Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24 ... 26 ... 30  Suivant

Accueil / Autres radios culturelles

Répondre au sujet

<b>France Musique</b>    Page 23 sur 30

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
<b>France Musique</b> - le Jeu 27 Aoû 2009, 13:22

Rappel du premier message :

voilà la video de la conference de presse de rentrée :
http://www.dailymotion.com/video/xa9xwz_conference-de-presse-de-rentree-de_news

je vais essayer d'écouter l'émission du lundi soir sur la musique contemporaine; c'est une musique que je ne connais pas, et le fait qu'une radio me propose de faire un effort est assez séduisant en fait.
* * *

221
Répondre en citant  
Le flamenco - le Lun 05 Sep 2016, 10:02

L'art de Renaud Machart d'annoncer une pièce musicale : [son mp3="http://www.francemusique.fr/sites/default/files/asset/aod/2016/35/NET_3ccd19d4-234c-47de-8c55-9f231d20853f_FM.mp3" debut="63:42" fin="70:00"]

La Matinale de Renaud Machart du 28 août 2016

♫ Terremoto de Jerez
De Santiago y Santa Ana
Paco de Antequera et Manuel Morao, guitares
CHANT DU MONDE 274860

222
Répondre en citant  
Friedrich Rückert, poète (1788-1866) - le Mar 06 Sep 2016, 08:35

En mars, François-Xavier Szymczak nous proposait dans son émission Dans l'air du soir une série de trois émissions consacrées au poète Friedrich Rückert, mis en musique, entre autres par Schubert et Schumann.

Glané au cours de l'émission : Franz Schubert, Dass sie hier gewesen opus 59 nº2 D 775, pour mezzo-soprano et piano Anne Sofie von Otter, mezzo-soprano Bengt Forsberg, piano DGG 453481-2
[son mp3="http://www.francemusique.fr/sites/default/files/asset/aod/2016/11/NET_9f716316-25e6-4929-b07a-5979f1a17ef3_FM.mp3" debut="06:13" fin="10:04"]

Friedrich Rückert, poète allemand - Emission 1/3

À noter qu'en bon professionnel, François-Xavier Szymczak lit la traduction française du poème avant de donner le Lied à écouter.

223
Répondre en citant  
Suppression des émissions thématiques nocturnes - le Mar 06 Sep 2016, 23:22

Encore une mauvaise surprise à France Musique : la rediffusion nocturne des émissions du jour, dont celles animées par les plus mauvaises productrices de l'antenne (Munéra et Kerschova). Cei n'est donc plus d'actualité :
Philaunet(http://www.regardfc.com/t73p60-la-direction-de-radio-france-quelle-ligne-quels-choix#26771) a écrit: (...)  Idem pour France Musique : vous tombez sur le désormais omniprésent Arnaud Merlin le soir ? Et hop, direction (...)  les émissions thématiques de nuit toute podcastables (Sérénade, L'heure bleue, Nocturne, Aubade)
Ceci l'est, misère de misère :

00h00
Alla Breve par Anne Montaron  Du lundi au vendredi, une nouvelle oeuvre, commandée par Radio France à un compositeur d'aujourd'hui, sera déclinée sous la forme de cinq fragments.
00h05
En pistes ! par Rodolphe Bruneau-Boulmier, Emilie Munera  Emilie et Rodolphe en immersion dans les bacs de disques... (Rediffusion le lendemain de 00h05 à 02h00)
02h00
Open jazz par Alex Dutilh  L'actualité de tous les jazz et les grands rendez-vous de l'histoire du jazz. (Rediffusion le lendemain de 02h00 à 03h00)
03h00
Allegretto par Denisa Kerschova  Une émission de programmation musicale Allegretto animée par Denisa Kerschova. (Rediffusion le lendemain de 03h00 à 04h54)
04h54
Alla Breve par Anne Montaron  Du lundi au vendredi, une nouvelle oeuvre, commandée par Radio France à un compositeur d'aujourd'hui, sera déclinée sous la forme de cinq fragments.
05h00
Arabesques par François-Xavier Szymczak  Chaque jour, François-Xavier Szymczak tisse sur un motif hebdomadaire de nombreuses arabesques, invitant l’auditeur à un voyage sonore. (Rediffusion le lendemain de 05h00 à 07h00).


224
Répondre en citant  
Kurt Weill, par Jérémie Rousseau - le Mer 07 Sep 2016, 09:03

Kurt Weill se fait insulter* est l'une de ces narrations dont Jérémie Rousseau (et l'équipe de réalisation) a le secret.

Voici donc une magistrale évocation en 30 minutes de la vie et l’œuvre de Kurt Weill, originellement diffusée le 23 février 2014 dans Comme si vous y étiez. Du travail artistique soigné au niveau des grands, Dominique Jameux ou Mildred Clary, par exemple.

[son mp3="http:\/\/www.francemusique.fr\/sites\/default\/files\/asset\/aod\/2014\/31\/NET_8cdfe52b-f87d-4c1e-8c4d-5239cf657efd_FM.mp3" debut="21:32" fin="25:46"]

* L'ensemble de son œuvre est interdit par les nazis. Menacé, Kurt Weil émigre à Paris en mars 1933 .... Le 26 novembre,  lors d'un concert à la Salle Pleyel, où des extraits du Der Silbersee sont joués, le compositeur Florent Schmitt, hurle  « Vive Hitler », soutenu par une partie de la salle. Des journaux parisiens s'en prennent à Kurt Weill, notamment Lucien Rebatet qui dénonce le « virus judéo-allemand »....

** KURT WEILL
MARIE GALANTE
ENSEMBLE DREIGROSCHEN / GIOGIO BERNASCONI   / LOES LUCA
ASSAI 207192  :

Quel est donc, dedans la plaine,
Ce grand bruit, qui vient jusqu'à nous ?
On dirait un bruit de chaînes
Que l'on traîne, que l'on traîne
Que l'on traîne sur les cailloux

[Refrain]
C'est le grand Lustucru qui passe
C'est le grand Lustucru qui mangera
Tous les petits gars qui ne dorment guère
Tous les petits gars qui ne dorment pas

Quel est donc sur la rivière
Ce grand bruit qui vient jusqu'ici ?
On dirait un bruit de pierres
Que l'on jette, que l'on jette
Que l'on jette dedans un puits

[Au refrain]

L'angélus sonne sur Ballanches
Un pigeon tombe du clocher
Quel est donc ce bruit de branches
Que l'on traîne, que l'on traîne
Que l'on traîne sur le plancher ?

C'est le grand Lustucru qui passe
Et ce soir c'est moi qu'il vient chercher
Moi ce soir, parce que je ne dors guère
Moi ce soir, parce que je ne dors pas !

225
Répondre en citant  
André Tubeuf : Mémoire (du siècle) - le Ven 09 Sep 2016, 20:33

Une mémoire du siècle (née en 1930), servie par un journaliste attentif qui connaît son invité depuis des lustres, cela donne une série de huit heures (cet été) qu'il faut engranger pour la mauvaise saison (la kerschovisation progressive de l'antenne) : André Tubeuf : Mémoire

Le descriptif* n'enjolive pas le propos, c'est exactement ce que l'on entend. Et la première émission est un ravissement : 1- Une enfance en Orient.

André Tubeuf avait été l'invité de Jeanne-Martine Vacher en 2010 pour la série À voix nue de France Culture, voici ce qu'en disait Nessie à l'époque dans le billet  A Voix Nue cette semaine : André Tubeuf au micro de J-M Vacher le Jeu 18 Fév 2010 :
Nessie(http://www.regardfc.com/t53p1-movimento-jeanne-martine-vacher#2712) a écrit:J'ai renoncé à revenir dire chaque semaine pourquoi ou comment ces Vendredis sont presque toujours réussis, passionnants, équilibrés en paroles et en musique, sans la frime creuse qui caractérise les starlettes vocales de FC, et sans leur baratin superfétatoire, parce qu'en rupture d'avec ce qui est devenu le style creux de France Culture, la productrice des Vendredis de la musique est là pour traiter un sujet et non pour se faire mousser comme le font tellement de ses collègues. A moins que sa façon de se faire mousser, à JM Vacher, ça consiste précisément à faire de la radio au service de l'auditeur et du sujet.

Alors à l'intention de ceux qui apprécient son style et sa conception de la radio culturelle, il faut signaler que cette semaine dans A voix Nue, JMV accueille André Tubeuf. (...)

*Les auditeurs de France Musique connaissent André Tubeuf depuis longtemps : professeur, journaliste, écrivain, ami des artistes, grand érudit, et surtout magnifique passeur de savoirs et d’émotions. Pour une fois, ce n’est pas de la vie des autres qu’il nous entretient, mais de la sienne propre : une vie faite d’errances, de rencontres, de paysages, entre Smyrne et Beyrouth, Paris et Strasbourg. En huit émissions, André Tubeuf reconstruit en poète toute la mémoire d’un monde.

[Voir aussi Adolf Busch par André Tubeuf le Sam 05 Mar 2016 dans le fil Maison d'études et André Tubeuf, le gentleman, le Sam 21 Déc 2013, dans le fil Hors-Champs.]

226
Répondre en citant  
« Un air d'histoire » de Karine Le Bail - le Lun 12 Sep 2016, 09:27

Karine Le Bail, une des valeurs sûres de France Musique, lance sa nouvelle émission Un air d'histoire en invitant un érudit de notre temps et comme on en fait encore, Pascal Brioist*. Le thème : François 1er et la musique (le dimanche 4 septembre 2016).

De la radio culturelle de haut niveau.

* Pour cette première édition d’ « Un air d’histoire », Pascal Brioist, spécialiste de La Renaissance, nous fait entrer sur les champs de bataille de François 1er. Il nous fait découvrir de quelle façon la musique règle les combats puis, à la cour du roi, fait entendre la guerre.

Pascal Brioist, professeur d'histoire à l'université François Rabelais à Tours et membre du Centre d'Etudes Supérieures de la Renaissance. Auteur notamment de Léonard de Vinci, homme de guerre (Alma éditions, 2013) et Croiser le fer. Violence et culture de l'épée dans la France moderne (Champ Vallon, 2002).

227
Répondre en citant  
''Franz Liszt. Tout le ciel en musique. Pensées intempestives'' avec Nicolas Dufetel - le Mer 14 Sep 2016, 09:02

Philippe Venturini continue à conduire de voix de maître la belle émission hebdomadaire Sous la couverture, une réalisation au cordeau pour trente minutes d'une recension d'un livre sur la musique en compagnie de l'auteur.

Le premier numéro de la rentrée, "Franz Liszt. Tout le ciel en musique. Pensées intempestives" avec Nicolas Dufetel, musicologue-chercheur au CNRS , remplit son contrat exigeant. Annick Haumier fait toujours d'aussi belles photos du studio et des participants.

On pourra compléter l'écoute avec la remarquable conférence donnée par Nicolas Dufetel*, "La musique religieuse au XIXe siècle" en 2009 et proposée sur le site. Beau cadre, "culture pure" (germanisme de "Kultur pur" : "De la pure culture"). Succulent passage sur la Marseillaise vue par Liszt en 1835, puis en 1874, à la minute 25'40 (10 secondes plus tôt un invité à ses côtés se tire ostensiblement une crotte du nez, la regarde et la lance sur le côté d'un coup d'index... Vive la radio !).


*chargé de recherche au CNRS depuis 2015, après des études d'histoire et de musicologie, il a consacré sa thèse de doctorat à la musique religieuse de Franz Liszt-Université François-Rabelais, Tours, 2008. Chercheur invité à la BNF, puis chercheur à l'Institut für Musikwissenschaft de Weimar-Jena-Hochschule für Musik Franz Liszt/Universität Jena, dans le cadre d’un postdoctorat de la Fondation Alexander von Humboldt. Nicolas Dufetel est spécialiste du XIXe siècle, notamment de Liszt, Wagner et Chopin.

228
Répondre en citant  
Adélaïde Ferrière, 20 ans, joue du marimba - le Ven 16 Sep 2016, 13:49

Une très, très, belle séquence lors de la première émission de la rentrée de Génération jeunes interprètes par Gaëlle Le Gallic le samedi 3 septembre 2016 : Adélaïde Ferrière, marimba*

Pas de pastille sonore ici, car Adélaïde Ferrière a mis sur son site l'intégralité de son mini concert en public et ça vaut la peine d'y aller (sur France Musique, c'est à la minute 36 ) : Adélaïde FERRIERE France Musique 3/9/2016.

La percussionniste qui semble dotée d'une personnalité de choc est une héritière au sens bouhhh, bouhhhh, rdieusien du terme : parents musiciens, père percussionniste dans un orchestre. Une mauvaise cliente pour France Culture (et la Dispute, par exemple).... Mais pour ce qui est de l'originalité et de la diffusion de l'école musicale française, un sacré exemple !

Le marimba est un instrument rarement entendu à France Culture, sauf chez Renaud Machart qui en a diffusé dans ses anciennes émissions du dimanche soir (Chambre d'échos, par exemple).  À quand une émission régulière sur cet instrument et aussi sur la harpe, domaine d'excellence française ?

* Jean-Sébastien Bach / transcription Adélaïde Ferrière
Prélude de la Suite pour luth en mi majeur BWV 1006a
Domenico Scarlatti / transcription Adélaïde Ferrière
Sonate en mi mineur K. 198
Jean-Philippe Rameau / transcription Adélaïde Ferrière
L’Egyptienne (Nouvelles Suites de pièces de clavecin : Suite en sol)
Adélaïde Ferrière
Andrew Thomas
Merlin (extrait)
II. Time’s Way
Adélaïde Ferrière
Astor Piazzolla / arrangement Eric Sammut
Libertango
Adélaïde Ferrière

Marie Meubat 

229
Répondre en citant  
percutante percussionniste - le Sam 17 Sep 2016, 10:33

La visite du site d' Adélaïde Ferrière s'impose.
Chez cette jeune artiste virtuose rien n'est donné à l'amateurisme.
Il faut souligner la qualité de la vidéo captée dans un hangar d'avions et la superbe mise en page de son site cependant saturée de son foudroyant regard.
Une étoile montante ?
Merci pour l'info.

230
Répondre en citant  
Adélaïde Ferrière suite - le Dim 18 Sep 2016, 02:51

Philaunet(http://www.regardfc.com/t9p230-france-musique#26904) a écrit:
Une très, très, belle séquence lors de la première émission de la rentrée de Génération jeunes interprètes par Gaëlle Le Gallic le samedi 3 septembre 2016 : Adélaïde Ferrière, marimba*

Pas de pastille sonore ici, car Adélaïde Ferrière a mis sur son site l'intégralité de son mini concert en public et ça vaut la peine d'y aller (sur France Musique, c'est à la minute 36 ) : Adélaïde FERRIERE France Musique 3/9/2016. (...)


Pour encourager les lecteurs/auditeurs à écouter les interprétations d'Adélaïde Ferrière sur son site Internet, une vidéo de sa performance donnée dans le cadre de l'émission citée ci-dessus ne sera pas de trop. La finesse avec laquelle l'intensité de la percussion est maîtrisée est impressionnante.



Marie Meubat(http://www.regardfc.com/t9p230-france-musique#26914) a écrit:La visite du site d' Adélaïde Ferrière s'impose. (...)
Il faut souligner la qualité de la vidéo captée dans un hangar d'avions et la superbe mise en page de son site cependant saturée de son foudroyant regard.
(...)

Je partage votre enthousiasme, cette composition One study, de John Psathas est splendide :

231
Répondre en citant  
Extension du domaine des obsessions - le Dim 18 Sep 2016, 20:14

On voulait croire que France Musique, désormais seule chaîne culturelle de Radio France,  fût insensible au chant des sirènes obsédantes qui constitue la bande son quotidienne de France Culture.

Or, il faut aujourd'hui admettre qu'il existe une migration des obsessions dans les couloirs et les étages de la Maison ronde. On conseille donc aux producteurs de France Musique de tester l'étanchéité des portes coupe-feu de leurs studios, de procéder dans la semaine qui vient à un exercice de mise en sûreté et de vérifier le contenu des mallettes de confinement d'urgence (le rouleau adhésif, les protections auditives en mousse...). Un objectif: ralentir la vitesse de pénétration de ces obsessions.

Samedi 17 septembre, 12h52, première alerte. Durée de contamination obsédante: 1'41.
Agent responsable: Christopher Moore

L'émission de l'excellent Philippe Venturini, Sous la couverture, consacrée à l'ouvrage de Lucie Kayas  "Du langage au style, singularités de Francis Poulenc", a subi une attaque dont la double dimension, indirecte et proleptique, ne devait pas nous échapper.
[son mp3="http://www.francemusique.fr/sites/default/files/asset/aod/2016/37/WL-ITE_00082736_RSCE-10.mp3" debut="20:52" fin="22:34"]
Ici, l'obsession avance masquée, sous la couverture. Le producteur n'évoque les gender studies que dans le cadre de sa recension de l'ouvrage du jour. Il fait alors référence à un article de Christopher Moore, "Camp et ambiguïté formelle dans le Concert champêtre" . Si Christopher Moore, professeur de musicologie à l’École de Musique de l’Université d’Ottawa, est un fin spécialiste de la musique française du XXe siècle, ses recherches actuelles portent sur la musique et l’identité sexuelle en France durant les années 1920 et 30... On peut saluer ses articles passés, notamment ceux consacrés à Darius Milhaud (  « Darius Milhaud à la fin des années 1930: entre conviction politique et recherches esthétiques » dans l'ouvrage Milhaud: Compositeur et expérimentateur édité chez Vrin) ou à Charles Koechlin, et néanmoins s'interroger sur la pertinence de son étude sur la notion de camp dans les premiers ballets de Poulenc. Étude pour laquelle, si j'en crois mes sources, le musicologue s'est vu remettre le Prix Philip Brett 2012, parrainé par le Groupe d' étude LGBTQ de l'American Musicological Society...

Samedi 17 septembre, 13h00, attaque massive. Durée de contamination obsédante: 55'53.
Agent responsable: Christophe Bourseiller.

Infiltration revendiquée, obsession plastronnante. C. Bourseiller, dont on avait déjà souligné ici la regrettable inclination à déserter le champ culturel pour les terrains un peu vagues des motifs obsédants, nous inflige un numéro de Musicus Politicus déplorable, Les musiciens face aux migrants. Le ton est donné dès le descriptif:


Alors même que l’Europe se trouve confrontée à l’afflux massif des migrants et des réfugiés, jamais la musique n’a été à ce point divisée. D’un côté, les musiciens, les chanteurs, les compositeurs favorables à l’accueil et à l’intégration des migrants. De l’autre, ceux qui la refusent !

Rien ne nous sera épargné. Absolument rien!

Ni le reportage d'I-Télé consacré à la Manifestation anti-migrants à Calais , ni l'intervention, le 16 avril 2016 de Jordi Savall dans la Jungle de Calais. Par une formidable torsion que le producteur fait subir à la réalité historique, le choeur des esclaves hébreux du Nabucco "nous renvoie à l'émigration, nous renvoie aux migrants"! Une pincée de la Suite Peer Gynt dirigée par Zubin Mehta? "Ce n'est pas un hasard, nous explique C. Bourseiller, car ce chef  d'orchestre d'origine indienne est un fort soutien des migrants". Est-ce la vocation d'une telle émission de nous repasser les reportages d'I-Télé, les images en moins? Est-ce pour assister à la découpe manichéenne du monde musical en deux (les musiciens favorables à l'accueil des migrants et ceux qui les refusent) que nous écoutons France Musique?

Longtemps, on a pu croire naïvement à la déclaration programmatique mise en exergue sur le site de l'émission, longtemps on a pu croire que cette heure hebdomadaire analyserait effectivement "les rapports riches et complexes entre la musique et la politique". Certains numéros ont même, en leur temps, emporté notre adhésion.

Aujourd'hui, les digues ont cédé. À travers cette séquence indigeste qui se prend pour un exemplum, C. Bourseiller, que l'on a connu plus inspiré, trahit le pacte de confiance qu'il a passé avec ses auditeurs.

Le titre même de l'émission dit cette trahison: "Les musiciens face aux migrants". Les auditeurs fidèles auraient mérité un autre numéro: "La musique et les migrations", une analyse rigoureuse et pertinente des interactions entre musique et migrations, une réflexion exigeante et documentée sur la musique et l'exil.  Alexis Nuselovici, professeur de littérature générale et comparée à l'Université d'Aix-Marseille le dit très bien:
Les diasporas se constituent précisément par le réaménagement de structures culturelles d’origine dans l’interaction avec les structures d’accueil ou d’autres structures co-existantes. La musique est propice à de tels métissages et, en condition diasporique, elle exercera cette fonction mémorielle qui n’est ni d’effacement, ni de transmission mais de réactivation.

Tant il est vrai que les migrations des populations s'accompagnent de celle des esthétiques musicales. Un seul exemple suffit: la musique klezmer, une musique des migrations.

On y reviendra peut-être.

<b>France Musique</b>     Page 23 sur 30

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24 ... 26 ... 30  Suivant

Accueil / Autres radios culturelles

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum