Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Le blog de Jean Lebrun    Page 5 sur 5

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Le blog de Jean Lebrun - le Dim 30 Aoû 2009, 15:40

Rappel du premier message :

Bonjour  à  tous,
nous avons  pris  connaissance, hier  et aujourd'hui,  des  deux  derniers  messages  de Jean Lebrun  sur  son blog.

Je propose, dans ce  fil, de  réagir,  au deuxième  de  ces  deux  textes,   posté  aujourd'hui, et  intitulé  "Sur  le  banc".  Pour  plus de  commodité, je me  permets de  le  reproduire ci-dessous.

=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=
Sur le banc

"Les programmes d’été s’achèvent. Ce n’est pas à moi de faire des commentaires personnalisés sur la “relève” telle qu’elle a pu s’y révéler. Il y a ici assez de censeurs spécialisés dans la dénonciation de l’énonciation, de la prononciation et de l’élocution. Je les laisse bien volontiers guetter, embusqués derrière leurs pseudonymes, les fautes de ceu qui s’e posent devant le micro.
Je voulais juste signaler ce qu’a pu nous apprendre la série de Sur le banc. Un duo, Rafal Yem et Chloë Juhel: le premier, issu d’une famille cambodgienne, vit à Herouville Saint-Clair, près de Caen et la seconde a passé sa jeunesse à Lagny, assez loin de Paris-Centre. Des invités anonymes mais qui mènent dans l’obscurité une action déterminée, notamment dans les “quartiers”: enseignement, théatre ou tout simplement, vente, dans les étages des immeubles, d’un thé succulent…Rafal et Chloé ont déplacé leur banc, soir après soir, de telle sorte qu’il soit toujours face au rayons de la bonne humeur. C’était, autrement que l’emission de Dominique Rousset avec Régis Debray, un “moment fraternité”.
Je lis: ils viennent du Mouv’, leurs hôtes s’e priment mal… Rares, sauf sur ce blog, sont les auditeurs qui n’écoutent que France-Culture. Notre station s’inscrit dans une constellation, Radio France; elle tente de former un système qui s’efforce de répondre à toutes les demandes d’un public nomade et changeant et donc de le retenir dans une offre de service public. En conséquence, il est souhaitable que des producteurs de Culture passent à Inter, tel Nicolas Demorand. Ou bien que Marc Voinchet revienne de Musique pour nous retrouver . Ou encore que Rafal et Chloé nous rejoignent, venus du Mouv. J’ajoute même, horreur, qu’ils préparent pour cette rentrée une émission de… télévision mais sur France 5, toujours le service public donc. Figurez-vous qu’ ils ne se sentent à l’aise que dans cette structure.
Dans le climat du service public, ils respirent comme un air de rigueur. Et nous, nous avons été heureu qu’ils apportent sur notre chaîne encombrée de soucis, de préoccupations, d’abstractions comme un air de fantaisie. “Mais, sans nos quartiers, disait un jour l’un des invités de Sur le banc, vous n’auriez bientôt plus de quoi faire de la vraie radio!”

PS Vous aurez remarqué que, si ma ligne est rétablie, manque aujourd’hui une lettre à mon clavier. Vous rectifierez de vous même dans les blancs que j’ai laissés volontairement. Et constaterez que moi aussi, je peu - non: je puis- être victime d’une censure aveugle.

=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=:=

J'y  ai  répondu pour  ma  part,   de  façon modérée  et courtoise, je le  crois.  Je pense  que  Jean  Lebrun ne  nous en voudra pas, s'il  visite de  ce blog,  de  trouver  ici   des  réactions un peu  plus  fermes  et critiques.
* * *

41
Répondre en citant  
Considérations tout en écoutant ma radio - le Mar 20 Oct 2009, 23:53

Plutôt que de répondre à Antibiok qui, je l'espère, ne lira pas ce post, je préfère réagir à ce qu'il a écrit en post 59 : le blog Lebrun n'est aucunement naufragé. Il continue à tanguer comme le Benjamin Franklin et vit bien plus que Regards FC, et c'est -de mon point de vue- une excellente chose.

Mais voila : comme je l'ai écrit en privé à certains, la critique radio qu'on a imposée la-bas a été un coup de force et à ce titre la démarche, reconnaissons-le, était discutable. Toutefois cette démarche eut été limitée au supportable si elle n'avait reçu en réponse un barrage qui a tiré l'ensemble des échanges vers le bas. Ca c'est fait en plusieurs temps que j'ai déjà trop souvent listés, et dont l'aboutissement a été une série d'effets collatéraux sur des forumeurs dont au début, on pouvait espérer a priori qu'ils ne seraient pas contaminés. Effets qui sont bien sûr arrivés jusqu'ici, parce que la bétise crasse finit par vous atteindre malgré vous, exactement comme un virus que vous attrapez par malchance. Un éventuel torpillage du blog Lebrun ne vient donc pas de ses squatters, mais de ceux et celles qui leur répondent en réfléchissant avec leurs pieds et frappent sur leur clavier en puisant dans une prothèse cérébrale en nouilles trop cuites.

Ma responsabilité, puisqu'Anti m'en parle, c'est de ne pas savoir assez bien résister aux provocations de certains, et au premier-degré de quelques autres, les deux tirant les échanges vers le bas. Ma responsabilité c'est de ne pas être immunisé contre ce que la bétise a de contagieux. Mais à ceux qui ne supportent pas qu'on écrive de la critique radio, je ferais remarquer que plus ils nous font réagir, et plus ce que nous écrivons a de chances de leur sembler insupportable. Inversement, le meilleur moyen pour que la critique radio se rééquilibre, c'est de l'ignorer. Donc aux contradicteurs hargneux, agressifs, un rien forcenés, je dis : oubliez nous. Vous verrez alors nous sommes fréquentables, une fois sorti de votre regard.

Je regrette que Vincent ait été découragé de continuer le dialogue, ou bien n'ait pas le temps, ou bien j'attends qu'il revienne, malgré la conduite décourageante de quelques plaies du dialogue.
Dans un groupe de travail, il y a des gens dont on ne veut pas.
De même, les briseurs d'effort, les casse-couilles, les saboteurs et les brouilleurs, les chicaneurs, sont en trop sur un forum de réflexion, où ils ne jouent qu'un rôle de pathologie de la communication. Leurs sottises déclenchent toujours des excès, et leur répondre par le silence n'est pas toujours possible...

Je répète mon credo : tant qu'on démarre et ça peut durer, on sera bien mieux ici à 10 avec 10 posts de réflexion chaque jour, qu'à 20 avec 2 ou 3 taré(e)s qui n'y déposent que des sornettes et nous font perdre notre temps en noyant nos efforts.

42
Répondre en citant  
Re: Le blog de Jean Lebrun - le Mer 21 Oct 2009, 17:11

De nouveau je veux poursuivre sur ce qu'écrit Antibiok, non pour lui répondre mais pour prolonger l'activité forum dans une autre direction.

Il n'y a aucune absurdité ni rien de malsain à ce que d'un forum à l'autre on trouve des échos ou des réponses. Après tout les mêmes débats d'actualité se poursuivent d'un média à l'autre avec les mêmes intervenants, entre différents journaux, différentes émissions. Pourquoi n'en irait-il pas de même entre forums ? ce qu'il faut éviter, et là-dessus Antibiok avait en partie raison, c'est que ce qui dégénère dans l'un des blogs en vienne à contaminer l'autre. Et précisément, ça n'était pas du tout ce qui se passait dans la réouverture de ce fil par Frédéric.

Mais il y a autre chose, et une autre bonne raison de faire vivre ce fil, et puissamment encore : certains d'entre nous écrivent sur le blog lebrun. Par exemple Yann et Agathe s'expriment là-bas plutôt qu'ici. C'est pas moi qui leur en ferais reproche. Mais voila : certaines des critiques déposées là-bas auraient leur place ici. En ce cas, pourquoi ne pas les déposer ici, éventuellement réécrites ? Dans certains cas, il y a des fils où elles trouveront idéalement leur place. Donc goto fil en question. Et mieux : dans certains cas, ça serait très difficile de leur trouver une place, et un peu idiot d'ouvrir un fil. Alors pourquoi ne pas les héberger ici ??

Exemple : je viens de boucler 2 ou 3 propos acides sur certains aspects du programme de FC (posts sur Quai de Seine) : l'infantilisme, le choix des invités, les interruptions, bon je vous fais pas le détail. Je voudrais, d'abord améliorer les contribs, ensuite les remettre en lecture sur RegardsFC. Oui, mais où ? Aucun fil n'est approprié, et je ne vois pas trop l'intérêt d'en créer pour des propos si généraux. Sauf à créer un fil "critiques générales" ? de mon point de vue ça serait absurde. Une meilleure réponse au problème serait que le fil "Blog de Jean Lebrun" est tout simplement le meilleur endroit pour reporter ici les critiques écrites là-bas, qu'on veut conserver, et en outre ça permettra à certains de se méler au débat quoiqu'ils n'ont pas accès au site de FC (je pense à Nazdeb, il y en a surement d'autres)

Pour conclure : le problème n'est pas de parler de Lebrun ou de l'ignorer, de s'interdire de le critiquer ou de lui rentrer dedans. Ce qu'il y a, c'est que notre débat se poursuit ici ET la-bas, et que si l'important est que ce débat vive, alors ça n'a aucun sens d'instaurer une paroi étanche entre les deux endroits. A y réfléchir, c'est même idiot et contre-productuif. Je pense qu'Antibiok ne voulait aucunement parler de la chose sous cet aspect, mais selon moi c'est bien par là que ce fil prend du sens.

43
Répondre en citant  
Cela dit, parfois sur le Blog lebrun, on lit quelques manipes... - le Jeu 22 Oct 2009, 05:21

Sur le blog Quai de Seine au message 358, Vincent a écrit: [...]
on a des barbouilleurs qui décrochent les tableaux des autres et installent leur propre collection, produite in situ et à la chaîne (désolé Nessie, c’est l’impression que vous me donnez. Mais, je conserve malgré tout le bon souvenir de quelques échanges avec vous).
[...]
J’espère qu’une prochaine fois, j’écrirai ce que j’avais vraiment envie d’écrire, sans parler de mon dégoût et sans éprouver le besoin de faire la leçon. Mais, que tous ceux qui pensent qu’un endroit comme celui-ci est précieux et mérite une certaine retenue y réfléchissent.
Pas mal du tout, comme manipe. Un peu lège quand même, car il ne dit pas quels tableaux du musée Quai de Seine je décroche ou masque :
- les bastons de l'un
- les crasses de l'autre
- les leçons de morale de la troisième qui voudrait régenter le tout
- les délires du minot
- les attaques de militants contre les salaires maison
- les critiques radio de ceux qui pensent la même chose que moi, et qui sont plutôt recouvertes par des barbouilles sans le moindre sens autre que de la chincanerie concon

C'est que, depuis le post 71 du fil "Adieu à la Politique...", il n'y a pas un post qui échappe à l'une des catégories ci-dessus.
Mieux : je décrocherais cela plus tout le reste avant, rien qu'à moi tout seul. Dans le cas où vous êtes sincère et loyal vincent ce dont je doute plus que jamais, je pense que vous avez lu au mieux les 50 premiers et les 50 derniers messages et que vous en tirez votre conclusion, aussi réelle qu'un lapin sorti d'un chapeau. Le lapin est vivant mais il n'est pas né dans le chapeau : il sort de la manche de l'artiste. Sacré farceur vincent.

Pour ma part j'espère bien renouer un jour le dialogue malgré votre style rhétorique franchement retors. Car quand on vous force à l'abandonner et seulement alors, mis dans l'obligation d'être franc (c'est rare mais possible) vous avez de quoi nous pousser au bout de nos raisonnements et nous forcer à les développer dans le bon sens, qui n'est pas toujours celui qu'on voulait, mais qui nous rapproche toujours de la vérité, or c'est bien là l'essentiel.

En conséquence, si le dialogue a fui cet espace, je vous suggère de mieux les lire les 357 posts avant de conclure de façon aussi fantaisiste sur les responsabilités de celui qu'il vous sied de désigner (cordialement, certes) comme coupable.
Ou bien, imitant Jean Lebrun, on pourrait aussi vous répondre que voyons, mais le blog QuaiDeSeine, mais voyons Vincent, d'abord il est toujours là ce blog, ensuite tel que vous vous le représentez mais voyons vincent il n'a jamais existé ce blog vous l'avez révé dans votre passé voyons et puisque finalement vincent voyons il faut lui dire adieu à ce blog tel que vous l'avez aimé (voyons).

Vous voyez, les tours de passe-passe rhétorique ça ne mène pas loin. Il y a toujours un joueur pour répondre à votre jeu. Allons, lisez les, ces 357 messages, et revenez livrer votre verdict, mais un peu éclairé svp et sans jouer, si vous tenez à éclairer les salles obscures à la fois vides et encombrées, de votre musée regretté (qui n'a jamais existé voyons Smile )

Cordialement donc, mais à votre façon

44
Répondre en citant  
Détournement - le Ven 20 Nov 2009, 15:51

Reprenons ce fil dans l'esprit de son ouverture par Agathe : pour réagir aux billets de Jean Lebrun.

Quant à ce qui se passe là-bas d'assez foireux (castagne analyse de castagne, décorticage de l'analyse de castagne, reportages essclusifs de François), on a pour ça cet autre fil qu'est Ce qui se passe sur le Blog de Jean Lebrun

Mais puisque le fil du dernier billet de Lebrun "Montmartre, nous n'irons plus au Musée" est déjà en voie de déferlement polluant (dès le 1er post !) je propose à ceux qui voudraient jouer honnêtement le jeu du dialogue avec Lebrun, de déposer ici leur post de réponse à Lebrun (quant à le déposer sur Quai de Seine, c'est autre chose). Vu l'état actuel du Blog "Quai de Seine", il n'est pas impossible que ce simple fil soit à la fois de meilleure facture et de plus riche contenu que le foutoir qu'organisent sur quai de seine un petit groupe de preneurs de tête + un électron libre et quelque peu ingérable marseillo-bruxellois.

Quand ce fil contiendra plus de réponses de qualité au billet de Lebrun que le blog de Lebrun lui-même, peut-être il changera sa façon de le non-gérer, son blog ?

45
Répondre en citant  
Re: Le blog de Jean Lebrun - le Ven 20 Nov 2009, 16:47

Salut Laurent,

Bonne idée, mais de mon point de vue, ton faux faux post n°4 contient, entre autre, l'ensemble des remarques sur les ambigüités du billet de Lebrun.

Quand même, suivant le niveau de lecture qu'on en fait, on est tenté :

  • Au premier degré, d'être éventuellement sensible au cas singulier qu'il présente, de tomber facilement d'accord avec son plaidoyer pour le musée de Montmartre qui réussit dans son objet, et d'ouvrir l'oreille à sa critique de la politique de subvention de la mairie parisienne.

  • Au second, avec Lebrun qui nous à maintenant habitué à sa pratique de l'allégorie - sensée finalement répondre, dans chaque billet ou presque, au message initial porté par Yann et Agathe sur le blog (le fait qu'il s'occupe finalement souvent d'y répondre indique peut-être qu'il prend finalement plus au sérieux les auditeurs critiques qu'on ne le pense)-, à y lire donc un parallèle déconcertant avec la situation de France Culture. Déconcertant car, comme tu l'as justement dit, c'est à tout le monde sauf à nous qu'il faut d'en plaindre. Si Lebrun trouve que FC est dans son jus en s'occupant de son domaine restreint (la culture), avec un métier qu'elle a développé au fil des ans, qu'elle est un atelier modeste, étranger à la concurrence, et qu'on ne devrait lui permettre de survivre sans la contraindre au passage par le goulot du mainstream, c'est plutôt une position en phase avec des auditeurs critique qui s'expriment depuis un moment chez lui en devant se farcir tour-à-tour sa surdité, son ironie ou son déni outré.

    Cette incohérence apparente appelle donc un troisième niveau de lecture :

  • Au troisième donc, Lebrun essaye-t-il finalement de se servir de son blog pour porter une opinion finalement proche de nos préoccupation ? Est-il au fait de quelques orientations à venir dont il essaye de prévenir les effets, ou d'en informer/alerter son auditoire ? Au contraire, entonne-t-il un genre de fatalisme, essaye-t-il d'éclairer une situation plus globale de pression générale sur les ateliers modestes, au regard de laquelle la situation de France Culture ne serait pas si mauvaise ?


D'une façon générale, Jean Lebrun brille plus par sa finesse que par sa clarté, depuis qu'il trempe l'orteil dans la mare un peu fraîche de son auditorat. On attend de lui qu'il tortille un peu moins pour se faire comprendre, et qu'il délaisse l'attitude certes artistique, mais lourde au final, de laisser le lecteur se débrouiller seul avec les détails de l'interprétation.

Le blog de Jean Lebrun     Page 5 sur 5

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum