste de 18 ans, qui nous époustoufla par sa maturité, on a une autre image de la jeunesse (que celle donnée par le tribunal de Bobigny, lieu fréquent d'enregistrement de divers documentaires de France Culture).

http://www.francemusique.fr/emission/le-parti-d-en-jouer/2013-2014/pauline-haas-harpiste-09-15-2013-00-00

Pauline Haas
Harpiste

► BIOGRAPHIE :

Née en février 1992 à Strasbourg, Pauline Haas donne son premier récital à 11 ans. Elle remporte le 1er prix du Concours Lily Laskine junior (2005), ainsi que le prix de la meilleure interprétation de l'oeuvre contemporaine imposée (Aubade, de Nicolas Bacri). Elle est à ce jour la seule harpiste française à avoir remporté ce prix.

En 2011, ses études au Conservatoire National Supérieur de Paris sont couronnées par un master avec Mention très bien, avec un an d'avance. Pauline se produit en récital, en soliste avec orchestre et en formations de chambre et participe à de nombreux de festivals tels Arles, Besançon, La Roche Posay, Vivarais-Lignon, Septembre Musical de l'Orne, Harpe en Avesnois, Musique en roue libre, Musicales de Colmar...

C'est aussi une artiste engagée, qui installe volontiers sa harpe dans les hôpitaux, les écoles, les médiathèques, les musées ... Son ouverture et sa curiosité l'amènent à explorer de nouveaux répertoires, par des associations originales avec le contre-ténor Leandro Marziotte, le hautboïste Philippe Tondre, les ondes Martenot et le Glassharmonica de Thomas Bloch... et à écrire de nombreuses transcriptions.

Elle suscite les créations de compositeurs comme Michèle Reverdy, et réalise des performances avec d'autres artistes comme le plasticien Sauveur Pascual, ou le comédien Maxime Pacaud. Elle joue également la harpe baroque (harpe triple), la harpe automatique, la harpe celtique, la harpe paraguayenne, et la harpe électroacoustique.

Pauline Haas a été nommée dans la catégorie Révélation Soliste Instrumental, en 2012, aux Victoires de la Musique classique à Paris.

6
Répondre en citant  
Billie Holiday chante ''Strange Fruit'' - le Mar 24 Sep 2013, 22:22

Le 24 09 2013, dans le fil « Fiction »
Fontaine a écrit: (...) "Stange fruit", tapez cela sur internet et pastillez-vous la version de Billie Holiday sur YT vous n'allez pas en croire vos oneilles pour ceux qui ne connaissent pas, la beauté de cette femme, sa voix...
(...) ...et la version en public offerte par R Machard , qui chantait ?

le blues vous tienne en émoi !
La version qu'avait proposée Renaud Machart de "Strange fruit" était également interprétée par Billie Holiday. C'était dans un cabaret de New York, si ma mémoire est bonne (car Renaud Machart, le spécialiste de musique américaine tant classique que jazz ou blues a souvent diffusé des chansons prises sur le vif dans les cabarets de la ville). Je me rappelle avoir été saisi  au fur et à mesure que j'entendais les paroles chantées avec un tel déchirement par Billie Holiday.

Maintenant, grâce à vous (ou à cause de vous), je suis en train de réécouter un numéro (2h, quand même...) de « Paysage composé » de 2006, en espérant (sans illusion) y trouver la pièce qui n'apparaît pas dans ma liste (incomplète) des descriptifs de cette émission. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin, car je n'ai pas que ce seul numéro sans copie des détails... Passons, et RDV en 2014 pour l'information (peut-être).

7
Répondre en citant  
Alexandra Soumm, violoniste - le Lun 30 Sep 2013, 21:23

On voulait signaler pour Fontaine un passage de l'émission du 24 mars dernier consacrée à Alexandra Soumm dans Le parti d'en jouer.

Ce passage se trouve entre 45'50 et 50'50. Il y a du Ferré dans l'air, et c'est  bien amené.

On voulait aussi ajouter que la poésie dite plus tard par la violoniste Alexandra Soumm est très au-delà de ce que l'on peut entendre dans la déballage de bibi-yotek de Richeux.

On aurait aimé renvoyer vers la page de cette émission avec la réécoute.

Oui, mais...

France Musique a rénové son site à la manière du bombardement de Dresde : on a tout rasé.

Absence d'émissions en écoute au-delà des dernières, absence de descriptifs des émissions que des auditeurs auront podcastées, donc plus aucune référence, plus aucun lien vers des pages personnelles d'invités, plus de bibliographie. Elle est pas belle la vie pour l'auditeur de France Musique après la tabula rasa ?

On offre toute notre reconnaissance à qui met la main sur la page de cette émission (après la reconstruction du site en 2014 ou 2015 ? On se demande par ailleurs si France Musique ne serait  pas en procès avec l'équipe qui a détruit le précédent site de grande qualité pour en faire un magazine glamour online...)

On voulait aussi nuancer notre jugement vis-à-vis d'Edouard Fouré Caul-Futy  qui désormais sous-chancellise, ricane et réussit à dire une quinzaine de fois « votre papa » et pas une seule fois « votre père » en s'adressant à son invitée de 24 ans (on n'a pas compté les « votre maman »).

Les questions bêtes, la syntaxe pauvre, l'élocution précipitée, les reformulations inutiles après une question au lieu d'attendre la réponse, les interruptions de l'invitée, la voix enrouée, tout cela signe un phénomène bien connu et observable à France Culture (on pense, entre autres, à Emmanuel Laurentin en 2012) : la fatigue due au surmenage.

Ne pas savoir dire non est difficile quand on est demandé, mais la grande quantité d'engagements se fait toujours, sans exception, au détriment de la qualité. Être professeur, producteur de plusieurs émissions, présentateur de concerts, musicien, rédacteur, etc, c'est admirable,  mais si c'est pour en arriver à des entretiens radiophoniques qui frisent de plus en plus le ridicule, il faut lever le pied, Edouard Fouré Caul-Futy.

8
Répondre en citant  
Natacha Kudritskaya, pianiste - le Mer 26 Mar 2014, 15:13

Dans le fil des Matins sous un titre abracadabrant et dans un post truffé de smileys (qui font beuguer mon système),
Fontaine a écrit: (...) Puisque l'on est dans la musique j'ai choppé par hasard une chanson ukrainienne à la fin de lémission « le parti d'en jou(i)er » de EFC-F avecNatacha Kudritskaya I love you Cette chanson et la voix de cette pianiste sont à faire trembler Agadir. (...)

Nous l'écoute-âme. Oui, la voix de Natacha Kudritskaya, pianiste, dans ce Parti d'en jouer a un poids d'émotion qui vous transit.

La chanson diffusée (Référence : Plyve Katcha, Pikardiys’ka terciya) n'est pas anodine, puisque, selon la pianiste, c'est celle qui a été jouée aux enterrements des jeunes Ukrainiens morts lors des événements récents à Kiev.

Édouard Fouré Caul-Futy, devenu le zébulon de France Musique alors qu'il avait tant de talent, se fait un moment rembarrer par l'invitée après une question tellement emberlificotée qu'on n'avait rien compris à ce qu'il disait.

Et ce que j'aime chez les étrangers qui maîtrisent ou apprennent notre langue, c'est qu'ils n'ont aucun scrupule à dire « Je ne comprends rien du tout à ce que vous dites, quelle est votre question précisément ? ». Si l'on invitait plus d'étrangers parlant français à France Culture, les producteurs seraient sans doute plus précis et plus courts. Ce que pourrait aussi faire le nouveau directeur de Radio France, c'est envoyer tous les producteurs bavards apprendre une langue étrangère, ça leur donnerait un peu plus conscience du sens des mots, sans parler de leur prononciation et de la vitesse à laquelle ils doivent être dits.  Combien de langues étrangères les producteurs des matins, midi et soir maîtrisent-ils  parfaitement ?

9
Répondre en citant  
Portrait de Philippe Herreweghe - le Mer 23 Avr 2014, 21:27

Un beau Portrait de Philippe Herreweghe dans le Matin des Musiciens du lundi 14 avril. Un  Édouard Fouré Caul-Futy gloussant moins qu'à l'accoutumée, des extraits bien choisis et un musicien très agréable à entendre retracer sa carrière, une mémoire du siècle à archiver :  

Philippe Herreweghe, 66 ans (67 le 2 mai prochain), né à Gand (Belgique), chef d’orchestre, chef de chœur, créateur du Collegium Vocale Gent, de La Chapelle Royale, de l’Ensemble Vocale Européen, de l’Orchestre des Champs Elysées… Officier des Arts et des Lettres, « Ambassadeur culturel de Flandre », Docteur Honoris Causa de l’université catholique de Louvain, grand connaisseur de Jean-Sébastien Bach, de Roland de Lassus, de Gesualdo…

10
Répondre en citant  
Maria Callas à Lirico Spinto - le Mar 21 Juil 2015, 14:35

Suite à l'écoute de la chronique Maria Callas de 1987 dont il a été question dans le fil La chronique des chroniques (ce nom de rubrique me rappelle toujours le titre du recueil de Julio Cortazar "Cronopes et fameux"...), j'ai repris les deux beaux numéros de Lirico Spinto de l'excellent Stéphane Grant consacrés à la cantatrice. Le plus récent du 10 mai 2015 s'attache à 1955, une année dans la vie de Maria Callas.... Bonne page descriptive avec vidéos, bons enchaînements du producteur entre les pièces. Du travail solide (saluons Agnès Cathou, la réalisatrice) pour un sujet rebattu, mais pas pour les nouveaux auditeurs qui arrivent tout frais chaque jour devant leur poste ou leur tablette...

En octobre 2014, Stéphane Grant s'entretenait avec  François Rouffeteau, directeur de Warner Classics France, (il aurait été logique de le mentionner dans le descriptif par égard pour lui et son travail...) dans  Callas, nouvelle voix L'occasion ? L'intégrale en 69 CD de ses enregistrements en studio.

Afin de ne pas excéder son quota maximum de secondes de présentation, Stéphane Grant parle vite, car il a toujours des choses à dire, intéressantes de surcroît. Le corset qui contraint la parole à France Musique entraîne une augmentation de la vitesse du débit des producteurs. Un changement de nature de la station très dommageable.

Le premier passage et premier enregistrement de Maria Callas que l'on entend : Lucia di Lammermoor...

À noter, les passionnantes vidéos, notamment la première en anglais de l'émission de 2014  sur le "remastering" et la 3e, avec des sous-titres en allemand, un entretien inoubliable de 1969 avec Pierre Desgraupes et Luschino Visconti, où Maria Callas parle du travail bien fait et de la solitude. C'est saisissant. Il n'y avait pas à l'époque de ricanements et de bonne humeur forcée, de position obligée (voir l'attitude de Desgraupes, très penché), de cigarette interdite (Visconti qui froisse son paquet à un moment très émouvant, un grand moment), d'insertions de films ou de récitals dans l'image principale, etc. Une interview qui reste gravée dans la mémoire.

*******************
+ un article de 2010 où François Rouffeteau est interrogé : Le classique n'est pas soluble dans le MP3

Compositeurs et musiciens     Page 1 sur 6

Haut de page ?   

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Musique

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum