Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29  Suivant

Accueil / Autres radios culturelles

Répondre au sujet

<b>France Musique</b>    Page 28 sur 29

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
<b>France Musique</b> - le Jeu 27 Aoû 2009, 13:22

Rappel du premier message :

voilà la video de la conference de presse de rentrée :
http://www.dailymotion.com/video/xa9xwz_conference-de-presse-de-rentree-de_news

je vais essayer d'écouter l'émission du lundi soir sur la musique contemporaine; c'est une musique que je ne connais pas, et le fait qu'une radio me propose de faire un effort est assez séduisant en fait.
* * *

271
Répondre en citant  
Dvorak s'installe à New-York - le Lun 14 Nov 2016, 19:11

Pour un comparatif du New York de  1978 (Premières Nuits magnétiques de l'histoire de cette émission, un numéro de grande classe) et celui de 1893, voir Dvorak s'installe à New-York dans la brillante série de Jérémie Rousseau de 2013-2014 Comme si vous y étiez du dimanche 12 janvier 2014.


Manhattan en 1893 lorsque Dvorak arrive à New-York

Dvorak est appelé en 1893 à New York alors qu'il a 50 ans pour y  diriger le Conservatoire, enseigner et "donner des concerts incluant ses propres œuvres, des œuvres anciennes et des œuvres nouvelles que l’Amérique pourrait lui inspirer". Ce qui donnera le Quatuor américain et la Symphonie du Nouveau Monde.

Un superbe numéro comme tous ceux qu'a faits Jérémie Rousseau. On peut retrouver le présentateur en magistral animateur de La Tribune des Critiques de Disques, par exemple dans ce dernier numéro sur le Concerto pour la main gauche de Maurice Ravel du 13 novembre 2016.

272
Répondre en citant  
Karine Le Bail au sommet avec Jean Ruhlmann - le Mar 15 Nov 2016, 09:51

Encore une fois, Karine Le Bail monte sur la plus haute marche du podium avec son émission Un air d'histoire, grande réussite de la rentrée 2016.

Le numéro du 13 novembre (dont l'introduction a été mentionnée ici : Une samba présidentielle) est du meilleur niveau, alliant l'érudition et l'esprit, la culture savante de l'histoire politique et les chansons et sketchs. Un condensé de qualité de Concordance des temps et de La Fabrique de l'histoire de France Culture, avec la musique en prime : Les Présidentielles : en avant la musique ! par Jean Garrigues et Jean Ruhlmann (1)

Plus que jamais se confirme ce que disait Dominique Jameux :  « Au moment où l’on s’ingénie à chasser la parole de France Musique, avec au demeurant des succès divers, comme si on avait décidément abandonné l’idée de la rendre avenante et plausible, je suis persuadé qu’elle seule au contraire permet à la chaîne publique d’attirer et retenir un auditoire. Notre société isole. La demande de lien est encore plus forte que celle de flux sonore : la Parole est l’avenir de la Radio. » (La voix de Dominique Jameux (...)). Le message semble commencer à passer de nouveau à France Musique.

On n'en finirait pas de citer les moments savoureux et instructifs de cette émission avec Jean Ruhlmann qui éclaire les pièces musicales et les extraits sonores de son savoir historique. Prenons alors la séquence qui aura certainement des échos chez ceux qui ont entendu, réentendu ce sketch musical désopilant à l'époque (1974) : ♫ Oliver Lejeune & Patrick Green : « Pot pour rire Mr le président ». Explications du choix des chansons par le contexte politique après le sketch : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16308-13.11.2016-ITEMA_21134604-0.mp3" debut="34:34" fin="40:34"]

L'émission se poursuit avec l'évocation de Valéry Giscard d'Estaing avec une savoureuse archive (interview du candiat par Danièle Gilbert). Donner le goût de l'histoire de cette manière : on se régale. Karine Le Bail est définitivement une créatrice du patrimoine culturel français.  

273
Répondre en citant  
Bruno Letort et François Bonnet de ''Tapage nocturne'' reçoivent la violoncelliste Séverine Ballon - le Mar 15 Nov 2016, 20:52

Du grand France Musique : Où ailleurs à la radio pourrait-on entendre les pièces de Séverine Ballon ? Réponse : nulle part. En tous les cas, pas dans cette qualité de reproduction sonore, ni dans cette durée : Séverine Ballon, invitée de Tapage nocturne le 31 octobre 2016.

Soutenir et encourager une émission pareille et les autres qui sortent de l'ordinaire (Un air d'histoire, par exemple), qui ne collent pas aux basques d'une radio commerciale vaguement bfmiste en faisant tourner le robinet à CD avec des allegro lodéoniens à n'en plus finir, c'est justement défendre la culture.

Allez, prenez votre casque (audio), voilà qui n'est pas à écouter dans sa voiture ou pendant qu'on passe l'aspirateur (réservé à la Matinale de France Culture). Séverine Ballon, encore un exemple de jeunesse enthousiasmante, comme Virginie Viel invitée de la même émission, dont les deux producteurs cultivent un art maîtrisé de l'interview [son mp3="https://static.francemusique.fr/sites/default/files/asset/aod/2016/44/WL-ITE_00083596_RSCE-10.mp3" debut="12:11" fin="20:00"]



Et pour une pièce sur un poème d'Emily Dickinson "The spider as an artist"* de Franck Bedrossian, c'est ici : [son mp3="https://static.francemusique.fr/sites/default/files/asset/aod/2016/44/WL-ITE_00083596_RSCE-10.mp3" debut="19:59" fin="36:30"]

Extrait du descriptif "Séverine Ballon signe en 2015, la musique du film « Ornithologue » démontrant ainsi une autre facette de son potentiel créatif." Voir bande-annonce L'Ornithologue de João Pedro Rodrigues.


The Spider as an Artist

The Spider as an Artist
Has never been employed -
Though his surpassing Merit
Is freely certified

By every Broom and Bridget
Throughout a Christian Land -
Neglected Son of Genius
I take thee by the Hand -

274
Répondre en citant  
A Venise, Paul Agnew et Les Arts Florissants sur les traces de Monteverdi - le Jeu 17 Nov 2016, 16:46

Un numéro étourdissant de beauté de l'émission L'Air des lieux de Stéphane Grant : A Venise, Paul Agnew et Les Arts Florissants sur les traces de Monteverdi..., le 5 octobre 2014, toujours en ligne (bravo France Musique !).

Le numéro qui suivait a déjà été évoqué dans « A Venise, sur les pas de Francesco Cavalli... », ce qui donne un diptyque de haute tenue sur Venise et sa musique.

Paul Agnew, successeur désigné de William Christie aux Arts Florissants au sein duquel  la soprano Sabine Devieilhe a chanté (entendre tout le bien qu'elle en dit) nous convie donc à une promenade émaillée de belles pièces de Monteverdi tirées de son 6 e livre de madrigaux.

Voir également le reportage-entretien de 27' réalisé par Qobuz (intervieweur limite) en lien vidéo.

Une émission à écouter et conseiller sans modération.

275
Répondre en citant  
Re: <b>France Musique</b> - le Ven 09 Déc 2016, 11:06

Philaunet(http://www.regardfc.com/t9p250-france-musique#27199) a écrit:
Le 06 octobre, Fred de Rouen nous offrait un conseil d'écoute très avisé et illustré de belle manière*. Merci beaucoup.

Bruno Letort (à la très belle voix), de son côté, proposait dans son émission de 23h Tapage nocturne un programme stimulant constitué d'un extrait de l'interview de Steve Reich sur sa pièce "WTC 9/11", d'une Interview d'Antoine Maisonhaute (Premier violon) du quatuor TANA pour la sortie du CD "WTC 9/11 Different trains", avec l'écoute de la célèbre deuxième pièce en version pour quatuor, (...)

À propos de "WTC 9/11" dont Steve Reich explique ici la genèse,  Renaud Machart a diffusé l’œuvre intégrale dans son excellente émission du 11 septembre 2016. Il en parle avec émotion ayant vécu les événements à New York même. Références dans ce post du 26 septembre.

Steve Reich et Antoine Maisonhaute, invités de Tapage nocturne (...)

Merci Philaunet de ce conseil. L'émission de Bruno Letort (quel plaisir de retrouver une voix de radio, une vraie) est didactique et agencée de telle manière que l'auditeur reçoive une compréhension totale de l'oeuvre de Steve Reich intitulée WTC 9/11. Le compositeur détaille en effet la genèse de la pièce dans le premier quart d'heure, la recherche des enregistrements des voix auprès des contrôleurs aériens et des pompiers, la façon dont des femmes juives, selon une vieille tradition, ont veillé des corps (plus exactement des morceaux rescapés de leur chute des tours jumelles, précise-t-il) jusque pendant sept mois, le temps que l'identification s'achève, et les mouvements de l'oeuvre.

Antoine Maisonhaute fait ensuite part de l'exécution technique de l'oeuvre (le ré-enregistrement de certaines boucles), mais aussi du choix controversé de la pochette du disque et du contexte dans lequel les membres du quatuor Tana, jeunes en 2001, ont appris l'attaque des jours jumelles, par écrans interposés.

J'aimerai à présent revenir sur une autre émission de Tapage nocturne, diffusée le 14 novembre 2016 recevant Aliénor Dauchez et Christine Ott. À partir de la minute 11, vous pourrez écouter l'oeuvre douce et subtile de Christine Ott, ondiste, pianiste et professeur de musique au Conservatoire de Strasbourg. Ondiste, autrement dit, spécialiste des ondes Martenot, cet instrument proche de la voix humaine, capable d'émerveiller n'importe quelle oreille par son amplitude sonore et les vibrations irréelles qu'il véhicule. Dans son dernier album Only silence remains, Christine Ott utilise conjointement le piano et les ondes Martenot, comme vous pouvez l'écouter dans l'exemple ci-dessous :



Les ondes Martenot, un instrument que vous pouvez également retrouver dans les transitions musicales de la dernière fiction radiophonique de France Culture tirée du livre d'Emmanuel Bove : Le piège (1945). Une réalisation remarquable, des comédiens excellents, une heure à ne pas manquer par ici : Fictions / Samedi noirs : Le piège, d'Emmanuel Bove (03 décembre 2016)

276
Répondre en citant  
Barbara Hendricks, Little Rock, Arkansas, États-Unis - le Jeu 12 Jan 2017, 21:50

Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t9p270-france-musique#27815) a écrit: (...)

J'aimerai à présent revenir sur une autre émission de Tapage nocturne, diffusée le 14 novembre 2016 recevant Aliénor Dauchez et Christine Ott. À partir de la minute 11, vous pourrez écouter l'oeuvre douce et subtile de Christine Ott, ondiste, pianiste et professeur de musique au Conservatoire de Strasbourg. Ondiste, autrement dit, spécialiste des ondes Martenot, cet instrument proche de la voix humaine, capable d'émerveiller n'importe quelle oreille par son amplitude sonore et les vibrations irréelles qu'il véhicule. Dans son dernier album Only silence remains, Christine Ott utilise conjointement le piano et les ondes Martenot, comme vous pouvez l'écouter dans l'exemple ci-dessous :



Les ondes Martenot, un instrument que vous pouvez également retrouver dans les transitions musicales de la dernière fiction radiophonique de France Culture tirée du livre d'Emmanuel Bove : Le piège (1945). Une réalisation remarquable, des comédiens excellents, une heure à ne pas manquer par ici : Fictions / Samedi noirs : Le piège, d'Emmanuel Bove (03 décembre 2016)
Mille mercis pour cette contribution vraiment recherchée. J'ai noté plusieurs choses " Christine Ott, ondiste, pianiste et professeur de musique au Conservatoire de Strasbourg." et "les transitions musicales de la dernière fiction radiophonique de France Culture tirée du livre d'Emmanuel Bove : Le piège (1945)." Quelle oreille ! Et puis, cette adaptation radiophonique du roman de Bove est une réussite sur tous les plans, il faut le souligner.

Autre sujet : France Musique poursuit la diffusion des Grands entretiens dirigés par le très sympathique Stéphane Grant qui recevait la soprano Barbara Hendricks le lundi 26 décembre 2016 pour une série d'entretiens mémorables, Barbara Hendricks, une petite fille de l'Arkansas... (1/5)*



À écouter dans un français de belle facture. Quand des citoyens des États-Unis (pensons à William Christie qui a littéralement révélé la musique baroque française aux Français) font honneur à l'art et à la  culture.

* Premier volet de notre rencontre avec la soprano, qui revient sur les traces de son enfance - de Magnolia, Arkansas, à Memphis et Little Rock. Un père pasteur, les années de la ségrégation aux Etats-Unis, et déjà, le chant...

277
Répondre en citant  
Jean Sibelius par Jérémie Rousseau - le Lun 16 Jan 2017, 08:34

Encore un très beau numéro de Comme si vous y étiez du producteur Jérémie Rousseau (éloges répétés pour ses talents de conteur) : « Sibelius se mure dans le silence » du dimanche 23 mars 2014 (30 min), toujours en écoute en ligne. Pour le fil "Du silence à la radio".

Sibelius (1865 - 1957) se retire durant les dernières années de sa vie dans sa maison en Carélie où il cultive solitude et contemplation de la nature. Jérémie Rousseau compose une fine biographie du musicien à partir de lettres et de journaux personnels du musicien. Un très beau genre radiophonique que France Musique n'a cultivé qu'une année durant. Ce qui s'en approche le plus maintenant est Musicopolis d'Anne-Charlotte Rémond*, mais l'atmosphère y est tout autre.  "C'était mieux avant"...

*Une ville, un compositeur, une époque. Une histoire de la musique racontée chaque semaine.


278
Répondre en citant  
Irène Kudela, chef de chœur - le Ven 12 Mai 2017, 08:14

Un après-concert* de qualité avec Irène Kudela, chef de chœur, qui livre ses réflexions sur la langue, le chant, l'art de Leoš Janáček** : L'Affaire Makropoulos de Leoš Janáček, à l'Auditorium de Radio France. À 2h11'40 et pour une bonne vingtaine de minutes.

* ♫ Leos Janacek
Sur un sentier broussailleux - 1er cahier : Les mots me manquent
Alain Planès, piano
Harmonia Mundi

♫ Leos Janacek
Élégie sur la mort de ma fille Olga
Daniel Durand, ténor
Irène Kudela, piano
Choeur de Radio France
Radio France

♫ Richard Strauss
La femme sans ombre
Placido Domingo, ténor
Julia Varady, soprano
Reinhild Runkel, mezzo-soprano
Albert Dohmen, baryton-basse
José van Dam, baryton-basse
Hildegard Behrens, soprano
Sumi Jo, soprano
Georg Solti, direction
Orchestre Philharmonique de Vienne
Decca

** Voir l'émission de Jérémie Rousseau mentionnée dans  Adams, Rorem, Reich, Janacek, Hermann pour le 11 septembre - le Jeu 29 Sep 2016

279
Répondre en citant  
Stéphane Grant s'entretient avec la soprano américaine Renée Fleming - le Sam 13 Mai 2017, 20:59

Renée Fleming est La Maréchale du Chevalier à la rose, en direct du Met de Richard Strauss.

Stéphane Grant, qui produit avec un immense talent d'intervieweur la série patrimoniale "Les Grands entretiens", présente la soirée de concert (soulagement, pas d'OSdR !). Au cours des entractes, diffusion d'un entretien  avec la soprano américaine.

280
Répondre en citant  
Sonia Wieder-Atherton, mémorable - le Mar 16 Mai 2017, 08:29

Le premier numéro de la série patrimoniale Grands entretiens proposé par Stéphane Grant, Sonia Wieder-Atherton, "À 10 ans, j'entends le violoncelle d'une sonate de Vivaldi, et c'est une vraie hypnose!" (1/5) (27 mars 2017) est mémorable.  

La page descriptive du site est de grande  qualité. Outre les références des œuvres entendues partiellement, on y trouve trois séquences vidéo, dont un film de 13' datant de mars 1961 avec Maurice Gendron, professeur de Sonia Wieder-Atherton.  À ne pas rater.

PS. Relire à propos de Sonia Wieder-Atherton, le post de Jean-Luuc traitant de la cinéaste Chantal Akerman qui a filmé la violoncelliste : Chantal Akerman : 6 juin 1950 - 05 octobre 2015 - le Jeu 21 Juil 2016

281
Répondre en citant  
Sonia Wieder-Atherton et Chantal Akerman - le Mer 17 Mai 2017, 05:55

Philaunet(http://www.regardfc.com/t9p280-france-musique#28296) a écrit:
Le premier numéro de la série patrimoniale Grands entretiens proposé par Stéphane Grant, Sonia Wieder-Atherton, "À 10 ans, j'entends le violoncelle d'une sonate de Vivaldi, et c'est une vraie hypnose!" (1/5) (27 mars 2017) est mémorable.  

La page descriptive du site est de grande qualité. Outre les références des œuvres entendues partiellement, on y trouve trois séquences vidéo, dont un film de 13' datant de mars 1961 avec Maurice Gendron, professeur de Sonia Wieder-Atherton.  À ne pas rater.

PS. Relire à propos de Sonia Wieder-Atherton, le post de Jean-Luuc traitant de la cinéaste Chantal Akerman qui a filmé la violoncelliste : Chantal Akerman : 6 juin 1950 - 05 octobre 2015 - le Jeu 21 Juil 2016

Merci Philaunet pour cette recommandation, il s'agit là de cinq entretiens de haute qualité qui méritent archives. Je profite de l’occasion pour résumer ci-dessous la quatrième émission (30 mars 2017) consacrée à la collaboration de Sonia Wieder-Atherton avec Chantal Akerman. Les deux femmes ont travaillé ensemble pour la première fois sur le film Histoires d’Amérique (1988), point de départ d’une longue recherche sur la musique liturgique hassidique pour la violoncelliste (Cf. son album Chants juifs (2010) en compagnie de Daria Hovora, Jean-François Zygel, Ernest Bloch).

Quand Sonia Wieder-Atherton évoque les courts films que la cinéaste a réalisés d’elle, elle cite entre autres Trois strophes sur le nom de Sacher (Henri Dutilleux) tourné en 1989. Voici la « scène » : au premier plan, un grand plateau reconstitue l’intérieur d’un appartement avec à gauche un lit, plus loin, une table et une chaise, à droite, une commode. De façon théâtrale, la musicienne entre dans le champ vêtue d'une robe bleue, pose un papier et des clés sur la table, et s'installe avec son instrument à peu près au milieu de l'espace mais sur le côté droit de la prise de vue. À l'arrière plan, une large trouée offre de voir deux fenêtres d’un immeuble proche, à l'intérieur desquelles des lumières permettront bientôt de distinguer des silhouettes. Séparés par deux pans de rideaux de scène rouge le premier plan et l'arrière plan ne cessent néanmoins de communiquer pendant que Sonia Wieder-Atherton interprète l’œuvre d’Henri Dutilleux : l’œil du spectateur circule d’avant en arrière pour voir comment l'action extérieure se raccorde à la bulle musicale ; en quoi le quotidien est transformé par l'émotion artistique.

La séquence ne raconte pas tant une histoire (la musique n’illustre en rien les actions des personnages) qu’elle ne met en scène la rencontre entre des gestes domestiques et le jeu de la violoncelliste. Après tout, les deux ne suivent-ils pas la même prescription d’une partition ? Faire son repassage (en écho au mouvement de l’archer), se coiffer, se raser, se regarder dans la glace sont autant d’habitudes organisées et rejouées chaque jour. Un vrai petit spectacle à l’égal de celui offert par la musicienne (d’autres sont aussi capables de sublimer ces automatismes et cela devient pure magie).


Son travail de composition est ensuite abordé, avec Un divan à New-York (1996), puis autour des films Saute ma ville (1968) et D’Est (1995).

<b>France Musique</b>     Page 28 sur 29

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29  Suivant

Accueil / Autres radios culturelles

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum