Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Le blog de Jean Lebrun    Page 2 sur 5

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Le blog de Jean Lebrun - le Dim 30 Aoû 2009, 15:40

Rappel du premier message :

Bonjour  à  tous,
nous avons  pris  connaissance, hier  et aujourd'hui,  des  deux  derniers  messages  de Jean Lebrun  sur  son blog.

Je propose, dans ce  fil, de  réagir,  au deuxième  de  ces  deux  textes,   posté  aujourd'hui, et  intitulé  "Sur  le  banc".  Pour  plus de  commodité, je me  permets de  le  reproduire ci-dessous.

=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=
Sur le banc

"Les programmes d’été s’achèvent. Ce n’est pas à moi de faire des commentaires personnalisés sur la “relève” telle qu’elle a pu s’y révéler. Il y a ici assez de censeurs spécialisés dans la dénonciation de l’énonciation, de la prononciation et de l’élocution. Je les laisse bien volontiers guetter, embusqués derrière leurs pseudonymes, les fautes de ceu qui s’e posent devant le micro.
Je voulais juste signaler ce qu’a pu nous apprendre la série de Sur le banc. Un duo, Rafal Yem et Chloë Juhel: le premier, issu d’une famille cambodgienne, vit à Herouville Saint-Clair, près de Caen et la seconde a passé sa jeunesse à Lagny, assez loin de Paris-Centre. Des invités anonymes mais qui mènent dans l’obscurité une action déterminée, notamment dans les “quartiers”: enseignement, théatre ou tout simplement, vente, dans les étages des immeubles, d’un thé succulent…Rafal et Chloé ont déplacé leur banc, soir après soir, de telle sorte qu’il soit toujours face au rayons de la bonne humeur. C’était, autrement que l’emission de Dominique Rousset avec Régis Debray, un “moment fraternité”.
Je lis: ils viennent du Mouv’, leurs hôtes s’e priment mal… Rares, sauf sur ce blog, sont les auditeurs qui n’écoutent que France-Culture. Notre station s’inscrit dans une constellation, Radio France; elle tente de former un système qui s’efforce de répondre à toutes les demandes d’un public nomade et changeant et donc de le retenir dans une offre de service public. En conséquence, il est souhaitable que des producteurs de Culture passent à Inter, tel Nicolas Demorand. Ou bien que Marc Voinchet revienne de Musique pour nous retrouver . Ou encore que Rafal et Chloé nous rejoignent, venus du Mouv. J’ajoute même, horreur, qu’ils préparent pour cette rentrée une émission de… télévision mais sur France 5, toujours le service public donc. Figurez-vous qu’ ils ne se sentent à l’aise que dans cette structure.
Dans le climat du service public, ils respirent comme un air de rigueur. Et nous, nous avons été heureu qu’ils apportent sur notre chaîne encombrée de soucis, de préoccupations, d’abstractions comme un air de fantaisie. “Mais, sans nos quartiers, disait un jour l’un des invités de Sur le banc, vous n’auriez bientôt plus de quoi faire de la vraie radio!”

PS Vous aurez remarqué que, si ma ligne est rétablie, manque aujourd’hui une lettre à mon clavier. Vous rectifierez de vous même dans les blancs que j’ai laissés volontairement. Et constaterez que moi aussi, je peu - non: je puis- être victime d’une censure aveugle.

=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=

J'y  ai  répondu pour  ma  part,   de  façon modérée  et courtoise, je le  crois.  Je pense  que  Jean  Lebrun ne  nous en voudra pas, s'il  visite de  ce blog,  de  trouver  ici   des  réactions un peu  plus  fermes  et critiques.
* * *

11
Répondre en citant  
Re: Le blog de Jean Lebrun - le Jeu 03 Sep 2009, 13:47

C'est peut-être un code? "La reine des abeilles ne butinera pas par quatre chemins ce soir... Je répète : la reine des abeilles ne butinera pas par quatre chemins ce soir"

12
Répondre en citant  
Enigme sur le blog de Jean Lebrun - le Dim 13 Sep 2009, 19:09

Bon, il y a un truc, là.
Je fais remonter ce fil ouvert par Agathe sur la ligne éditoriale de Jean Lebrun. Je suppose que c'est la ligne éditoriale de son Blog, parce que pour celle de Sur Les Docks, on n'a pas commencé à en parler mais je sens que ça sera gratiné, vu le parallèle avec la ligne Kronlund.
Donc non : il s'agit bien du blog de Jean lebrun sur le site FC.
http://franceculture-blogs.com/quai-de-seine/2009/09/02/a-lisbonne-une-fabrica-modele/#comments
Ce qui se passe là-bas en ce moment même mérite réflexion : certains s'y cassent à tenter le dialogue, dialogue qui est toujours saboté par des trolls. Alors je suis tenté de transférer ici une part du débat ou plutôt du non-débat.
a) dans ce fil je suggère de parler de la bizarrerie qu'est ce blog Lebrun.
b) dans des fils créés en cas de besoin, reprendre les débats radio qui se trouvent là-bas stérilisés par la chicane

Je vais le faire illico pour la question de l'auto-pub pendant les émissions.

Bon, c'est parti...

13
Répondre en citant  
Re: Le blog de Jean Lebrun - le Dim 13 Sep 2009, 19:19

Première question :
Comment expliquer que sur le blog Lebrun, il y ait de la déstabilisation interne ?

Selon Agathe, ça fait finalement l'affaire de Lebrun, que les auditeurs se comportent comme des chiffonniers, en ce que ça discrédite de façon générale la critique déposée sur le site.

Est-ce que on doit en conclure que plus on répond aux asticoteurs, plus le compteur tourne ? Compteur qui est bon pour Lebrun, et d'autant meilleur qu'on s'y active ... ?
Si c'est ça, pourquoi ne pas expliquer clairement à la direction ce qui se passe, ce que les 2 ou 3 trolls font la-bas, ce qu'il faisait ici jusqu'à ce qu'on le neutralise (on a encore quelques traces en voie d'effacement) ?

Bon, pour le reste je patauge, je le reconnais.
Eclairez-moi sur la finalité du blog Lebrun svp ???

14
Répondre en citant  
Il y a des baffles qui se perdent - le Mar 15 Sep 2009, 21:16

Je trouve qu'il exagère Jean Lebrun. Il y a 24h de ça, il nous torche un billet bien fichu et intelligent, mais c'est juste pour dégager nos critiques en touche, et surtout sans y répondre. Ce 15ème billet a déclenché plus de 100 commentaires en réponse, dont même pas 12 qui parlent radio. Ce blog Lebrun est un grand foutage de gueule où, entre les prises de bec même avec les potes, et le brouillage interne, une fois de plus la radio passe à la trappe, comme sur l'antenne de FC où la culture passe à la trappe.

Donc en accord avec le titre de ce Fil, je vais faire une fois de plus le tri, afin que ce qu'on y lisait de mémorable se trouve, tout de même, lisible à terme...

15
Répondre en citant  
Jean Lebrun se fout de nous : - le Mar 15 Sep 2009, 21:24

Dans son blog hier à 20h, Jean Lebrun écrit ce billet :
<< Tel ou tel s’interroge sur l’utilité de ce blog. Mais tel ou tel autre note que je suis coriace et obstiné. Je persiste donc et continue de suivre mon bonhomme de chemin. Après une journée passée dimanche dernier à La Ferté-Vidame où se tenaient plusieurs débats sur la mémoire, je voulais semer ici,à l’usage des esprits de bonne volonté, quelques remarques, en prévenant toutefois qu’elles ne prétendent pas atteindre la même hauteur de vue que les innombrables et mémorables commentaires postés ici…
Quand on vient du Perche, qu’on sort de la forêt et qu’on parvient au parc de La Ferté-Vidame, la vue est saisissante: au bout d’une longue perspective, se détache la silhouette, grandiose mais ruinée, d’un superbe chateau. La Révolution dévasta le batiment mais ne suffit pas à effacer complètement l’ombre qu’il continue de porter sur la pelouse, l’allée, les fossés. C’est dans cet espace que, tout un après midi, Lanzmann, Pingaud, Blas de Roblès, Jourde, Forest allaient parler de la mémoire. “Ce qui a été, écrivait Jankelevitch, ne peut désormais ne pas avoir été; le fait empli de mystère et profondément obscur d’avoir été est son viatique pour l’éternité.”
A La Ferté-Vidame,la première impression, cependant, peut être trompeuse. On sait, en y arrivant, que c’était le fief de Saint-Simon et on pense spontanément que le chateau ruiné était le sien et que, décidément, les grandeurs d’établissement que défendait le petit duc ne pèsent pas lourd sur les balances du temps. En réalité, ce que les acheteurs de Biens nationau ne sont pas parvenus à désosser complètement dans les années 1790, ce n’est pas la demeure du mémorialiste mais celle que son successeur, Laborde, a construite après avoir lui-même démoli ce que son predecesseur avait tenté, sans beaucoup d’argent, de maintenir. A cette révélation,le sens de nos méditations est aussitôt dévié: notre mémoire, décidément, est encombrée de chausse-trapes dont il nous faut nous méfier à chaque instant.
Je traduirais bien, à l’usage maintenant des auditeurs nostalgiques de France-Culture: ce qui a été mérite en effet d’être préservé puisque le respect du passé fonde l’éthique mais attention, nous croyons souvent avoir entendu une chaine qui, jamais, n’a été.
Souvenir rennais maintenant que j’espère transcrire correctement. L’été 2008, j’entre dans une librairie de la ville. Dans la boutique, j’entends la rediffusion d’un des samedis après-midis de la station tels que les illustra Frédéric Mitterrand. Le propriétaire se met à m’entreprendre: “Vous croyez que c’est de la culture,ça?” Je souris aujourd’hui dans ma barbe, maintenant que l’ancien producteur de la chaîne est installé rue de Valois. A l’époque, j’ai écourté la conversation grâce à l’achat d’un petit livre, que je vois évoqué à plusieurs reprises sur ce blog, et qui dénoncait la ruine programmée pierre à pierre de France Culture, un peu à la manière de celle de La Ferté-Vidame par les barbares. J’y reviendrai sans doute à l’occasion mais je constatais, à la lecture de cet opuscule, que chaque page ou à peu près contenait une erreur. Qui s’installe dans le confort du devoir de mémoire (”découvrez-vous, bonnes gens, devant le saccage et pourchassez les coupables”) se dispense trop souvent du travail qu’il faut faire sur ses souvenirs et aussi de la recherche d’un minimum d’e actitude historique. Le chateau de Saint-Simon n’a jamais été ce que nos yeu croient voir. Et, pareillement, France Culture n’a pas été ce que nos oreilles croient avoir entendu.
Avant de développer une autre fois cette idée, je voudrais juste citer notre directeur. Puisque des participants de ce blog considèrent qu’on entend trop Bruno Patino, je reprends à dessein un de ses récents propos: je suis coriace et obstiné et surtout, je ne vois pas de raison de taire ce qui me paraît juste. France Culture,observe donc Bruno Patino, autrefois déjà, vivait dans une tension entre sa vocation auto-affirmée d’université populaire et sa recherche e périmentale de création. C’est fondamentalement la contradiction qui la caractérise. Cultiver une mémoire univoque,faisant fi de cette contradiction, ne pas vouloir considérer que la mémoire est aussi une forme de fiction, c’est, disait Philippe Forest dans les débats de dimanche à La Ferté-Vidame, c’est se condamner au travau forcés du deuil perpétuel. >>

16
Répondre en citant  
Voici la réponse d'Agathe - le Mar 15 Sep 2009, 21:27

<< Bonsoir Jean Lebrun, merci pour votre intéressant message qu mérite sans doute bien des commentaires. Je suis contente de lire une réponse à beaucoup de nos inquiétudes, bien que toujours un peu … allusive ou prenant des chemins détournés (vous semblez aimer la parabole, le parallèle …).

Juste un mot, ce risque de “fictionnalisation” de la mémoire (”Je traduirais bien, à l’usage maintenant des auditeurs nostalgiques de France-Culture: ce qui a été mérite en effet d’être préservé puisque le respect du passé fonde l’éthique mais attention, nous croyons souvent avoir entendu une chaîne qui, jamais, n’a été.”), nous en sommes souvent bien conscients, croyez-le (enfin, je parle pour moi !). Nous pouvons sans doute embellir nos souvenirs d’écoute. Cela n’est jamais à exclure. Mais il n’en reste pas moins que nous pouvons apprécier des dégradations très rapides et pas si lointaines dans notre souvenir. Et la plupart du temps, nous ne raisonnons pas sur des “impressions” très subjectives, imprécises, etc. Mais sur sur des faits ! Les durées d’émission ? La variété dans la sujets ? LA proportion du débat dans la programmation ? L’amateurisme ? Rien de tout cela n’est un mirage.

Alors, si votre réflexion sur la mémoire et ses déformations est sans doute à prendre en considération, permettez-moi de rester sceptique et résolument coriace…
Cordialement,
Agathe
(en ce qui concerne la présence du directeur à l’antenne, il me semble que nous ne parlons pas de la même chose… ) >>

17
Répondre en citant  
Voici la réponse de Mathilde - le Mar 15 Sep 2009, 21:29

<< Ben moi, je ne sourirais pas dans ma barbe, à votre place. Suggérez-vous que faire partie du gouvernement actuel est un gage de qualité en soi ? J’espère que vous êtes ironique, qu’il s’agit d’une mauvaise plaisanterie. Moi, je n’aurais pas écourté la conversation avec le libraire, parce que j’aurais sans doute été de son avis. Mais pour vous, c’était l’occasion cauchemardée de sonder un auditeur et d’argumenter avec lui… Quoi qu’il arrive, Ali va s’accrocher, car il a de beaux jours devant lui, il fait exactement la même émission (sur le plan de la structure et du concept) en plus plate (du point de vue de l’animation) que l’autre guignol. A chaque fois que je l’entends, j’ai envie de lui demander : “Mais qu’est-ce qui vous pousse à être producteur ? Mais pourquoi animer une émission de radio ?”
Vous essayez aussi de nous faire passer une drôle de pilule : nous aurions été victimes de mirages auditifs, la qualité des anciennes émissions ne serait qu’invention de notre part. Là, ou vous dépassez les bornes ou vous êtes atteint d’Alzheimer dont le prénom est Aloïs (juste pour votre culture) au cas où vous l’auriez oublié. Ah! vous êtes coriace, vous n’êtes pas seul à l’être, cher Monsieur. Votre tentative de lavage de cerveau ne marche pas. La tâche est trop ample pour vos frêles épaules. De plus en plus pathétique, et inquiétant tout ça… J’espère que Pierre Jourde, lui qui tient blog (Confitures de culture sur le site Bibliobs, ne s’est pas gêné pour vous dire ce qu’il pensait de la dégradation de notre (France) Culture et de la participation de Josyane Savigneau à l’émission “Jeux d’épreuves”… >>

18
Répondre en citant  
Voici la réponse de Boèce - le Mar 15 Sep 2009, 21:30

<< On sait que la mémoire peut embellir ou reconstruire le passé mais dans
le cas de France Culture, les archives sont foisonnantes et sans appel.
C’est là qu’on constate par exemple que les talk show mondains du
samedi de Frederic Mitterrand, un peu futiles et degoulinants de sirop,
n’arrivent pas à la cheville des “Bon plaisir”, véritables documents
historiques pour l’avenir >>.

19
Répondre en citant  
Voici la seconde réponse d'Agathe - le Mar 15 Sep 2009, 21:32

<< À la relecture, je constate qu’une fois encore, le maître de céans est toujours dans le déni. Il est évidemment plus facile de renvoyer les auditeurs à leur passéisme invétéré ou aux failles de leur mémoire.
Il me semble pourtant que si les dirigeants de FC avaient un jour l’honnêteté et le courage de reconnaître et de dire :
- que la ligne éditoriale a été profondément bouleversée depuis 1999,
- que la culture est supplantée par l’actualité et son décryptage,
- que la conquête de nouveaux publics est une priorité absolue,
- que les sciences sociales se sont massivement installées sur la chaîne
- que les journalistes ont remplacé les producteurs venant d’horizons divers
- qu’ils y sont souverains
- que les œuvres, la lecture, les humanités ennuient profondément bien des néo-producteurs, qui ne les possèdent pas,
- que l’art ou le métier radiophonique, le soin apporté aux émissions, le son, la qualité vocale, tout cela est devenu secondaire,
- que Fc n’est plus faite que pour la coterie de ceux qui la font et non pour le public, et dans l’intérêt du public,
- enfin, que FC est un exemple patent de la trahison des clercs, eh bien,, ça ferait un sacré bien. Et ça clarifierait le débat.

À quand un aggiornamento de FC ? Personnellement, je ne demande que cela :
- que l’on reconnaisse loyalement que l’on a profondément modifié, ou altéré (dans ma lecture des choses) les missions de FC, qui ne sont plus des missions de transmission du savoir, des connaissances,
- qu’il ne s’agit pas seulement d’une marotte sans fondement d’auditeurs accrochés à des souvenirs inexacts,
- que cette chaîne cesse de s’appeler France Culture, ce qu’elle n’est plus qu’à 20 % ? (et encore) et qu’on la baptise d’une bonne fois pour toutes France Actu, France Sciences-Po. Ce sera plus conforme à la réalité et on ne nous fera plus prendre des vessies pour des lanternes.

Le problème, pour les dirigeants de Fc, est que certains auditeurs de Fc ont, justement, une mémoire. Gênante, cette mémoire. Peut-être idéalisatrice, mais pas que.
Alors, mieux vaut peut-être insinuer ou affirmer qu’elle est forcément fautive ? >>

20
Répondre en citant  
Voici ma première réponse à Lebrun (Nessie) - le Mar 15 Sep 2009, 21:35

<< Derniers mots du billet de Jean : “deuil perpétuel”. C’est celui des auditeurs mécontents. Deuil perpétuel, euh c’est juste une image ça, hmmm ? On a bien dit « juste une image » et pas « une image juste ». C’est celle que vous collez sur des auditeurs alors qu’ils ne portent aucun crêpe pas même mental : ils se disent seulement attachés à une certaine qualité radiophonique. Comme ce seul mot vous écorche, vous leur parlerez de création, usant par là de double langage et de soufflé
rhétorique, mais nous y reviendrons.

Reprenons : ce « deuil perpétuel » c’est pas une image juste, c’est juste une image. Ces auditeurs, plutôt que de les taxer de bavards, de grincheux, de perpétuels endeuillés et autres étiquettes racornies et déplaisantes (bravo pour votre élégance à vous et à la concierge du chemin de halage), vous pouvez tout aussi bien les voir comme des riverains mécontents, luttant contre une pollution sonore, et donc en pleine contestation citoyenne. C’est bien plus dynamique que le deuil, et de fait c’est pas le mouchoir qu’ils tiennent ces auditeurs, mais un porte-voix.

Car figurez-vous qu’ils ont ou plutôt ils avaient à deux pas de leurs oreilles à tous et où qu’ils soient, un magnifique parc public, d’accès libre et de qualité unique. Sur ce lieu de beauté qu’ils croyaient protégés (les naïfs) et donc sous leur nez (leurs oreilles), on leur a installé un saccage sonore, une sorte de foire vulgaire, bruyante, en prétextant que l’espace ne leur appartient pas et que d’autres citoyens y réclament fast-food, piste de moto, et baraques foraines, comme il y en a déjà tout autour de la ville. Les riverains contestent cet aménagement douteux. Leur réaction est la plus naturelle qui soit.

Cette image là qui ne vous vient même pas à l’esprit, nous sied mieux. Vous me direz que, tout autant que le deuil perpétuel, la contestation citoyenne des riverains mécontents, c’est juste une image. Certes. Mais formulée ainsi elle a peut-être une chance d’atteindre votre oreille interne tapissée d’un enduit épais étalé par maison kronlund la vache qu’est-ce que ça colle ce truc …

Bonne journée. >>

21
Répondre en citant  
Chaprot renchérit avec ceci : - le Mar 15 Sep 2009, 21:36

<< Une petite idée au passage : Agathe réclame à juste titre que les
dirigeants de France Culture assument l’évolution de la station
(journalisme et actualité). Peut-être pourrait-on renommer la station
“Iradio”, sur le modèle d’”Itélé”? Il suffit de regarder le champ
d’action de cette chaîne pour s’apercevoir que France Culture fait la
même chose :
http://www.itele.fr/
On a de plus en plus l’impression que les producteurs actuels de France
Culture utilisent l’excellente réputation (passée) de la station pour
se hausser du col en faisant néanmoins du décryptage d’actualité tout à
fait banal (Frédéric Martel a l’art de surprendre ses invités en leur
faisant croire qu’ils sont sur France Culture, alors que le style se
rapproche davantage de RTL ou Europe1).
A quand l’aggiornamento, cher Jean Lebrun? >>

Le blog de Jean Lebrun     Page 2 sur 5

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum