Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 23, 24, 25

Accueil / Web & médias

Répondre au sujet

Les ressources culturelles sur Internet    Page 25 sur 25

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les ressources culturelles sur Internet - le Jeu 27 Aoû 2009, 11:40

Rappel du premier message :

Quelles sont les bonnes adresses que vous connaissez sur Internet, dans le domaine de la diffusion de la culture et de la connaissance sur Internet? Une mise en commun des fontaines auxquelles on a l'habitude de boire sera plus que sûrement l'occasion de découvertes pour beaucoup.

Pour commencer, un des site par lesquels je passe souvent, est celui du CERIMES, le "Centre de ressources et d'informations sur les multimédias pour l'enseignement supérieur", qu'on trouve à l'adresse éponyme : http://www.cerimes.fr/.

On y trouve un catalogue de films en ligne sur nombre de domaines de la connaissance, datant des années 50 à aujourd'hui, et une possibilité de recherche mutualisée sur les catalogues de conférences vidéo et audio de l'ENS, de l'IAP, de l'UTLS, du Collège de France...

Bref, une mine quand on a envie, ça arrive, de se mettre sous la dent un savoir de type souvent universitaire, ou documentaire, et où l'on déniche facilement quelques pépites. study
* * *

241
Répondre en citant  
Orson Welles et ses jeunes années à la radio - le Dim 19 Juin 2016, 12:44

A défaut de trouver un fil approprié pour cette petite récréation :

https://youtu.be/WPAzJzGHHBw?t=21m3s

Orson Welles évoque chez Johnny Carson ses jeunes années à la radio. On y raconte quelques anecdotes de fabrication, les canulars (plus ou moins vachards) que l'on s'y faisait, les difficultés du direct (se déplacer d'un studio à un autre à l'aide d'une ambulance pour échapper à la circulation, et découvrir le script une fois devant le micro), et on y évoque la force de la fiction radiophonique.

Ce que l'on retient surtout, c'est que malgré l'atmosphère frénétique qui régnait derrière ces réalisations, c'est avant tout le savoir-faire et une certaine idée de l'artisanat radiophonique qui comptent. "Certains savent lire, ou improviser à la radio, d'autres pas. Laurence Olivier est un très mauvais comédien de radio par exemple..."

Parmi les canulars : faire tomber par terre les pages de son script pour déconcentrer son camarade de micro, les ramasser, les remettre dans l'ordre, créer la panique dans le studio, pour finalement sortir de sa poche le véritable script au moment de prendre la parole. Un milieu assez cruel et impitoyable, semble-t-il.

242
Répondre en citant  
André Guyaux sur Baudelaire au Musée d'Orsay - le Jeu 18 Aoû 2016, 18:24

Un aimable, attentif et généreux auditeur de l'ANPR a signalé les conférences du Musée d'Orsay, notamment le cycle Les Fleurs du Mal, 150 ans après : imagier, imaginaire, illustration.

Je conseille chaudement la conférence de 43 minutes du mardi 2 octobre 2007, "A propos d'Une charogne : de Cézanne à Munch" par André Guyaux, professeur à l'Université de Paris-IV-Sorbonne.

André Guyaux prend tout son temps et commente avec pédagogie quatre illustrations du poème, celles de Nadar, de Cézanne, de Rodin et de Munch.  

L'écoute ne nécessite pas de connaître les reproductions, mais la conférence a été accompagnée d'une projection des œuvres.

243
Répondre en citant  
Le livre audio /The audiobook - le Jeu 29 Sep 2016, 11:00

Ce 28 septembre, la BBC dans la séquence de quatre minutes Radio 4 in Four interrogeait le responsable d'édition de la maison Audible  pour Why are audiobooks the next big thing?.

Radio 4  n'a pas peur de promouvoir une très directe concurrence de ses lectures et fictions ! Audible propose 250 000 titres à l'achat et ça marche fort...

Apparemment France Culture n'a jamais entendu parler de livres-audios, contrairement aux autres radios culturelles publiques : SWR 2 l'allemande, par exemple, a une émission consacrée au sujet.

244
Répondre en citant  
- Allô, allô ? Ne quittez pas l'écoute. « Nous irons à Paris », de Jean Boyer - le Jeu 27 Oct 2016, 15:07

Claude-Jean Philippe (1933-2016) était interrogé par Carole Desbarats en 2012 pour À voix nue (rediffusé en septembre 2016). Dans le quatrième numéro : « Les films, la vie » (25 octobre 2012), il dit à 16'06'' :

Je me rappelle d'une conversation avec Eustache - alors là, c'est un des mystères du cinéma - qui s'est déroulée ici, d'ailleurs, chez moi. Je le voyais assez peu, je n'étais pas particulièrement lié à lui, mais on a eu une conversation sur les auteurs de films précisément. Et il me disait : « Duvivier n'est d'aucune façon est un grand cinéaste, un très grand cinéaste - c'est un très bon cinéaste. » Mais il me disait : « Pépé le Moko [1937], c'est magnifique. » Et il disait : « Il y a un film magnifique d'un type qui s'appelle Jean Boyer qui s'appelle Nous irons à Paris [1950], c'est un film formidable. » Et c'est vrai. Je l'ai revu - je l'ai enregistré même, alors que vraiment, ce n'est pas des films que j'enregistre spontanément.

Youtube nous offre l'occasion de partager ou de nuancer les avis unanimes de Jean Eustache et de Claude-Jean Philippe. Pour ma part, le doute n'est pas permis : des qualités vantées ci-dessus, je ne retiens qu'un film horripilant à mi-chemin entre le théâtre de boulevard et la comédie musicale. Mais - et c'est la raison de ce post -, le scénario mérite quelque attention.

L'histoire a pour cadre le monde radiophonique : des locaux de la chaîne parisienne (son patron désabusé et ses candidats recalés) à la radio pirate (« Ici radio X, poste clandestin »), fondée pour riposter au pouvoir de la Radiodiffusion Française. Mine de rien, les « résistants » tournent en ridicule la publicité, enregistrent à son insu et se moquent de la maréchaussée à leurs trousses, gagnent le respect de la population et par suite l'entraide d'un nombre croissant d'auditeurs suspendus à leur poste, enfin sont salués par celle-là même qui avait organisé leur perte : la chaîne parisienne.

Ce film met en scène l'aveuglement des décideurs face aux talents de jeunes musiciens. Mais l'honneur est sauf, c'est la seule femme du groupe de « Radio X », fille d'un riche industriel, qui réhabilitera toute la troupe, en intégrant la chaîne parisienne comme intervieweuse. Ah tiens.

245
Répondre en citant  
Erasme et Bâle, par Marie Barral-Baron à la Fondation Singer-Polignac - le Dim 30 Oct 2016, 10:18

Quand vous avez en vidéo les conférences  de la Fondation Singer-Polignac, celles promues par France Culture (ex. "Est-il possible de rendre l'autre amoureux ?") paraissent d'un intérêt plutôt... relatif.

La dernière conférence en ligne est intéressante à plus d'un titre : Du rêve à l'enfer : Erasme et Bâle, par Marie Barral-Baron*. Comme on le note immédiatement, on n'est pas dans l'atmosphère des émissions de divertissement de France Culture (au choix : La Dispute, Ping Pong, etc).

J'avais fait référence à une excellente conférence donnée dans ce cadre prestigieux par Nicolas Dufetel, musicologue-chercheur au CNRS (cf. ''Franz Liszt. Tout le ciel en musique. Pensées intempestives'').

À propos d'Erasme, il est aussi possible d'écouter (et de lire la transcription intégrale de l'émission) Erasmus von Rotterdam Mit Humor gegen Fundamentalismus du 28 octobre dans SWR 2 Wissen. Du solide.  


* Marie Barral-Baron Daussy Maître de conférences en histoire moderne.

246
Répondre en citant  
France Culture délègue la transmission du savoir - le Sam 15 Juil 2017, 13:17

France Culture ne sous-traite pas d'émissions à des boîtes de production comme le fait la BBC, laquelle se voit ainsi pourvue d'excellents programmes, non elle délègue la transmission du savoir aux divers instituts et universités dont elle promeut les conférences sur sa page d'accueil.

À France Culture les discussions, débats, tables rondes qui "décryptent" l'actualité socio-politique avec des producteurs et des invités qui professent de "saines" opinions, et aux institutions culturelles les présentations élaborées du savoir récent avec des chercheurs. Quoique pas toujours, vu les titres des conférences mises en avant sur le site ("Comment rendre l'autre amoureux", etc.).

Mais, comme on le sait, l'enregistrement d'une conférence publique n'est pas une émission de radio, un amphithéâtre avec 200 personnes pas un studio avec un producteur et un réalisateur. En dépit de cela, quelques brillantes individualités, les bons orateurs, les pédagogues, réussissent à intéresser l'auditeur de radio. C'est le cas, qui aurait pu en douter, avec Michel Pastoureau (voir ce nom dans la fenêtre de recherche) dans symbolique et sensibilité dans l'Occident médiéval, conférence de plus d'une heure trente donnée en avril 2017 au Palais de la découverte et Cité des sciences et de l’industrie.

Pour l'écoute d'une émission de radio avec l'historien, voir Les chemins de la connaissance  "Bleu, blanc, rouge : pourquoi ?" de 1994, rediffusée en mars de cette année. Vu comment Michel Pastoureau a été traité ces dernières années à France Culture, notamment lors d'émissions d'été mal préparées par une débutante, on peut imaginer qu'il préfère exposer seul sa grande érudition et répondre à des questions intelligentes dans un cadre plus approprié.

Les ressources culturelles sur Internet     Page 25 sur 25

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 23, 24, 25

Accueil / Web & médias

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum