Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 16 ... 28  Suivant

Accueil / Autres radios culturelles

Répondre au sujet

<b>France Musique</b>    Page 5 sur 28

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
<b>France Musique</b> - le Jeu 27 Aoû 2009, 13:22

Rappel du premier message :

voilà la video de la conference de presse de rentrée :
http://www.dailymotion.com/video/xa9xwz_conference-de-presse-de-rentree-de_news

je vais essayer d'écouter l'émission du lundi soir sur la musique contemporaine; c'est une musique que je ne connais pas, et le fait qu'une radio me propose de faire un effort est assez séduisant en fait.
* * *

41
Répondre en citant  
Re: <b>France Musique</b> - le Ven 27 Juin 2014, 18:50

Et Jean-Pierre Derrien, et Marcel Quillévéré...
Où que vous vous réfugiiez, ces gens-là vont vous retrouver.

42
Répondre en citant  
''(Ca m'rend) malaaade, complètement malaaaade !'' - le Mar 08 Juil 2014, 18:49

@Philaunet a écrit:"Marc Dumont viré!!!!"

Et les autres, en effet !
Quand je pense que je vais être obligée d'entendre, à la place de Marc Dumont, de sa belle voix et de ses émissions cultivées et plutôt intelligentes, le genre de plage musicale quasiment ininterrompue que présentent des productrices de la (dé-)trempe d'une Denisa Kerschova ou d'une Emilie Munera, sans parler du troupeau bêlant que l'on nous promet pour bientôt, soit à FM, soit à FC, l'envie me prend de relire l'oeuvre intégrale de Thomas Bernhard qui peste si bien, et de vouer aux gémonies les médiocres de la radio française.

Le terme de "robinet" convient hélas bien : il évoque un flux tiédasse qui endort le baigneur abruti, encore hagard ou déjà fatigué, avec en sus un bruit de plomberie mal débouchée.

Une idée : un stage pour tous les producteurs de FC et FM, et surtout pour leurs patrons à dents de loup, à BBC3, payé par le contribuable, pourquoi pas : au moins, mon argent serait dépensé à bon escient, cette fois !

FM : Farouchement Moyen (avant que de crier Minable) !

43
Répondre en citant  
Article que j'ai écrit pour l'AAFC - le Jeu 10 Juil 2014, 22:29

Sur France musique aussi, on sacrifie les meilleures émissions à l'audimat.



Ce qui arrive sur les autres chaînes de Radio-France ne saurait nous être indifférent, parce que nous les  écoutons et aussi parce, comme on le verra, les mêmes logiques prévalent sur l'ensemble du service public. Faut-il s'en étonner ? Elles appartiennent au même établissement, Radio-France .

La nouvelle directrice de France Musique, Marie-Pierre  de Surville  fraîchement nommée a inauguré son mandat en mettant fin aux fonctions de   neuf producteurs de France Musique:

François Hudry (Chefs-d'oeuvre et découvertes), Marcel Quillévéré (Les traverses du temps), David Jisse (Electromania), le compositeur Gérard Pesson (Boudoir & autres), Marc Dumont (Horizons chimériques), et Jean-Pierre Derrien (Le débloc-notes). Ce dernier reste comme conseiller Musique contemporaine auprès du directeur de la musique, Jean-Pierre Rousseau.

Ces  mesures  d'éviction sont pour l'auditeur que je suis une véritable catastrophe, un scandale et la preuve que la  nouvelle directrice   ignore  totalement le talent des personnes qu'elle  a pris la décision de mettre sur la touche. Cette dame commence son mandat par la décision la plus  funeste, la plus philistine  qui soit.

Je suis au plus haut point concerné.  Comme si c'était un mauvais hasard, il se trouve que Marc Dumont et Gérard Pesson produisaient les émissions que j'écoutais le plus assidument. Je me trouve privé de mes deux émissions préférées.

L'émission de Marc Dumont, Horizons chimériques  était d'une grande qualité.  C'était une émission quotidienne d'une heure qui, sous une forme des plus classiques,  permettait une approche synthétique d'un compositeur ou d'un  interprète. Il n'y avait aucun verbiage, aucune cuistrerie, la présentation était sobre et élégante, et l'émission  explorait avec bonheur des aspects peu connus de l'oeuvre ou du répertoire, par des extraits très bien choisis. Un certain  nombre d'émissions m'ont procuré un bonheur fantastique.  Je me souviens en particulier d'une émission sur John Blow qui était une merveille, ainsi que d'une émission sur les troubadours sensationnelles. Mais je pourrais en citer des dizaines.

Mon émission préférée, c'était celle de Gérard Pesson, émission très confidentielle qui passait à minuit dans la nuit du vendredi au samedi. À une heure pareille, il y avait peu de chance qu'elle fît  exploser l'audimat ! C'était une sorte d'OVNI radiophonique,une émission kaléidoscopique d'une grande richesse. Gérard Pesson est compositeur, un compositeur très bien reconnu puisqu'il est titulaire de la chaire de composition au Conservatoire National Supérieur de musique et de danse de Paris.  Gérard Pesson est aussi écrivain, un passionné de Proust, un véritable homme livre, un très grand érudit,  sa  curiosité sur quantité de sujets est  sans limites et c'est ce qui rend ses émissions si passionnantes. L'approche de Gérard Pesson est d'une grande originalité  son émission qui cherchait à surprendre avait une certaine parenté avec l'Atelier du son de Thomas Baumgartner.  Dans sa série « caro diario », il  consacrait un certain nombre d'émissions à une autobiographie,qui permettait à l'auditeur d'en savoir plus sur les coulisses de la création musicale et d'autres consacrées à certains thèmes récurrents :  manières de décrire la pluie, tout en latin, dictionnaire des inconnus, les ruines, assises de la berceuse, éloge du la mineur, la vie de château, éloge de la briéveté, six pieds sous terre, tout sur le rossignol  etc. Il y avait eu de magnifiques séries sur Fauré et une sur Stravinski qui restera inachevée.  Quel gâchis que de mettre fin à cette émission   qui était un vaste « work in progress »!  C'était une de ces émissions travaillées  qui sont l'honneur du service public, qui sont marginalisées pour être finalement supprimées.  

Qui est cette  personne qui désormais préside aux destinées de France Musique  et qui a si peu le sens des vraies valeurs de la chaîne? Marie-Pierre de Surville  a fait sciences politiques, elle a  travaillé dans un cabinet d'audit, elle a de respectables expériences dans le domaine de la  gestion des institutions culturelles  mais elle n'a  ni formation musicale, ni  expérience de la radio. Elle est arrivée dans les  bagages du nouveau  Président de Radio-France, Mathieu Gallet.   Celui-ci  lui  a donné une mission claire : redresser l'audience à tout prix.  « Il n’est pas acceptable, dit le président,  qu’à Paris par exemple, l’audience de France Musique soit de 1,2 point contre 3,5 pour Radio Classique. On ne peut accepter un rapport de un à trois et pour cela il va falloir réfléchir à adapter la programmation, en laissant plus de place à la musique et moins à la musicologie »


On objectera à Mathieu Gallet que la comparaison entre France Musique et Radio-Classique n'a pas de sens, puisqu'aux heures de grande écoute, Radio-Classique n'est aucunement une radio musicale, c'est une généraliste  qui traite l'actualité politique et économique.

« Plus de place à la musique, moins à la musicologie ». Cela  conduirait  à sacrifier la spécificité de France-musique pour en faire un  Radio-classique bis. C'est une perte pour le mélomane cultivé qui cherche à connaître les œuvres en profondeur  et qui ne conçoit pas d'écouter la musique sans connaître l'histoire de la musique.  Les   robinets qui déversent de la  musique en continu, ce n'est pas ce qui manque, outre Radio-Classique,  il y a Deezer.  

Le sacrifice de la qualité et de la spécificité à l'audience, c'est quelque chose que nous connaissons bien. Pour nous,  c'est un scénario qui se répète. C'est ce qui s'était produit en 1999, quand Laure Adler avait  été nommée pour redresser l'audience de France-Culture.  Elle avait  supprimé les meilleures émissions.   La qualité a, comme c'était programmé,  baissé, la chaîne ne s'en est jamais remise.

HF

44
Répondre en citant  
Marc Dumont - le Sam 19 Juil 2014, 21:32

@Henry Faÿ a écrit:Sur France musique aussi, on sacrifie les meilleures émissions à l'audimat.

Ce qui arrive sur les autres chaînes de Radio-France ne saurait nous être indifférent, parce que nous les  écoutons et aussi parce, comme on le verra, les mêmes logiques prévalent sur l'ensemble du service public. Faut-il s'en étonner ? Elles appartiennent au même établissement, Radio-France .

La nouvelle directrice de France Musique, Marie-Pierre  de Surville  fraîchement nommée a inauguré son mandat en mettant fin aux fonctions de   neuf producteurs de France Musique:

François Hudry (Chefs-d'oeuvre et découvertes), Marcel Quillévéré (Les traverses du temps), David Jisse (Electromania), le compositeur Gérard Pesson (Boudoir & autres), Marc Dumont (Horizons chimériques), et Jean-Pierre Derrien (Le débloc-notes). Ce dernier reste comme conseiller Musique contemporaine auprès du directeur de la musique, Jean-Pierre Rousseau.
(...)
L'émission de Marc Dumont, Horizons chimériques  était d'une grande qualité.  C'était une émission quotidienne d'une heure qui, sous une forme des plus classiques,  permettait une approche synthétique d'un compositeur ou d'un  interprète. Il n'y avait aucun verbiage, aucune cuistrerie, la présentation était sobre et élégante, et l'émission  explorait avec bonheur des aspects peu connus de l'oeuvre ou du répertoire, par des extraits très bien choisis. Un certain  nombre d'émissions m'ont procuré un bonheur fantastique.  Je me souviens en particulier d'une émission sur John Blow qui était une merveille, ainsi que d'une émission sur les troubadours sensationnelles. Mais je pourrais en citer des dizaines.
(...)
« Plus de place à la musique, moins à la musicologie ». Cela  conduirait  à sacrifier la spécificité de France-musique pour en faire un  Radio-classique bis. C'est une perte pour le mélomane cultivé qui cherche à connaître les œuvres en profondeur  et qui ne conçoit pas d'écouter la musique sans connaître l'histoire de la musique.  Les   robinets qui déversent de la  musique en continu, ce n'est pas ce qui manque, outre Radio-Classique,  il y a Deezer.  

Le sacrifice de la qualité et de la spécificité à l'audience, c'est quelque chose que nous connaissons bien. Pour nous,  c'est un scénario qui se répète. C'est ce qui s'était produit en 1999, quand Laure Adler avait  été nommée pour redresser l'audience de France-Culture.  Elle avait  supprimé les meilleures émissions.   La qualité a, comme c'était programmé,  baissé, la chaîne ne s'en est jamais remise.

HF

Entièrement d'accord avec l'ensemble de votre texte et par ailleurs avec vos interventions signées dans Lemonde.fr

Concernant Marc Dumont, la raison de l'arrêt d"Horizons chimériques" n'a pas été donnée. Le producteur a seulement déclaré à Télérama : « J'ai passé 29 ans à Radio France, et j'ai été viré en à peine 40 secondes, ce fut d'une violence sidérante ».

Je suis curieux de voir ce qui va remplacer cette émission dont vous décrivez bien les qualités plus haut.

Vous citez à l'appui de vos dires (ce qui est appréciable, car étayer la défense d'une émission n'est pas fréquent), l'émission sur John Blow et celle sur les Troubadours. De mon côté, je voudrais recommander Monteverdi, 50 ans de choeur du 19 juin dernier, un bijou d'émission, loin du reproche injustifié fait à France Musique de musicologie envahissante.

Votre texte reflète exactement la situation actuelle. À lire et à relire.

45
Répondre en citant  
l'éviction des meilleurs producteurs de France musique - le Dim 20 Juil 2014, 10:20





Merci, grand merci. Et merci de me lire dans lemonde.fr.  L'idée, si j'ai bien compris, c'est de confier une vaste plage quotidienne au violoncelliste  Frédéric Lodéon,  pour  "fidéliser" les auditeurs, je suppose. Je n'ai rien contre Frédéric Lodéon, mais ces émissions quotidiennes  en direct très longues, c'est peut-être bon pour l'audience, ce n'est pas optimal pour la qualité. Le producteur a toutes les chances (malchances) d'être épuisé, il doit faire vite et tout sous-traiter, avec des quantités de petites fiches qu'il a intérêt de ne pas mélanger.  S'ils avaient été un peu malin, ils auraient trouvé une bonne plage horaire pour Marc Dumont.

Pierre Charvet, très bon producteur, (le mot du jour, du côté de chez Pierre)  a été nommé  directeur adjoint. Lui, la radio, il connaît. Ce qu'il faudrait faire, c'est s'arranger pour être « ami » sur facebook avec lui et submerger sa page de demandes de réintégrer Marc Dumont.

Mon grand chagrin, c'est l'éviction de Gérard Pesson. Je reprends un petit texte pour défendre Gérard Pesson, que j'avais écrit dans la  page facebook de Pierre Charvet.



Henry Faÿ   L'éviction brutale de Gérard Pesson, qui s'inscrit dans la préoccupation exclusive de l'audimat est aussi révoltante que désolante, car c'était la meilleure émission de France Musique, une émission d'une totale originalité, exigeante et séduisante, une émission travaillée, fignolée, fine et délicate, une émission destinée à l'honnête homme qui rendait intelligent, une émission érudite et souvent drôle, une émission fantaisiste qui surprenait toujours, l'émission d'un véritable homme-livre qui, alliant musique et littérature, arts, histoire et anecdotes abordait sur le ton de la confidence les sujets et les genres les plus divers, et qui plus que toute autre faisait pénétrer les splendeurs du répertoire, et surtout du répertoire oublié, une émission qui était vraiment le nec plus ultra de l'art radiophonique, tout le contraire des émissions bâclées qui se font à la chaîne et en un rien de temps. Boudoir et autres est une émission qui nous manquera, qui surtout manquera à France Musique et à ses auditeurs avides de qualité et d'originalité. Que ceux qui n'en sont pas convaius prennent la peine d'écouter les derniers Boudoirs encore en ligne avant qu'on ne les supprime. Henry Faÿ henrypmfay@yahoo.fr

46
Répondre en citant  
Gérard Pesson - le Dim 20 Juil 2014, 16:44

@Henry Faÿ a écrit: (...) L'idée, si j'ai bien compris, c'est de confier une vaste plage quotidienne au violoncelliste  Frédéric Lodéon,  pour  "fidéliser" les auditeurs, je suppose. (...)
Mon grand chagrin, c'est l'éviction de Gérard Pesson. Je reprends un petit texte pour défendre Gérard Pesson, que j'avais écrit dans la  page facebook de Pierre Charvet.

Henry Faÿ   L'éviction brutale de Gérard Pesson, qui s'inscrit dans la préoccupation exclusive de l'audimat est aussi révoltante que désolante, car c'était la meilleure émission de France Musique, une émission d'une totale originalité, exigeante et séduisante, une émission travaillée, fignolée, fine et délicate, une émission destinée à l'honnête homme qui rendait intelligent, une émission érudite et souvent drôle, une émission fantaisiste qui surprenait toujours, l'émission d'un véritable homme-livre qui, alliant musique et littérature, arts, histoire et anecdotes abordait sur le ton de la confidence les sujets et les genres les plus divers, et qui plus que toute autre faisait pénétrer les splendeurs du répertoire, et surtout du répertoire oublié, une émission qui était vraiment le nec plus ultra de l'art radiophonique, tout le contraire des émissions bâclées qui se font à la chaîne et en un rien de temps. Boudoir et autres est une émission qui nous manquera, qui surtout manquera à France Musique et à ses auditeurs avides de qualité et d'originalité. Que ceux qui n'en sont pas convaincus prennent la peine d'écouter les derniers Boudoirs encore en ligne avant qu'on ne les supprime. Henry Faÿ henrypmfay@yahoo.fr

« Merci de votre écoute et de votre fidélité au cours de ces neuf années de "Boudoir". À bientôt. » : Gérard Pesson dans 379 (et dernier), Je me souviens XXVI.

Sobre, digne, sans tweet geignard. La classe de Gérard Pesson.  Votre texte adressé à Pierre Charvet (bonne nouvelle qu'il devienne le directeur adjoint) touche juste. On retrouve toute la culture du compositeur dans sa dernière émission hebdomadaire, sur le mode, pour la 26e fois, du « Je me souviens » de Georges Perec. Grand humour tongue in cheek, également. Ces qualités lui ouvriront d'autres portes, c'est certain.

N'hésitez pas à nous signaler des numéros qui auraient un intérêt particulier. Ce dernier numéro se clôt sur une pièce de Johann-Jacob Froberger avec Aline Zylberajch au clavecin. "Je me souviens" d'Aline Zylberajch professeur au Conservatoire et à l'Académie supérieure de musique de Strasbourg. Beau parcours professionnel et personnel avec Martin Gester fondateur de l'ensemble "Le Parlement de Musique".

Frédéric Lodéon. Vous rappelez-vous son éviction de France Inter ? Une mobilisation massive d'auditeurs avait assez rapidement fait revenir la Direction sur cette décision. Lodéon est non seulement un grand musicien, mais un conteur hors pair. Ce qui plaît chez lui ? Qu'il passe des mouvements allegro de trois ou cinq minutes tirés des oeuvres du répertoire. Déconnectés de l'histoire de la musique, ou presque, sans logique, pourvu que ça virevolte. Soyons gais, est la maxime de Lodéon (qui force d'ailleurs le trait en raison de circonstances personnelles dont il a parlé ici et là en public ).  Lodéon, ce sont des songs à télécharger sur votre smartphone, sans queue ni tête. La recette pour doubler l'audience ?

Tiens, le délicat et imaginatif Jean-François Zygel a bien fait de quitter la station en pleine gloire, il y a deux ou trois ans. Il faut savoir partir avant d'accepter toutes les avanies (comme  le très érudit Szymczak qui est passé d'une quotidienne d'une heure, à une hebdomadaire de 2h et maintenant à une quotidienne de moins de  20 minutes - rappelle la chute de Munier à France Culture).

Avez-vous justement remarqué que François-Xavier Szymczak tente depuis deux ans de sauver sa peau de producteur en jouant au clown durant les prises de relais avec ses collègues ? Ça tombe le plus souvent à plat. Il doit peut-être aussi obéir à une consigne :"Allez, montrez que vous, les producteurs, êtes une bande de copains, faites preuve de bonne humeur !". Anne-Charlotte Rémond ne mange pas toujours de ce pain-là...

Que deviennent les Matins des Musiciens ? Et Renaud Machart , grand trublion, une des personnalités les plus iconoclastes de la chaîne ?

47
Répondre en citant  
Re: <b>France Musique</b> - le Dim 27 Juil 2014, 18:55



Je suis heureux de vous avoir fait découvrir l'émission défunte de Gérard Pesson, que vous l'ayez appréciée à sa juste valeur. Emission qui me comblait, qui était ma joie  et je n'ose espérer qu'elle aura un avatar. Mais comment France-musique peut-elle sans déchoir se priver de pareils talents ? Vous avez vu que Boudoirs et autres fonctionnait par séries, toutes me plaisaient. Celle qui a eu le plus de livraisons était six pieds sous terre, elle était consacrée à la mort.  Dans cette série, on peut encore écouter l'émission Mort à Venise , consacrée à la mort de Richard Wagner.  Il y en avait de vraiment sensationnelles, les ruines, la vie de château, éloge du la mineur,  et aussi  manières de décrire la pluie qui m'a permis de découvrir les plus beaux « Regenlied » de Brahms leurs textes et leurs musiques.

Je vous signale le boudoir N° 181 qui a été diffusé le 4 décembre  2009, manières de décrire la pluie. J'y ai découvert le plus fabuleux lied de Johannes Brahms Abendregen  opus 70 n°4

le poème est de Gottfried  Keller

sous les rayons du soleil couchant
lente et faiblement luisante
tombait une pluie
l'âme sombre, le promeneur
s'acheminait vers elle sur d'étroits sentiers
Il vit les grosses gouttes scintiller et tomber à travers les rayons d'or
Il en sentit la fraîcheur sur son front
et dit tressaillant de joie
je sais à présent qu'au dessus de moi se déploie un arc-en-ciel
que le riant lointain voit chatoyer sur le sentier que j'ai suivi.

Il avait fait une magnifique série sur Gabriel Fauré.  Et une série sur Stravinski, qui restera, hélas inachevée.

Ça me fait mal au cœur qu'une inculte ait jeté tout cela aux orties.

J'approuve vontre admiration de François-Xavier  Szymczak, qui est un as.  Le jeune polonais (ou d'origine polonaise) est  tellement calé pour la liturgie, il connaît sur le bout des doigts tous  les  graduels de toutes les périodes liturgiques, que je me  demande s'il n'a pas, dans une autre vie été séminariste.

Je donnerais cher, en roupies de sansonnet pour avoir les enregistrements de sa série par les rues et par les chemins, il racontait l'histoire par la musique et la musique par l'histoire. C'était passionnant. Je me  souviens du jour où il a raconté l'histoire politique et musicale de l'Espagne du XVIIIe siècle, du temps où les rois s'occupaient de courir le guilledou  et les reines, qui étaient des Italiennes,  de faire composer et jouer les plus belles musiques qui pussent être en faisant venir les plus grands musiciens de leur pays natal.

J'ai aussi aimé le jardin des dieux, qui  passait le dimanche matin .

Je lance un appel solennel : si quelqu'un pouvait m'aider à me procurer les enregistrements des boudoirs  de Gérard Pesson, qu'il m'écrive  henrypmfay@yahoo.fr  

Je lui en serais éternellement reconnaissant.  Lesquels ? Tous. Les plus anciens sont ceux qui m'intéressent le plus.

48
Répondre en citant  
François-Xavier Szymczak - le Dim 07 Sep 2014, 16:27

Merci pour votre contribution qui donne de belles perspectives d'écoute et de lecture. Et à propos de François-Xavier Szymczak

@Henry Faÿ a écrit:
Je donnerais cher, en roupies de sansonnet pour avoir les enregistrements de sa série par les rues et par les chemins, il racontait l'histoire par la musique et la musique par l'histoire. C'était passionnant. Je me  souviens du jour où il a raconté l'histoire politique et musicale de l'Espagne du XVIIIe siècle, du temps où les rois s'occupaient de courir le guilledou  et les reines, qui étaient des Italiennes,  de faire composer et jouer les plus belles musiques qui pussent être en faisant venir les plus grands musiciens de leur pays natal.

Vous faites allusion à deux belles émissions de 2007 (les 07 et 14 janvier). Il est possible de vous rafraîchir la mémoire sans roupies en échange...

Avant « Par les rues et les chemins » et « Le jardin des dieux », François-Xavier Szymczak avait créé de beaux moments de radio culturelle au milieu des années 1990 avec « Métamorphoses ».  Je me souviens (comme dit Pesson après Perec) d'une semaine consacrée au Lied sur des poèmes de Heinrich Heine.

Et voici que ce producteur retrouve cette année, après un été de Variations Shakespeare, un type d'émission basé sur la transversalité (un mot qui permet souvent  de dire que tout se vaut et qu'on peut tout mélanger), c'est Dans l'air du soir : "Du lundi au jeudi, une programmation transversale mêle la symphonie, l’opéra, la mélodie, la musique de chambre, le jazz ou les musiques du monde. Et vendredi c’est… tutti frutti !". Avez-vous un avis sur cette première semaine ?

Concernant Gérard Pesson, je n'ai pu écouter la pièce de Brahms que vous indiquez comme ayant été diffusée en 2009 (Abendregen op 70 n°4), en effet ni l'émission ni la pièce ne sont disponibles sur la Toile.

Incidemment, quel est donc le secret d'Émilie Munéra, sorte de Marie Richeux à France Musique, pour rester derrière un micro, tandis que Marc Dumont n'a pas vu son contrat renouvelé après une série d'émissions estivales De la vague à l'âme et Les visiteurs d'histoire où il a montré qu'il était au meilleur de sa forme ?

Enfin, la comparaison des deux présentations de la rentrée par France Culture et France Musique témoigne assez du professionnalisme dont fait preuve la seconde quand la première a présenté un spectacle d'une sottise atterrante.

49
Répondre en citant  
L'ivre du jingle - le Sam 13 Sep 2014, 11:31

Dans le fil Rentrée 2014
@Nessie a écrit:Nouveauté de la rentrée : parsemer l'antenne de rappels sonore "vous êtes sur France Culture" précédés d'un gingle indigent. (...)

Les émissions de réflexion, comme Concordance des temps, sont souillées de ces rappels après chaque extrait d'archive : ce matin, à 10h12 et à 10h49. Il ne s'agit pas ici d'identification en milieu d'émission, mais d'injection parasite. On ne sait pas si c'est une nouvelle décision crétinoïde du dirlo, ou si c'est une application stupide à la régie, ou si c'est une mauvaise maîtrise de la console informatisée.

Sur France Musique, "Quelques notes de violons + France Musique" (et non l'horripilant "vous écoutez ...").  Aussi deux fois par émission de 60 minutes. C'est sobre et les voix sont bonnes. Pour l'avoir écouté dans la nouvelle et vraiment excellente émission de François-Xavier Szymczak Dans l'air du soir,  je dois dire que si j'en ai été (modérément) surpris, je n'en ai pas été outré : l'insertion est discrète et ne rompt pas le rythme, ni l'atmosphère (il faut un léger silence avant l'annonce).

Par ailleurs, si c'est très bien fait, c'est un marqueur de qualité du fichier sonore (je parle de France Musique et d'un futur France Culture dont on attend une rénovation de qualité, mais vu ceci, on est mal parti...).

En effet, beaucoup d'auditeurs (on y reviendra un jour) n'écoutent plus que des téléchargements de fichiers sonores. Je ne crois pas illégitime pour la chaîne d'y apposer son nom.  Cela évite d'entendre "Vous êtes sur France Culture/France Musique" par des producteurs pour certains rétifs à l'injonction de faire les publicitaires (on en a entendu de ces producteurs réticents à obéir à cet ordre).

Enfin, je crois que dans un marché audio (il ne faut pas se leurrer, les fichiers sont des produits, pour l'instant gratuits [= payés par les impôts], mais un jour ou ailleurs, cf BBC, payants) l'intégration d'une identification standard permet aux auditeurs occasionnels de savoir où ils sont et peut-être d'aller voir sur le site. On ne parle pas des auditeurs de RFC ou de l'ANPR qui savent reconnaître un producteur en entendant son inspiration avant de parler, voire en percevant son silence...).

Dernière remarque, les auditeurs du seul France Culture  ou du seul France Musique sont peut-être agacés (je n'ai pas encore entendu l'art de l'insertion du nom de marque à FC), mais ceux qui écoutent la RTBF ou RTS peuvent le cas échéant, pour identification ultérieure, si non marquage de fichier ou transfert brut à une personne non habituée à cette chaîne, comprendre cet étiquetage (en tout petit, cela va sans dire).

50
Répondre en citant  
Ubiquité à France Musique - le Mar 16 Sep 2014, 00:03

Marc Dumont de l'émission "Horizons chimériques" a été congédié en juin dernier. Et voilà que deux émissions apparaissent au téléchargement les 9 et 15 septembre 2014, sans qu'elles soient signalées dans le programme de ces jours-là.

Les liens RSS des deux  émissions renvoient vers la page du site arrêtée en juillet. Celle du 09 septembre date en fait du 31 octobre 2013 et celle du 15 septembre du 11 juin 2014. Les deux émissions de 2013 et de juin 2014 sont encore téléchargeables.

Alors ? On voudrait nous faire croire que Marc Dumont est encore sur la chaîne (à la place d'Emilie Munéra  ou reprenant une heure de lodéonite) ?

Mystère des machines de Radio France. Ici pour une bonne surprise et un rappel : Horizons chimériques était une émission de qualité.

51
Répondre en citant  
Avis aux amateurs de la culture de l'Inde (du nord) - le Ven 19 Sep 2014, 17:44

Le 24 août dernier, Françoise Degeorges, la présentatrice expérimentée des musiques savantes  extra-européennes à France Musique a proposé une très belle émission de 90 minutes intitulée : Sur les bords du Gange à Benarès.

Les pièces diffusées ainsi que les noms des intervenants ne sont pas indiqués à la page du site, c'est vraiment dommage pour une émission culturelle aussi bien construite.

On ne saluera jamais assez la disponibilité des émissions en ligne à Radio France, celle-ci est écoutable jusqu'au 20/05/2017.

<b>France Musique</b>     Page 5 sur 28

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 16 ... 28  Suivant

Accueil / Autres radios culturelles

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum