Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 16 ... 32  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les journaux et la rédaction de FC    Page 1 sur 32

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les journaux et la rédaction de FC - le Mer 07 Oct 2009, 18:38

Nota Bene : autre fil connexe France Culture et les attentats

***************************
dans un autre fil, un invité inamical a écrit:z'aurez beau dire et beau faire, vous ne pourrez pas m'empêcher de penser que vous l'aimez autant que moi, cette émission, pour l'écouter aussi attentivement et la décortiquer comme vous le faite !
Ben, pas tant que ça en fait : si je l'écoutais autant que ça et aussi attentivement, ben en un mois de forum j'en serais plutôt autour de 500 posts soient 2 fois plus. Car c'est pas souvent que j'entends le journal de FC sans y relever une bourde à la limite de la faute professionnelle.

Maintenant je les noterai.
Tiens, autant ouvrir un fil sur le journal, tant qu'on y est...

A la Rédaction de FC il y a des gens qui ont gagné le respect de tous les auditeurs soucieux d'information. Et il y en a (et pas qu'un seul, et pas que des néo) je me demande franchement d'où ils sortent, où ils se croient, où ils ont appris à lire (ou à causer), qui leur a refilé une conception aussi branque du métier, et surtout je me demande :
a) comment fonctionne ce groupe pour produire autant de manipes
b) combien de temps encore il faudra supporter ce média d'opinion avant que ça ne devienne évident à tout le monde, que ces journaux de FC sont une grande entreprise de bourrage de crâne.

De cela nous parlerons dans ce fil, ami lecteur ...

2
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Mer 07 Oct 2009, 18:59

Je me permets de déplacer ici ce que j'ai posté sur un autre fil. Cela pourrait être (mais je me trompe peut-être) un début de piste pour comprendre la ligne rédactionnelle de FC.

(...)

Quand on s'y attarde, c’est fou le nombre de journalistes du Monde que FC héberge entre ses murs !

Les deux maisons semblent reliées par un cordon ombilical :

1) Alexandre Adler, même s’il a rallié depuis le Figaro, a tenu au Monde une place éminente.

2) Jérôme Jaffré, sondeur Soffres, frère d’un ancien P-DG d’Elf, qui, via l’Institut d’études politiques de Paris et ses amitiés dans la classe politique, est capable d’influer sur les humeurs du temps, au moins parmi les élites de la France d’en haut.

3) Jean-Paul Fitoussi, économiste keynésien, membre du Conseil d’analyse économique auprès d’un premier ministre, président de l’Observatoire français des conjonctures économiques et professeur à l’Institut d’études politiques.

4) Jean-Marie Colombani, bien sûr. Suivi de près par...

5) Jean-Claude Casanova, son grand ami, juriste et économiste, ancien conseiller du Premier ministre Raymond Barre, maître à penser de la droite libérale, formateur de plusieurs générations de l’élite parisienne dans ses séminaires de Science-PO.

6) Edwy Plenel, la platitude personnifiée, qui a quand même réussi, sur une chaîne culturelle, à nous faire détester Péguy toujours récurrent dans ses interventions mortifères.

7) Bruno Patino, secrétaire général du directoire du Monde de 1999 à 2000, directeur général du Monde interactif de 2000 à 2003 et Président de 2003 à 2008, il finira son beau parcours en étant élu vice-président du groupe…


Il ne manquerait plus qu’Alain Minc vienne les rejoindre pour que l’équipe soit au complet. Alors ? France Culture serait-elle devenue une succursale du Monde ?
Ou pire, un salon balladurien ? Cela sent quand même fortement les boiseries dorées et les meubles Louis-Philippe tout ça, vous ne trouvez pas ?

3
Répondre en citant  
Laude - le Mer 07 Oct 2009, 20:24

Moi j'adore les chroniques; enfin bien entendu de façon générale, hein, certaines de temps en temps me glissent totalement dessus. Mais bon, ça fait partie des petits plaisirs simples qui me font bien commencer la journée, quand je suis amusée par la grâce un peu surannée de Slama (je me souviens bien de celle sur 1968 de l'année dernière qu'il avait intitulée "des pavés aux limousines")ou quand je suis épatée par la précision des analyses des postions politiques par Duhamel (la grande série, juste avant les dernières élections présidentielles où il analysait les différents scenarios).
Adler est vraiment pointu aussi et très cultivé (bon je suis d'accord quand il graillotte son glaviot dans le micro ou qu'il est au bout de son téléphone portable dans un TGV, c'est pénible).
Kravetz est original. J'ai beaucoup ri le jour où, à propos de je ne sais plus qui, il disait "cette personne a du mal à finir ses phrases", et qu'il s'est vu répondre par Slama "cher ami, j'en connais d'autres qui ont du mal à les commencer !".
Cette ambiance club à l'anglaise est très agréable et je ne vois vraiment pas ce que vous leur reprochez. Non, vraiment le seul point faible est la fréquence quotidienne qui use un peu les capacités de concentration et qui fait que parfois on écoute ce petit monde de façon un peu machinale.
Après, on peut bien entendu être en désaccord sur le fond de ce qu'ils racontent, ces chroniqueurs, c'est certain, mais c'est un autre sujet.
Pour faire bref, elle me manqueraient, ces chroniques, si elles disparaissaient

4
Répondre en citant  
Autre contribution à préserver et à relayer - le Jeu 22 Oct 2009, 14:24

Ce texte, déposé ailleurs qu'ici, répondait à une question incidente contenue dans le texte du billet.
Je crois qu'il mérite d'être relayé ici.

Dans le blog Quai de Seine, en 10ème position du fil actuellement ouvert soit le 4 Oct à 10h45, un connecté qui signe Voltaire a écrit: “Ceci posé , que reste-t-il à faire pour les journalistes?”

Bonne question. Certainement pas, accaparer la programmation de France Culture.

Petite expérience d’écoute, que je livre ici, après avoir tenté de le faire ailleurs.

La rédaction de France Culture est vraiment formidable. Ce soir, dans un nouveau rendez-vous hebdomadaire, à 18h10, Les retours du dimanche (nom à vérifier), un des deux journalistes de l’émission glose pendant de longues minutes sur la volatilité de l’événement, la fatale évanescence des sujets qui deviennent à la minute suivante des non-sujets, des sujets caducs que tout le monde oublie… Bref, le journalisme, ou l’empire du vide, on est assez contents de l’entendre dire aussi clairement. Tant de minutes d’antenne pour dire au bout du compte que tout s’évapore, n’est rien que du vent, voilà qui force le respect.

Voici une émission de plus – il n’y en a jamais assez – dévolue au sacro-saint dé-cry-pe-ta-ge de l’actu – qui comme chacun sait est écrite en paléo-poldève – mais cette fois, notons la nuance, en rétro-pédalage. Revenir sur l’actu de la semaine. Bravo. Riche concept, vraiment. Il a fallu du temps et de l’effort pour y arriver. Et ce, alors même que le journaliste vient de reconnaître, en faisant le malin, que l’actualité est inconsistante et par définition immédiatement périssable.

On se demande à quoi cela peut bien servir de brasser de l’air pour rien, de meubler, meubler, meubler, de répéter cent fois ce que l’on a entendu pendant toute la semaine, de consacrer toute une nouvelle émission, à une heure de bonne audience, à mouliner les mêmes non-nouvelles (Polanski, etc etc. ). Pourquoi ne rend-on pas, d’une bonne fois pour toutes, cette chaîne à sa mission première, à savoir la culture, les œuvres, du passé ou du présent, la diffusion des connaissances ? On préférerait cent fois entendre l’ invité, dont la compétence n’est pas en cause dans un autre cadre. Quelle est l’utilité réelle de ce nouveau “machin” émission sans imagination aucune et sans doute aussi éphémère (j’en fais le pari) que feu l’agenda de la semaine de V. Lemerre ? Donner encore un peu plus de surface à l’omniprésente et écrasante rédaction de France Culture ? Ce que signale Jean Lebrun est sans doute exact. Moins les journalistes ont d’utilité sociale et intellectuelle, plus ils occupent le terrain, comme à France Culture.

Pourquoi faut-il que France Culture soit désormais la chose des journalistes ? N’y a -t-il pas d’autres chaînes pour commenter l’actualité à perte de vue ?

On attend de Monsieur Menger, le sociologue invité, qu’il prenne un jour pour objet d’étude France Culture et son évolution récente (1997- …) : la constitution d’une caste de journalistes, en lieu et place d’une variété de producteurs venant de tous les horizons, la mutation-dévoiement de ses missions premières, aux dépens d’un public qu’elle croit servir, et au seul profit de cette caste, la chute vertigineuse de qualité de la station. il aura fort à faire. Il semble, chaque jour davantage, que les universitaires ne connaissent France Culture que par les passages-éclair qu’ils y font, en invités et par une idée, largement dépassée, de sa réputation. Puisque nous autres auditeurs n’avons pas les moyens – sources, compétences – d’analyser ces phénomènes, que les chercheurs en sciences sociales, en médiologie, que sais-je, s’y collent.

Mais sans doute les universitaires ont-ils trop besoin de FC et de leurs journalistes.
(Fin de la citation - in extenso)

5
Répondre en citant  
Les journaux de FC : de plus en plus hystériques - le Ven 23 Oct 2009, 12:41

Une impression depuis quelques jours : les infos de France Culture sont de plus en plus hystériques. L'affaire Sarkozy-Epad n'y aura pas été pour rien. Hier soir au journal de 22h pour commenter le jet d'éponge du fils Sarkozy Omar Ouamane croit pouvoir résumer l'histoire en termes de "manoeuvre politique sans précédent" (pour ce qui n'est qu'une nième magouille, pas plus spectaculaire que d'autres, plutôt moins), il évoque le "camp retranché" que promettait d'être le lieu au moment du vote. Ensuite on tend le micro aux effets de manche de Montebourg, presque aussi ridicule que la déclaration solennelle du fils Sarkozy une minute plus tôt.

En assistant à toute cette mauvaise littérature et à cette inflation de métaphores toujorus orientées dans le même sens, mon impression est que nous avons maintenant non pas 2 radios en parallèle (une pour la culture + une pour l'info), mais 3 :
- les restes de la radio consacrée au savoir et à la connaissance
- une radio de magazines d'info sur l'actu saucio-éco-popolitique
- une radio d'opinion dont les journaux relayent systématiquement les conflits sociaux, et se montrent hystériques sur tout ce qui peut faire sensation. Pas seulement l'alarmisme ordinaire et l'habituel humanitarisme qui ne coute pas cher, mais la vitupération anti-sarkozyste, finalement comique car ne constitue qu'un pendant négatif à la tactique de communication de Sarko. Le résultat n'est pas si différent : on ne parle pas des choses importantes, mais de ce qui nourrit les obsessions de deux minorités : les bouffeurs de pouvoir, les militants (variante des précédents). Ou peut rêver qu'elles se neutralisent mutuellement, mais en attendant elles font deux fois plus de boucan.

Quand à ceux qui veulent du savoir et de la connaissance, on peut leur conseiller encore plus d'éviter soigneusement la fréquence à l'heure des journaux.

6
Répondre en citant  
la "rédaction" de FC - le Ven 23 Oct 2009, 15:33

Je pense qu'on pourrait créer un Indice de Jubilation des Journalistes de FC (IJJFC) : selon le titre d'info du jour, il est possible de déceler cette jubilation par :
- le ton fébrile du journaliste (qui agite ses petits poings)
- le temps passé à traiter l'info
- le nombre de commentateurs qu'on associe aux sujets (toujours de la même opinion)

Pour certains titres, on a l'impression que c'est Noël pour les journalistes de la rédaction. Toute la difficulté, pour ceux-ci, consiste à faire croire que leurs journaux éditoriaux sont de vrais journaux d'information. La structure est trompeuse : annonce des titres, développements, bobinos etc. Mais il ne s'agit, pour la plupart du temps, que de bulletins d'opinion destinés à nous tenir au courant de ce que pense la rédaction au sujet de telle ou telle question d'actualité. On pourrait appeler cela "le billet d'humeur de la rédaction".

7
Répondre en citant  
Sur le journal de dimanche midi - le Jeu 21 Jan 2010, 11:30

Lu dans le blog Quai de Seine le dimanche 17 janvier :

Entendu à l’antenne, encore une fois, ce drôle d’ “entretien” à la fin du journal de la mi-journée, entre JC Pajac et le rédacteur en chef d’Alternatives Eco : tout est préparé à la virgule, y compris les accès de fausse spontanéité (genre “ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit” suivi de 1) 2) 3) développés sans hésitation aucune et “avec le ton”). Pas de confrontation réelle, pas de contradiction, pas de mise en difficulté, que du confort… A la rédaction, on se sert d’un ami d’une publication copine pour relayer ses propres opinions. Quelle belle profession que le journalisme! Elle permet à n’importe quel individu de disposer d’une antenne nationale pour chanter sur tous les tons, directement ou indirectement, ses propres opinions. On a l’impression d’écouter les Quelques Aspects de la Pensée Contemporaine, dans le genre entretien spontané. C’est assez triste de voir France Culture se dépeindre fièrement comme radio attachée au traitement de l’actualité, alors que cette nouvelle spécialité est plombée par le réflexe institutionnalisé de la mise en forme d’opinion personnelle.

Je le reporte ici hélas sans autorisation ni signal de l'auteur, parce qu'il déclenche sur Quai de Seine une mini-polémique (d'ailleurs déviée) qui trouve une suite sur RFC pour la lire il faut clicker ici

8
Répondre en citant  
Note pour un inventaire des thèmes préférés du journal de FC - le Mer 17 Fév 2010, 11:28

Le journal de FC est de plus en plus un journal d'opinion. De façon peut-être encore plus nette depuis la reprise de septembre, on y sent un usage lourdement préférentiel de certains thèmes. Un forum comme celui-ci n'a ni la vocation ni les moyens d'une étude en profondeur, qui nécessiterait un inventaire rigoureux et une analyse de contenu. On peut parier aussi que ceux des auditeurs qui remplacent la comprenette par la calculette ne viendront pas s'y frotter.

Alors que faire ? Quelle foi accorder à des journaux qui ne nous informent d'abord que sur des thèmes choisis, et ensuite d'une façon discutable, selon un principe de manipulation en deux temps déjà bien éprouvé ? Parce que la dérive apparait en premier lieu dans le choix des thèmes que traite le journal de FC, on en commence ici l'inventaire, qui sera un sujet à suivre et fil rouge de ce fil de discussion :
=====================================================================================================================================
Journal du 16 février - 7h
1) Annoncé en ouverture : les profits des banques + mouvements sociaux dans 1 entreprise en difficulté + voyage de nicolas sarkozy en Haïti

2) Ces 3 sujets sont traités dans le journal de 7h, plus d'autres ; on trouve donc dans l'ordre chronologique des 12' :
- profits des banques
- mouvements sociaux dans 3 entreprises en difficulté
- insécurité à l'école (une brève qui introduit le sujet des matins)
- affaire d'espionnage commis par EdF sur Greenpeace
- nouvelles des 5 ex-détenus français à Guantanamo ; l'affaire est devant la justice
- voyage-éclair de nicolas sarkozy en Haïti ; déclaration du président d'Haïtien : le peuple haïtien refuse d'avance tout impérialisme sous couvert d'aide à la reconstruction (USA et Canada ici explicitement visés).
- situation internationale : retour de tension entre Syrie et Israel + déclaration du Hezbollah pour avertissement à Israël + réouverture de l'Embassade américaine en Syrie + état présent du conflit en Afghanistan, cette dernière info m'a semblé bien floue ou creuse à la manière de jadis (et peut-être maintenant encore ?) sur France-Info
- météo pour la journée

3) Remarques sur le traitement : le ton semble neutre et le contenu se présente comme factuel. Mais on peut aussi entendre du jugement implicite. Certes, sauf dans les témoignages de salariés, et la déclaration du juge pour l'affaire GreenPeace vs EdF (j'invite à écouter cette déclaration enregistrée, qu'on peut qualifier d'outrancière) il ne s'agit pas d'injonction trop lourdement assénée nous disant exactement ce qu'on doit penser. N'empêche que dans l'ensemble, ce journal est un petit festival d'accusation ciblant : les banques, le patronat, 2 grosses entreprises nationales françaises. Dans le même temps on soutient les mouvement sociaux. Les premiers ne me sont pas spécialement sympathiques, quant aux seconds je n'ai pas trop d'effort à faire pour en comprendre les motivations. Reste qu'avec cette histoire 100 fois racontée, je ne me sens guère informé sur ce qui se passe vraiment dans l'économie du pays, il faut dire qu'avec la douzaine de magazines qu'on nous propose sur FC chaque semaine sur le sujet éco-politique, il y aura largement de quoi se rattraper...

Dans l'ensemble, je ne sais pas trop comment évaluer la partie "politique internationale" (2' sur les 12 que dure l'ensemble). Mais concernant l'info intérieure à laquelle j'ajoute le sujet Haïti, je pense qu'on y trouve une série assez caractéristique de critique idéologico-morale qui, in fine, caviarde la démarche d'information ; avec cà et là quelques traits bien connus de l'enveloppe morale dans la middle-intelligentsia française (notamment la brève sur l'attente des parents ayant adopté des enfants Haïtiens, l'image de l'enfant dans cette couche sociale étant en soi un beau sujet d'étude).

Précision : je ne dis pas que ce qu'on entend est faux, ni même injustifié, je ne dis pas non plus que ce qu'on nous propose devrait être passé sous silence. Mais je me demande comment je pourrais ne pas remarquer ces choix typiques d'un journal d'opinion focalisé sur les thèmes récurrents de la lutte sociale, et qui sous prétexte d'information, envoie à la pelle de l'enquête à charge + du jugement moral-idéologique plus ou moins implicite, et joue de ce story-telling qu'on pratique à haute dose sur FC tout en nous rappelant régulièrement qu'il faut s'en méfier comme de la peste.
=====================================================================================================================================
Pas assez patient ou pas assez fou pour rééditer l'exercice lors des journaux de 8h puis de 9h, je renvoie à un épisode ultérieur, non sans signaler que c'est là ce que nous étions convenus de faire lors de la discussion du dimanche 7 avec un interlocuteur très intermittent du blog Quai de Seine, qu'on invite à nous rejoindre ici puisque les débats sont devenus là-bas trop difficiles et sujets aux interférences de quelques excités (d'ailleurs j'ai conservé et je tiens disponible le journal du dimanche 7 sur lequel nous étions convenu de faire cet exercice).

9
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Mer 17 Fév 2010, 13:32

Ouaip, difficile de traduire tout cela en statistiques, mais il est très difficile d'être surpris par un journal de la rédaction de FC. Ce pourrait être anecdotique si France Culture se consacrait pleinement à sa mission culturelle, mais l'influence des journalistes à FC rend ceux-ci prescripteurs de nombreux autres contenus et réflexes de plus en plus manifestes dans les émissions d'actualité (il y en a un paquet...). Par exemple, je suis tombé dimanche sur Tout Un Monde, de Marie-Hélène Fraïssé, qui parlait des Vietnamiens qui ont fui le régime communiste pendant la décolonisation : une heure de ronron sur la décolonisation, mais surtout une grande insistance de la part de la productrice pour dramatiser les propos de ses interlocuteurs : "mais ça a dû être déchirant", "ce déracinement a dû être d'une grande douleur etc.". Les réponses qu'elle a reçues étaient beaucoup trop sereines à son goût : "oh, non, vous savez, c'était un beau voyage, nous étions enfin libres, nous avons pu de nouveau pratiquer notre culte etc." Il était impossible de ne pas rire devant les efforts de la productrice pour intégrer à toute force sa propre lecture doliriste, qui se trouve être le type de lecture que la rédaction infuse : l’indignation téléphonée contre les mêmes cibles, le confort idéologique, la confirmation d’une construction idéologique. Il y a un mot anglais qui résume parfaitement ce type de démarche, en plus du story-telling, c’est la pratique des « narratives » : le fait d’avoir des lectures ou des visions préconstruites, et on pioche dans l’actualité pour confirmer ce qu’on a prévu. C’est de l’anti-journalisme. En ce sens (où de par ce fait), le journal de la mi-journée (c’est celui sur lequel je tombe le plus souvent) est un modèle du genre : hiérarchisation de l’info qui confortera les narratives de la rédaction (revendications sociales, faits divers isolés pour susciter la juste indignation, faux pas des « méchants », et invitation d’un copain de la presse qui viendra réciter ses réponses à des questions envoyées à l’avance, du grand journalisme donc).
J’écris assez souvent à FC pour le signaler. Ce serait intéressant de recueillir ici les réponses que la rédaction a pu envoyer aux auditeurs (pas texto, mais en substance).

10
Répondre en citant  
Catastrophisme et dolorisme sont dans une radio - Hélas aucun ne tombe à l'eau - le Ven 05 Mar 2010, 14:28

Enphiby a écrit:Je pense qu'on pourrait créer un Indice de Jubilation des Journalistes de FC (IJJFC) [... ]".
Illustration en ce moment même, avec Alberganti qui suite à la tempête Xinthia participe du catastrophisme ambiant, ne peut s'empêcher de parler de désastre avec sa satisfaction habituelle, très perceptible dans la barbe.

Dans cette exploitation basique, doloriste et catastrophiste, j'hésite franchement à attribuer une pondération à la bétise, au sadisme, et au pur goût du sensationnel

Entre parenthèses, les amerlos doivent hurler de rire de voir qu'on donne des noms à nos tempêtes comme eux à leurs ouragans. Ca revient un peu à qualifier le chat sauvage de "grand fauve de nos campagnes". Cela dit, le phénomène déborde largement France Culture donc si à FC et au Monde certains ne se sentent plus dès qu'ils peuvent faire de l'actu hystérique ils sautent sur une occasion pour laquelle il y a une demande. C'est la demande typique des espaces hyper-sécurisés, dont on sait que c'est là que les peurs souffreteuses sont les plus lancinantes.

Les journaux et la rédaction de FC     Page 1 sur 32

Haut de page ?   

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 16 ... 32  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum