Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les journaux et la rédaction de FC

Aller à la page : Précédent  1 ... 32 ... 61, 62, 63 ... 68  Suivant

Accueil / France Culture

Les journaux et la rédaction de FC    Page 62 sur 68

Bas de page ↓   

611
Répondre en citant  
Fin de vie - le Mer 07 Mar 2018, 20:35

À propos du journal du 1er mars
munstead(http://www.regardfc.com/t94p600-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30241) a écrit: (...) La présentation de la proposition de loi sur la fin de vie s'achève sur un commentaire de Leonetti qui juge en gros que l'on a déjà fait assez dans ce domaine, qu'il suffit de demander la sédation pour en bénéficier, que tout est pour le mieux dans ce domaine et que si les gens ne sont pas satisfaits, ils peuvent toujours se suicider. Ils en ont la liberté. Un peu dur à entendre à 7 h28.
Sans doute une partie du long entretien diffusé la veille à 22h. Le journal du 28 février sur la page de l'émission est sous-titré Faut-il faire évoluer la loi sur la fin de vie ? et contient une photo surdimensionnée d'un gros plan de Jean Leonetti qui  occupe plus d'espace que les 5 paragraphes résumant les sujets  du journal. Y a-t-il un iconographe dans la fameuse équipe qui s'occupe du site ? Il est d'ailleurs étrange que cette photo soit légendée "Crédits : Radio France - Radio France" quand c'est la photo officielle du fil Twitter de l'intéressé (cet ex-ministre, actuel maire Les Républicains d'Antibes l'aurait-il achetée à Radio France ?).

Un texte accompagne cette photo : "Une nouvelle loi sur la fin de vie pour les personnes souffrantes. Voilà ce que demandent 156 députés essentiellement de la majorité. Ils publient dans Le Monde aujourd'hui une tribune pour demander à ce que les malades puissent avoir la libre disposition de leurs corps. Selon eux les dispositions actuelles françaises, qui prévoient la sédation profonde mais pas l'euthanasie, sont donc très insuffisantes.  Ils affirment que de nombreux français ont recours à des euthanasies clandestines, ou alors doivent se rendre dans des pays qui ont légiféré déjà sur le sujet.  Parmi ces députés on trouve notamment Barbara Pompili, Olivier Faure, Yves Jégo ou encore Manuel Valls.  L'auteur des lois de 2005 et 2016 sur la fin de vie, Jean Leonetti, réagit à cette tribune. Selon lui, les dispositions actuelles permettant la sédation profonde sont suffisantes et n'entravent pas du tout la liberté du malade."

En écho à ce sujet, une contribution externe très personnelle publiée par La Libre Belgique Une opinion de Xavier Cornet d’Elzius.

*******************

PS. À propos de l'expression "classé à gauche" accolée au nom du Syndicat de la magistrature et signalée dans le post d'un autre fil (voir la présentation écrite du journal de 7h du 7 mars 2018), on se demande pourquoi elle est donnée comme "information" et répétée deux fois. Je ne sache pas que l'on entende "classé à droite" pour d'autres organisations corporatistes. Cette tradition remonte déjà à quelques années, bien avant les dernières élections présidentielles et législatives.

Voir le profil de l'utilisateur

612
Répondre en citant  
Rhétorique - le Jeu 08 Mar 2018, 11:10

Philaunet(http://www.regardfc.com/t94p600-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30297) a écrit:À propos de l'expression "classé à gauche" accolée au nom du Syndicat de la magistrature et signalée dans le post d'un autre fil (voir la présentation écrite du journal de 7h du 7 mars 2018), on se demande pourquoi elle est donnée comme "information" et répétée deux fois. (...)
Vraiment, vous vous demandez pourquoi ? Une journaliste peut commettre une faute (confondre les registres syndical et politique) une fois ; mais lorsque cela se produit systématiquement, à trois reprises, en quelques minutes, il est clair qu'il s'agit d'un comportement délibéré. La légère variante ("plutôt") introduite à la troisième reprise prouve qu'il s'agit là d'une entorse à la déontologie professionnelle.

Dans quel but ? évidemment, il s'agit, en ajoutant un qualificatif, de réduire la portée du commentaire syndical, en induisant dans l'esprit de l'auditeur, cette conclusion subliminale :" les professionnels ont des objections, mais c'est normal puisqu'ils sont de gauche". Et ainsi de valoriser la parole de M. Macron, qui n'est, lui, affublé d'aucun qualificatif, donc évidemment libre de toute idéologie.

Cette astuce rhétorique, vous la connaissez bien : vous l'employez régulièrement à l'égard des autres contributeurs qui ont le malheur d'exprimer, à propos d'émissions d'information, des remarques qui ne correspondent pas à vos propres idées. Vous-même, et votre compère Yann Sancatorze, qualifiez alors le contributeur iconoclaste pour le ranger "à gauche", et même à l'"extrême-gauche", allant parfois jusqu'à faire référence à des idéologies totalitaires du siècle dernier. Pas moins. Cela vous permet de stigmatiser les remarques du contributeur (comme C. Duthu stigmatise le syndicat de la magistrature) et vous évite de répondre sur le fond, tout en détournant le débat sur la polémique que vous créez comme un rideau de fumée.

Voir le profil de l'utilisateur

613
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Jeu 08 Mar 2018, 12:39

Lustucru a écrit:il est clair qu'il s'agit d'un comportement délibéré. La légère variante ("plutôt") introduite à la troisième reprise prouve qu'il s'agit là d'une entorse à la déontologie professionnelle.

On peut supposer que votre angle mort politique vous empêche de voir que le traitement des sujets sociaux à l'antenne propose une surreprésentation de la parole syndicale, au détriment des autres partenaires (patronat), qui sont rarement interrogés lors des divers conflits. C'est le fameux principe de l'information à 50% que nous propose la rédaction : omettre pour mieux désinformer. C'est d'ailleurs bien plus qu'une surreprésentation de cette parole, c'est la reprise d'un paradigme qui sous-tend les idées des journalistes de la rédaction : le fameux "bien mais pas suffisant" lorsque des syndicats obtiennent des victoires (ou des avancées, comme le disent les journalistes, avec un vocabulaire déjà très orienté), et l'insatisfaction permanente, et la mise en scène du conflit que l'on souhaite, que l'on appelle de toutes ses forces. Le réflexe d'ajouter un "classé à gauche" n'a rien à voir avec un quelconque engagement macroniste (ah, la chienlit macroniste qui téléguide les journaux de France Culture!), c'est simplement pour attiser du conflit, mettre en valeur des forces en présence, établir des lignes de front. C'est bon, ça marche, ça fait du clic, c'est une simple logique d'audience. Paradoxalement, votre angle mort ne vous fait pas voir que ces journalistes sont tout à fait en conformité avec votre propre ligne politique, et la station crève de ces gens qui veulent de la politique partout,  du "pas suffisant", du "pas assez de gauche". C'est pour cela que vos propos hérissent. C'est comme d'accuser le glyphosate de ne pas pouvoir exterminer toutes les espèces végétales. Il faut savoir ouvrir les yeux et être un peu lucide.

Vos interventions ici n'ont pour but que de regretter l'absence de conformité de la station à vos opinions politiques. Les lecteurs de ce forum le fréquentent pour des raisons bien plus intéressantes. Le seul intérêt de vos  récriminations, c'est qu'elles nous permettent de réaffirmer les valeurs de ce forum, de soigner vos traumatismes politiques avec une chronique de Christophe André et... de faire une recommandation culturelle hors-sujet (vive les suggestions culturelles hors sujet, plus imprévisibles que vos imprécations répétitives). Et donc :

A Portrait of the Artist as a Young Man

James Joyce' autobiographical masterpiece, read by Andrew Scott and abridged by Sara Davies.

Stephen Dedalus is growing up and absorbing the culture and religion of his native Ireland.
As he matures, he begins to question the values and ideas on which his life is built.

Stephen goes away to school for the first time. Wells pushes him into a ditch and during the fever that ensues, he has a vision of his own death. But it is the nationalist politician Parnell who has died.

Music is 'Oft in the Stilly Night' by Sir John Stevenson, performed by Robin Harris.



Un exemple de fiction radiophonique proposant une voix aussi finement et précisément liée à l'oeuvre lue, c'est finalement assez rare. C'est cette voix que j'entendais lisant le roman il y a quelques années, et c'est ici celle d'Andrew Scott, acteur irlandais que le grand public connait et reconnait car il a récemment interprété le rôle Moriarty dans la série Sherlock. Une voix un peu traînante, filée et assez mélodieuse. La série de dix épisodes est entièrement disponible.








*http://www.bbc.co.uk/programmes/b09rx6hl

Voir le profil de l'utilisateur

614
Répondre en citant  
Vous reprendrez bien un peu de radio authentiquement culturelle ? - le Ven 09 Mar 2018, 09:07

S'adressant à un certain Lstc,
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t94p610-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30301) a écrit: (...) Vos interventions ici n'ont pour but que de regretter l'absence de conformité de la station à vos opinions politiques. Les lecteurs de ce forum le fréquentent pour des raisons bien plus intéressantes. Le seul intérêt de vos  récriminations, c'est qu'elles nous permettent de réaffirmer les valeurs de ce forum, de soigner vos traumatismes politiques avec une chronique de Christophe André et... de faire une recommandation culturelle hors-sujet (vive les suggestions culturelles hors sujet, plus imprévisibles que vos imprécations répétitives). Et donc :

A Portrait of the Artist as a Young Man

James Joyce' autobiographical masterpiece, read by Andrew Scott and abridged by Sara Davies.

Stephen Dedalus is growing up and absorbing the culture and religion of his native Ireland.
As he matures, he begins to question the values and ideas on which his life is built.

Stephen goes away to school for the first time. Wells pushes him into a ditch and during the fever that ensues, he has a vision of his own death. But it is the nationalist politician Parnell who has died.

Music is 'Oft in the Stilly Night' by Sir John Stevenson, performed by Robin Harris.


Un exemple de fiction radiophonique proposant une voix aussi finement et précisément liée à l'oeuvre lue, c'est finalement assez rare. C'est cette voix que j'entendais lisant le roman il y a quelques années, et c'est ici celle d'Andrew Scott, acteur irlandais que le grand public connait et reconnait car il a récemment interprété le rôle Moriarty dans la série Sherlock. Une voix un peu traînante, filée et assez mélodieuse. La série de dix épisodes est entièrement disponible.
Et de mon côté, une suggestion, totalement hors sujet également, pour rappeler que la culture ne se réduit pas à un combat de chiffonniers sur l'actualité politique française et que le média radiophonique sert bien d'autres buts que la diffusion de discussions et tables rondes du matin au soir sur les idées à la mode. Voici : Une culture francophile. Autre suggestion de.... 1949, fiction absolument captivante recommandée par Jean-Luuc : La montre magique.

Voir le profil de l'utilisateur

615
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Ven 09 Mar 2018, 13:16

Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t94p610-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30301) a écrit:Vos interventions ici n'ont pour but que de regretter l'absence de conformité de la station à vos opinions politiques. Les lecteurs de ce forum le fréquentent pour des raisons bien plus intéressantes (...).
Effectivement, citons par exemple munstead qui n'a aucune autre activité sur ce site que se plaindre de ce que la politique du gouvernement est bien mal commentée. Pour vous changer de ses "récriminations et imprécations répétitives", pour employer vos appréciations, voici quelques remarques et suggestions (hors-sujet, mais que vous appelez de vos vœux semble-t-il) pour vous aider à élargir et approfondir votre domaine culturel personnel.

Vous trouverez par exemple sur le site du Collège de France deux séries de cours, passionnants. Le premier est celui de Ph. Descola : Descola - La composition des collectifs , 3° année de son cours d'ethnologie/anthropologie, dans lequel il vous fera apercevoir d'autres modes de sociétés humaines, leur rapport avec la nature et surtout avec les autres êtres vivants. Il ne s'agit pas, par ce cours, d'être converti à quoi que ce soit, mais juste d'apercevoir qu'il existe (encore) d'autres visions de l'humanité, proches de la disparition par l'action civilisatrice de l'Occident cultivé.

Le second : Robert- Le zen entre deux langues . Exploration érudite mais passionnante des rapports culturels du Japon médiéval avec la Chine et l'Inde, et de l'histoire du bouddhisme, à travers la philologie, mêlant les écritures du japonais, du chinois et du sanscrit. Pour ceux qui ne seraient pas spécialistes de ces questions, cela permet malgré tout, et surtout, de comprendre la distance culturelle qui nous sépare de ces civilisations, par la langue et la philosophie. Cela relativise le dépaysement que nous offrent les radio anglophones ou germanophones, et fait réfléchir sur les prétentions universalistes de l'Occident.

Ces matières sont passionnantes et enrichissantes. Mais que gagneraient-elles à être diffusées sur France Culture ? ces cours seraient formatés et agrémentés d'introductions et de pauses musicales ineptes. Qu'y gagneraient les auditeurs ? un vernis culturel vite passé. L'élocution de Jean-Noël Robert est souvent hésitante, les cas présentés par Ph. Descola parfois très détaillés. Inaudibles sur une radio nationale. Mais puisqu'ils sont accessibles librement en téléchargement sur le site du Collège, à quoi bon les diffuser sur FC ?

Vous trouverez également au Collège une conférence de 2 heures sur Beckett, ses héritages littéraires Ferrini - Beckett. En quoi ce sujet serait-il plus intéressant sous forme d'un débat avec un producteur, en 52 minutes et intervention d'un chroniqueur ?

Ou bien, sur le site de l'ENS, une conférence sur la notion de vérité en mathématiques chez Grothendieck : Grothendieck

Autre proposition : les émissions sur France Musique sur José Van Dam, et la série sur Teresa Berganza... mais la culture musicale n'est pas le créneau de FC.

Pour revenir sur ce qui peut être le domaine que FC devrait privilégier, dans l'édition des Matins de FC d'aujourd'hui, nous avons eu droit à la traditionnelle militante anti-Poutine à propos de la mort d'un espion. Son point de vue est son droit, mais comme d'habitude la Russie et sa politique sont réduits à Poutine, lui-même réduit à un espion guerrier. Si on veut une réflexion sur ce simplisme et un point de vue plus large et nuancé, on pourra lire l'article de Serge Halimi dans le Monde Diplomatique de mars 2018 "Quand Arte veut faire saigner la Russie", car Arte pratique malheureusement les mêmes approches simplistes à l'égard de ce pays-civilisation.

Un historien invité aujourd'hui dans les Matins de FC nous explique que la France est née en 841 (toute habillée, avec ses "valeurs universelles")... quel intérêt culturel ? on a ainsi eu également il y a quelques jours un débat de même hauteur sur Platon et cette pensée profonde « Quand on est sage, on ne philosophe pas ».

Face au Collège de France ou à l'ENS, et d'autres encore, la culture profonde, large, ne peut être véhiculée par FC aujourd'hui , une station culturelle ne peut plus guère offrir de la réflexion que sur des questions actuelles. Encore faut-il que ces sujets soient intelligemment abordés, comme par le Monde Diplomatique. C'est cela qu'il faut défendre sur ce Forum.



Dernière édition par Lvstvcrv le Ven 09 Mar 2018, 17:37, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

616
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Ven 09 Mar 2018, 13:58

Je sais que vous faites beaucoup d'efforts pour tenter de justifier la pertinence de vos interventions sur ce forum, mais il est tout de même difficile de ne pas rire, car votre longue publication, et tous les exemples que vous citez (sauf Grothendieck et Beckett, tout de même) semblent incapables de s'extraire de l'étroitesse d'opinions politiques ressassées, d'éléments de langage que l'on lit partout ailleurs, et qui ont le vent en poupe en ce moment. Tout cela est très "mainstream" dans le petit marigot médiatique des obsessions militantes actuelles.

Lustucru a écrit:Il ne s'agit pas, par ce cours, d'être converti à quoi que ce soit, mais juste d'apercevoir qu'il existe (encore) d'autres visions de l'humanité, proches de la disparition par l'action civilisatrice de l'Occident cultivé.

Lustucru a écrit:Cela relativise le dépaysement que nous offrent les radio anglophones ou germanophones, et fait réfléchir sur les prétentions universalistes de l'Occident.

Lustucru a écrit:nous avons eu droit à la traditionnelle militante anti-Poutine à propos de la mort d'un espion. Son point de vue est son droit, mais comme d'habitude la Russie et sa politique sont réduits à Poutine, lui-même réduit à un espion guerrier
(quand les service de renseignements du monde entier lient ces divers empoisonnements directement au Kremlin, il est normal de se poser quelques questions, même si la France Insoumise n'aime pas *du tout* que l'on critique la Russie poutinienne)

Lustucru a écrit:Encore faut-il que ces sujets soient intelligemment abordés, comme par le Monde Diplomatique.

Et vous avouez, en début de message, que vos interventions ont un objectif exclusivement politique en mettant en cause un autre contributeur de ce forum. C'est du whataboutism qui fait que vous reconnaissez n'être là que pour placer des éléments de langage de type FI. Pourquoi ne pas nous surprendre de temps en temps, faire preuve d'un peu d'ouverture d'esprit et débarquer avec autre chose que vos idées politiques en bandoulière ? Vous avez fait quelques recommandations non-politiques dans votre message, pourquoi ne pas continuer sur cette lignée plutôt que de nous assommer avec l'Occident dominateur et le Monde Diplomatique ?  Nous vous suggérerions bien quelques émissions produites par des stations culturelles occidentales, mais il semblerait que votre fermeture d'esprit vous empêche d'accéder à ces horizons. C'est dommage, vous manquez quelque chose, on essaie simplement de vous rendre service. Pourquoi ne pas nous rendre la pareille ?

Voir le profil de l'utilisateur

617
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Ven 09 Mar 2018, 16:19

Lvstvcrv(http://www.regardfc.com/t94p610-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30305) a écrit:
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t94p610-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30301) a écrit:Vos interventions ici n'ont pour but que de regretter l'absence de conformité de la station à vos opinions politiques. Les lecteurs de ce forum le fréquentent pour des raisons bien plus intéressantes (...).
Effectivement, citons par exemple munstead qui n'a aucune autre activité sur ce site que se plaindre de ce que la politique du gouvernement est bien mal commentée. Pour vous changer de ses "récriminations et imprécations répétitives", pour employer vos appréciations, voici quelques remarques et suggestions (hors-sujet, mais que vous appelez de vos vœux semble-t-il) pour vous aider à élargir et approfondir votre domaine culturel personnel.


Cher tuyaudepoele, je suis en effet un "mauvais" auditeur de FC, mes oreilles sont petit bras, si je puis dire.. Comme je travaille beaucoup pendant la journée — tâches intellectuelles figurez-vous — je ne peux, ou ne suis pas capable, d'écouter les émissions en journée de FC et le regrette souvent. Il m'arrive de les entendre parfois en voiture,  lors de voyages, ou le samedi matin. j'écoute plutôt FM en rageant là aussi contre les bavardages triviaux et répétitif de Lodéon et remerciant chaque jour Denisa Kerchova  de ses commentaires éclairés ou, le dimanche la Tribune des critiques de disques. Donc, dans le cadre de ce forum, je me suis consacré à de petites remarques relevant de l'analyse de contenu de base dans un domaine qui m'est assez familier, la politique au sens le plus large. Je laisse à nos amis à la capacité d'écoute prodigieuse (Philaunet, Yann 114) les commentaires sur les émissions plus nobles. That's all mate.

Voir le profil de l'utilisateur

618
Répondre en citant  
Des invités comme porte-paroles politiques de la Rédaction - le Sam 10 Mar 2018, 09:19

munstead(http://www.regardfc.com/t94p610-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30310) a écrit: Donc, dans le cadre de ce forum, je me suis consacré à de petites remarques relevant de l'analyse de contenu de base dans un domaine qui m'est assez familier, la politique au sens le plus large. Je laisse à nos amis à la capacité d'écoute prodigieuse (Philaunet, Yann 114) les commentaires sur les émissions plus nobles. (...)
@ munstead : vos posts dans ce fil ou dans d'autres sont précieux pour ce forum, ils signalent le type de journalisme pratiqué par la Rédaction de FC, ils corrigent ce qui doit l'être et sont des rappels à la vigilance. Soyez en remercié et ne vous privez pas de participer.

Revenons au sujet de ce fil, après une petite passe d'armes amusante, avec le journal de 12h30 d'hier (comme exemple de bonne pratique, je donne la référence à l'émission : Journal de 12h30 du 09/03/2018). L'invité était Roland Gori.

Comment aborder ce journal ?

Avec l'invité : il est présenté comme "psychanalyste" par Antoine Mercier. Sur la page du site il est : "Psychanalyste et professeur émérite de psychologie et de psychopathologie clinique à l'université Aix-Marseille".

Ah, les omissions bienveillantes de France Culture... Roland Gori n'est pas connu pour être psychanalyste, mais pour  être l'un des fers de lance de "l'Appel des appels", association militante particulièrement active à Strasbourg où le groupe a table ouverte  à la Librairie Kléber (Gori vient d'ailleurs d'y être de nouveau invité). Les idées défendues par cette association sont à retrouver sur le site qui la présente et explicites dans le descriptif du Manifeste Politique des métiers*.  Après lecture de ce descriptif, le psychanalyste prend déjà un autre relief comme commentateur à France Culture... (tiens pourquoi ne pas lui donner une heure par semaine, en remplacement de Finkielkraut ? Sans doute un rêve de Sandrine Treiner...)

Antoine Mercier n'a pas précisé que notre homme publiait dans l'Humanité. On ne peut pas tout dire. Le descriptif "psychanalyste", très valorisé à FC, suffit bien (l'invité préfère dire qu'il intervient comme "citoyen"). L'omission et la troncation sont de grands classiques de la malhonnêteté intellectuelle, celle que l'on voit par exemple à l’œuvre de loin en loin sur ce forum.

Donc Roland Gori, dont Mercier ne cite pas (comme c'est dommage !) le livre de 2015, L'individu ingouvernable,  dont je reproduis la présentation qui vante ses idées (lesquelles rappellent quelque chose...) : "L'histoire serait-elle un éternel recommencement ? Les pratiques libérales de gouvernement en organisant la société sur les valeurs bourgeoises de compétition et d'individualisme ne conduisent-elles pas à terme au désordre social et à l'apathie politique ? Sans céder au "démon de l'analogie" en Histoire, l'ouvrage montre les liens étroits qui, depuis la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours, unissent les crises politiques des libéralismes aux discrédits des institutions parlementaires, à l'émergence des populismes, et aux violences destructrices des guerres et des terrorismes. A chaque fois le monde de la sécurité, établi sur les promesses sociales et politiques de la raison, de la responsabilité morale, de l'autonomie de la volonté individuelle, de l'émancipation par le développement des techniques et des sciences, à chaque fois ce monde s'effondre. A chaque fois, la raison et la liberté se révèlent comme des illusions hypocrites permettant la soumission sociale des peuples. A chaque fois l'espace authentique du politique se réduit comme peau de chagrin au profit de dispositifs aliénants, mais efficaces, contraignant les individus à s'adapter aux automatismes des machines et des procédures. A chaque fois l'accroissement des richesses collectives s'accompagne du profit de quelques-uns aux dépens de tous."

Des éléments de langage qui rappellent quelque chose, à se demander si...

On comprend donc aisément que ce monsieur soit l'invité idéal pour commenter le sujet du journal intitulé La mission "Entreprise et intérêt général". qui porte sur un rapport [...] remis au gouvernement pour redéfinir la finalité de l'entreprise, en insistant sur sa dimension sociale et environnementale.

La position de notre "psychanalyste et rien d'autre" sur ce rapport et sur "Macron" (qui n'a ni prénom, ni fonction, évidemment) ? On vous la donne en mille :  cette initiative est de l'ultralibéralisme féroce et sournois, et "Macron" est la pire engeance que la Terre ait jamais portée...

Faisons un peu de publicité pour le dernier livre de Roland Gori : "Un monde sans esprit" dont la réclame est la suivante (je crois qu'il faut conserver cette prose pour voir à quelle source s'abreuve la rédaction de FC, pour prendre le pouls de certains individus qui nous entourent et surtout  pour rire un peu) : "Dans le clair-obscur des crises politiques naissent les monstres. Ils naissent du vide culturel d’un monde politique sans esprit, d’un monde où les techniques sont devenues folles, d’un monde qui se nourrit des surenchères de la haine et du désespoir.
Car le terrorisme rationnel des machines et des algorithmes, la marchandisation de la culture, du soin et de l’éducation, tendent à priver les citoyens et les peuples de leurs passés comme de leurs avenirs. Grandes sont alors les tentations de renouer avec les racismes et les populismes nationaux, tribaux ou religieux.
Le politique est en panne d’imagination autant que de courage. Il a pris le teint gris et résigné des marchés auxquels il s’est asservi. Dans ce monde de papier où règnent les chiffres et les abstractions, rien ne vit, rien ne désire, sauf les passions tristes de la haine et de l’oppression. Les fascismes émergent de ces idéologies meurtrières et exténuées. Ils les barbouillent aux sombres couleurs d’un autre âge, les rythment aux chants funèbres qui recouvrent les sirènes, toujours incertaines et imprévisibles, de l’amour et de la création.
Pourtant, jamais autant qu’aujourd’hui, face à la prolétarisation généralisée de l’existence, les peuples ne se sont montrés affamés de nou¬velles forces symboliques, de nouvelles fictions, pour vivre, désirer et rê¬ver ensemble. Un message d’espoir parcourt l’ouvrage, au cœur de cette hégémonie culturelle désastreuse, et des crimes de masse qu’elle favorise, l’attente d’un nouveau pacte d’humanité s’exprime. Il exige, d’abord et avant tout, de réconcilier la politique et la culture, de sortir du «siècle de la peur» et de renouer avec l’expérience sensible d’une nouvelle révolution symbolique, qui donne au monde et à l’existence ce sens et cette cohé-rence politique et poétique dont nous sommes aujourd’hui orphelins…"


J'en connais au moins un qui se pâme.

Pour ceux qui ont envie d'entendre le bonhomme (soit dit en passant, citer les sources est le b-a-ba de l'honnêteté intellectuelle, certain producteur scientifique à France Culture s'en est affranchi sans finalement en souffrir, ce qui montre bien un certain esprit français), les séquences avec R. Gori se trouvent de 16'10 à 18'50 et de 21' à 24' (+ 1' de surenchère de Sylviane Agacinski).

Au fait, j'ai appris deux mots grâce au  "psychanalyste et rien d'autre" : "l'opérationnalisation" et "corporéifier". Quand on pense que Gori se fait le chantre de la poésie...

Voilà j'ai assez fait de publicité pour ledit psy. Qu'est-ce que cela nous apprend de France Culture ? Rien de nouveau. Cela a été dit ci-dessous, merci à Yann 114, qui  s'adressait alors à un certain L[...] :
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t94p610-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30301) a écrit: (...) On peut supposer que votre angle mort politique vous empêche de voir que le traitement des sujets sociaux à l'antenne propose une surreprésentation de la parole syndicale, au détriment des autres partenaires (patronat), qui sont rarement interrogés lors des divers conflits. C'est le fameux principe de l'information à 50% que nous propose la rédaction : omettre pour mieux désinformer. C'est d'ailleurs bien plus qu'une surreprésentation de cette parole, c'est la reprise d'un paradigme qui sous-tend les idées des journalistes de la rédaction : le fameux "bien mais pas suffisant" lorsque des syndicats obtiennent des victoires (ou des avancées, comme le disent les journalistes, avec un vocabulaire déjà très orienté), et l'insatisfaction permanente, et la mise en scène du conflit que l'on souhaite, que l'on appelle de toutes ses forces. (...)  Paradoxalement, votre angle mort ne vous fait pas voir que ces journalistes sont tout à fait en conformité avec votre propre ligne politique, et la station crève de ces gens qui veulent de la politique partout,  du "pas suffisant", du "pas assez de gauche". (...)

* Un nouveau mode de gouvernement des hommes se répand dans toute la société, et d’abord dans la sphère professionnelle : un management par la rivalité et la peur qui, au nom de la dictature de la performance et de la concurrence, impose partout les mêmes normes et le même mode d’assujettissement. Qu’importent la qualité réelle et le sens des activités, toutes doivent être réductibles à un chiffre parmi d’autres chiffres. L’évaluation est l’instrument de la mise au pas des individus. En faisant la loi, l’actionnaire transforme sans cesse le travail ; quand l’État singe cette gestion, c’est pire encore, car totalement ubuesque et contre-productif.
Les professionnels vivent péniblement l’altération profonde de leur métier, dans un sentiment où se mêlent injustice, démoralisation et révolte. Les champs professionnels ont perdu leur autonomie spécifique (Pierre Bourdieu).
En dénonçant cette logique, l’Appel des appels ne défend pas seulement la spécificité des missions de services publics, il révèle surtout l’aliénation croissante dont sont victimes tous les travailleurs. Contre la destruction, il faut instaurer une politique des métiers.
L’Appel des appels est un collectif de professionnels du soin, du travail social, de la justice, de l’éducation, de la recherche, de l’information, de la culture qui s’est fait connaître en 2008.

Voir le profil de l'utilisateur

619
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Sam 10 Mar 2018, 13:05

Journal de la mi-journée, ce samedi: il débute par un très long reportage sur non pas la fermeture, mais sur les difficultés d'une usine Japy dans l'Est de la France. Les raisons de ces difficultés? Apparemment ce sujet n'intéresse pas le journaliste FC. Entretien avec le maire qui va déclencher une opération ville morte et fermer tous les services publics, ce qui est illégal. Passons. Au détour d'une phrase le présentateur du jour parle de "repreneurs en embuscade". Donc pour ce professionnel qu'il y ait des repreneurs pour une entreprise en difficulté ajoute au drame de la situation. On mesure là son niveau de connaissance de l'économie des entreprises. Plus tard, Catherine Pétillon nous parle de projets sur les entreprises de mission. Elle s'étale longuement sur la Camif, entreprise modèle, sans dire que c'est une ancienne mutuelle des fonctionnaires  sauvée de la faillite par un groupe privé, un repreneur justement, qui l'a remontée. La Camif est toujours très bien placée auprès des fonctionnaires ce qui explique en partie la position sociale qu'elle défend (ce texte est bien pensant, bien venu, mais ne vaudra jamais une bonne participation). Plus loin  Pétillon se pose la question de comment développer une entreprise "quand il faut verser des dividendes élevés à des actionnaires chaque trimestre". Quelles sont les qualifications de cette dame pour parler d'économie et proférer ce genre de bêtises ?

Voir le profil de l'utilisateur

620
Répondre en citant  
La sélection - le Mer 14 Mar 2018, 08:07

munstead(http://www.regardfc.com/t94p610-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30318) a écrit:Journal de la mi-journée, (...) Pétillon se pose la question de comment développer une entreprise "quand il faut verser des dividendes élevés à des actionnaires chaque trimestre". Quelles sont les qualifications de cette dame pour parler d'économie et proférer ce genre de bêtises ?
Les "qualifications" ? Le fil "Le paradigme idéologique" les énumère depuis longtemps.  La nouvelle voix du journal de 22h les possède très visiblement. Ce présentateur de nouvelles, sélectionné parmi bien d'autres, s'offusque d'une possible "sélection" de Parcoursup* : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10061-13.03.2018-ITEMA_21614563-0.mp3" debut="11:58" fin="12:34"]

Et il relaie, bien volontiers, les appels à la grève et au blocage. Pourquoi cette transition avec le terme "justement", l'invitée n'évoque pas ce sujet : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10061-13.03.2018-ITEMA_21614563-0.mp3" debut="14:40" fin="14:52"]

JOURNAL DE 22H du mardi 13 mars 2018. Intelligents développements de Marie-Caroline Missir lors de l'entretien. Une personnalité à suivre.

* En fin de journal, l'invitée ce mardi soir est Marie-Caroline Missir, directrice du magazine L'Etudiant, pour parler de Parcoursup, la nouvelle plateforme en ligne sur laquelle les lycéens en Terminale ont eu jusqu'à 23 heures pour s'inscrire et pouvoir accéder à l'enseignement supérieur à la rentrée prochaine.

Voir le profil de l'utilisateur

621
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Sam 17 Mar 2018, 11:05

Mercredi dernier, les Matins recevaient Pierre Manent. L'homme est prudent, semble tourner sa pensée sept fois dans sa tête avant de s'exprimer, hésite beaucoup, mais il aurait été dommage de manquer ce petit échange sur les journalistes des "radios nationales que nous aimons tant". Comme on craint de nommer les choses !

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10075-14.03.2018-ITEMA_21615754-0.mp3" debut="96:31" fin="98:16"]

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


622
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC -

Les journaux et la rédaction de FC     Page 62 sur 68

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 32 ... 61, 62, 63 ... 68  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum