Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 17 ... 32  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les journaux et la rédaction de FC    Page 2 sur 32

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les journaux et la rédaction de FC - le Mer 07 Oct 2009, 18:38

Rappel du premier message :

Nota Bene : autre fil connexe France Culture et les attentats

***************************
dans un autre fil, un invité inamical a écrit:z'aurez beau dire et beau faire, vous ne pourrez pas m'empêcher de penser que vous l'aimez autant que moi, cette émission, pour l'écouter aussi attentivement et la décortiquer comme vous le faite !
Ben, pas tant que ça en fait : si je l'écoutais autant que ça et aussi attentivement, ben en un mois de forum j'en serais plutôt autour de 500 posts soient 2 fois plus. Car c'est pas souvent que j'entends le journal de FC sans y relever une bourde à la limite de la faute professionnelle.

Maintenant je les noterai.
Tiens, autant ouvrir un fil sur le journal, tant qu'on y est...

A la Rédaction de FC il y a des gens qui ont gagné le respect de tous les auditeurs soucieux d'information. Et il y en a (et pas qu'un seul, et pas que des néo) je me demande franchement d'où ils sortent, où ils se croient, où ils ont appris à lire (ou à causer), qui leur a refilé une conception aussi branque du métier, et surtout je me demande :
a) comment fonctionne ce groupe pour produire autant de manipes
b) combien de temps encore il faudra supporter ce média d'opinion avant que ça ne devienne évident à tout le monde, que ces journaux de FC sont une grande entreprise de bourrage de crâne.

De cela nous parlerons dans ce fil, ami lecteur ...
* * *

11
Répondre en citant  
Catastrophisme et dolorisme sont dans une radio - Hélas aucun ne tombe à l'eau - le Ven 05 Mar 2010, 14:28

Enphiby a écrit:Je pense qu'on pourrait créer un Indice de Jubilation des Journalistes de FC (IJJFC) [... ]".
Illustration en ce moment même, avec Alberganti qui suite à la tempête Xinthia participe du catastrophisme ambiant, ne peut s'empêcher de parler de désastre avec sa satisfaction habituelle, très perceptible dans la barbe.

Dans cette exploitation basique, doloriste et catastrophiste, j'hésite franchement à attribuer une pondération à la bétise, au sadisme, et au pur goût du sensationnel

Entre parenthèses, les amerlos doivent hurler de rire de voir qu'on donne des noms à nos tempêtes comme eux à leurs ouragans. Ca revient un peu à qualifier le chat sauvage de "grand fauve de nos campagnes". Cela dit, le phénomène déborde largement France Culture donc si à FC et au Monde certains ne se sentent plus dès qu'ils peuvent faire de l'actu hystérique ils sautent sur une occasion pour laquelle il y a une demande. C'est la demande typique des espaces hyper-sécurisés, dont on sait que c'est là que les peurs souffreteuses sont les plus lancinantes.

12
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Ven 05 Mar 2010, 14:59

"j'hésite franchement à attribuer une pondération à la bétise, au sadisme, et au pur goût du sensationnel"

Sans doute un savant mélange des trois, auquel on peut ajouter "la certitude de la sainteté de sa propre mission", qui fait que cet esprit de sérieux, loufoque mais gravissime, reste du premier degré bétonné pour ces journalistes.

Le champion toutes catégories du ton sérieux et alarmiste, c'est Gilles Hervé, qui pourrait sans sourciller nous annoncer : "Encore une attaque surprise d'un fauve de nos compagnes, intervenu tôt ce matin, attaque qui a fait trois victimes dans la communauté des rongeurs de nos placards, communauté déjà durement touchée par une vague d'empoisonnements inexpliqués."

13
Répondre en citant  
Amok - Affaire Derrick Bird - le Mer 09 Juin 2010, 14:48

En épluchant les enregistrements de la matinée du jeudi 3 juin, je tombe sur le journal de 8h qui rend compte d’une tuerie en Grande Bretagne : une vingtaine de victimes par fusillade dans la course d’Amok d’un chauffeur de taxi nommé Derrick Bird, 52 ans. Ouais. Du fait peut-être de l’apparente absurdité de l’événement, de sa violence spectaculaire, au journal de FC on ne se prive pas de présenter la chose sous l’angle du sensationnel et de l’anxiogène. Exemplaire d’une méthode journalistique, et donc toujours aussi agaçante, cette présentation de la chose par le journal de FC, qui emboite le pas au politique, optant pour l’angle de l’inquiétude et du sécuritaire, pas nécessairement par effet de manipulation, plutôt par réflexes professionnels.


Alors qu’on pourrait (mais faut-il) dire que l’Amok est un phénomène universel, dont on n’a là qu’un épisode prélevé dans une société moderne. Ca serait déjà plus malin que de s’inquiéter sous prétexte que ça arrive somme toute assez rarement, mais non c’est le contraire : moins c’est fréquent et plus c’est sensationnel, donc moins c’est meurtrier et plus on flippe. Qui ne voit qu’il y quelque chose qui cloche dans cette pente de l’info sensationnelle... On pouvait aussi rappeler que les armes tuent moins que l’automobile, et se demander aussi, si elles ne protègeraient pas davantage de personnes qu’elles ne font de victimes ? Mais ça serait beaucoup demander à des journalistes qui préfèrent s’adresser autant que possible à l’émotion et pas trop à la jugeotte. En soi la couverture de ce fait divers à la limite du non-événement, est révélateur des dérives de l’information quand les journalistes ne veulent ou ne savent prendre le recul nécessaire. Donc ils s’abstiendront soigneusement de seulement suggérer que de telles tueries ne résument aucunement la violence dans une société, et bien plus, qu’elles en masquent les aspects les plus quotidiens.


Ici c’est moins FC qui est en cause, que les journaux en général, même si de la part de FC on pourrait attendre mieux. Mais voilà : comme il n’y a aucune référence claire et directe de l’Amok dans le Web auquel Google donne accès, alors le phénomène n’existe pas. L’article Wikipédia « Amok » est d’une indigence rare en même temps que tissé de faussetés, et par charité on ne dira rien du style infantile de sa rédaction. Sauf Pascal Ory et peut-être François Angelier (un même midi dans un Tout arrive récent), je ne crois pas avoir entendu à FC de propos intelligents sur les mass killers ni sur ces tueries, alors que la littérature ethnologique de base comprend une part d’explication du phénomène, part au moins aussi éclairante que le baratin des psychiatres ou des gens de justice. D’ailleurs, plutôt que de renvoyer à Zweig et Mauss, mieux vaudrait consulter Panoff&Perrin qui disent l’essentiel en quelques lignes.


Reste aussi à explorer la dérive sémantique, les assimilations fautives, bref l’arsenal de confusion de ce tandem médias+politique : on confond les armes avec la violence (sans faire le départ entre celle qu’elles permettent et celle dont elles préservent), un peu de la même façon qu’on a, à FC, de confondre l’argent avec l’injustice, alors que l’argent est au contraire un outil de régulation et de stabilité sociale. De même on confond une mort spectaculaire et ponctuelle mais rarissime avec le drame qui pourrait concerner tout un chacun. Enfin on confond le fait divers et l’événement.


Dans ces conditions, avec une analyse aussi absente et une conscience aussi faiblarde, faut-il encore se demander à quoi servent de tels journaux ? Non c’est pas la peine, car la réponse est évidente : au mieux le journal ne sert à rien, au pire il manipule, il divertit, il intoxique, il abrutit.

14
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Mer 09 Juin 2010, 17:42

Bonjour Nessie,
Je suis nouveau sur votre forum (et sur la liste ANPR aussi d’ailleurs)…
Ces deux anthropologues Panoff & Perrin auraient donc étudié ce type « comportement » ?
Avez vous des références (articles, livres ou autres) à partager à ce sujet ?

15
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Jeu 10 Juin 2010, 13:40

Bonjour, et bienvenue à vous sur RFC,

Je ne crois pas non, qu'aucun des deux ait travaillé précisément sur la question. Mais leur "Dictionnaire de l'ethnologie" édité chez Payot est de façon générale une référence précieuse. C'est que, bien qu'un peu ancien (1973), cet ouvrage qui fut le premier de la sorte en langue française, était et reste clair et précis. En la matière, l'entrée "Amok" est limpide, au point qu'il est tentant de s'en inspirer pour aller remanier de fond en comble la page Wikipedia correspondante. On n'en trouvera guère plus dans la référence la plus connue, celle de Marcel Mauss (injectée à la fin du chapitre "définition de la suggestion collective de l'idée de mort" dans "Sociologie et Anthropologie"), et pas plus encore je le crains, dans les écrits du même en 3 gros volumes chez Minuit ; j'ai encore à inspecter le volume 2.

Pourtant il y a des choses et des gens à lire. Voici 2 références importantes : Baechler "Les suicides", et Devereux avec les "Essais d'ethnopsychiatrie générale". Mais non sans quelque difficulté ni piège conceptuel : le mécanisme de base est plutôt simple, mais ses implications sociologiques et notamment la ritualisation, contribuent à embrouiller le tableau. Ainsi on trouve chez Jean Baechler des remarques très éclairantes mais un peu contradictoires. Pour les rendre de nouveau conciliables, il faut se déplacer hors de l'angle choisi par l'auteur. Autre difficulté : la lecture de Devereux est elle aussi enrichissante, mais on ne peut se contenter de chercher les occurrences du mot, car le propos de Devereux dépasse de loin ses micro-sujets. Néanmoins, il me semble que ces deux livres sont d'assez bonnes références à partager (là je souscris à votre formule).

A part ça, puisque le Dictionnaire de Panoff et Perrin est depuis longtemps retiré du commerce, on peut chercher (et ne rien trouver) dans le dictionnaire actuellement en usage (Bonte & Izard). Pour finir cet inventaire superficiel des sources en ethnologie, il me reste à chercher en bibliothèque quelques références connues mais incertaines, notamment un des trois volumes de Mauss.

Tout de même pour changer un peu de secteur, on peut y ajouter l'extrait fort connu de Stefan Zweig dans "Amok", à prendre comme un récit de témoin rehaussé par l'écrivain. Et puis certains témoignages de guerre qui présentent des faits ayant indubitablement une parenté même lointaine avec l'Amok, par exemple dans les souvenirs d'un médecin des tranchées "Carnets de l'aspirant Laby". Enfin je manque de motivation pour explorer sérieusement les littératures criminologique et psychiatrique, que je pratique peu et pour lesquelles j'ai une certaine méfiance. Méfiance qui, je le précise, n'est pas due à l'affaire de Fort Hood, Texas (Major Nidal Hasan, psychiatre américain ayant tué 13 personnes sur un terrain militaire - sujet du portrait quotidien de Marc Kravetz le 16 novembre dernier). Mais dans les deux cas, aussi bien criminologie que psychiatrie, je reste à la recherche d'un bon texte de synthèse, qui ne mélange pas les actes de criminels ayant des antécédents, ou ceux des serial killers, avec les courses meurtrières d'individus ordinaires passant le cap de la décompensation.

Sur le web où les recherches sont rendues difficiles par la forte présence de Zweig, je retiens cette page tirée d'un site consacré à l'ethnopsychiatrie, intitulée : la folie ailleurs.

16
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Jeu 10 Juin 2010, 17:50

Merci pour votre accueil et votre réponse exhaustive.
Vous semblez avoir une belle collection de livre d’anthropologie ! Vous avez suivi une formation d’anthropologue ?

Je m’intéresse depuis peu (presque 2 ans, sur mon temps libre) aux travaux d’anthropologues. J’ai lu un peu sur Lévi-Strauss et beaucoup plus sur René Girard. Je ne suis donc pas sans quelques idées (peut être fausses) sur les comportements humains tels que « l’Amok » (terme que je ne connaissais pas avant de vous lire).

L’article sur la « folie d’ailleurs » sur le site d’ethnopsychiatrie est intéressant. Surtout pour les données descriptives « de terrain » et pour les auteurs cités pour creuser le sujet, car je trouve que le coté explicatif est un peu faible (le normal et le pathologique relatifs à la culture, oui soit). L’auteur de cet article ne connaît il pas la théorie mimétique, et ce qu’elle implique dans le domaine culturel et comportemental ? Ou bien la rejette t il ?

Vous-même, connaissez-vous les travaux de René Girard ? N’aideraient ils pas à mieux comprendre ce comportement ?
Je vous pose cette question car à écouter France Culture, j’ai souvent le sentiment que la plus part des intellectuels connaissent parfaitement ces travaux, mais ou bien les rejettent comme Catherine Clément (tout ou parti, sans préciser vraiment) ou bien le rejoigne complètement (comme Frédéric Lenoir ?) mais sont tacitement d’accord pour ne pas soulever le sujet en public…

17
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Jeu 10 Juin 2010, 23:35

Bienvenue Basil et Salut à vous deux,
Pendant que je vous tiens sur un sujet qui n'a rien à voir avec la rédaction de FC, j'ai lu il y a bien longtemps deux bouquins de Tobie Nathan (Dieu-Dope et Saraka Bô)sur lequel vos avis éclairés me seraient bien utiles (je ne connais quasi rien à l'ethnopsychiatrie) : peut-être sur un nouveau fil ?

18
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Ven 11 Juin 2010, 09:26

Bonjour François,
En ce qui me concerne, je ne connais Tobie Nathan uniquement par ses interventions sur France Culture (son « Bon Plaisir » et intervention récente avec Antoine Mercier et Catherine Clément).
Si vous ouvrez une discussion sur son œuvre, je la suivrais volontiers… A défaut d’avoir des réponses, je pourrais peut être avoir un avis. Et dans tous les cas, j’ajouterais mes questions aux vôtres !
Bien à vous.

19
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Ven 11 Juin 2010, 10:55

Le mieux en effet serait d'ouvrir un fil, pourquoi pas dans le sous-forum "... sur l'ailleurs".

Pour René Girard, que je n'ai pas lu, il semble en effet que son oeuvre ait assez peu passé la rampe dans les sciences humaines, prises au sens strict. Mais elle a été assez bien poussée et relayée dans le domaine des essais et de la philo, par des relayeurs actifs et efficaces comme JM Domenach et JP Dupuy.

20
Répondre en citant  
Retour sur l’Amok - le Lun 21 Juin 2010, 11:44

Essayons de comprendre l’Amok dans la psychologie mimétique (de R. Girard). Dans ce cadre théorique, la psyché se structure mimétiquement et se déstructure par la rivalité mimétique entre les hommes. Pour un sujet, quand la tension générée par la rivalité est trop forte, les structures psychiques, qui le soutiennent, s’effondrent en perdant leur sens. Je pense que ce type effondrement peut très bien s’effectuer au paroxysme du sentiment de rivalité qu’éprouve le sujet, poussé à bout par ses semblables et par lui-même… Au moment même, donc, ou le sujet peut éprouver des envies de meurtre. Et bien sur, au terme de l’effondrement de la structure psychique, si le sujet n’a pas les ressources de se reconstruire, de recréer du sens, cet effondrement devient aussi mortel pour le sujet…

Généralement, les sociétés humaines non « occidentales » canalisent la rivalité générée au sein même de la société, vers un objectif extérieur au travers des formes culturelles symboliques et ritualisées (divinité, chasse rituelle, sacrifice…), permettant d’apaiser les rivalités et réconcilier la communauté. Pour les sociétés occidentalisées ou en voie de l’être, le problème se pose légèrement différemment, il est moins explicite (inconscient car refoulé ?) mais tout aussi présent.

Les critiques, questions, corrections ou compléments sont les bienvenus…
Bien à vous.

21
Répondre en citant  
Sur l'ambiance du moment présent - le Lun 18 Oct 2010, 18:28

Je n'écoute pas beaucoup les infos en général. Et je n'écoute pas le journal de FC de façon suivie, et encore moins depuis qu'il est si peu informant et aussi orienté. Depuis environ un an j'y remarque une forte tendance à relayer les mouvements sociaux de tous types et d'importance variée : petites boites, grosses boites, secteur public, entreprises privées. Et dans un style qui, me semble-t-il, cautionne toujours l'action de grève, la manife, la contestation. Pourquoi pas ? J'ai donc pris acte que la rédaction de FC se conduit comme celle d'un journal d'opinion. Donc peu crédible, et sans effet car elle ne prèche que les convertis. Certes, la tendance s'intensifie dans la période actuelle, où j'entends clairement un enthousiasme et un encouragement à la grève, en attisant vers l'extension de la contestation. N'étant pas spécialement pessimiste, je ne crois pas que l'ambiance d'insurrection qui fait partie des rêves du romantisme révolutionnaire, parvienne à bloquer le pays. Mais mon impression est que la rédaction de FC y oeuvre activement, de façon délibérée et consciemment, et cela plus que jamais. Chaque phrase indiquant l'extension du conflit social me semble marquée de valorisation positive, tandis que chaque phrase indiquant que le mouvement social ralentit ou est en phase de baisse, me semble dite de manière à comporter un regret.

J'ai conscience qu'un tel tableau ne peut m'attirer que des ennuis et de l'aigreur de la part des partisans. Les gens de droite me diront que c'est évident et que j'enfonce des portes ouvertes. En clair ils s'attacheront à me faire passer pour un con. Les militants de gauche vont une fois de plus se ramener avec un gourdin, sous prétexte que je viens d'écrire une contrib fasciste et qu'il faut m'écraser comme une punaise. Ou pour les plus mollassons d'entre eux, ils vont faire le coup du persiflage méprisant (j'en connais un, tout près d'ici, même inscrit sur RFC mais il boude, et il ne nous manque pas vraiment).

Bon. Quittons le journal : tout ça déborde un peu dans les émissions, mais là ça se fait dans les deux sens : à la Rumeur du monde et à l'Esprit Public, on dit que l'actuelle contestation est irrationnelle, inefficace, contraire au bon sens car contraire à l'intérêt des manifestants. Mais en face de Bourlange et de Casanova, la voix de Louise Touret décrit la grève comme un jeu, une fête, et de toutes façons c'est un bien en soi on pose le sac et youpi qui veut jouer à la marelle ? L'île aux enfants, en quelque sorte. J'en déduis que France Culture en tant que radio, est moins déséquilibrée que France Culture-la Rédaction. Que l'ambition de pluralisme idéologique serait respectée dans le programme de FC, et absente de la rédaction. Est-ce moi qui entend de travers ? Je ne sais pas. Je n'écarte pas cette hypothèse.

Je ne crois pas que la voix de FC, à peine audible en général, change quelque chose à l'ambiance générale du pays. Dans le meilleur des cas, les leaders locaux plus cultivés que la moyenne, écouteraient la station et se trouveraient encouragés à relayer la bonne parole de l'activisme. Mais je ne crois pas que les militants actifs soient tellement portés sur la culture, alors.... Et puis je ne reste jamais bien longtemps sur ces journaux intoxiqués. Je ne lis pas non plus le Figaro, et je n'écoute pas radio-Courtoisie (je précise ces deux points pour les imbéciles qui collent des affiches sur les murs et des étiquettes sur les gens). J'aimerais avoir dans ma radio un peu plus de culture et dans mes (rares) infos un peu plus de vraie info, et moins de guéguerre sauciale ou politique.

Les journaux et la rédaction de FC     Page 2 sur 32

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 17 ... 32  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum