Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Un été avec Regis Debray    Page 1 sur 1

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Un été avec Regis Debray - le Dim 04 Oct 2009, 15:03

Pour discuter de cette série en 10 épisodes:

  1. 01/08/2009: Eloge de mes maîtres
  2. 02/08/2009: La Révolution et après?
  3. 08/08/2009: L'Intellectuel, pour quoi faire?
  4. 09/08/2009: Quand le sage montre la lune, le médiologue regarde le doigt
  5. 15/08/2009: Pour quelle République?
  6. 16/08/2009: Il était une fois la France
  7. 22/08/2009: Des dieux et des hommes
  8. 23/08/2009: Jérusalem au cœur
  9. 29/08/2009: L'œil et ses sortilèges
  10. 30/08/2009: Les mots de la fin

Pour le moment, je n'ai écouté (en podcast) que les 5 premiers épisodes.

2
Répondre en citant  
Re: Un été avec Regis Debray - le Mar 06 Oct 2009, 12:35

Salut,
Comme toi, j'ai dû écouter les cinq ou six premiers.

Ces dialogues étaient fort bien menés. Je n'apprécie pourtant pas tellement Dominique Rousset d'ordinaire, dont je trouve les questions, dans ses émissions politiques, très convenues, et très popolitiques. Elle m'avait définitivement fâché en se moquant d'un invité (J.-L. Bianco je crois), qui avait, chose étonnante, confié l'inspiration qu'avait suscité chez lui le Tractatus de Wittgenstein : à la mention du nom de l'ouvrage (donc le Tractatus logico-philosophicus), elle avait cru bon de le brocarder de la sorte : "Ah, bon, eh bien... j'espère que n'est pas écrit en latin, ce livre!". Mouais, ça tranchait d'avec Jeanneney qui passait juste avant. Le politique avait dû se croire sur France Culture, pour balancer une référence philosophique... Ah mais il y était, mince!

Mais trêve d'acidité, elle a ici eu le goût de laisser Régis Debray déployer son art langagier sur la longueur, préparé des entretiens avec des complices, qui ont permis des échanges inspirés. Le même Régis Debray, que je trouve d'ordinaire un peu facile et superficiel, qui cultive l'homophonie et le jeu de bons mots, l'esthétique de l'idée plus que sa profondeur, eh bien tout en fond plus qu'en forme dans ces émissions. Un temps atteint de la "gödelite", comme nombre d'autres intellectuels issus du monde littéraire (j'en reparlerai sûrement dans le fil de la "French Theory"), il avait dû essuyer la mise en boîte de Sokal et Bricmont, puis celle, peut-être excessive, de Bouveresse, qui s'était un peu acharné sur la légèreté dudit Debray dans "Prodige et Vertige de l'analogie", ou ici.

Quoi qu'il en soit, on trouve de l'originalité autant que de la superficialité chez Debray, et s'il aime un peu trop à mon goût les effets de manche, il les pratique bien mieux que beaucoup d'autres.

La critique qu'il délivre, dans ces entretiens, de la préséance du fast-food, fast-think et fast-forgotten de nos médias, est très bien dite, et vise juste où cela fait mal, FC n'était sûrement pas à absoudre de ces critiques. Est-ce que, Cam', Debray a pu te toucher plus et mieux que nous ne l'avons fait jusqu'ici ?

Que veux-tu savoir au sujet de Debray, sinon ? Je ne suis pas un connaisseur de son oeuvre, ni de la médiologie.
De ses bouquins, j'ai lu et apprécié (et donc te conseille) "Dieu, un itinéraire" : une histoire de Dieu (le dieu monothéiste), des juifs jusqu'aux évangélistes américains, la focale ajustée sur la technique de diffusion de l'esprit saint.
Un tout petit bouquin de géopolitique, "L'édit de Caracalla", sous forme d'une lettre écrite par un certain "Xavier de C.", défendant l'idée d'une agrégation puis intégration de l'europe à l'empire américain. Debray y joue l'avocat du diable, avec une argumentation plutôt bien développée.
Enfin, un livre d'entretien avec Jean Bricmont, "A l'ombre des lumières", où il essaye (sans y parvenir) de débrouiller ses désaccords et ses différences de conceptions d'avec l'un des deux auteurs des sulfureuses "Impostures intellectuelles" (l'autre étant Sokal), où Régis Debray était mentionné. La tentative du dialogue est une bonne idée, et les deux y font au moins preuve d'honnêteté, ce qui évite d'en arriver à un mou consensus, mais permet de mettre en lumière les points d'achoppement de deux styles de pensées. Styles dont je ne cacherai pas que je préfère celui de Bricmont, mais Debray est loin d'être ridicule dans cette confrontation.

3
Répondre en citant  
Re: Un été avec Regis Debray - le Sam 10 Oct 2009, 17:40

J'adore la 4, sur la médiologie ; je suis moins convaincue par le débat sur la laïcité, la république et la FRance ; il est un rien condescendent avec Taubira, néanmoins, je suis plus intéressée par l'optimisme sincère de la politicienne que par la pose blasée du normalien revenu de tout.

bounce

4
Répondre en citant  
A vos podcasts - le Mer 21 Oct 2009, 10:29

Debray était invité des matins ce matin. Un rien agacé par le rythme soutenu de l'émission, il m'a semblé. C'est toujours intéresant de l'entendre néanmoins. Plusiseurs points sur lesquels, dans le cadre des regards sur FC, j'aimerais avoir les avis éclairés/ants des penseurs de ce blog. J'y reviens un peu plus tard. Smile

5
Répondre en citant  
Re: Un été avec Regis Debray - le Jeu 22 Oct 2009, 15:52

L'invitation de Debray a suivi de près ton message, tu étais au courant de l'invitation ?
Je l'ai trouvé relativement égal à lui-même aux matins : tu peux comparer la version Voinchet à cette de mars avec Baddou. Régis Debray est un bon client, un invité au moins bisannuel des matins, plus d'autres émissions.
Pour la énième fois, on y a redéfini la médiologie, comme d'habitude, RD s'affilie à Platon, Balzac et Hugo. Sur le fond de son activité, c'est, comme souvent aux matins, un peu tout ce que j'ai retenu du fond : on s'en arrête aux prémices, on enchaîne ensuite sur le commentaire de l'actualité, que je suis de moins en moins attentivement.

Dans ce genre d'émission d'actualité, Debray est moins bon que dans les longueurs, comme cet été. Son côté esthète du bon mot, du jeu de mot, de la sonorité de ses phrases prend le pas sur le propos de fond. Il aime un peu trop briller à mon goût, ce qu'il fait, ceci dit, bien.

Qu'en as-tu retenu, toi? Et des quelques pistes que je t'ai fournies ?

6
Répondre en citant  
Re: Un été avec Regis Debray - le Jeu 22 Oct 2009, 21:21

Je suis Ok il brille avec goût et brio. Son CV et sa sincérité font tenir le bonhomme tout seul; c'est un intuitif puissant chez qui le fond et la forme sont indissociables, signe qu'il a du métier. Son truc, c'est le "Rapid Note", il laisse aux autres le soin de creuser, développer, analyser ... parfois ce n'est pas nécessaire, car la formule se suffit à elle même. Et ça j'adore !
Smile

7
Répondre en citant  
très intéressant, encore, encore - le Jeu 22 Oct 2009, 23:21

Et vous auriez un exemple
d'un de ces rapid-note,
un qui vous aurait
fichtrement plu
et que du coup vous auriez
développé, analysé, prolongé,
et jusqu'où ça vous a emmenée ?

8
Répondre en citant  
Re: Un été avec Regis Debray - le Lun 02 Aoû 2010, 15:27

Le problème de Régis Debray c'est son manque de modestie !

9
Répondre en citant  
Re: Un été avec Regis Debray - le Mar 03 Aoû 2010, 13:03

Mais ce qu'il dit est-il intéressant, ou non ?
Pour moi c'est ça qui compte, mais je ne l'écoute pas.
Quand je l'entends quelques secondes, c'est toujours par hasard.
et en passant j'y retrouve son ton et son style vocal dans "Chronique d'un été".

S'il a quelque chose d'intéressant à dire,
son immodestie est-elle si dérangeante que ça ?

Ce qui est terrible, c'est l'arrogance et la vanité de ceux qui n'ont rien à dire, ou alors que des sottises. Par exemple Sollers dimanche dernier au micro de Dominique Rousset, dans les 5 premières minutes il y avait tellement d'âneries et de pseudo-réflexions, que j'ai coupé. Pas tant à cause de sa vanité, mais parce qu'entendre autant de bétises en si peu de temps, ça me démotive.

L'actuelle grille d'été est la plus démotivante que j'aie jamais entendue sur France Culture...

10
Répondre en citant  
Debray ! - le Mar 03 Aoû 2010, 14:32

@Nessie a écrit:Mais ce qu'il dit est-il intéressant, ou non ?
Pour moi c'est ça qui compte, mais je ne l'écoute pas.
Quand je l'entends quelques secondes, c'est toujours par hasard.
et en passant j'y retrouve son ton et son style vocal dans "Chronique d'un été".

S'il a quelque chose d'intéressant à dire,
son immodestie est-elle si dérangeante que ça ?

Ce qui est terrible, c'est l'arrogance et la vanité de ceux qui n'ont rien à dire, ou alors que des sottises. Par exemple Sollers dimanche dernier au micro de Dominique Rousset, dans les 5 premières minutes il y avait tellement d'âneries et de pseudo-réflexions, que j'ai coupé. Pas tant à cause de sa vanité, mais parce qu'entendre autant de bétises en si peu de temps, ça me démotive.

L'actuelle grille d'été est la plus démotivante que j'aie jamais entendue sur France Culture...

Je suis d'accord avec toi concernant Sollers mais franchement quelqu'un comme Debray qui veut se faire passer pour un intellectuel libre et indépendant, cela me fait bien rire !

Il n'y a qu'à se souvenir de 1981 !

Un été avec Regis Debray     Page 1 sur 1

Haut de page ?   

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum