Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

« Portraits de famille » de Philippe Cassard    Page 1 sur 1

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
« Portraits de famille » de Philippe Cassard - le Lun 23 Oct 2017, 19:55

Le pianiste Philippe Cassard est une valeur sûre, un véritable pilier de France Musique. Il a animé durant dix ans une émission de haute tenue Notes du traducteur sur France Musique (432 émissions). En septembre 2015, place à « Portraits de famille » dont le projet est le suivant : "Philippe Cassard brosse le portrait d’un musicien qui lui est cher et évoque l’art de cet interprète à l’aune d’une œuvre choisie dans la discographie et les concerts d’archives".

Parmi toutes les émissions enthousiasmantes depuis la rentrée, prenons celle du 30 septembre consacrée à Jorge Bolet (1914-1990) (le premier qui dit que c'est de saison doit faire 100 lignes sur un autre numéro...) : Jorge Bolet et son fameux piano Baldwin, un virtuose d'autrefois*

On ne sait pas ce qu'il faut apprécier le plus dans cette émission, les commentaires éclairés de Philippe Cassard ou les interprétations magistrales de Jorge Bolet. Il faut écouter la pièce d'entrée, à 1'42'' : Liszt, La Vallée d'Obermann ( Années de Pélerinage), Piano Bechstein. Elle est ainsi présentée : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14503-30.09.2017-ITEMA_21450079-0.mp3" debut="00:45" fin="01:40"]

Et sa désannonce de Wagner / Liszt (Transcription), Ouverture de Tannhaüser, Carnegie Hall, 25/02/1974  et l'évocation des pianos ♪ Baldwin ♪ :  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14503-30.09.2017-ITEMA_21450079-0.mp3" debut="34:46" fin="37:03"]

Souvenir aussi de Philippe Cassard dans une série de cinq entretiens avec le baryton Wolfgang Holzmair, son complice depuis de nombreuses années et qu'il faudra signaler dans la rubrique idoine, ici le numéro 1  : Wolfgang Holzmair, précédé trois ans auparavant d'un numéro emballant de L'été du Matin des musiciens du jeudi 10 juillet 2014, 30 ans aux côtés des chanteurs 4/10 : Wolfgang Holzmair.

* Né en 1914, modelé par Josef Hofmann, Leopold Godowski et Moriz Rosenthal, Jorge Bolet, d'origine latino américaine privilégiait le grand style romantique, à travers le temps et le travail, il devint un grand élu du piano !  

2
Répondre en citant  
De Cassard à Bolet, un rapide voyage d'hiver - le Sam 04 Nov 2017, 06:25

Merci Phil' pour ce rappel. J'ignorais la nouvelle émission de P. Cassard  ! Et je vais de ce pas rattraper mon retard. J'ai le souvenir d'une série de 2010 du Matin des musiciens, c'était le mercredi, quatre émissions axées sur la dernière sonate de Schubert, la sublime D960, 1h30 à chaque fois, dont les deux premières uniquement consacrées au 1er mouvement. Trois heures pour décortiquer 20 à 25mn de musique... Cassard évoque des oeuvres qui annoncent cette dernière sonate, lieder, précédentes sonates D958 et 959. On a des extraits de disques, mais aussi des exemples au piano, toujours passionnants. Où comment de la 958 à la 960, Schubert en Wanderer perdu d'avance, descend toujours un peu plus en lui-même. Et quelle analyse du trille, comparé à une bête dans la jungle (à la Henry James, je dirais) qui guette le voyageur et trépigne, comme prête à jaillir. Tigre, Ô Tigre...

(Pour ses extraits discographiques, son choix  de Brendel(que je trouve plat dans Schubert et qui, en plus, parce qu'il trouve le 1er mouvement trop long (!) escamote la reprise !) et de  Kempff (plaisant mais pas bouleversant) m'étonnent.Quant à Serkin en 71 à Londres, là oui je prends, mais tout ça est très subjectif. Moi j'aurais mis aussi Richter (Olympia ou Pragua) avec une option sur Staier (Teldec) et son incroyable version sur pianoforte. Mais tel le wanderer je m'égare. Il faudrait, si j'en avais le talent, proposer une écoute comparée des grandes versions de cette 960, un portrait de famille, en somme.)

Je reste avec Schubert, et dérive vers Bolet. Je réécoute souvent un disque un peu difficile à trouver, qui a pourtant bénéficié d'une seconde vie en série éco : L'avant dernière sonate de Schubert D959, couplée avec D784.


On sait que le sommet dans cette sonate est le 2e mouvement Andantino, mélancolique et tragique à la fois. Même si ma préférence va toujours à Serkin, la version de Bolet est d'une grande beauté. Qu'on en juge en écoutant la vidéo Youtube, Andantino à  12:10:



On peut écouter le disque entier en allant faire un tour sur Spotify :
https://open.spotify.com/track/4uriHMxQk3KipzUUqKbdkH

Cassard a aussi décortiqué la D959 en 2013 encore à l'écoute ici :
https://goo.gl/ESYyje
et là :
https://goo.gl/kBQHWz

(Je peux fournir les émissions de 2010 sur les D958 & 960...)

« Portraits de famille » de Philippe Cassard     Page 1 sur 1

Haut de page ?   

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum