Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 17 ... 32  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les journaux et la rédaction de FC    Page 3 sur 32

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les journaux et la rédaction de FC - le Mer 07 Oct 2009, 18:38

Rappel du premier message :

Nota Bene : autre fil connexe France Culture et les attentats

***************************
dans un autre fil, un invité inamical a écrit:z'aurez beau dire et beau faire, vous ne pourrez pas m'empêcher de penser que vous l'aimez autant que moi, cette émission, pour l'écouter aussi attentivement et la décortiquer comme vous le faite !
Ben, pas tant que ça en fait : si je l'écoutais autant que ça et aussi attentivement, ben en un mois de forum j'en serais plutôt autour de 500 posts soient 2 fois plus. Car c'est pas souvent que j'entends le journal de FC sans y relever une bourde à la limite de la faute professionnelle.

Maintenant je les noterai.
Tiens, autant ouvrir un fil sur le journal, tant qu'on y est...

A la Rédaction de FC il y a des gens qui ont gagné le respect de tous les auditeurs soucieux d'information. Et il y en a (et pas qu'un seul, et pas que des néo) je me demande franchement d'où ils sortent, où ils se croient, où ils ont appris à lire (ou à causer), qui leur a refilé une conception aussi branque du métier, et surtout je me demande :
a) comment fonctionne ce groupe pour produire autant de manipes
b) combien de temps encore il faudra supporter ce média d'opinion avant que ça ne devienne évident à tout le monde, que ces journaux de FC sont une grande entreprise de bourrage de crâne.

De cela nous parlerons dans ce fil, ami lecteur ...
* * *

21
Répondre en citant  
Sur l'ambiance du moment présent - le Lun 18 Oct 2010, 18:28

Je n'écoute pas beaucoup les infos en général. Et je n'écoute pas le journal de FC de façon suivie, et encore moins depuis qu'il est si peu informant et aussi orienté. Depuis environ un an j'y remarque une forte tendance à relayer les mouvements sociaux de tous types et d'importance variée : petites boites, grosses boites, secteur public, entreprises privées. Et dans un style qui, me semble-t-il, cautionne toujours l'action de grève, la manife, la contestation. Pourquoi pas ? J'ai donc pris acte que la rédaction de FC se conduit comme celle d'un journal d'opinion. Donc peu crédible, et sans effet car elle ne prèche que les convertis. Certes, la tendance s'intensifie dans la période actuelle, où j'entends clairement un enthousiasme et un encouragement à la grève, en attisant vers l'extension de la contestation. N'étant pas spécialement pessimiste, je ne crois pas que l'ambiance d'insurrection qui fait partie des rêves du romantisme révolutionnaire, parvienne à bloquer le pays. Mais mon impression est que la rédaction de FC y oeuvre activement, de façon délibérée et consciemment, et cela plus que jamais. Chaque phrase indiquant l'extension du conflit social me semble marquée de valorisation positive, tandis que chaque phrase indiquant que le mouvement social ralentit ou est en phase de baisse, me semble dite de manière à comporter un regret.

J'ai conscience qu'un tel tableau ne peut m'attirer que des ennuis et de l'aigreur de la part des partisans. Les gens de droite me diront que c'est évident et que j'enfonce des portes ouvertes. En clair ils s'attacheront à me faire passer pour un con. Les militants de gauche vont une fois de plus se ramener avec un gourdin, sous prétexte que je viens d'écrire une contrib fasciste et qu'il faut m'écraser comme une punaise. Ou pour les plus mollassons d'entre eux, ils vont faire le coup du persiflage méprisant (j'en connais un, tout près d'ici, même inscrit sur RFC mais il boude, et il ne nous manque pas vraiment).

Bon. Quittons le journal : tout ça déborde un peu dans les émissions, mais là ça se fait dans les deux sens : à la Rumeur du monde et à l'Esprit Public, on dit que l'actuelle contestation est irrationnelle, inefficace, contraire au bon sens car contraire à l'intérêt des manifestants. Mais en face de Bourlange et de Casanova, la voix de Louise Touret décrit la grève comme un jeu, une fête, et de toutes façons c'est un bien en soi on pose le sac et youpi qui veut jouer à la marelle ? L'île aux enfants, en quelque sorte. J'en déduis que France Culture en tant que radio, est moins déséquilibrée que France Culture-la Rédaction. Que l'ambition de pluralisme idéologique serait respectée dans le programme de FC, et absente de la rédaction. Est-ce moi qui entend de travers ? Je ne sais pas. Je n'écarte pas cette hypothèse.

Je ne crois pas que la voix de FC, à peine audible en général, change quelque chose à l'ambiance générale du pays. Dans le meilleur des cas, les leaders locaux plus cultivés que la moyenne, écouteraient la station et se trouveraient encouragés à relayer la bonne parole de l'activisme. Mais je ne crois pas que les militants actifs soient tellement portés sur la culture, alors.... Et puis je ne reste jamais bien longtemps sur ces journaux intoxiqués. Je ne lis pas non plus le Figaro, et je n'écoute pas radio-Courtoisie (je précise ces deux points pour les imbéciles qui collent des affiches sur les murs et des étiquettes sur les gens). J'aimerais avoir dans ma radio un peu plus de culture et dans mes (rares) infos un peu plus de vraie info, et moins de guéguerre sauciale ou politique.

22
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Mar 26 Oct 2010, 13:51

Nessie dit:

Chaque phrase indiquant l'extension du conflit social me semble marquée de valorisation positive, tandis que chaque phrase indiquant que le mouvement social ralentit ou est en phase de baisse, me semble dite de manière à comporter un regret.

Cela me semblait plutôt exact mais depuis deux jours, c'est une autre rengaine, de connotation politique opposée: la rengaine de Christine Lagarde sur le coût des grèves. C'est insupportable!
Ce qui est aussi insupportable, par exemple aujourd'hui, c'est l'interview de quidams, étudiants, qui évidemment racontent n'importe quoi, c'est évident : comment le fait de tendre un micro à quelqu'un qui est en train de manifester pourrait-il renseigner sur l'état d'esprit de toute une manifestation?
Cette façon d'interviewer à brûle pourpoint les gens n'est pas nouvelle, mais cela témoigne de la part des journalistes, soit de leur bêtise, soit de leur détermination à abrûtir le populo.
C'est d'ailleurs curieux comme, en général, ce sont des propos imbéciles, mimétiques.
Et pourquoi, quatre fois par jour répéter, nous assommer avec des commentaires des journalistes sans finesse, pour la plupart.

23
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Mar 26 Oct 2010, 15:28

Bonjour Antonia

Oui j'ai cru remarquer ce même revirement que vous décrivez. Depuis samedi matin ou peut-être même vendredi. Mes souvenirs sur le moment sont imprécis, mais je me souviens très bien avoir intuitivement relié ce changement à quelques autres cas de revirement du week-end. Je m'explique : après un papier assassin et engagé, lu (et donc probablement écrit ?) par Véronique Pellerin dans une édition du vendredi matin, la même nous propose dans le journal 24h plus tard un autre point de vue tout aussi engagé mais dans un sens exactement inverse.

L'exemple le plus clair et le plus évident que j'avais retenu, c'était sur une nouvelle d'importance secondaire : dans le courant de l'année 2009 au journal du vendredi matin, un véritable encensement des années de présidence de Jacques Chirac, suivi le lendemain d'une démolition en règle du même, par la même journaliste. On peut s'interroger sur les raisons du revirement : on peut toujours se dire que la journaliste a fouillé un peu plus son dossier dans l'intervalle, qu'elle a reçu ou découvert un élément nouveau. Evidemment dans le cas de la présidence Chirac, on se demande quel élément nouveau peut tomber, dans un papier rédigé plusieurs années après la fin du mandat. On peut aussi se demander si elle n'a pas été sérieusement recadrée dans l'intervalle ? En toute rigueur je n'en sais rien donc j'arrête là, non sans noter mon étonnement.

Dans le cas de ce mouvement social relayé et encensé depuis plusieurs semaines, c'est différent car il ne s'agit plus d'un papier ponctuel, ni d'un journaliste unique qui aurait changé de ton. Là encore, s'interroger sur les raisons d'un revirement ça resterait très spéculatif : recadrage de l'équipe par, disons le directeur de la Rédaction ou celui du Service "Politique" qui aurait été entre temps convaincu soit que la réforme était bonne, soit qu'elle était inévitable en tant que telle, soit encore que le mouvement social était une mauvaise stratégie. On peut aussi imaginer une intervention du Directeur des programmes. En fait on peut tout imaginer, du plus légitime au moins admissible pour l'auditeur qui aimerait qu'on l'informe et non qu'on lui bourre le crâne. En fait on ne sait pas trop à quel jeu joue la Rédaction de France Culture : informer, manipuler, jouer finement de la propagande tactique en saupoudrant un coup le sel un coup le poivre ? Là encore objectivement on n'en sait rien, donc j'arrête. Mon but dans ce post était non de discuter ce à quoi nous n'avons pas accès, mais d'abonder dans le sens du post d'Antonia et de noter qu'on se sent toujours aussi peu informé en écoutant le journal de France Culture.

24
Répondre en citant  
Un peu salé… le poivre ? - le Mar 26 Oct 2010, 17:56

@Nessie a écrit:En fait on ne sait pas trop à quel jeu joue la Rédaction de France Culture : informer, manipuler, jouer finement de la propagande tactique en saupoudrant un coup le sel un coup le poivre ?
Pardon, quand on me tend la perche j'ai un peu tendance à l'attraper, je m'exclame. Nessie ça n'enlève rien à ton propos et à tes légitimes interrogations mais quand je lis "saupoudrer… le poivre" je me demande immédiatement où est le sel ? Car le Poivre maintenant on sait où il est !! Pour le sel je reprends pas l'inventaire que nous avons déjà fait des émissions et des producteurs-trices talentueux. Aujourd'hui il manque de sel, de piment. Il manque un chef en cuisine quand chacun gâte sa sauce. Convoquons les Etats Généraux de la radio publique (bis repetita) et faisons circuler large les cahiers de doléance !! À qui peut-on suggérer cette idée ? Parlons-en, je m'exclame.

25
Répondre en citant  
Le journal de FC toujours aussi crédible (donc assez peu) - le Jeu 11 Nov 2010, 08:16

Marrant, quand même : hier soir dans le journal de 22h on annonce que François Fillon pourrait bien, finalement, se succéder à lui-même à Matignon. << Au nez et à la barbe de Borloo >> ajoute finement le journaliste, qui achève la nouvelle par une remarque ironique en collant de lui-même sur l'affaire une étiquette de vaudeville (sic) politique.

Mais qui donc transforme la vie politique en vaudeville, sinon cette rédaction de FC qui, dès la rentrée de septembre, nous bassinait avec ce feuilleton-là : à en croire le Team Huertas, non seulement le remaniement est i-né-vi-table mais encore il est imminent (ben mon vieux, 2 mois d'urgence !) et sûr de sûr, va sonner la fin de l'ère Fillon ! Et puis finalement non. Pour l'auditeur qui gobe cette parodie d'info, ce qu'a fait le journaliste hier soir, c'est surtout ne pas reconnaitre explicitement que le journal de FC a pris l'habitude de raconter n'importe quoi, et sans complexe. Ce que fait le journaliste hier soir, c'est reconnaitre implicitement que sur ce sujet-là il s'est enfumé tout seul depuis la rentrée, et qu'ensuite il enfume l'auditeur. L'auditeur à l'oreille un tout petit peu sceptique, ça fait longtemps qu'il n'écoute qu'avec précautions ce que lui sert la rédac en matière d'info politique ou économique.

Car il n'y a rien de très neuf là-dedans : ça fait bien 2 années maintenant que la Rédac' de FC ne manque pas une occasion de nous présenter la vie politique comme un feuilleton : un coup c'est du thriller ou du polar à flingages, un coup du judiciaire expiatoire, un coup du théâtre de boulevard. Avec les ingrédients usuels selon le genre choisi : soit le suspense sur l'air de qui-va-gagner ; soit les grosses ficelles de la moraline bons-zet-méchants ; soit l'histoire des cocus de Matignon ; soit le câble du sensationnel "identifiez-vous-au-méga-gentil-que-nous-avons-choisi-pour-vous". Et ça c'est juste pour l'info politique, parce que pour le saucial et le sensationnel bas de gamme, la Rédac de FC a ses bonnes grosses ficelles, elles aussi bien en phase avec la dégringolade générale de la presse en France.

Il suffit de quelques lignes pour résumer les tendances habituelles du journal de FC. Un tableau des plus simples, ensuite vous pouvez écouter le journal de Cluzel, celui de Métézeau, celui de Chardon ou d'Anne Coudin : les sottises que balance le journaliste ça se loge toujours dans une de ces cases de la pseudo-information. On y cultive 2 obsessions à la rédaction de FC : la lutte des classes, et le story-telling. Pour la première on l'a dit dans d'autres posts de ce fil et on le redira, mais on la mentionne ici de nouveau, car c'est une spécificité de la Rédac. Pour la seconde c'est le contraire : rien de spécifique au contraire, puisque la rédac s'aligne sur la dégénérescence de la presse, et des médias moins soucieux d'informer que de divertir. Reste à savoir si c'est conscient, délibéré, volontaire, ou si c'est simplement par médiocrité journalistique. a moins bien sûr que tout ça ne soit que l'émanation des directives des cadres de la rédac : peut-être Marc Crépin, ou bien Hubert Huertas ? Comment savoir ? L'auditeur ne sait pas, ne peut pas savoir. Il ne peut juger que de ce qu'il entend, c'est à dire grace à tous ces gens : de l'info de bazar.

Alors le bilan :
- la rédaction de FC nous informe ? Il est permis d'en douter...
- la rédaction de FC nous intoxique ? Ca c'est l'évidence même, à chaque édition de son journal.
- la rédaction de FC nous divertit, nous amuse ? C'est l'évidence même. Disons plutôt qu'elle nous enfume, nous égare, nous embrouille, et toujours sur le ton insupportable de son bonheur d'être là, de la satisfaction de soi, puisque cette radio est faite pour le bonheur de ceux qui la font et non pour le progrès de ceux qui l'écoutent.

26
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Ven 12 Nov 2010, 09:38

@Nessie a écrit:


On y cultive 2 obsessions à la rédaction de FC : la lutte des classes, et le story-telling. Pour la première on l'a dit dans d'autres posts de ce fil et on le redira, mais on la mentionne ici de nouveau, car c'est une spécificité de la Rédac. Pour la seconde c'est le contraire : rien de spécifique au contraire, puisque la rédac s'aligne sur la dégénérescence de la presse, et des médias moins soucieux d'informer que de divertir. Reste à savoir si c'est conscient, délibéré, volontaire, ou si c'est simplement par médiocrité journalistique. a moins bien sûr que tout ça ne soit que l'émanation des directives des cadres de la rédac : peut-être Marc Crépin, ou bien Hubert Huertas ? Comment savoir ? L'auditeur ne sait pas, ne peut pas savoir. Il ne peut juger que de ce qu'il entend, c'est à dire grace à tous ces gens : de l'info de bazar.

Alors le bilan :
- la rédaction de FC nous informe ? Il est permis d'en douter...
- la rédaction de FC nous intoxique ? Ca c'est l'évidence même, à chaque édition de son journal.
- la rédaction de FC nous divertit, nous amuse ? C'est l'évidence même. Disons plutôt qu'elle nous enfume, nous égare, nous embrouille, et toujours sur le ton insupportable de son bonheur d'être là, de la satisfaction de soi, puisque cette radio est faite pour le bonheur de ceux qui la font et non pour le progrès de ceux qui l'écoutent.

J'ai envie de poser d'autres questions sur la rédaction de FC. En fait, je me demande bien comment travaillent ces journalistes. Il me semble que la presse est supposée faire des enquêtes afin de pouvoir synthétiser l'information et de la présenter à son public.
est-ce que ça se passe comme çà à FC ? Ont-ils des journalistes d'investigation ou se contentent-ils de reprendre ce que leurs confrères ont fait ailleurs pour en livrer un digest, accomodé à leur sauce ? On a plutôt ce sentiment.
D'ailleurs, ce ne sont pas dans les journaux de FC qu'on apprend des choses précises sur l'actualité ou qu'on obtient des analyses dignes de ce nom. C'est dans certains magazines comme "Le grain à moudre". D'ailleurs, l'analyse des problèmes d'actualité n'est pas rendue pertinente grâce à ce que racontent des journalistes mais grâce à des invités qui, justement, ne sont pas journalistes.

27
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Ven 12 Nov 2010, 12:50

@Lola a écrit:
J'ai envie de poser d'autres questions sur la rédaction de FC. En fait, je me demande bien comment travaillent ces journalistes.
1. Le médiateur Bouvier saurait répondre, il est ancien dir de la rédac de Fc, encore faudrait-il lui poser la question
2. OPA a dit qu'il voulait que les journalistes écrivent (cf le Mouv') et s'inspirent d'A.L., si si vous avez bien lu A.L., Albert Londres quoi, (pas le petit radioteur du samedi),
3. Et puis quel pouvoir a le dir d'une chaîne sur la rédaction ? La caste ultra corpo-protégée des journalistes partage son pouvoir ?

Le tout DEVRAIT faire l'objet d'une émission claire, transparente, déontologique (surtout pas avec Martel comme débatteur). Une idée à soumettre à OPA ?

28
Répondre en citant  
Entre deux feuilletons médiatiques - le Lun 15 Nov 2010, 18:35

@Nessie a écrit:Marrant, quand même : hier soir dans le journal de 22h on annonce que François Fillon pourrait bien, finalement, se succéder à lui-même à Matignon. << Au nez et à la barbe de Borloo >> ajoute finement le journaliste, qui achève la nouvelle par une remarque ironique en collant de lui-même sur l'affaire une étiquette de vaudeville (sic) politique. Mais qui donc transforme la vie politique en vaudeville, sinon cette rédaction de FC qui, dès la rentrée de septembre, nous bassinait avec ce feuilleton-là.
[...]
Il n'y a rien de très neuf là-dedans : ça fait bien 2 années maintenant que la Rédac' de FC ne manque pas une occasion de nous présenter la vie politique comme un feuilleton : un coup c'est du thriller ou du polar à flingages, un coup du judiciaire expiatoire, un coup du théâtre de boulevard. Avec les ingrédients usuels selon le genre choisi : soit le suspense sur l'air de qui-va-gagner ; soit les grosses ficelles de la moraline bons-zet-méchants ; soit l'histoire des cocus de Matignon ; soit le câble du sensationnel "identifiez-vous-au-méga-gentil-que-nous-avons-choisi-pour-vous". Et ça c'est juste pour l'info politique, parce que pour le saucial et le sensationnel bas de gamme, la Rédac de FC a ses bonnes grosses ficelles, elles aussi bien en phase avec la dégringolade générale de la presse en France.
[...]
La rédaction de FC nous divertit, nous amuse ? C'est l'évidence même. Disons plutôt qu'elle nous enfume, nous égare, nous embrouille, et toujours sur le ton insupportable de son bonheur d'être là, de la satisfaction de soi, puisque cette radio est faite pour le bonheur de ceux qui la font et non pour le progrès de ceux qui l'écoutent.
Toujours marrant. Maintenant que ledit feuilleton a pris fin, toute la chaine en parle et on en vient à signaler que oui c'était du feuilleton médiatique. Hier à l'Esprit public on parle de bulle médiatique, ce matin aux Matins un des participants signale que l'histoire a été lourdement story-tellée, et Julie Clarini ouvre de la même façon son débat du jour qui porte pourtant sur un sujet complètement différent.

Les journaux de FC jouent à fond la carte de l'info-spectacle, évidemment pour le meilleur motif qui soit : le prêche politique partisan. Depuis la reconduction de François Fillon, on a entendu l'histoire essentiellement sur le mode du reportage sportif "qui a gagné" ; vous pouvez compter le nombre de fois où le mot a été prononcé, comme s'il s'agissait d'un match ... c'est désolant à entendre. Et tout ça avec les commentaires les plus contradictoires : pour les uns Borloo est éjecté, pour d'autres il a claqué la porte. Pour les uns Fillon a gagné, pour l'autre il a remplié dans le rôle de la super-carpette. mais dans tous les cas, notez comme c'est dramatisé, scénarisé comme au théâtre, avec de la psychologie à deux balles. Question analyse politique, question maturité journalistique, c'est le zéro pointé.

Dans le même temps on a présenté d'autres feuilletons, et toujours au ras des pâquerettes : le Goncourt pour Houellebecq : et contre ki kil a ganié et combien xa lui rapporte (et oublions que la vocation du Goncourt y est une fois de plus oubliée). De toutes façons cette rédac fait sans arrêt du feuilleton, mais alors surtout à la rentrée, là c'est carrément le mois du blanc : il y a 3 ans on y a couvert à mort le moindre toussotement grippal ; sans savoir que cette grippe exceptionnelle allait tuer moins de gens que la grippe annuelle. Il y a 2 ans on y a feuilletonisé la crise économique il faut dire que là il y avait des bons et des méchants. Il y a un an on réchauffait le dossier du réchauffement parce qu'entre temps l'affaire donnait matière à polémique. Cette année il y a eu le rêve romantique de la grosse crise sauciale. Pour l'an prochain on devrait faire un concours pour deviner quel sera le feuilleton de rentrée servi par la rédac' avant les présidentielles de 2010, évidemment, qui risquent d'éclipser quoi, le festival de Cannes ?

29
Répondre en citant  
Juste un avis en passant - le Jeu 18 Nov 2010, 16:50

Ce matin Marc Voinchet avait au moins 4 ou 5 invités pour parler de la crise en zone Euro. Parmi eux Sylvie Goulard, auteur de "le coq et la perle", et qui s'était brillamment tenue dans quelques numéros de l'Esprit public, dans une rumeur du monde avec Bronislaw Geremek, et aussi dans quelques numéros du Grain à moudre il me semble.

Ce matin, entre autres dans son intervention par ailleurs carrée, précise, claire, sans bavure, elle s'est insurgé contre le fait que nos médias avaient fait ces derniers temps assaut de nombrilisme franco-orienté, en annonçant et commentant à l'envi le non-événement du remaniement ministériel, alors qu'il y a des choses bien plus importantes dont il faudrait rendre compte.

J'en déduis que la rédaction de FC, directement concernée par un tel verdict, n'est pas la seule à débloquer dans ce pays. Mais justement, j'écoute FC en espérant y entendre et apprendre ce que je n'apprends ni n'entends ailleurs. Alors maintenant ça ne m'étonne plus trop, d'être si souvent agacé par les journaux de FC, puisqu'ils sont aussi mal foutus que les autres...

30
Répondre en citant  
''En toute franchise'' du 19 novembre. - le Ven 19 Nov 2010, 09:52

Ce jour, H. Huertas recevait l'auteur de "Les cuisines de la République", livre censé décrypter les moeurs, croyances des politiques grâce à ce qu'il y a dans leur assiette, la façon dont on en parle, les us et coutumes etc.
Et soudain, le mot qui infléchit le jugement à propos de Sarko et de son gouvernement comme de bien entendu !

Je le cite : "Avec Nicolas S, il y a une rupture (...) on a un gouvernement maigre". Repris par l'invité par modèle "svelte" car Sarko aurait demandé à certains membres de son gouvernement de se mettre au régime.
De maigre à svelte, on entend bien la connotation péjorative. Et les associations d'idées que cet adjectif peut entraîner.
Au demeurant, s'agit-il d'une obsession propre à Sarko ou à l'époque ? On se souvient que Clinton avait demandé à ce que le chef de la Maison Blanche soit changé car le présidant américain, lui aussi, voulait faire attention à sa ligne. Alors ? Souci de soi, de son image ?

31
Répondre en citant  
Si si c'est de l'info, sur le site du journal de 12h30 - le Ven 19 Nov 2010, 17:36

Les journalistes sont à la pointe de l'info, statut oblige, et à la seconde près ils sont au jus. Sauf que je me réveille d'un mois de vacances sur l'île d'Arros (chut) et je lis :
"- Le quart des stations service toujours à sec, mais le gouvernement… ???
- Adoption dféfinitive de la réforme des retraites mercredi,… (mercredi, mercredi, 17 novembre 2010 ?)
- L'artisan de la réforme, le conseiller du président Raymond Souble quittera… (il part en retraite ?)
- Affaire bettencourt: le procureur général de Versaille monte aux créneaux, une magistrate du tribunal de Nanterre… (ben c'est pas à Bordeaux qu'ils crèchent maintenant Liliane et Éric).

Les plus grands donneurs de leçons de déontologie
acceptent, supportent cautionnent que leur site d'info relève au minimum de la galéjade au maximum de la faute professionnelle. Mais Bouvier le médiateur n'est pas prêt de relever. On n'enfonce pas les copains qui coulent !!!

Les journaux et la rédaction de FC     Page 3 sur 32

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 17 ... 32  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum