Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Vu sur le site franceculture.fr    Page 4 sur 5

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Vu sur le site franceculture.fr - le Lun 30 Oct 2017, 17:03

Rappel du premier message :

Textes incompréhensibles, sujets obsessionnels, etc.

Texte de  La Méthode scientifique par Nicolas Martin Oiseaux migrateurs, ils ne perdent pas le nord 30/10/2017.

"Inlassablement, instinctivement, grâce à un système de navigation à la fois inné et acquis mais année après année, les populations d’oiseaux migrateurs décroissent, leur transhumance étant rendue de plus en plus complexe par le dérèglement climatique, les ondes électromagnétiques, la pollution ou l’emploi de pesticides qui les empoisonnent leur nourriture."

"Pourquoi certaines espèces d’oiseaux migrent-elles ? A quelle période se produit la migration ? où vont-ils ?"

"Quelles sont les différentes stratégies de migration ?"

"Comment arrivent-il à se repérer ?"
* * *

31
Répondre en citant  
''Car nous voulons la Nuance encor'' (Verlaine) - le Jeu 08 Fév 2018, 07:43

Tout a été dit sur la manière tendancieuse de présenter les inégalités dans le rapport de l'ONG Oxfam et pourtant l'émission classée dans la catégorie "Savoirs" (on se pince) Matières à penser par Dominique Rousset, reprenait les chiffres fallacieux pour argent comptant (et mécontent) dans le numéro du 31/01/2018 : " Où en sommes-nous avec la solidarité ?" avec un invité idéal à qui France Culture a piqué le titre de sa gazette : Nicolas Duvoux Professeur de sociologie à l'université Paris 8 Vincennes Saint Denis, rédacteur en chef de La Vie des Idées et membre de l'Observatoire national de la Pauvreté et de l'Exclusion sociale.

La photo de la page fournie par l'AFP est un classique : une tente de sans-abri devant une banque.

Extrait du descriptif qui ne s'embarrasse pas de nuances (et de trop de réalité) :

Un nouveau rapport  sur les inégalités dans le monde vient de paraitre au mois de janvier, cette fois celui d’OXFAM, une organisation internationale de développement (90 pays) qui tente de mobiliser le pouvoir citoyen contre la pauvreté. Et de nouveau ces chiffres énormes, absurdes et accablants : 82 % des richesses créées dans le monde l'année dernière ont bénéficié aux 1 % les plus riches, alors que la situation n'a pas évolué pour les 50 % les plus pauvres. Mieux :  le nombre de milliardaires a connu l'année dernière sa plus forte hausse de l'histoire, avec un nouveau milliardaire tous les deux jours. Une progression de 762 milliards de dollars en douze mois ! Soit sept fois le montant nécessaire pour mettre fin à la pauvreté extrême dans le monde. En voulons-nous encore ?  Ceci peut-être : Les femmes occupent les emplois les plus difficiles et les plus mal rémunérés tandis que la quasi-totalité des grandes fortunes sont entre les mains d'hommes. (...)

On aurait pu mettre ce billet dans le fil "Le paradigme idéologique de France Culture". En tous les cas, l'évolution de carrière de Dominique Rousset est notable, elle la finit droit dans les bottes politiques fournies à chacun des producteurs par la direction de la station.

Cette émission de la catégorie "Savoirs" (soupir...) proposait de la grande musique : Mademoiselle K chante "Solidaires".

32
Répondre en citant  
''L'éternel de sa dénonciation'' - le Mer 14 Fév 2018, 08:17

"Syd matters mise sur le désir de dépouillement plutôt que sur l’injonction à jouir. Se faisant [sic], il signe la possibilité d’une île, comme dit l’écrivain, mais d’une île qui émet et se fait entendre par l’entier archipel des coeurs mélancoliques et des chercheurs de beauté. C’est ainsi que Syd matters s’ouvre à nos sens."

"Si ce voyage imaginaire est l’occasion pour Dante d’exposer la violence de son époque, c’est bien l’effroyable humanité qui est ici mise à nue et qui donne à cette oeuvre son caractère intemporel. C’est ce dernier aspect qui a guidé notre adaptation. Nous avons fait le choix d’extraire l’oeuvre de son contexte religieux et politique pour mettre en avant sa poésie visuelle, son pouvoir de suggestion et l’éternel de sa dénonciation."

Garanti et labellisé pur France Culture...

L'Atelier fiction 13/02/2018
 

33
Répondre en citant  
France Culture et la délicatesse : ''Dans deux heures, je te défonce'' - le Mer 14 Fév 2018, 16:15

Vu en tête de liste, dans la colonne "Les plus consultés", un titre qui signe la nouvelle approche de France Culture pour la promotion de ses émissions : "Dans deux heures, je te défonce". L'émission ? Devinez son nom : il commence avec "Pieds" et se termine avec "terre".

34
Répondre en citant  
Le médiateur à Serge Tisseron (imaginaire) - le Sam 17 Fév 2018, 13:12

Matières à penser* par Serge Tisseron (16/02/2018) :

"L’intelligence constitue aujourd’hui une très forte inégalité
que la société peine à corriger
et qu’elle ne pourra de toute façons
[sic] jamais corriger totalement
car nous naissons inégaux."


Médiateur Bruno Denaes** : Je profite de votre message incompréhensible, comme quelques autres que nous recevons quotidiennement, pour vous demander un minimum de correction à l’égard de celles et ceux à qui vous adressez remarques, critiques ou interrogations. Pourriez-vous avoir la délicatesse de relire ce que vous écrivez, afin que votre message puisse être compris? Ou n’écrivez pas… Vous perdez votre temps, puisque vous ne cherchez pas à être compris, et vous nous faites perdre le nôtre. Lorsque l’on écrit, le minimum est de se relire. Merci pour cette simple forme de correction et de politesse à l’égard de la personne à qui on s’adresse.


* https://www.franceculture.fr/emissions/matieres-a-penser-avec-serge-tisseron/vers-2080-et-au-dela

** http://mediateur.radiofrance.fr/message/partie-pris-de-madame-claude-almos/


35
Répondre en citant  
Publicité répétitive et têtes de gondole - le Dim 18 Fév 2018, 09:08

Le placement de produits, spécialité de France Culture ? Une certaine Corinne Pelluchon en profite cette semaine. Déjà mise en valeur le 8 février à la Grande table, et pour quel produit ! (voir Les grandes citations de France Culture... le Ven 16 Fév 2018), voici la philosophe du siècle (au moins) de nouveau mise en lumière dans Avis critique* (Raphaël Bourgois).

Le descriptif commence avec une phrase qui signe le France Culture d'une époque : "Ce soir  deux livres qui s’interrogent sur notre responsabilité dans la construction du commun."

Les questions, dont on remarquera la grande originalité : "pourquoi la prise en considération des enjeux environnementaux n’a-t-elle pas transformé la démocratie ? Pourquoi continuons-nous d’adopter des styles de vie qui ont un impact destructeur à la fois sur le plan écologique et social ?"

Qui est ce "nous", employé quotidiennement à France Culture pour accuser tout un chacun ? Et d'abord, quelle est l'empreinte carbone de madame Pelluchon,  on serait curieux de la connaître...

L'objet des cogitations : "il s’agit d’articuler l’écologie à une philosophie de l’existence, d’indiquer le chemin d’une possible rénovation de la démocratie."

"Transformer" / "Rénover". On échappe à "refonder" ; "rebâtir" ; "restaurer" ; "reconstruire", "réconcilier", "réparer", etc (cf. Les sujets obsessionnels).

Fin de la présentation en forme de 4e de couverture d'éditeur : "Elle s’interroge sur ce qui nous pousse à agir de la façon dont nous le faisons pour, en définitive, répondre à un véritable appel à une transformation de soi."

Pourrait-on envisager de rénover France Culture ?  De transformer la chaîne en espace de culture, de création, d'élévation de l'esprit** ? Et non d'injonctions morales ?

Peut-on réparer France Culture ?

En attendant, retour à l'effraie.


* https://www.franceculture.fr/emissions/avis-critique/par-dela-le-bien-et-le-mal

** Y 114 : "Pourquoi ne pas préférer l’élévation, la découverte, la diversité, la surprise, l’envol, la hauteur ?"

36
Répondre en citant  
Re: Vu sur le site franceculture.fr - le Mer 21 Fév 2018, 11:08

Tout le monde ne comprend pas toujours toutes les contributions (surtout celles portant des références en langue étrangère), mais  celles et ceux qui auront compris celle ci : Amusant : pensée magique et science-fiction ne seront pas étonnés de trouver sur le portail les (prétendus) "plus consultés" du début de semaine, qui montrent combien cette antenne, autrefois culturelle, est devenue une sorte de magazine généraliste orienté "bien-être et santé" :

Les plus consultés
1
La paresse est l’avenir de l’homme (2/2) : Cherchons F/H paresseux pour un poste de directeur
Une histoire particulière, un récit documentaire en deux parties
2
Pourquoi il faut relire "L'Étranger" de Camus
Université de Nantes
3
Les effets de l’amour sur le corps
Université de Nantes
4
Hélène Cixous : "L'amour ne survit pas dans la société, il faut le tenir secret, dans l'abri"
Par les temps qui courent
5
Antoine Compagnon passe le bac Blanquer
La Grande table (2ème partie)
6
Sucres, pesticides, aliments transformés : manger devient-il dangereux pour la santé ?
L'Invité des Matins
7
Contraception masculine : et si on partageait plus que du plaisir ?
Université de Nantes
8
Jean Ferrat, Joan Baez, Serge Lama... la répression du Printemps de Prague et les chars russes en 5 chansons
9
Comprendre l'autre
École Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales
10
La paresse est l’avenir de l’homme (1/2) : Les Hikikomori, se retirer pour ne rien faire
Une histoire particulière, un récit documentaire en deux parties

37
Répondre en citant  
Les grandes citations de France Culture... - le Lun 26 Fév 2018, 08:37

Noémi Lefebvre* : "Dire ce qu'on dit a du sens. Quand on dit que ça n'en a pas, méfions-nous"

Par les temps qui courent (le fameux créneau gaspillé de 21h-22h) le 14/02/2018

* L'écrivain publie "Poétique de l’emploi", aux éditions Verticales ; « un nouveau Traité de savoir survivre à l’usage des désœuvrés volontaires »…

Comme on l'a dit ailleurs, la paresse et le désœuvrement volontaire semblent constituer un nouveau créneau de conversation à France Culture, avec la valorisation qui l'accompagne, puisque c'est une "résistance" (passive, cf. la mascotte Thoreau et alli).

Citations de "l'écrivain" :

"Ce qu'on propose aux gamins de vingt ans, ce n'est pas ce qu'ils ont envie de faire. Cet absurde-là dit quelque chose de ce qu'on leur propose et de ce dans quoi ils ne veulent pas tomber. Ils ont d'autres imaginaires".

et bien sûr :

"Dans le livre, on peut imaginer une femme, un homme : rien n'indique ni le sexe, ni l'âge, ni l'identité, on sait très peu de choses sur son parcours. On est nécessairement en action, et ça c'est intéressant à fabriquer. C'est ma contrainte oulipienne : un personnage non ''genré''."


***********************

38
Répondre en citant  
Petit lupanar deviendra grand ? - le Jeu 01 Mar 2018, 09:52

Titres ou citations empruntant au champ lexical du sexe, illustrations exposant des corps alanguis (le plus souvent féminins), la page d’accueil du site de France Culture n’a pas ménagé ses efforts en ce mois de la saint Valentin pour attirer le clic et s’asseoir un peu plus sur sa mission culturelle. Comme chacun a pu s’en rendre compte depuis la nouvelle version du site mise en ligne en janvier 2016, la prolifération d’images à caractère érotique accompagnées des mots « plaisir », « émotion », « porno », ou « clitoris » (« pénis » passe moins bien) devient monnaie courante. La méthode est simple pour entretenir ce vivier de cases attrapes-clics : l’article « chaud » migre progressivement du haut en bas de la page d’accueil passant de la colonne principale (ou secondaire « les plus consultés ») à la section « Conférences », avant d’être remplacé par un nouveau « sujet ».

A l’impression désagréable laissée par ce racolage passif, opposons un comptage de ses occurrences pour savoir à quoi s’en tenir (tout ce qui a trait à l’amour proprement dit a été écarté). Concernant le mois de février 2018, la tâche s’est avérée délicate : une journée intitulée « sexe(s) et pouvoirs » a donné lieu à une recrudescence d’articles en lien. J’ai décidé de n’en retenir qu’un dans le montage de copies d’écran à dérouler ci-dessous. D’un point de vue plus général, si les mots ne laissent guère de doute quant à leur ambition, les images ne peuvent être toutes rangées dans la même catégorie. Il y a les artistiques et les autres. Autrement dit, des œuvres « autonomes » auxquelles des significations étrangères peuvent être prêtées. Et des images de commande qui correspondent à des mots-clés. Néanmoins, deux emplois d’œuvres s’opposent par exemple ci-dessous : d’un côté Bettina Rheims (09 février 2018), de l’autre Marià Fortuny (16 février 2018).


La photographie mise en avant de l’artiste Rheims devant ses propres photographies accrochées est clairement instrumentalisée : 1/ elle date de 2005 à l’occasion une autre exposition. 2/ Elle est déconnectée de l’actuelle tenue au château de Vincennes intitulée Détenues pour laquelle l'artiste a été invitée (livre préfacé par Robert Badinter). Dans cette dernière série (non vue sur place), les photographies semblent allier pudeur et délicatesse. Tout l’inverse des corps exhibés dans la vignette putàclic choisie pour le portail. A l’opposé, L’odalisque de Marià Fortuny au dessus du titre : « Le jardin parfumé : le manuel érotique arabe » représentant une femme couchée nue ne peut être suspectée d’être détournée. Mieux, son usage frôle l’honnêteté dans la mesure où l’image n’est pas tronquée ou mise en scène, et qu’elle offre la distance de la peinture, en somme que le spectateur peut l’appréhender comme telle sans avoir besoin de lecture.

Du 29 janvier au 28 février 2018, coiffées des oripeaux du savoir, ce sont 16 occurrences de sujets flirtant, jouant (Marie Curie, amoureuse vibrante, vraiment ?) ou assumant des titres et images explicites que les équipes du site de France Culture ont publiées pour stimuler l’activité de son trafic. Soit une moyenne d’une sortie tous les deux jours. Si ces mêmes équipes mettaient autant d’énergie à valoriser les nuits de France Culture, ou tout programme de l’actuelle grille qui vaille la peine d’être écouté, la page d’accueil de France Culture aurait vraiment fière allure. Quelqu’un a t-il par exemple entendu parler de la nuit spéciale Chantal Akerman diffusée le 11 février 2018 ? Non, au lieu de cela, une semaine passée à : Ecrire l'amour, dans la série documentaire (19 au 22 février 2018) elle-même précédée d'une autre consacrée au : Sexe comme objet (12-15 février 2018).

Fort heureusement, sur ce forum, Philaunet et Yann Sancatorze se démènent pour isoler des perles radiophoniques. Dernièrement, une Matinée des autres ou encore un Mardi du cinéma. Je n'oublie pas non plus les formidables comptes rendus du contributeur Fred de Rouen, décédé le mois dernier, qui méritent lecture ou relecture.

Avant de jeter un oeil aux tristes images qui suivent et si vous aimez remonter le temps, ne vous privez pas de l’écoute de cette fiction intitulée La montre magique de Jean-Paul Le Chanois (27 juin 1949).















39
Répondre en citant  
Un scénario qui coche beaucoup de cases ''FC compatibles'' - le Ven 02 Mar 2018, 18:56

Le plaisir de se réveiller à 6h30 pour écouter Le Réveil culturel par Tewfik Hakem pour un entretien avec Ahmed Tiab qui signe un polar social mettant en scène des jeunes radicalisés shootés aux vidéos de Daech à Marseille.

Les quartiers nord de Marseille sont souvent associés au trafic de drogue, aux règlements de comptes entre dealers qui à force ne font même plus la une des journaux et même sous le soleil, la misère est un puits sans fond. (...)  pour les affronter, le commissaire Massonnier et l’inspecteur Lotfi, deux flics par ailleurs amants ce qui n’est pas juste un détail quand on doit enquêter dans les quartiers nord de la cité phocéenne.

Citation : "Les deux personnages principaux sont homosexuels, au départ c’était une idée de transgression, le personnage de Lotfi est transgressif dans le sens où le fait d’être homosexuel dans le nord de Marseille, d’une famille maghrébine, qui se retrouve flic, c'était pour évoquer ce genre de paradoxe parce que le polar doit gratter un peu, être saillant, il faut créer des personnages avec des aspérités. Pour Massonnier c’est un coming-out puisqu’il découvre son homosexualité après son divorce, vit avec cet homme et se subit des problèmes avec sa fille".

C'est limpide, crédible et formidablement littéraire...

40
Répondre en citant  
''Des minutes précieuses'' à ne pas gaspiller (Fred de Rouen) - le Jeu 08 Mar 2018, 11:30

Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t849p30-vu-sur-le-site-franceculture-fr#30242) a écrit: (...) Quelqu’un a t-il par exemple entendu parler de la nuit spéciale Chantal Akerman diffusée le 11 février 2018 ? Non, au lieu de cela, une semaine passée à : Ecrire l'amour, dans la série documentaire (19 au 22 février 2018) elle-même précédée d'une autre consacrée au : Sexe comme objet (12-15 février 2018).
Les Nuits spéciales ou Nuits rêvées de personnalités qui choisissent des archives radiophoniques sont souvent très intéressantes. Celle de Chantal Akerman contenait Proust à l'écran : "La Captive" de Chantal Akerman 11/02/2018 avec cette introduction :  En 2009, France Culture proposait une série, en cinq volets, consacrée aux adaptations cinématographiques de "La Recherche" de Marcel Proust. Dans le troisième, Florence Colombani s'intéressait à "La Captive" de Chantal Akerman d'après "La Prisonnière". Florence Colombani est toujours présente à France Culture, notamment parmi les critiques de La Dispute. Sa prestation de 2009 est loin d'être convaincante.
Fort heureusement, sur ce forum, Philaunet et Yann Sancatorze se démènent pour isoler des perles radiophoniques. Dernièrement, une Matinée des autres ou encore un Mardi du cinéma. Je n'oublie pas non plus les formidables comptes rendus du contributeur Fred de Rouen, décédé le mois dernier, qui méritent lecture ou relecture.
Oui, pour voir ce qu'une plume élégante, un esprit curieux et cultivé, pouvait nous offrir comme hauteur de vue dans ses conseils d'écoute, consulter les 80 contributions de Fred de Rouen. On était alors loin des commentaires politiques militants sans intérêt qui émaillent le forum de loin en loin. Se rappeler à cet égard ce message de Fred de Rouen, déjà très malade  : "J'ai eu tort de répondre à S[...] J'ai perdu des minutes précieuses. Mais il m'énerve." Une leçon : employer ses précieuses minutes à bon escient.

41
Répondre en citant  
Les grandes citations de France Culture - le Dim 25 Mar 2018, 14:54

"l’amour est un sentiment que l’on dirige envers une personne"

Dans l'introduction de Conférences (ah, la rubrique "Les plus consultés" !)

Le reste est du même tonneau.

Contenu sponsorisé 

42
Répondre en citant  
Re: Vu sur le site franceculture.fr -

Vu sur le site franceculture.fr     Page 4 sur 5

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum