Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Des déficits abyssinaux et autres barbarismes amusants    Page 5 sur 9

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Des déficits abyssinaux et autres barbarismes amusants - le Lun 05 Oct 2009, 14:03

Rappel du premier message :

Je ne résiste pas à la tentation d'ouvrir un fil où on pourra relever les fautes de langage les plus cocasses, pas pour accabler leurs auteurs, seulement parce que les occasions de rire sont trop peu nombreuses.
C'est Angélique Kourounis de la rédaction qui a l'honneur d'ouvrir le ban avec  une perle de choix:   les déficits abyssinaux.
C'est vrai que du temps des négus, les finances publiques, ça ne devait pas être terrible.
Henry
* * *

41
Répondre en citant  
Re: Des déficits abyssinaux et autres barbarismes amusants - le Mer 07 Mar 2012, 02:58

Bon, puisqu'on s'est mis à alimenter ce fil de ronchonneurs, il faut admettre que FC nous fournit continûment de la matière, mais on va avoir besoin de l'alphabet phonétique international. Je sais pas s'il faudra demander au Masterkey un truc pour capter les symboles phonétiques : au moins avec un PC on peut les prendre la-bas d'un coup de copié-collé. Pour ce soir je signale deux prononciations à remarquer, dont une qui ne me surprend pas mais longue à décrire, et l'autre inattendue mais vite racontée alors je commence par celle-là :

- Caroline Broué qui dit : "notre partènariat" (ou "partainariat") à 2 reprises en 4 secondes (ouverture de la Grande Table mardi 6)

- Et puis chez Gardette mais pas seulement lui, on trouve à la tonne des "eu" aussi ouverts que le /œ/ de l'API celui qu'on trouve parfois devant une consonne terminale : dans 'oeuf', 'coeur', 'oeil', "soeur' et même dans 'hub', mais jamais si elle précède un "e" muet. Ce E très ouvert n'est pas tout à fait le schwa mais on y est presque. Je l'ai entendu ce matin chez Gardette dans "vertigineuses" ; voila ce que ça donne en mélangeant les 2 alphabets pour que ça reste lisible : /vertiʒinœz'/ . De même jadis en 2005 quand il rendait compte /dezemœt'/ -lire : "des émeutes"- , dans les deux cas imaginez ce que ça donne avec le /œ/ final aussi ouvert que vous pourriez le faire sans aller jusqu'au /ə/ (le fameux 'schwa').

Dans ce cas la voyelle a été à la fois ouverte et a migré vers l'antérieur qui est l'extérieur de la cavité buccale. C'est donc un peu comme les "A" en voix de canard que nous fait Louise Tourret, et très semblable aux 'o' trop ouverts qui fleurissent partout sur FC. Pour ces voyelles dévoyées je ne crois guère à l'explication par l'économie articulatoire, mais à l'explication écrasamment sauciale :

a) il y faut en premier lieu une faible conscience de ce qu'est une norme phaunétique et chez Gardette on a vu depuis 2003 qu'elle était carrément absente, par exemple quand il nous sort un "cette paulémique auppoz les deu partis". ( ! , ʒəmesklam)

b1) ensuite la mode pré-consciente d'un parler-branché (qui en l'occurrence imite un peu quelque accent du sud - Gardette ne serait ici coupable que d'avoir mal quitté le sien et de faire une salade de voyelles par incapacité à y arriver correctement, de là ses "hot températures" et autres "foces déclarations"). En clair : sauf pour l'incompétence de Gardette, c'est de la pure frime minable.
ou
b2) imprégnations de classe (d'âge / sociale / professionnelle / régionale càd accent) qui elles ne ressortissent pas à de la frime merdique, mais se font de manière très zélées parce que largement inconsciente ; je pense aussi que les accentuations et les lignes mélodiques particulières sont de cet ordre. Notamment dans le parler-média on a identifié depuis longtemps des "musiques de titres". Là ça devient difficile à décrire en forum, remarquez... Mais si on ne parvient pas à proposer des exemples à écouter, je pense qu'on y arrivera quand même (en donnant les notes, à jouer sur un bontempi justement je connais un type qui doit en avoir un à refourguer)

42
Répondre en citant  
Re: Des déficits abyssinaux et autres barbarismes amusants - le Mer 07 Mar 2012, 19:21

Au RenDez-VoUs de Laurent Goumarre, on entend qu'un beauf est un "bof", ce qui amoindrit considérablement la portée du qualificatif.

43
Répondre en citant  
Re: Des déficits abyssinaux et autres barbarismes amusants - le Jeu 08 Mar 2012, 08:57

Ce matin, "Aux matins", la productrice-adjointe de Voinchet a voulu "rebondir à". C'était l'émission spéciale "femmes", c'en est une, il fallait lui donner la parole. Somme toute, Voinchet est peut-être l'animateur de l'émission car il ne balance pas ce genre de bourdes.

44
Répondre en citant  
Re: Des déficits abyssinaux et autres barbarismes amusants - le Jeu 08 Mar 2012, 10:27

@Nessie a écrit:Pour ces voyelles dévoyées je ne crois guère à l'explication par l'économie articulatoire, mais à l'explication écrasamment sauciale
C'est vrai, pour les O qui s'ouvrent et se ferment en contrepied  de la règle, ton explication est plus plausible, pas de gain musculaire d'ailleurs puisqu'un O fermé à tort demande sans doute plus d'effort qu'un ouvert.

Par contre, pour "controverse", la théorie de l'économie musculaire se défend : "contr" et "verse" peuvent se prononcer le muscle orbiculaire assez relâché (on peut bien sûr contracter au moment du [on] si on tient à forcer son parler), on peut en mobiliser la partie inférieure pour le "k" mais c'est optionnel. L'O qui vient au milieu est alors le seul instant, je crois, où il faut soit forcer sur le semi-orbiculaire supérieur, soit compenser en gonflant le dos de la langue. L'affaiblir en un presque E se passe de cet effort très ponctuel.

Quoi qu'il en soit, le "moindre effort" n'est pas, c'est certain, le seul mécanisme à l'oeuvre dans l'évolution de la langue parlée. Mais j'ai l'impression que, la plupart du temps, les caractères qui s'imposent, ceux qui apparaissent et se conservent, le peuvent en raison d'un intérêt sélectif, intérêt que présentent notamment l'effort moindre, mais aussi comme le relevait Philaunet la meilleure audibilité, et donc la distinction sociale, l'appartenance à un groupe, etc..

Dans tous les cas, les individus ne sont à mon avis que les hôtes de ces prononciations, qui ont leur vie propre. Certes, comme dans le cas des virus, des hôtes actifs, avec leurs macrophages, qui peuvent lutter, avoir une certaine capacité de résistance ou d'inertie à leur transmission, mais comme tu le disais, tout ça se joue dans un théâtre situé entre le préconscient et l'inconscient.

45
Répondre en citant  
Re: Des déficits abyssinaux et autres barbarismes amusants - le Jeu 08 Mar 2012, 10:44

Pour la musique par contre, on peut toujours publier ici des partitions typique de nos producteurs préférés, puis des journalistes de la rédaction. Quelqu'un connaît-il un bon logiciel d'analyse musicale? Ca doit être jouable.

A tester en priorité : les nouveaux chemins d'Enthoven, avec son côté Castafiore ça devrait produire des partitions de compétition, et les chroniques de Cécile de Kervasdoué dont les capacités vocales ne sont plus à démontrer.

46
Répondre en citant  
Re: Des déficits abyssinaux et autres barbarismes amusants - le Jeu 08 Mar 2012, 10:51

(en complément au message de Mitsouko) Et ce qu'on remarque, c'est qu'au moment où elle prend la parole, on a l'impression d'entendre un clone des potes du ReNdEz-VoUs (l'émissions des copains), avec cette habitude qu'ils prennent de poser une question lue directement d'une fiche bristol, avec ce style écrit et ânonné : "Diriez-vous que-par-rapport-à-la-situation-blablabla." On dirait que cette nouvelle génération ne sait pas trouver de ton qui soit à la fois naturel, oral et soigné. Il n'y a que deux modes d'expression : le mode de parler "j'veux dire que du bonheur", ou la relecture scolaire de ses fiches. De quoi être inquiets pour la relève.

47
Répondre en citant  
Re: Des déficits abyssinaux et autres barbarismes amusants - le Jeu 08 Mar 2012, 16:25

Juste avant le journal de midi, Coco évoqua aujourd'hui, au sujet d'une émission à venir, le Commissariat atomique à l'énergie Smile Ses locaux sont des plus modestes.

48
Répondre en citant  
Symphonie En Thoven Mineur - le Ven 09 Mar 2012, 12:42

Pour la musique par contre, on peut toujours publier ici des partitions typique de nos producteurs préférés, puis des journalistes de la rédaction. Quelqu'un connaît-il un bon logiciel d'analyse musicale? Ca doit être jouable.

Je viens d'essayer pour les nouveaux chemins, mais ce n'est pas vraiment évident du fait de la piètre qualité du mp3 utilisé pour le test, des bruits de fond et autres distortions, mais aussi des réglages MIDI pointus pour arriver à quelque chose de précis (et puis je ne peux pas me permettre d'y passer trop de temps). Je précise que c'est mon premier essai pour ce type de "défi" et que ça a été fait rapidement...

Résultat 1 (les 3 premières images) et 2 (les autres), à partir du même fichier audio:

https://skydrive.live.com/redir.aspx?cid=6ad6d143672654ea&resid=6AD6D143672654EA!114&parid=root (Désolé mais je ne suis pas arrivé à insérer les images ici.)

C'est certain, je suis encore bien loin d'un résultat comme celui-ci:


Mais on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a.

49
Répondre en citant  
Re: Des déficits abyssinaux et autres barbarismes amusants - le Ven 09 Mar 2012, 14:06

Non! Vous l'avez fait ?

Comment rend cette partition, jouée au piano ? Vous ne voudriez pas l'exporter en mp3 et la joindre à un message par hasard?

En jetant un coup d'oeil, si ça correspond à la voix d'Enthoven, on voit qu'il aime bien marteler des petites successions sur une même note, etpaf !, enchaîner rapidement deux-trois allers retours d'une octave ou plus. Ça culmine à la mesure 10 avec un écart de plus de deux octaves !

Du Raphy en forme dirait-on  entho

Cela dit, au moins la partition que vous avez généré semble jouable. Celle de la vidéo est des plus impressionnante, mais elle requiert 81 doigts !

50
Répondre en citant  
Re: Des déficits abyssinaux et autres barbarismes amusants - le Ven 09 Mar 2012, 18:30

Je ne peux pas insérer mes fichiers au format aiff dans le corps de mon message mais j'ai tout déposé sur le lien que je vous avais déjà indiqué ( ici ).
Vous devez donc les télécharger pour les écouter.

Il ne faut pas tenir compte de la partition 2-1/2-2 qui en réalité ne fonctionne pas correctement.

J'ai réalisé d'autres variantes avec différents essais de sensibilité, mais l'outil n'est pas franchement facile à manier. Les résultats restent donc assez approximatifs.
J'ai mis l'extrait originel* (légèrement retouché dans le but de l'"améliorer" pour cet exercice mais la qualité reste... remarquable), les versions seules au piano MIDI d'après les partitions, et les mix voix/piano.
L'extrait initial étant ce qu'il est (j'ai pris le premier qui me passait sous la main et qui, de plus, était sur une vidéo youtube...), j'ai fait au mieux et le passage que j'ai choisi est le plus silencieux de tout le fichier même s'il reste en fond des bribes de mélodie. Je pense, pour ce qui est des notes répétées, qu'il pourrait s'agir d'artefacts liés à la distorsion ou à cette "nappe" qui suit sa voix. Mais ce n'est qu'une supposition.
Votre analyse du débit d'Enthoven est néanmoins très juste et elle est bien mise en relief par les mix voix/piano. On peut aussi y constater le manque de finesse de la mélodie restituée par rapport aux nuances réelles de sa diction.

Et effectivement, les partitions générées me semblent jouables avec seulement 10 doigts, voire moins.


*placé en dernier chez l'hébergeur.

51
Répondre en citant  
Raphsodie & Voinchopédie : la flûte en chantier. - le Sam 10 Mar 2012, 21:33

Après la partition brillamment encryptée par le talentueux Cynips, reste à mettre l’instrument sur le métier. En attendant les transcriptions matinales, voilà donc le voinchophone, mis au point par Luc Lebrun, luthier expérimental et fumeur de pipe (atavisme Lebrun) :



Le déplacement du voinchophone à l’occasion des 24 heures de France Culture en direct de Barbant-en-Champagne :

Des déficits abyssinaux et autres barbarismes amusants     Page 5 sur 9

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum