-->
Forumactif
Annonce : Le forum change d'adresse. Désormais, elle devient http://regardfc.fr
L'adresse regardfc.com sera indisponible sous peu et ne fonctionnera peut-être plus à l'avenir.

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Le programme de nuit, îlot de culture (II)

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Le programme de nuit, îlot de culture (II)    Page 2 sur 8

Bas de page ↓   

11
Répondre en citant  
Michaux - le Sam 03 Fév 2018, 17:57

Dans les Nuits du 29/01, une rediffusion intéressante sur le fond et sur la forme : "Henri Michaux est un aristocrate sanglé dans une intelligence brûlant celui qui l'approche", réalisée en 1999.
Il s'agit d'une littérature définitivement disparue, autant que celle du Grand Siècle. Un écho de l'au-delà. En écoutant, tout en écrivant ces lignes, Ono-Dit-Biot interviewant Paul Auster, on mesure le gouffre littéraire et culturel entre ces deux époques.
L'émission est globalement à recommander, car les nombreuses interventions, commentaires, et lectures de textes de Michaux donnent envie de se replonger dans les trois tomes de la Pléiade pour ceux qui le connaissent déjà, et probablement de découvrir cet auteur pour les autres.
Mais cette émission de 1999 est intéressante aussi parce qu'elle témoigne, dans la forme, d'une période de transition à France Culture.
De "la vieille école", côté positif : une durée de 1h30, nécessaire pour installer l'auditeur dans l'univers de Michaux et une élocution très claire des intervenants. Côté négatif, certaines lectures trop léchées, scénarisées, sur-jouées. Les œuvres dont les lectures sont extraites ne sont pas indiquées.
On sent également arriver le style actuel de France Culture, côté négatif : Michaux est forcément drôle, certaines interventions à propos de l'écrivain sont trop hagiographiques, et la personne évoquant l'œuvre peint de Michaux est exaspérante par son discours apprêté. Côté positif : certaines lectures sans "effets spéciaux" permettent d'entendre le fond du texte de Michaux, sans artifices.

Voir le profil de l'utilisateur

12
Répondre en citant  
Andreï Tarkovski et Jean-Sébastien Bach - le Dim 25 Fév 2018, 17:21

Mardis du cinéma - Andreï Tarkovski ou le cinéma comme icône (1ère diffusion : 07/01/1986) 13/02/2018.


Par Laurence Cossé - Avec Andreï Tarkovski, Michel Estève, Marcel Martin et Valérie Mairesse - Réalisation Isabelle Yhuel


[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-11.03.2017-ITEMA_21256244-1.mp3" debut="44:44" fin="47:30"]

Voir le profil de l'utilisateur

13
Répondre en citant  
''Une sculpture dans du temps'' (Andreï Tarkovski) - le Ven 02 Mar 2018, 21:54

Philaunet(http://www.regardfc.com/t852p10-le-programme-de-nuit-ilot-de-culture-ii#30191) a écrit:Mardis du cinéma - Andreï Tarkovski ou le cinéma comme icône (1ère diffusion : 07/01/1986) 13/02/2018.

Par Laurence Cossé - Avec Andreï Tarkovski, Michel Estève, Marcel Martin et Valérie Mairesse - Réalisation Isabelle Yhuel
(...)
Pas des propos que l'on entendra à la Dispute en 2018... Esthétique de la beauté / esthétique de la contemplation / dignité de l'homme.  Citation d'Andreï Tarkovski : "L'essence de la création au cinéma, c'est une sculpture dans du temps" [en entendant cette formule on repense au titre du recueil d'essais de Marguerite Yourcenar Le Temps, ce grand sculpteur].

En fin de pastille, comme transition avec le commentaire du film suivant de Tarkovski (Stalker à 57'), une fugue du Clavier bien tempéré de Bach.

Marcel Martin, puis Michel Estève : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-11.03.2017-ITEMA_21256244-1.mp3" debut="53:25" fin="57:07"]

Voir le profil de l'utilisateur

14
Répondre en citant  
''Peut-être l'Alsace'' ? - le Jeu 08 Mar 2018, 20:10

Dans un post très instructif du fil "Vu sur France Culture"
Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t849p30-vu-sur-le-site-franceculture-fr#30242) a écrit: (...) si vous aimez remonter le temps, ne vous privez pas de l’écoute de cette fiction intitulée La montre magique de Jean-Paul Le Chanois (27 juin 1949). (...)
En effet ! On est tout de suite captivé, merci pour le conseil.  Visez aussi la distribution donnée au début : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-10.08.2017-ITEMA_21404625-2.mp3" debut="01:28" fin="05:45"]

Voir le profil de l'utilisateur

15
Répondre en citant  
''La montre magique'' de Jean-Paul Le Chanois (27 juin 1949) - le Sam 07 Avr 2018, 17:55

Philaunet(http://www.regardfc.com/t852p10-le-programme-de-nuit-ilot-de-culture-ii#30302) a écrit:Dans un post très instructif du fil "Vu sur France Culture"
Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t849p30-vu-sur-le-site-franceculture-fr#30242) a écrit: (...) si vous aimez remonter le temps, ne vous privez pas de l’écoute de cette fiction intitulée La montre magique de Jean-Paul Le Chanois (27 juin 1949). (...)
En effet ! On est tout de suite captivé, merci pour le conseil.  Visez aussi la distribution donnée au début : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-10.08.2017-ITEMA_21404625-2.mp3" debut="01:28" fin="05:45"]
Après écoute intégrale : on est ici en présence d'un chef d’œuvre radiophonique. L'histoire de Franz qui doit, à la veille de son mariage, sous le coup d'un sortilège, revivre intégralement toute sa vie depuis son enfance, tout en en gardant le souvenir complet et sans pourtant en changer quoi que ce soit.

C'est admirablement réalisé et interprété ; l'intrigue suscite une réflexion sur le temps et le destin.

La distribution : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-10.08.2017-ITEMA_21404625-2.mp3" debut="88:57" fin="89:55"]

Voir le profil de l'utilisateur

16
Répondre en citant  
Janis Joplin, par Jeanne-Martine Vacher : France Culture à son meilleur (1995) - le Jeu 10 Mai 2018, 10:27

D'emblée Jeanne-Martine Vacher l'avoue, elle a une passion pour son sujet, une grande proximité. Et cela promet donc de la belle radio. Ce qui se confirme tout au long de ce premier numéro de Sur la route de Janis Joplin dans  'Les Nuits de France Culture' par Philippe Garbit du 29/04/2018.

Présentation par Philippe Garbit, puis le projet de Jeanne-Martine Vacher qui fut une des grandes voix de France Culture :  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-29.04.2018-ITEMA_21639698-8.mp3" debut="00:34" fin="06:47"]

La réalisation (de Monique Bailly) de cette série de 5 X 1h20' est du grand art radiophonique. Le parcours personnel de la chanteuse est inséré dans l'histoire des États-Unis et offre un riche aperçu de la musique américaine, du blues notamment.

Descriptif du premier épisode : L'émission "Nocturne" proposait en 1995 une série sur Janis Joplin : "Sur la route de Janis Joplin". Le 1er volet s'intitulait :"Naître et grandir 1943-1962". Première émission d'une série de cinq évoquant la personnalité, la vie et l'oeuvre de la chanteuse disparue le 4 octobre 1970.

Le 4 octobre 1970, Janis Joplin mourait d'une overdose d'héroïne, seule, dans une chambre du Landmark Motel à Los-Angelès. Sa mort , en ces débuts des années 70, sonnait, avec celles de Hendrix, un mois plus tôt, et de Morrison quelques mois plus tard, le glas d'une période qui, de 1962 à 1970, avait porté au paroxysme le désir violent d'une société nouvelle, d'une contre-culture construite sur la colère d'une génération nourrie par : "Sur la route" de Kerouac, les textes de Ginsberg, Marcuse, Rimbaud, Fitzgerald, Gurdjief ... qui lui avaient fait espérer en un nouvel humanisme ... Refaire le chemin qui fut le sien, tenter de saisir le sens de son parcours, c'est en quelque sorte aller à la source de mon émotion, tenter d'y articuler une pensée, une compréhension à travers un récit.

Ce récit sera nourri des témoignages de ceux, nombreux, qui, à titre divers, vécurent cette époque aux Etats-Unis, connurent et travaillèrent avec Janis Joplin.


Pour aller plus loin, le descriptif de la série Sur la route de Janis Joplin.

Voir le profil de l'utilisateur

17
Répondre en citant  
''Copernic, tout le monde s’en fout'' (Nessie) - le Dim 03 Juin 2018, 14:41

En 2014 :
Nessie(http://www.regardfc.com/t81p50-une-vie-une-oeuvre-mardi-des-auteurs#18438) a écrit: (...) Et à part ça, Copernic ? Un 'Une vie une oeuvre' ? Non, car Copernic tout le monde s'en fout.
Rassurez-vous, un petit village résiste grâce au tandem Garbit/Mourthé qui nous a proposé les trois numéros  d'"Un homme, une ville" consacrés à l'astronome polonais dans le programme d'archives des Nuits. Heureusement que le passé de cette chaîne existe...

Aussi, voyez le premier numéro de Sur les traces de Copernic à Cracovie du 08 mai 2018, présentation : "1978 |''Un homme, une ville'' proposait en 1978 une série de trois émissions intitulée ''Sur les traces de Copernic à Cracovie'' : une histoire de l'homme, du savant et de sa ville (1ère diffusion du premier volet le 31/07/1978)."

Descriptif : Dans son ouvrage Des révolutions des sphères célestes, publié l'année de sa mort en 1543, Copernic proposait un nouvel ordonnancement dans lequel le soleil, et non plus la terre, occupait  le centre de l'univers.  Mais qui était l'auteur de cette théorie révolutionnaire ? Dans cette série en trois épisodes de l'émission "Un homme, une ville" Nicolas Skrotzky enquêtait sur le savant à Cracovie, ville où il fit ses études à la toute fin du 15ème siècle. Avec Jean-Pierre Verdet, historien de l'astronomie, il éclairait le contexte dans lequel Copernic donna naissance à sa théorie et parallèlement il racontait l'histoire de la ville. L'astronome polonaise Grozyna Robinska rappelait les grandes dates de l'astronomie polonaise et évoquait les travaux de Copernic à Cracovie, sa représentation du cosmos, ses réflexions à partir des théories de Ptolémée.

Deuxième numéro : Aux origines de la pensée de Copernic à Cracovie, "Le deuxième volet nous emmenait à l'université de Cracovie fréquentée par Nicolas Copernic à la fin du 15ème siècle."

Troisième numéro : Le mystère Copernic "Nicolas Skrotzky et Jean-Pierre Verdet arpentent les bibliothèques et musées de Cracovie à la recherche de manuscrits et lettres sur le grand astronome qui fut aussi médecin et chanoine".

Extraits du 1er numéro : à quoi servait l'astronomie ? [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-08.05.2018-ITEMA_21672400-4.mp3" debut="33:57" fin="37:59"]     et l'image du monde chez Copernic avant qu'il entreprenne ses études : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-08.05.2018-ITEMA_21672400-4.mp3" debut="42:51" fin="46:22"]

Je dois l'écoute de ces trois numéros à masterkey qui nous a ouvert des perspectives vertigineuses en physique et en astronomie grâce à ses comptes rendus sur les mathématiciens, physiciens et philosophes des sciences, Henri Atlan, Alain Connes et Carlo Rovelli.

Voir le profil de l'utilisateur

18
Répondre en citant  
Emmanuel Roblès et le Don Quichotte de Cervantès - le Sam 09 Juin 2018, 08:42

Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t639p130-des-producteurs-de-france-culture#30713) a écrit:Certains producteurs de quotidiennes trouvent leur semaine parfois courte et n'hésitent pas à rendre service en pigeant ici ou en dépannant là. C'est le cas de Matthieu Garrigou-Lagrange auquel le 27e prix du premier roman Emmanuel Roblès a fait appel pour la deuxième année consécutive (...)
L'occasion de nous pencher sur l'écrivain Emmanuel Roblès que l'on peut entendre dans Les Nuits de France Culture du 22/02/2017 (20 min)

1968 |En 1968, l'écrivain et journaliste Emmanuel Roblès présentait dans la série "Le livre de chevet", "Don Quichotte de La Manche" de Miguel Cervantès. Au micro de Jean-Vincent Bréchignac, il analysait l'oeuvre et en lisait des extraits. Rediffusion dans le cadre de La Nuit spéciale - Cervantès.

On écoutera (éventuellement) avec beaucoup de patience la présentation sur-articulée (j'y apprends que Buñuel se prononce "beunuel" Smile).

Lecture du début du Quichotte en espagnol par l'écrivain, le texte en français est lu en fin d'émission, avant la chanson de... Jacques Brel, "Rêver", ajoutée par l'équipe des Nuits [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-24.04.2016-ITEMA_20966627-6.mp3" debut="03:56" fin="05:32"]

Don Quichotte, livre de chevet : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-24.04.2016-ITEMA_20966627-6.mp3" debut="06:36" fin="10:00"]

* En 1968, l'écrivain et journaliste Emmanuel Roblès présentait dans la série "Le livre de chevet" ses ouvrages préférés. Dans le troisième épisode de cette série qui en comptait dix, il présentait Don Quichotte de la Manche de Cervantès et en lisait de nombreux extraits. Emmanuel Roblès était licencié d'espagnol et fut l'un des premiers à traduire Federico Garcia Lorca. Il expliquait à Jean-Vincent Bréchignac l'importance qu'avait pour lui Cervantès dont il avait commencé à collectionner les ouvrages à l'âge dix-huit ans. Il rappelait que le Don Quichotte venait en deuxième position après la bible pour le nombre de traductions.

Voir le profil de l'utilisateur

19
Répondre en citant  
Geneviève Huttin, nuit spéciale en sa mémoire - le Sam 16 Juin 2018, 12:52

France Culture, qui aime la culture, n'est-ce pas, n'est pas allée jusqu'à relayer la nouvelle en page d'accueil (trop chargée de ballons en ce moment) : Geneviève Huttin, une voix s’envole  -  Auteur "de poèmes, animatrice et productrice à France Culture, Geneviève Huttin est morte le 21 mars. Elle avait 66 ans". LE MONDE DES LIVRES | 06.04.2018.

Nous avons eu ce 16 juin, c'était la moindre des choses Une Nuit en hommage à Geneviève Huttin 2018 |La voix, les voix, la sienne et celles des autres, auront occupé l'existence de Geneviève Huttin. Les voix du présent et du passé reliaient à l'histoire, qui la hantera toujours, cette enfant de l'après-guerre ayant grandi près de Beaune-la-Rolande et Pithiviers, avec la Lorraine pour arrière-pays.

Descriptif pour mémoire :

Geneviève Huttin se qualifiait elle-même de "classique fourvoyée chez les modernes" qui aimait la langue française "ancienne et classique". Après des études de philosophie à l'École Normale Supérieure de la rue d'Ulm, elle avait enseigné un temps, avant de quitter le professorat pour se consacrer à l'écriture. Après un premier livre, Seigneur, paru dans la collection Poésie des éditions Seghers, devenue productrice à France Culture, ses écrits seront marqués par cette expérience de femme de radio. La voix, les voix… la sienne et celles des autres, auront occupé l'existence de Geneviève Huttin. Les voix du présent et celles du passé reliaient à l'histoire, qui la hantera toujours, cette enfant de l'après-guerre ayant grandi près de Beaune-la-Rolande et Pithiviers, avec la Lorraine pour arrière-pays.

"Ma voix a eu longtemps un timbre ignoré de moi-même

Je ne le percevais pas

comme un timbre germanique

résorbé, indécelable,

mélangé à "l'autre" couleur.

Il fallait que quelqu'un vienne du plus lointain des paysages

de la Patagonie vilolente,

pour entendre ce timbre dissimulé,

m'apprendre qu'il existait,

et que j'en serai pour lui

comme pour moi,

toujours dans une intimité

interdite à moi-même, décalée dans mon être,

une histoire décalée."

C'est ce que Geneviève Huttin écrivait dans L'histoire de ma voix en 2004.

Elle parlait et écrivait juste, ce qui est rare. Et ce qui est plus rare encore, elle écoutait juste, tous les entretiens qu'elle a menés dans Les Nuits en témoignent.

Durant les vingt-cinq années de sa traversée radiophonique, elle avait tenu un journal de bord dans lequel, jour après jour, s'accumulèrent les notes à partir desquelles elle avait le projet de faire un livre. Elle en avait déjà le titre : "Longtemps nous nous sommes couchées de bonne heure, les Nuits de France culture…".

Tout à l'heure donc, une fois encore, nous nous coucherons de bonne heure après avoir, pour saluer Geneviève Huttin, écouté le programme de cette Nuit qui lui est dédiée.

   Par Albane Penaranda
   Réalisation Virginie Mourthé
   1ère diffusion : 16/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

20
Répondre en citant  
Geneviève Huttin (1952-2018) et Joseph Bernhaupt en 1998 - le Dim 17 Juin 2018, 09:08

Dernière salve (sans Regina) ce week-end, car il faut alimenter ce forum (c'est un appel désespéré...) faute de quoi il va devenir eau de boudin Smile

Aussi, je voudrais très vivement recommander une émission diffusée dans la Nuit spéciale évoquée ci-dessous
Philaunet(http://www.regardfc.com/t852p10-le-programme-de-nuit-ilot-de-culture-ii#30736) a écrit:France Culture, qui aime la culture, n'est-ce pas, n'est pas allée jusqu'à relayer la nouvelle en page d'accueil (trop chargée de ballons en ce moment) : Geneviève Huttin, une voix s’envole  -  Auteur "de poèmes, animatrice et productrice à France Culture, Geneviève Huttin est morte le 21 mars. Elle avait 66 ans". LE MONDE DES LIVRES | 06.04.2018.

Nous avons eu ce 16 juin, c'était la moindre des choses Une Nuit en hommage à Geneviève Huttin 2018 |La voix, les voix, la sienne et celles des autres, auront occupé l'existence de Geneviève Huttin. Les voix du présent et du passé reliaient à l'histoire, qui la hantera toujours, cette enfant de l'après-guerre ayant grandi près de Beaune-la-Rolande et Pithiviers, avec la Lorraine pour arrière-pays. (...)  Elle parlait et écrivait juste, ce qui est rare. Et ce qui est plus rare encore, elle écoutait juste, tous les entretiens qu'elle a menés dans Les Nuits en témoignent.
Particulièrement celui-ci qui, une fois l'écoute commencée, ne peut être lâché : Quand l'historien Joseph Bernhaupt racontait "les Malgré-nous" dont il fit partie.

En 1998, pour "Mémoires du siècle", Geneviève Hutin rencontrait l'historien Joseph Bernhaupt. Il fut un des "Malgré-nous" enrôlés de force dans l'armée allemande. "Nous n'avions pas vingt ans" est le titre de l'ouvrage qu'il consacra, en 1994, à cet épisode de la Deuxième Guerre Mondiale.

En 1998, Joseph Bernhaupt avait 78 ans. Il contait alors son histoire en partie au passé simple et ça passe comme une lettre à la poste (ce qu'il reste de celle-ci). Pan sur le bec à Erner qui ironisait il y a peu encore (ironiser sur tout c'est son fonds de commerce) sur l'usage de ce temps.

Joseph Bernhaupt est intarissable et son récit est d'une limpidité exceptionnelle pour évoquer la "grande histoire" et les destins individuels chavirés. Belle réflexion en fin d'émission sur "la marque déposée" Malgré-nous qu'il ne reprend pas à son compte, étendant par exemple la dénomination aux appelés d'Algérie. La fin de l'entretien avec une intervention de Geneviève Huttin, très discrète tout du long :  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-16.06.2018-ITEMA_21701510-5.mp3" debut="52:22" fin="54:05"]

Ceux qui aimaient autrefois entendre le duo piano-clarinette* introduisant la superbe émission Mémoires du siècle, le retrouveront ici au début de l'émission avec l'introduction de Geneviève Huttin [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-16.06.2018-ITEMA_21701510-5.mp3" debut="01:45" fin="04:40"]

**************

*Au passage, on  pourra en écouter un autre de très belle facture Glenn Gould and James Campbell play Debussy's First Rhapsody for Clarinet and Piano.

Voir le profil de l'utilisateur

21
Répondre en citant  
Re: Le programme de nuit, îlot de culture (II) - le Mer 20 Juin 2018, 12:17

Effectivement, Philaunet, émission à écouter et ré-écouter, celle sur Joseph Bernhaupt mais aussi sur la jeunesse de Geneviève et de sa sœur dans le Gâtinais. Une invitation à approfondir quelque connaissance sur l'histoire de la Lorraine, cette marche ballottée entre Frankreich et Allemagne. Issu d'une autre marche, j'avoue que, hors le mépris linguistique, "nous" avons eu davantage de chance. En revanche "nous" avons pu avoir un bon aperçu des malheurs et du rejet qui s'abattent sur les vaincus, lorsque ceux-ci, indésirables, défilent dépenaillés et misérables, tenaillés par la faim : nos frères...
Les programmes de nuit, bien qu'ils soient une "mémoire radiophonique", contiennent de bien précieux joyaux. Merci donc, Philaunet, pour votre conseil d'écoute.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


22
Répondre en citant  
Re: Le programme de nuit, îlot de culture (II) -

Le programme de nuit, îlot de culture (II)     Page 2 sur 8

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum