Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les journaux et la rédaction de FC

Aller à la page : Précédent  1 ... 33 ... 62, 63, 64 ... 69  Suivant

Accueil / France Culture

Les journaux et la rédaction de FC    Page 63 sur 69

Bas de page ↓   

621
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Sam 17 Mar 2018, 11:05

Mercredi dernier, les Matins recevaient Pierre Manent. L'homme est prudent, semble tourner sa pensée sept fois dans sa tête avant de s'exprimer, hésite beaucoup, mais il aurait été dommage de manquer ce petit échange sur les journalistes des "radios nationales que nous aimons tant". Comme on craint de nommer les choses !

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10075-14.03.2018-ITEMA_21615754-0.mp3" debut="96:31" fin="98:16"]

Voir le profil de l'utilisateur

622
Répondre en citant  
Ce pauvre idiot de Macron - le Mar 20 Mar 2018, 07:55

Ce matin, lors d'une chronique confuse de Chardon sur la Guyane, Duthu rappelle que Macron avait dit , lors de la crise du printemps, que la Guyane était une île, ce qui aux oreilles de la lectrice de nouvelles de FC prouvait que cet énarque (et banquier!) aux connaissances purement livresques bien sûr, ne connaissait rien à ce département. L'idiot n'avait même pas vu qu'il n'était pas sur une île, donc, ce qui montre bien le niveau surfait de ce parvenu de la politique.
Donc il faut répéter à Catherine Duthu, qui devrait mieux connaître ses DOM-TOM, qu'en Guyane, on appelle "île" la ville et les alentours de Cayenne, qui forment une presqu'île s'avançant dans l'Océan et "fermée" vers l'intérieur par divers importants plans d'eau. Il est donc facile de bloquer "l'île de Cayenne", ce qu'avaient fait les manifestants d'alors. Macron qui s'était rendu à Cayenne deux mois plus tôt, lors de sa campagne, savait de quoi il parlait et personne à Cayenne n'avait fait la moindre remarque à ce sujet. Donc que Duthu répète cette anecdote sans intérêt qui avait fait ricaner les ignares métropolitains il y a six mois, ne montre que sa méconnaissance de la géographie de la Guyane et son peu d'intérêt pour le suivi de l'actualité puisque l'explication avait été reprise un peu partout. Cette reprise de ce sparadrap hadockien médiatique ne témoigne que de sa volonté de nuire à Macron. Pourquoi pas, mais l'antenne du service public de FC est-il le meilleur endroit pour qu'une journaliste nous fasse part de ses aigreurs?
Ce n'est pas grave, mais juste une petite preuve supplémentaire de l'attitude générale de la rédaction de FC, en trois mots: sociologie, inégalités, anti-macronisme.

Voir le profil de l'utilisateur

623
Répondre en citant  
3% et contexte. - le Mar 27 Mar 2018, 08:03

Vers 7 h 15 Guillaume Erner reçoit un représentant de l'INSEE pour commenter le passage tant attendu en France et ailleurs en Europe du déficit sous la barre des 3%. Erner, qui pas une seconde ne salue le passage à 2,6%, oriente toutes ses questions pour arriver à sa conclusion: nous sommes en régime d'austérité. Oyez, oyez bonnes gens, la France vit dans l'austérité, notre avenir c'est la Grèce. Et il déroule toute l'argumentation de la FI, quasi mot-à-mot : on ne devrait pas compter les investissements dans le déficit, de toute façon on emprunte pas cher etc. On a droit à la lecture du tract complet et le statisticien est visiblement embarrassé d'être entraîné dans une lecture purement politique de ce résultat. Pour Erner-Mélenchon, l'avenir c'est le déficit et ces idiots de banquiers nous prêteront toujours à des taux incroyablement bas dont il faut profiter, après, bien sûr, avoir épongé la dette à leur égard d'une bonne loi d'annulation. Et ne parlons pas de la remontée des taux qui s'amorce et qui sera particulièrement cruelle pour les pays en déficit permanent, sans parler de la notation AA et du AAA qui nous a encore été refusé l'an dernier.
Il est assez malhonnête d'inviter un scientifique  pour lui poser des questions politisées auxquelles il n'est pas préparé. Par ailleurs, sans retomber dans les détails de la vieille et stupide controverse des 3% et du "doigt mouillé", se dessine actuellement en Europe du Nord une fronde contre la domination franco-allemande de l'Europe. Elle est menée par le premier ministre néerlandais. Le premier argument de ce groupe est de ne pas vouloir être dominé par un pays, la France, qui n'a jamais respecté la règle, acceptée par lui, du déficit à moins de 3%. Mais ce genre de considérations échappe à un Erner insoumis, puisque pour les Mélenchon, Corbière et autres Coquerel, la France est seule au monde.



Dernière édition par munstead le Mar 27 Mar 2018, 09:44, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

624
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Mar 27 Mar 2018, 09:23

Ci-dessus
munstead(http://www.regardfc.com/t94p620-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30379) a écrit:Vers 7 h 15 Guillaume Erner reçoit un représentant de l'INSEE pour commenter le passage tant attendu en France et ailleurs en Europe du déficit sous la barre des 3%. Erner, qui pas une seconde ne salue le passage à 2,6%, oriente toutes ses questions pour arriver à sa conclusion nous sommes en régime d'austérité. Oyez, oyez bonnes gens, la France vit dans l'austérité, notre avenir c'est la Grèce. Et il déroule toute l'argumentation de la FI, quasi mot-à-mot (...)
La séquence : Déficit public sous les 3% : la France est-elle devenue une bonne élève ? dans La Question du jour [7 min] 27/03/2018 avec Ronan Mahieu, Chef de département des comptes nationaux à l'INSEE.

Le descriptif incompréhensible : Lundi 26 mars, l’INSEE annonce que pour la première fois depuis 2007, la France repasse sous le seuil des 3 % de déficit exigés par les traités européens. Néanmoins, la dette française reste au dessus des 60% du PIB, comme l’imposent les critères européens.

3% de déficit sont "exigés" par les traités ? C'est nouveau, ça ! C'est ne pas dépasser le seuil maximal de 3% qui est exigé...

"les critères européens imposent" que "la dette française reste au dessus des 60% du PIB" ? N'importe quoi !

France Culture dans toute sa splendeur.

Quant à la photo, surtout ne pas se décarcasser pour en trouver une hors "Getty" avec une légende en français (ici c'est "Ministry of economy and finance of Bercy on the banks of the Seine in Paris on September 20, 2015 in Paris, France.• Crédits : Frédéric Soltan - Getty".

Voir le profil de l'utilisateur

625
Répondre en citant  
Peut-être voulait-elle dire 30 milliards ? - le Mar 27 Mar 2018, 20:32

@Philaunet a écrit:« les critères européens imposent » que « la dette française reste au dessus des 60% du PIB » ? N’importe quoi !

Les journalistes de France Culture qui ne comprendraient rien à l'actualité à cause de leur engagement politique ? Ciel ! Voici une autre petite perle, servie par Cécile de Kervasdoué lors du journal de la mi-journée. Elle nous parle d'éducation à l'occasion de cette annonce du gouvernement : rendre l'école obligatoire dès 3 ans. Cécile de Kervasdoué, comme la majorité de ses collègues, ne parvient pas à dépasser le paradigme de l' "égalité" en matière d'éducation. C'est l'alpha et l'oméga, la solution à tous les problèmes, et France Culture ne sait pas parler d'éducation sans que le mot n'apparaisse deux à trois fois par phrase. A cause de cela, il est donc évident que ces analystes ne comprennent pas grand chose aux problèmes de l'éducation, et cela va même plus loin, car ils sont capables de croire n'importe quoi et le répéter à l'antenne, avec la crédibilité de la rédaction et de la station mise en jeu. Le pire, c'est que Cécile de Kervasdoué croit dur comme fer à l'ânerie qu'elle a entendue, et qu'elle répète à l'antenne :

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14310-27.03.2018-ITEMA_21629023-6.mp3" debut="05:24" fin="06:38"]

" Une question d'égalité aussi par rapport au langage qui est la clé de tout apprentissage. Aujourd'hui, un enfant d'un quartier défavorisé connait à 4 ans 30 millions de mots en moins par rapport à un enfant favorisé. "

A la fin de son intervention, Antoine Mercier est un peu interloqué :

" Merci Cécile. Tout petit rectificatif sur le nombre de mots en moins ? Je crois que vous avez parlé de 30 millions, c'est 3000, sans doute ?
- Non, il me semble avoir entendu 30 millions
- Ah bon, ok, excusez-moi etc."
- (une voix, peut-être une invitée?) : on va dire 3000, sans doute."


Ce que lit CdK à l'antenne, c'est tout de même un papier qu'elle rédige en tant que spécialiste de l'éducation. Il est rempli d'emphase et d'exagérations ("Les ADSEMs, sans qui aucun apprentissage n'est possible"), d'un peu de mauvaise foi, d'obsession sur les inégalités, et, donc, d'une grosse contre-vérité qu'elle pense être vraie, car elle l'a entendue. C'est un autre genre de fake news : "je vous le dis parce que je pense que c'est vrai [car cela alimente mes opinions politiques]".

Il y a un rédacteur en chef dans cette rédaction ? Les papiers sont-ils vérifiés, fact-checkés ? Curieux de vouloir vider l'antenne de sa programmation culturelle pour privilégier l'actualité quand celle-ci est traitée avec autant d'amateurisme et de parti pris. CdK nous a habitué à pire, on se souvient qu'elle avait conçu une chronique où elle chantait les titres de l'actualité avec sa voix de chanteuse d'opéra, c'était consternant et personne, en interne, n'avait pu lui dire que c'était un désastre. Bref, pour reprendre une formule célèbre, il faut se ressaisir.

Voir le profil de l'utilisateur

626
Répondre en citant  
France Culture nous inflige 30 millions de maux - le Mar 27 Mar 2018, 21:05

Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t94p620-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30383) a écrit: (...)
Les journalistes de France Culture qui ne comprendraient rien à l'actualité à cause de leur engagement politique ? Ciel !  Voici une autre petite perle, servie par Cécile de Kervasdoué lors du journal de la mi-journée. Elle nous parle d'éducation à l'occasion de cette annonce du gouvernement : rendre l'école obligatoire dès 3 ans. Cécile de Kervasdoué, comme la majorité de ses collègues, ne parvient pas à dépasser le paradigme de l' "égalité" en matière d'éducation. C'est l'alpha et l'oméga, la solution à tous les problèmes, et France Culture ne sait pas parler d'éducation sans que le mot n'apparaisse deux à trois fois par phrase. A cause de cela, il est donc évident que ces analystes ne comprennent pas grand chose aux problèmes de l'éducation, et cela va même plus loin, car ils sont capables de croire n'importe quoi et le répéter à l'antenne, avec la crédibilité de la rédaction et de la station mise en jeu. Le pire, c'est que Cécile de Kervasdoué croit dur comme fer à l'ânerie qu'elle a entendue, et qu'elle répète à l'antenne :

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14310-27.03.2018-ITEMA_21629023-6.mp3" debut="05:24" fin="06:38"]

" Une question d'égalité aussi par rapport au langage qui est la clé de tout apprentissage. Aujourd'hui, un enfant d'un quartier défavorisé connait à 4 ans 30 millions de mots en moins par rapport à un enfant favorisé. "

A la fin de son intervention, Antoine Mercier est un peu interloqué :

" Merci Cécile. Tout petit rectificatif sur le nombre de mots en moins ? Je crois que vous avez parlé de 30 millions, c'est 3000, sans doute ?
- Non, il me semble avoir entendu 30 millions
- Ah bon, ok, excusez-moi etc."
- (une voix, peut-être une invitée?) : "on va dire 3000, sans doute."
Au fou ! Au fou ! Elle insiste sur "30 millions de mots" ! N'importe qui sait qu'un dictionnaire contient entre 40 000 et 60 000 mots. En tous les cas, toute personne faisant des chroniques depuis des années sur France Culture devrait le savoir.

Comment peut-on une seule seconde penser qu'une langue puisse compter "des millions" de mots ? Et tant de millions qu'un enfant de quatre ans (quatre ans !) pourrait en maîtriser "30 millions" de moins qu'un autre !

Chacun sait (pardon, mais ça semble une évidence, tant cela est répété) qu'un adulte utilise environ 3000 mots dans la conversation quotidienne. Combien pour un enfant "favorisé" ou non ?

Tiens voyons voir par ici : Un lycéen utilise 1000 mots dans sa vie quotidienne (et Marie Richeux moitié moins...).

La chronique et le dialogue qui la suit deviennent de plus en plus burlesques à la lecture de ceci "On compte 60.000 mots dans le Petit Robert. Un adulte en utilise 3000 dans sa vie de tous les jours. Les lycéens oscillent entre 800 à 1600 mots à l’oral. Les jeunes les plus cultivés en connaissent 6000. (...) À14 ans, on connaîtrait quelque 3725 mots, pour n’en utiliser que 1000 au quotidien (...)".

Pour aller plus loin on pourra lire Une étude de cas : le lexique d'une classe de cours préparatoire en ZEP (paragraphes 16 à 18).

Voir le profil de l'utilisateur

627
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Mer 28 Mar 2018, 07:36

Philaunet(http://www.regardfc.com/t94p620-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30384) a écrit:
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t94p620-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30383) a écrit: (...)
Les journalistes de France Culture qui ne comprendraient rien à l'actualité à cause de leur engagement politique ? Ciel !  Voici une autre petite perle, servie par Cécile de Kervasdoué lors du journal de la mi-journée. Elle nous parle d'éducation à l'occasion de cette annonce du gouvernement : rendre l'école obligatoire dès 3 ans. Cécile de Kervasdoué, comme la majorité de ses collègues, ne parvient pas à dépasser le paradigme de l' "égalité" en matière d'éducation. C'est l'alpha et l'oméga, la solution à tous les problèmes, et France Culture ne sait pas parler d'éducation sans que le mot n'apparaisse deux à trois fois par phrase. A cause de cela, il est donc évident que ces analystes ne comprennent pas grand chose aux problèmes de l'éducation, et cela va même plus loin, car ils sont capables de croire n'importe quoi et le répéter à l'antenne, avec la crédibilité de la rédaction et de la station mise en jeu. Le pire, c'est que Cécile de Kervasdoué croit dur comme fer à l'ânerie qu'elle a entendue, et qu'elle répète à l'antenne :

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14310-27.03.2018-ITEMA_21629023-6.mp3" debut="05:24" fin="06:38"]

" Une question d'égalité aussi par rapport au langage qui est la clé de tout apprentissage. Aujourd'hui, un enfant d'un quartier défavorisé connait à 4 ans 30 millions de mots en moins par rapport à un enfant favorisé. "

A la fin de son intervention, Antoine Mercier est un peu interloqué :

" Merci Cécile. Tout petit rectificatif sur le nombre de mots en moins ? Je crois que vous avez parlé de 30 millions, c'est 3000, sans doute ?
- Non, il me semble avoir entendu 30 millions
- Ah bon, ok, excusez-moi etc."
- (une voix, peut-être une invitée?) : "on va dire 3000, sans doute."
Au fou ! Au fou ! Elle insiste sur "30 millions de mots" ! N'importe qui sait qu'un dictionnaire contient entre 40 000 et 60 000 mots. En tous les cas, toute personne faisant des chroniques depuis des années sur France Culture devrait le savoir.

Comment peut-on une seule seconde penser qu'une langue puisse compter "des millions" de mots ? Et tant de millions qu'un enfant de quatre ans (quatre ans !) pourrait en maîtriser "30 millions" de moins qu'un autre !

Chacun sait (pardon, mais ça semble une évidence, tant cela est répété) qu'un adulte utilise environ 3000 mots dans la conversation quotidienne. Combien pour un enfant "favorisé" ou non ?

Tiens voyons voir par ici : Un lycéen utilise 1000 mots dans sa vie quotidienne (et Marie Richeux moitié moins...).

La chronique et le dialogue qui la suit deviennent de plus en plus burlesques à la lecture de ceci "On compte 60.000 mots dans le Petit Robert. Un adulte en utilise 3000 dans sa vie de tous les jours. Les lycéens oscillent entre 800 à 1600 mots à l’oral. Les jeunes les plus cultivés en connaissent 6000. (...) À14 ans, on connaîtrait quelque 3725 mots, pour n’en utiliser que 1000 au quotidien (...)".
Et le débat se poursuit ce mercredi matin avec une spécialiste de la Sorbonne, qui ne semble pas vraiment maîtriser le sujet. D'emblée, il est affirmé — et rappelé en conclusion — que 97% des enfants sont scolarisés dès l'âge de 3 ans, ce que confirme la spécialiste. Or il s'agit d'une statistique globale. Le chiffre baisse dans les quartiers défavorisés et encore plus dans les DOM TOM où il baisse jusqu'à 70%. Erner aurait-il oublié Bourdieu, Piketty et ses mantras sur l'inégalité? Cette mesure est égalitaire, dans le meilleur sens du terme, mais il ne faut pas le dire. Après tout, c'est ce Blanquer qui l'a prise, ce Macron qui l'a annoncée. Ou ferais-je une légère fixation?.

Voir le profil de l'utilisateur

628
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Mer 28 Mar 2018, 08:01

munstead(http://www.regardfc.com/t94p620-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30386) a écrit: (...) Et le débat se poursuit ce mercredi matin avec une spécialiste de la Sorbonne, qui ne semble pas vraiment maîtriser le sujet. D'emblée, il est affirmé — et rappelé en conclusion — que 97% des enfants sont scolarisés dès l'âge de 3 ans, ce que confirme la spécialiste. Or il s'agit d'une statistique globale. Le chiffre baisse dans les quartiers défavorisés et encore plus dans les DOM TOM où il baisse jusqu'à 70%. Erner aurait-il oublié Bourdieu, Piketty et ses mantras sur l'inégalité? Cette mesure est égalitaire, dans le meilleur sens du terme, mais il ne faut pas le dire. Après tout, c'est ce Blanquer qui l'a prise, ce Macron qui l'a annoncée. Ou ferais-je une légère fixation?.
"Emmanuel Macron va rendre l'école obligatoire dès l'âge de 3 ans..." (cf. pastille). Ah, le président aurait cette prérogative ? Jeu : combien de fois JM Blanquer emploie-t-il les mots "inégalités" et "justice sociale" en une minute ?  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14310-27.03.2018-ITEMA_21629023-8.mp3" debut="12:02" fin="13:20"]  (Journal de 22h 28 03 2018)
FC et LFI battues à plate couture, c'est assez amusant.

C'était Cécile de Kervasdoué qui tendait le micro au ministre ? Quand il a dit "La maîtrise du vocabulaire est très différente d'un enfant à l'autre", elle a compris "Aujourd'hui, un enfant d'un quartier défavorisé connait à 4 ans 30 millions de mots en moins par rapport à un enfant favorisé" ? C'est vraiment excellent. Le grand professionnalisme de France Culture rappelé ici par Yann Sancatorze et discuté plus haut post 626 (merci d'avoir relevé cette perle à conserver dans les archives) :
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t94p620-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30383) a écrit: (...) Cécile de Kervasdoué, comme la majorité de ses collègues, ne parvient pas à dépasser le paradigme de l' "égalité" en matière d'éducation. C'est l'alpha et l'oméga, la solution à tous les problèmes, et France Culture ne sait pas parler d'éducation sans que le mot n'apparaisse deux à trois fois par phrase. A cause de cela, il est donc évident que ces analystes ne comprennent pas grand chose aux problèmes de l'éducation, et cela va même plus loin, car ils sont capables de croire n'importe quoi et le répéter à l'antenne, avec la crédibilité de la rédaction et de la station mise en jeu. Le pire, c'est que Cécile de Kervasdoué croit dur comme fer à l'ânerie qu'elle a entendue, et qu'elle répète à l'antenne :

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14310-27.03.2018-ITEMA_21629023-6.mp3" debut="05:24" fin="06:38"]

" Une question d'égalité aussi par rapport au langage qui est la clé de tout apprentissage. Aujourd'hui, un enfant d'un quartier défavorisé connait à 4 ans 30 millions de mots en moins par rapport à un enfant favorisé. "

A la fin de son intervention, Antoine Mercier est un peu interloqué :

" Merci Cécile. Tout petit rectificatif sur le nombre de mots en moins ? Je crois que vous avez parlé de 30 millions, c'est 3000, sans doute ?
- Non, il me semble avoir entendu 30 millions
- Ah bon, ok, excusez-moi etc."
- (une voix, peut-être une invitée?) : "on va dire 3000, sans doute."


Ce que lit CdK à l'antenne, c'est tout de même un papier qu'elle rédige en tant que spécialiste de l'éducation. Il est rempli d'emphase et d'exagérations ("Les ADSEMs, sans qui aucun apprentissage n'est possible"), d'un peu de mauvaise foi, d'obsession sur les inégalités, et, donc, d'une grosse contre-vérité qu'elle pense être vraie, car elle l'a entendue. C'est un autre genre de fake news :  "je vous le dis parce que je pense que c'est vrai [car cela alimente mes opinions politiques]".

Il y a un rédacteur en chef dans cette rédaction ? Les papiers sont-ils vérifiés, fact-checkés ? Curieux de vouloir vider l'antenne de sa programmation culturelle pour privilégier l'actualité quand celle-ci est traitée avec autant d'amateurisme et de parti pris. CdK nous a habitué à pire, on se souvient qu'elle avait conçu une chronique où elle chantait les titres de l'actualité avec sa voix de chanteuse d'opéra, c'était consternant et personne, en interne, n'avait pu lui dire que c'était un désastre. Bref, pour reprendre une formule célèbre, il faut se ressaisir.

Voir le profil de l'utilisateur

629
Répondre en citant  
Erner, le journaliste et l'objectivité - le Mer 11 Avr 2018, 08:26

6 h 55: billet d'humeur d'Erner. Prise de position en direct sur NDDL. L'État aurait dû laisser passer, laisser les gentils zadistes vaquer à leurs occupations agraires dans leurs si jolies cabanes rustiques. Qui cela aurait-il gêné? Conclusion, l'État (Macron), c'est pas bien, les Zadistes c'est bien. D'ailleurs Max Weber aurait approuvé Erner. Après un tel billet, à réécouter, comment ce "journaliste" peut-il prendre les commandes d'un journal d'information ? Comment peut-on imaginer qu'il interroge honnêtement, sans préjugé, ceux qui ne sont pas de son avis?

Puis rien sur NDDL pendant 47'. Il ne s'est donc rien passé hier, ni cette nuit dans le bocage? Il faut donc attendre l'absence d'un autre invité annoncé pour qu'Erner entame une longue discussion avec Véronique Rebeyrotte, style papotage autour d'une tasse de thé: répétitions sans fin, hésitations de VR qui n'avait rien prévu, qui ne connaît pas son dossier et n'est pas allée sur le terrain depuis deux semaines, considérations oiseuses sur l'état d'esprit de la préfète, approximations ("un baraquement construit de leurs mains, c'est un squat" dit-elle…), aucun chiffre, informations fausses comme "Vinci qui est propriétaire de NDDL", blocage sans importance d'une route départementale "puisqu'on peut la contourner facilement", la réussite du Larzac (situation tellement différente), etc. Bref du remplissage d'antenne et conversation sans le moindre intérêt, si ce n'est de montrer une fois de plus le parti pris d'Erner. Juste une petite pastille sonore sur une intervention d'un député LREM qui voudrait que les choses s'apaisent. Bon choix, censé prouver que le gouvernement est de plus en plus isolé… Rien bien sûr sur la violence. On ne citera pas cette fusée anti-grêle contre un hélicoptère de gendarmerie qui relève de la tentative directe de meurtre, rien sur les cocktails molotov lancés sur des véhicules occupés par des gendarmes. Ils sont du mauvais côté, ils ont tort, ils n'avaient qu'à faire du fromage de chèvre.
Ainsi va l'information sur FC. Que la directrice générale de FC et le président de Radio-France acceptent ce genre de dérive à l'antenne est stupéfiant.
Il ne s'agit pas d'inverser l'idéologie de la rédaction de FC, mais de la balayer et de revenir (ou plutôt d'aller, tant la situation dure depuis longtemps) vers une véritable ouverture (comme s'en targue en boucle FC) et de fournir une information sans tamisage idéologique ou stratégique, de regagner la confiance des auditeurs.

Voir le profil de l'utilisateur

630
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Mer 11 Avr 2018, 10:20

Franchement, pour une fois, on peut bien excuser Guillaume Erner de prendre parti pour les zadistes.D'accord, on devrait évoquer leurs violences.Mais c'est un peu la lutte du pot de terre contre le pot de fer.
On leur reproche de n'avoir pas préparé un dossier correct pour garder la location ou la propriété des terres sur lesquelles ils ont édifié des cabanes à vivre et qu'ils cultivent.
Quand on sait la difficulté d'établir ces dossiers quand on ne l'a jamais fait et l'interdit qui règne sur le collectif, il ne faut  pas trop s'étonner.
Je pense que la majorité des gens ignore la quasi impossibilité d'acquérir des terres quand on n'est pas un gros exploitant ou , du moins, quand on n'est pas déjà exploitant.
Je suis sûre de ce j'affirme, ayant été témoin proche de ce qui est arrivé à un maraîcher d'AMAP près de chez moi.Je peux également confirmer la très grande compétence agricole de ce maraîcher, ce n'est pas un rigolo, un phraseur.Voici ce qui lui est arrivé:
il a postulé auprès de la SAFER pour des terres(une dizaine d'hectares) qui se libéraient près de sa petite exploitation de quelques hectares,terres bien situées à coté d'un petit cours d'eau.Il avait indiqué qu'il souhaiterait y avoir d'autres associés élevant des animaux( afin d'utiliser le fumier pour l'exploitation maraîchère)et donc de cultiver des céréales pour les nourrir.
On a refusé son dossier et le scandale, c'est qu'on a attribué ces terres à une personne qui n'était pas du tout de la partie.
Ce genre de situation se retrouve tous les jours.Alors, vous comprenez, je ne suis pas au courant de ce qui se passe réellement à Nantes, mais ,a priori, je suis pour les zadistes.Cette appropriation des terres par les gros exploitants, ou par des sociétés est trop révoltante.
J'ajoute enfin, que ce maraîcher  et son associé,quand il sont  arrivés dans cette région il y a environ vingt ans s'étaient  construit une cabane en bottes de pailles pour eux et leur famille.Ils ont d'abord vendu sur les marchés puis ont constitué une AMAP.

Voir le profil de l'utilisateur

631
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC - le Mer 11 Avr 2018, 10:41

antonia(http://www.regardfc.com/t94p620-les-journaux-et-la-redaction-de-fc#30435) a écrit:Franchement, pour une fois, on peut bien excuser Guillaume Erner de prendre parti pour les zadistes.D'accord, on devrait évoquer leurs violences.Mais c'est un peu la lutte du pot de terre contre le pot de fer.
On leur reproche de n'avoir pas préparé un dossier correct pour garder la location ou la propriété des terres sur lesquelles ils ont édifié des cabanes à vivre et qu'ils cultivent.
Quand on sait la difficulté d'établir ces dossiers quand on ne l'a jamais fait et l'interdit qui règne sur le collectif, il ne faut  pas trop s'étonner.
Je pense que la majorité des gens ignore la quasi impossibilité d'acquérir des terres quand on n'est pas un gros exploitant ou , du moins, quand on n'est pas déjà exploitant.
Je suis sûre de ce j'affirme, ayant été témoin proche de ce qui est arrivé à un maraîcher d'AMAP près de chez moi.Je peux également confirmer la très grande compétence agricole de ce maraîcher, ce n'est pas un rigolo, un phraseur.Voici ce qui lui est arrivé:
il a postulé auprès de la SAFER pour des terres(une dizaine d'hectares) qui se libéraient près de sa petite exploitation de quelques hectares,terres bien situées à coté d'un petit cours d'eau.Il avait indiqué qu'il souhaiterait y avoir d'autres associés élevant des animaux( afin d'utiliser le fumier pour l'exploitation maraîchère)et donc de cultiver des céréales pour les nourrir.
On a refusé son dossier et le scandale, c'est qu'on a attribué ces terres à une personne qui n'était pas du tout de la partie.
Ce genre de situation se retrouve tous les jours.Alors, vous comprenez, je ne suis pas au courant de ce qui se passe réellement à Nantes, mais ,a priori, je suis pour les zadistes.Cette appropriation des terres par les gros exploitants, ou par des sociétés est trop révoltante.
J'ajoute enfin, que ce maraîcher  et son associé,quand il sont  arrivés dans cette région il y a environ vingt ans s'étaient  construit une cabane en bottes de pailles pour eux et leur famille.Ils ont d'abord vendu sur les marchés puis ont constitué une AMAP.

Chère Antonia, que vous soyez pour les zadistes n'a aucune importance à mes yeux. Bravo.  Beaucoup de Français sont contre leurs positions, quelques uns sont pour et c'est très bien comme ça.  L'inverse me gênerait, mais je l'accepterais et si ces perspectives misérabilistes s'imposaient, j' irais sans doute vivre ailleurs. Ce qui est inadmissible, en revanche, est que le responsable de la rédaction du journal d'une station de radio du service public prenne cette position. Il se décrédibilise et décrédibilise France Culture.

Quant à votre "Je pense que la majorité des gens ignore la quasi impossibilité d'acquérir des terres quand on n'est pas un gros exploitant ou , du moins, quand on n'est pas déjà exploitant." adressez-vous aux agriculteurs et à leurs syndicats qui ont tout fait pour verrouiller cette situation.



Dernière édition par munstead le Mer 11 Avr 2018, 15:00, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


632
Répondre en citant  
Re: Les journaux et la rédaction de FC -

Les journaux et la rédaction de FC     Page 63 sur 69

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 33 ... 62, 63, 64 ... 69  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum